Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Michel Onfray fustige l’infantilisation de la société

Les enfants de Mai 68 peuvent-ils entendre cette critique ?

Ce mercredi matin, le philosophe et polémiste Michel Onfray s’est lâché au micro d’Europe 1. D’après lui, les adultes ne devraient pas faire de la trottinette. Et les parents ne cherchent plus à ce que leurs enfants soient cultivés.

 

[...]

« Tout est fait pour que l’on ne soit pas adulte. Quand je vois ces grands adultes sur des trottinettes en train d’écouter des trucs avec des écouteurs et avec des tatouages partout, cela me déplaît », a-t-il déploré. « Plus personne n’est adulte aujourd’hui », a-t-il regretté.

 


 

Ces propos n’ont pas manqué de faire réagir les internautes qui lui reprochent, pour la plupart, un manque de légèreté, mais surtout une position hautaine.

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur lexpress.fr

 

Michel Onfray lit-il les ouvrages de chez Kontre Kulture ?

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1546258

    Quand est ce que Michel Onfray va sortir de son infantilisme gôchiste ? Le cadre national l’attend toujours.


  • L’infantilisation de la société est une conséquence de sa féminisation, en Ile de France un enfant sur deux est élevé exclusivement par sa mère qui a passé par dessus bord un mari devenu encombrant .

     

    • Ou un mari violent et qui buvait, comme ce fut le cas de ma mère qui s’entendit remercier par son ex-mari de lui avoir rendu sa "liberté", et qui éleva ensuite courageusement ses trois enfants en veillant à ne les priver de rien, ni de valeurs, ni d’autorité, ni de culture.
      Je n’ose même pas imaginer ce qu’il serait advenu de nous si nous avions été élevé par mon père (que j’aime pourtant, et qui suscite mon respect par bien d’autres aspects de sa personnalité, tel le courage dont il fait montre lorsqu’il s’agit de sauver une vie).
      Bref, tout cela pour dire qu’il ne faut pas généraliser. Vous ignorez certainement les motivations de ces femmes, ce qu’est leur quotidien, comment elles se démènent (car toutes ne comptent pas sur le versement erratique d’une pension déjà à peine suffisante pour acheter nourriture et vêtements, financer les activités scolaires et culturelles, payer les assurances, ou offrir occasionnellement des vacances à leur progéniture).
      Au passage, de mes deux parents, c’est mon père qui achetait notre affection à grands renforts de cadeaux, qui faisait l’adulte cool et facilitant, et ma mère qui assumait fermement le rôle d’éducateur.
      Nulle acrimonie dans mes propos, croyez-le bien, mais ce témoignage m’a paru bienvenu sur un site où je vois trop souvent répéter les mêmes lieux communs, qui ne rendent pas justice à ces femmes vaillantes, et qui font la part belle aux victimes castrées que seraient les hommes (qui pour certains sont ravis d’échapper au rôle que la nature leur aurait assigné).


    • #1546635

      @Soline
      Il s’agirait de faire fi de son cas individuel, bref de parvenir à raisonner, car le très pertinent commentaire auquel vous avez répondu en ne prenant comme exemple que VOTRE cas (chose on ne peut plus féminine : le "moi-je") est une vérité absolue.


    • @ Soline : Peut être que le rôle qui est donné aux hommes dans cette société, n’est pas celui qu’il leur faudrait et que de faite, beaucoup se perdre en chemin face aux exigences et devoirs que leur demande société et femmes.


    • Cher Mik, je ne peux que vous répondre que je m’attendais à cette repartie. Accordez-moi cependant le bénéfice du doute, car si je parle de ce que je connais, ce n’est pas pour ériger mon cas personnel en généralité, ni par satisfaction narcissique, mais simplement pour nuancer le propos de la personne à laquelle je répondais. Je tombe d’accord sur le constat qui est celui d’ER sur la dévirilisation, la déresponsabilisation et l’infantilisation de la société, le maternage également. Mais je vous en prie, ne croyez pas que les femmes se servent du divorce à leur seul avantage. Une analyse sociologique fine tient compte de ces paramètres sans les nier, pour mieux les comprendre et les dépasser.
      Bien à vous.


  • Il y a 50 ans pour illustrer un cours d’histoire sur César, les manuels citaient un paragraphe de Plutarque ou d’un autre grand historien romain . Aujourd’hui on présente une planche... d’Astérix, où César est présenté comme un personnage grotesque et odieux . Il est vrai que ce n’était qu’un goy .


  • #1546276

    Et que dire des albums de "coloriage pour adulte"...

     

  • #1546279

    ..." vos dames sont débiles mentales, idiotes à bramer ?... d’autant mieux ! plus elles seront bornées, butées, très rédhibitoirement connes, plus souveraines elles sont !..." (D’un château l’autre, 1957) .

     

  • Tellement vrai et pas nouveau ! Une société infantile, abrutie et nivelée par le bas est beaucoup plus manipulable par le "système". Derrière un verni de pseudo "bonheur" (à base de consommation forcenée), l’oligarchie contrôle ainsi l’adulte comme l’adulte contrôle l’enfant.


  • Ce qu’Onfray ne dit pas, c’est que lui par contre fait partie du plan plus large de débilisation de la société française, omniprésent sur tous les fronts, télé, radio, journaux, librairies... On mange du Onfray matin, midi et soir, comme s’il était le dernier philosophe français, pourtant son oeuvre s’aparente plus à de la philosophie bon marché, discount à mon sens. Je l’ai vu lors d’un débat face Badiou, c’était une autre dimension, il touchait pas une balle le mec.

    Onfray est un amuseur de foule, il égratigne mais sait s’arrêter là où il faut, il ne franchi jamais la ligne rouge et prend soin de donner des gages, en invoquant par exemple souvent l’antisémitisme, ou en se proclamant sioniste, d’où son rond de serviette présent sur toutes les tables.

     

    • Oui, il répond une demande et dit ce que le public aime entendre. Botul étant débusqué, il faut un suppléant.


    • Dans le commerce en général, en discount ou bon marché on peut faire de super affaires....comprends si ru peux.


    • #1546530

      Il s’est bien fait allumer quand il a sorti le livre sur Freud (crepuscule d’une idole) J’ai lu le livre et je vous assure qu’il n’est pas tendre avec Freud, donc il touche quelque chose, c’est meme pas dans le substil ! C’est source un maximum. Et il dit bien que les archives sont bloquees a Washington jusqu’en 2050 ! (De memoire). Donc, dire qu’il est peureux !


    • #1547379

      C’est quoi cette obsession (snobisme ?) à rabaisser les auteurs qui font la "vulgarisation" de telle ou telle discipline ? Je me suis intéressé à certains sujet (et étudié plus profondément par la suite) grâce à Onfray (comme je me suis intéressé à l’astronomie grâce à des "vulgarisateurs" mainstream comme Neil DeGrasse ou Carl Sagan)... Ils ont l’avantage de présenter ces sciences sous manières légères, édulcorée (qui ne signifie pas forcément pourrie ou trop facile), et celui que le sujet accrochera réellement ira creuser un peu plus la question... On dirait que les gens au nom de leur "grande culture" (qui, comme la confiture...) attendent de tout musicien grand public le nouveau Beethoven, du philosophe le nouveau Platon, etc. Vous ne vous rendez même pas compte qu’on n’est dans une société tellement peu portée sur le savoir que bien qu’il soit porté aux nues par les critiques "officielles", il n’est même pas lu par 1% de la population française (ses meilleures centres tournant autour des 500000 exemplaires)


    • à Candide

      Vous portez votre pseudo à merveille. Ou alors nous n’avons pas vu le même débat. La grossièreté de votre trait limite journalistique et putassier en dit long sur votre objectivité.
      Alain Badiou passe sa vie à se défendre de tout anti-sémitisme ( Bien plus qu’Onfray) et rien que cela devrait vous mettre la puce à l’oreille. Et à l’écouter il faut tout pardonner aux pauvres "jeunes" honteusement stigmatisés par ce "vilain état" qui fait rien que de les embêter....
      j’invite ceux qui liront à se renseigner par eux-mêmes sur Youtube.
      De toute façon, seuls ceux qui ne sont pas conviés par les médias sont à écouter attentivement. Alain Soral au hasard.
      Alors vos formules à l’emporte-pièce, sincèrement...


  • #1546316

    Si il passe sur Europe 1 et Lci, c’est qu’il est utile au pouvoir en place, vous feriez mieux de ne pas l’écouter.


  • ça existe donc encore Europe 1 !


  • Quand on voit le niveau des réactions de certains internautes, on mesure la véracité de la charge d’Onfray...


  • #1546337

    Celui qui a lancé "c’est la même chose" a eu son brevet de quenellier, je crois.


  • Y a que la vérité qui blesse...


  • #1546360

    Une bonne guerre...je ne vois malheureusement que cela pour faire revenir à la réalité ces bandes de zombi qui peuplent nos centres villes !

     

    • Tu crois sérieusement ce que tu dit ? une bonne guerre, qui s‘en sortira vainqueur tu crois ? Les goy comme toi et moi serons en première ligne du flash et du souffle de la bombe, les provocateurs et les saloparts de cette guerre seront planqué dans leurs bunker de luxe a admirer la fin du goy sur leur écran plasma.


  • C’est important de rappeler que les femmes sont tout autant touché par la dévirilisation.
    _Je l’ai compris dernièrement, j’ai un peu honte de n’être pas en avance sur Onfray.


  • #1546415
    le 31/08/2016 par TaTaYoYo-Qu’est-ce qui se cache sous ton grand chapeau ?
    Michel Onfray fustige l’infantilisation de la société

    Il n’y a qu’a voir le "phénomène" pokemon-go, avec 200 millions voir plus d’utilisateurs dans le monde ! pokemon !! Et il n’y a pas que les jeunes qui se laissent tenter ...
    Regardez le ton employé dans les médias de grande écoute par les jounalopes sur-payés, les séries télé juste après, sur toutes les chaines des trucs débiles. C’est toxique. Et juste parès, une énième série US, d’enquêtes et de meurtres, avec les méchants Russes pas gentils ...
    Tout est fait pour nous maintenir dans un doux rêve d’enfant. Notre société est malade de tout ça, les gens sont fatigués, tout est superficiel. Et gares à toi petit "goy" si tu ne rentres pas totalement dans le moule de la bien-pensance ... Qu’ils aillent voir le directeur de la publication, au fond à droite :)
    La nasse se resserre ...


  • Je lui donne 100% raison. Regardons autour de nous : bon nombre de quadras se mettent à reprendre les expressions des ados, baragouinent volontairement un français lamentable pour se donner des airs branchés. Certains se laissent entrainer dans des chasses aux Pokémon et ont l’air de trouver ça "in". J’ai envie de leur coller des baffes en rafales à ces crétins. Ils ne sont pas parents, ils ont démissionné. Ce sont des cons, soumis aux lieux communs, fiers de suivre de troupeau Pokémon-Apple-Google ; limites fiers de se savoir fliqués. "Toute façon, on s’en fout, on a rien à cacher !" disent-ils. Mon Dieu, priez pour eux. Moi, ça m’est impossible.


  • On voit clairement que Michel a un pied dedans un pied dehors, car si il irait au bout de son raisonnement surtout avec l’autre qui la ramener avec les loisirs(ce qui est vraie) il dirait que le sommet de tout ces problèmes(la fausse gauche, le libéralisme, l’infantilisation etc..) c’est le Capital, c’est le Capitalisme que Francis Cousin décrit très bien, c’est le Capital qui via sa société où tout tourne autour de la consommation de marchandise/loisirs, créé des bizounours féminisé démunit d’esprit critique qui ne servent qu’à consommer les marchandises du Capital.


  • Onfray remarque seulement maintenant l’infantilisation de la société...cela ne date pas d’hier que l’oligarchie maintient le peuple par les jeux, le sport et un système politico-médiatique débile...dont il fait partie.
    Le plus gros problème depuis au moins 40 ans est que les adultes ne communiquent pas entre adultes mais prennent le rôle du parent ou de l’enfant. Ce sont les journalistes et les politiciens qui dominent dans le rôle du parent...quand ce n’est pas avec des sermons pires que ceux du curé ! Quant au rôle de l’enfant longtemps l’apanage des immigrés musulmans grâce à SOS racisme et son idéologie colonialiste, le terrorisme bien entretenu le déplace sur l’ensemble de la population. L’état devient de fait le super parent sauveur !!!!
    Onfray ne risque pas de faire de la trottinette bien qu’elle lui ferait le plus grand bien car on y apprend à avancer tout en gardant l’équilibre et en prenant en compte tous les facteurs pour ne pas se casser la gueule.
    Onfray ne vaut vraiment pas Soral qui est un vrai intellectuel qui analyse et anticipe.


  • Personnellement , ce qui m’énerve , ce sont les gens qui, dans un repas de famille ou un repas de quartier , sortent leur portable , regardent leur e-mails , les SMS qu’ils reçoivent ou en envoient ou regardent je ne sais quoi . En fait ils veulent communiquer avec le monde , mais pas avec ceux qui sont à côté d’eux . Ils sont jamais bien là où ils sont , ils veulent se transporter ailleurs et dès qu’ils seront ailleurs , ils enverront un SMS à ceux qu’ils viennent juste de mépriser avec leurs portables à la con qu’ils adoraient alors que les autres leur demandaient juste un peu de présence de leur part !
    Le portable me semble parfois être le pire instrument d’incommunication .
    Pour ce qui est de la trotinette , je ne me prononcerai pas !

     

    • Après il y a aussi le coté addictif des écrans qu’il ne faut pas sous estimer. Beaucoup ne ce rendent pas compte du temps passé les yeux rivés sur leur écrans, sans que cela soit donc maîtrisé et qu’il s’agisse d’un quelconque mépris envers autrui.
      Pour ce qui est de la trottinette, personnellement, je prend plus ça pour un symbole plutôt qu’une accusation envers l’objet lui même.


  • Le nietzschéen de gôche dispersa ses visions lumineuses d’une société décadente à travers les soupirs des ondes hertziennes. Puis, laissant la plèbe touchée en son amour-propre d’une douloureuse blessure narcissique, le philosophe s’en fut : c’était l’heure d’aller bouffer.


  • #1546482

    Michel Onffray a préfacé l’ouvrage majeur de Conio :"la théologie de la provocation" que F.Bousquet a cité comme étant le livre de référence de son ouvrage "Putain de St Foucault"


  • #1546506

    Epoque complexe où dans le jeu du jugement, chacun est coupable dans l’oeil inquisiteur de l’autre, on se fait juges, parfois bourreaux, pour se rassurer dans cette incertitude permanente où toutes les valeurs acquises du passé sont malmenées par l’inédite opportunité humaine de s’exhiber dans sa globalité. On sait ce qu’il se passe aux antipodes de notre lieu en une fraction de secondes, les rapports de force, si discrets autrefois, voire hypocritement cachés se déchaînent maintenant par écrans interposés, chassez le naturel, il revient au galop.

    Il est assez amusant de constater qu’Onfray, qui aime jouer au philosophe afin d’avoir au moins une raison de se donner raison, passe du libertarisme post 68ard qu’il glorifiait, souhaitant jouir sans entrave, devienne un de ces réacs qu’il aimait tant détester et combattre farouchement par le débat. Comme quoi, quelque part, on devient plus ou moins tous par nostalgie ou ancrage idéologique, les réacs de quelqu’un en vieillissant quel que soit le logiciel auquel on a été biberonné. Y compris les réacs de nous mêmes, parfois, et oui, le syndrome du vieux con de plus en plus tôt c’est courant :-)

    On se raccroche à ce que l’on aimait avant, qu’on soit de gauche ou de droite, je pense qu’aucun humain dans des périodes de doutes et d’incertitudes, de peurs parfois aussi et surtout, n’échappe à la tentation de se dire que c’était mieux avant, avant quand on pouvait rêver d’un avenir, avant quand on nous promettait un monde meilleur, les 30 glorieuses éternelles, les progrès scientifiques, un avenir souriant et rose. En tout cas ça a été le cas d’une grande partie des occidentaux moyens sur plusieurs générations pour x raisons historico sociologiques, anthropologiques, qui regardent leurs enfants avoir moins de chances qu’eux même d’améliorer leurs conditions de vie afin qu’ils vivent mieux que leurs propres parents, fantasme des années 60-70 sur la croissance sans fin quoi.

    Infantilisation ou adaptation ? Est il mieux pour l’être, sa santé, que de devenir aigri et moquer les gens qui roulent en trottinettes ou alors rire aux éclats en trottinettes avec un look de Justin Bieber cinquantenaire mais profitant au moins de la vie ?

    Du pain et des jeux, ce n’est pas nouveau, ça ne date pas d’hier, mais les romains, étaient ils dévirilisés et infantilisés, déjà ?

    L’humanité se regarde dans un miroir de dimension planétaire pour la première fois de son histoire connue, observons donc ce qu’il va se passer.


  • #1546528

    Je ferai néanmoins une remarque à contre-courant. Beaucoup d’adultes fuient volontairement le monde dit des "adultes" devant la laideur et la bêtise de celui-ci.
    Il suffit de regarder les "adultes" qu’on exhibe en "modèles" pour ne pas avoir envie du tout de grandir.
    A méditer.

     

    • En effet. Ce phénomène touche beaucoup les jeunes. Leur enfance est leur coin de paradis, voulu par leurs parents, affolés par la bêtise, les immenses contraintes, l’ennui ou la tristesse dudit monde "des adultes".
      On gâte fifille ou fiston, on ne lui exige rien, et surtout pas des connaissances et une structuration intellectuelle et morale, parce qu’on sait ce qui l’attend : l’esclavage. Qu’il ait au moins de bons souvenirs, plus tard du doux foyer dont il fut le centre ! Ce faisant, on le prépare à l’esclavage. D’autant plus que la soumission au pouvoir quel qu’il soit semble être perçue comme une garantie de placement social (modeste mais réel).
      En bref on élève ses enfants comme s’ils se préparaient à être les domestiques de leurs scélératesses les oligarques : désireux de bien-être matériel, espionnant les jetsetters à distance en bavant d’envie, tentant de les imiter, et exécutant des tâches contraignantes qui demandent peu de cervelle.
      Mauvais plan, regrets éternels des progénitures. Savoir, aimer, donner, voilà qui rend heureux ! On ne le leur a jamais dit. Être un âne égocentrique et gavé donne des boutons de jalousie, des comportements de type hazizattitude. Le vrai luxe, c’est être à la Montaigne (tête bien faite, mais pleine aussi de connaissances). Qu’on se le dise, et surtout qu’on le répète à la pauvre jeunesse étourdie. Elle comprend trop tard, mais heureusement, souvent, tente de rattraper les années perdues.


    • On peut aussi " fuir " ce monde en se rapprochant de la Nature , retrouver un sens à cette vie autrement que d’avoir de force une vie sociaaaaaaaale , s’obliger à sortir avec des gens pour avoir quelque chose à raconter , ou avoir 10000 " amis " sur fb ! SORTIR de ce moule est ... vital !


  • Le burkini ne pose aucun problème à Onfray mais la trottinette oui...
    Chacun ses priorités...


  • Et bien, on dirait qu’il a froissé quelques égos le père Onfray. Le pire spécimen est pour moi la gonzesse de 30 ans qui aime qu’on l’appel princesses et qui regarde encore des vieux Disney


  • En 2015 on peut se dire philosophe et, pour illustrer l’infantilisation de la société, ne pas trouver de critère plus pertinent que le fait de faire de la trotinette.

    Un animateur de radio "adulte" aurait envoyé balader Onfray, en lui disant de revenir quand il aura potassé son sujet, et qu’il aura une synthèse pertinente à offrir aux auditeurs.


  • #1546657

    Bravo Michel ! Comme disais Groland : en l’an 2000 les gens croyaient voir des soucoupes volantes, ils n’ont eu que des cons sur des trottinettes !


  • #1546690

    Comment synthétiser en un "mot" toute une conférence de M.Onfray, qui prendrait plusieurs heures, afin de nous démontrer qu’il a raison sur l’infantilisation de la société ?
    Hanouna.


  • Et bien, je suis entièrement d’accord avec Michel Onfray,, l’infantilisation de la société,pour ne pas dire plus, est évidente et voulue, l’épisode Pokémon en est la dernière preuve, à l’évidence on ne veut plus former des adultes responsables mais des consommateurs compulsifs et manipulables,on veut faire grandir les enfants trop vite, et les adultes ne veulent plus vieillir, les parents deviennent les enfants de leurs enfants, c’est navrant et la question est de savoir quel genre d’individus, avec le recul, aura t-on produit ?Beaucoup de clients pour les psy sans doute...et une société sans repère, sans sexe, sans âge, sans filiation et on trouve ça très bien, c’est bien de rester jeune, là où avant on respectait le vieux, le sage, l’expérimenté qui avait fait ses preuves et qui en portait la trace sur son physique et à qui on demandait conseil, d’ailleurs on lui obéissait, maintenant c’est le jeunisme, jusqu’à la régression, sans crainte du ridicule pas étonnant dans cette optique que le respect, la politesse et la priorité ne soient plus accordés aux plus âgés !

     

    • #1546726
      le 01/09/2016 par PER CAPITA .................
      Michel Onfray fustige l’infantilisation de la société

      Et ce qui est le plus angoissant avec cette maladie du jeunisme à tout prix , c’est de voir le nombre de bonnes femmes de la quarantaine, ridiculeusement habillées comme des "bimbos" et accompagnés de leur fille de 15/16 ans qui elles sont classiques, ressemblent à quelque chose et ont honte de leur mère qu’elles trouvent ridicule.
      Car vous observerez qu’il est assez rare de voir une mère et une fille habillées toutes deux de manière "jeunement" ridicule ... c’est un peu comme l’alcoolique qui traine son fils qui exècre l’alcool tant il a honte de son père !..
      Il y a fort heureusement une sorte de balancier ... de régulateur ... évitant une décadence trop rapide, bien qu’aujourd’hui les choses s’aggravent de manière tant dangereuse qu’exponentielle.


    • #1547336

      Des adultes responsables ? Vous parlez de vous ? Vous qui avez dévastés à outrance cette planète ? Vous qui nous laissez un monde à feu et à sang gangréné par la haine ? Vous qui nous laissez une démocratie pourrit ? Vous qui avez jouit d’une société de consommation de masse ? C’est ça un adulte responsable ? Vous nous demandez de respectez les ainées ? Comment ? Comment dites le moi ? Regardez ce que vous laissez derrière vous ! Réagissez ! La France n’a jamais été autant divisé depuis l’occupation, le monde n’a jamais autant été divisé depuis l’éternité.

      J’ai 24 ans, un diplôme en ingénierie informatique et un travail pour bâtir un monde plus intelligent. Je ne me ballade pas en trottinette, je ne joue pas à Pokémon, je ne porte pas de Burkini mais si demain j’en ai envie je ne m’en priverait pas. Il y a des sujets plus important pour mon avenir et celui de mes enfants. Le votre désolé de vous mettre la vérité devant les yeux, il est entre quatre planches.


    • Mekilekon, ne t inquiete pas , Toi aussi rapidement vu ton age, (le temps passe tres vite), Tu seras traité de vieux con par d autres cons plus jeunes que Toi, et même si Tu es sur une trotinette, à reacteurs, Tu seras probablement propulsé au grade de beau ringard , très representatif de l époque future . Le temps ne fais rien à l affaire .


  • Sur Michel Onfray, je suis tombé sur sa BD sur Nietzsche, pas mal fichue, qui explique bien son rapport au système.
    Pendant 2 pages ils nous expliquent que Frederic avait un antisémistisme philosophique, et qu´il s´est violemment heurté, voire rompu avec sa soeur la vilaine, et son mari le vilain, les ayants droits, car eux étaient de vilains antisémites primaires, des nazies avant l´heure.
    Toucher à Freud passe encore, Sigmund a réalisé son sale boulot, et dans les milieux autorisés, on sait que, comment dire, c´est de la merde. Mais touché aux inuits qui ont tant souffert...

    Moi je veux une société où les hommes fassent de la trotinnette, et les femmes acceuillent des migrants chez elle. Faut pas se marrer, toute une partie de la population lobotomisée, ne serait pas contre.

    Ne pas jetter la pierre à l´Onfray, son boulot n´est pas condamnable, et doit être un pont vers la faschosphère. On peut pas dire directement aux amis, et à la belle doche que six millions de bobards c´est beaucoup ; mais que Onfray a dit que... moi je sais pas faire la diplomatie, mais y a des gens qualifiés pour.


  • L’enfonceur de portes ouvertes, l’œuvre des romanciers Kundera et Gombrowicz par exemple sont complètement imprégnées par ce thème de l’infantilisation de nos sociétés ; peut-être même l’humanité a-t-elle toujours été dans l’infantilisation étant donné que nous avons une peur viscérale de la mort et donc nous pilotons notre barque à contre-courant essayant de revenir vers l’enfance, l’adolescence, la jeunesse. Pourquoi Onfray ne cite-t-il aucun artiste à l’appui de ses propos, le peintre Brueghel par exemple, parce qu’il veut être le premier dans l’histoire à faire ce constat ? Vouloir être le premier (de la classe) à son âge est vraiment infantile.


  • Partie 2/2 :
    Bien entendu,dans le sillage de ce tsunami diabolique,l’homme est entraîné,lui
    aussi,vers l’abîme autant que la femme. L’aliénation est totale et tragique,à tel
    point que l’oligarchie est arrivé à asservir et à manipuler la quasi totalité des humains. Tout y passe : banalisation de l’homosexualité,de la pédophilie,habillement ridicule pour les hommes,faisant de la femme un simple objet des plaisirs bestiaux,...
    Soulignons que les seuls îlots de résistance à ce tsunami du diable était le
    bloc socialiste et le monde musulman. Le premier a été démoli à l’aide d’un
    complot imparable avec l’aide déterminante du sinistre gorbatchev. Reste l’islam. La guerre contre cet îlot de
    résistance fait rage. De l’issue de cette guerre,dépendrait largement le profil
    du monde pour la fin du vingt unième siècle


  • Parie 1/2 :
    L’oligarchie luciférienne a commencé par corrompre la société humaine selon un plan diabolique,scindé en plusieurs phases,étalé sur le très long terme et adapté aux grandes zones géographiques,correspondant aux cultures historiquement homogènes. Et ce,en mobilisant des idéologues et intellectuels de talents pour servir l’idéologie
    oligarchique dans un emballage socialement séduisant,politiquement
    réalisable et intellectuellement attrayant.
    D’abord,l’oligarchie s’est attaqué à l’Europe,en concentrant les tirs sur le
    christianisme pour le détruire en tant que grand bouclier imparable à l’idéologie luciférienne. Ce grand pari a été gagné,en mobilisant les"lumières" qui,saisissant l’événement historique de la révolution française,ont fait de l’apologie de la raison et de la"liberté"
    les armes de destruction massive de la religion chrétienne. Comme la
    nature a horreur du vide,il fallait le combler. Et l’amalgame de la"laïcité" était là pour dévoyer les esprits,à tel point qu’il est devenu"honteux" pour le citoyen d’afficher sa foi en un Dieu unique,Seigneur de l’univers. Ce bouleversement est accompagné d’un cortège de conséquences aussi désastreux les uns que les autres. La première cible de"choix",au milieu du vingtième siècle,est bien
    évidemment la femme. Celle-ci s’est trouvée,à son insu,au centre du
    capitalisme de consommation de l’après guerre,et dont le moteur est non
    le besoin,mais le plaisir,le luxe et l’individualisme. Pour abattre les vestiges qui entravaient cette nouvelle idéologie,centrée sur la femme,de s’emparer des esprits des citoyens de l’Occident,et par la suite des peuples de la planète,l’oligarchie,qui s’est débarrassée de la religion chrétienne,s’est employé à banaliser la"liberté" sexuelle, en procédant à
    l’ancrage de cette nouvelle "liberté" au processus de la consommation
    effrénée. La mobilisation de Hollywood et de la publicité ont été massivement mobilisés pour prendre en charge
    cette mortelle offensive. Rien ne pouvait y résister. Quiconque oserait s’y opposer,est immédiatement taxé de"nostalgique" et de dangereux"réactionnaire".


  • @Mekilekon (franchement, c’est trop bien trouvé), visiblement, tu n’as rien compris à ce que je voulais dire, mais c’est pas grave, c’est seulement dommage, sache que moins d’une génération nous sépare, et que je critique tous âges confondus dans les dérives de notre époque, et que je ne suis pas responsable des conséquences que tu déplores et que je déplore aussi, que je finisse entre quatre planches, c’est sûr et toi aussi et on ne sait pas quand d’ailleurs, mais ça résoudra pas les problèmes, crois-moi, gros bisous

     

    • Je répond à ton message, Oh divine Athéna, rien que pour avoir un bisou, moi aussi. :-)
      Pour en revenir aux deux exemples proposés par Onfray, pourquoi voir une infantilisation dans l’usage de la trottinette alors que ce n’est qu’un moyen pratique et original de déplacement en milieu urbain ? J’ajoute que c’est, à mon avis, une manière de lutter ou si tu préfères de minimiser les effets de la pollution même si c’est de façon modeste.
      Quand au tatouage, s’il a perdu depuis longtemps son côté sacré et initiatique en Occident, il n’en reste pas moins un moyen comme un autre d’afficher un trait de sa personnalité. On pourrait aussi bien parler de certains T-Shirts plus ou moins débiles et/ou humoristiques. Il est où le problème dans les deux cas qu’a choisi malheureusement Onfray ?
      On dirait que ce cher philosophe que j’apprécie au demeurant confond allègrement (et pas que lui d’ailleurs) infantilisation et originalité.

      P.S. Ceux qui font de la trottinette ne sont pas forcément tatoués et lycée de Versailles.


  • #1548670
    le 04/09/2016 par Patriote syndiqué
    Michel Onfray fustige l’infantilisation de la société

    La trottinette... l’est un peu méchant l’ami Onfray... ça peut quand même avoir une certaine utilité en ville... et puis on peut pas s’esbaudir sur des photos d’aïeux à en draisienne ou sur des vélos style grand bi et jeter l’anathème sur le reste. Ça veut dire quoi ? Il y aurait le bon vélo respectable et puis les deux roues pas convenables ?!

    Le tatouage... Y’a un effet de mode énorme c’est sûr mais ça reste aussi dans l’imaginaire un marqueur identitaire fort. On vit une époque floue, où l’identité est quasi criminalisée chez les occidentaux. Ça reste un moyen ostentatoire d’afficher son appartenance à telle ou telle catégorie et là on est toujours le blaireau d’un autre... et puis, n’en déplaise, ça peut être très beau.


  • #1548847

    Le syndrome de Peter Pan (parfois nommé complexe de Peter Pan ou puer aeternus et abrégé SPP) est une expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir adulte et le désir associé de rester enfant et plus généralement pour caractériser un adulte immature, en référence au personnage, archétype du garçon qui ne voulait pas grandir.

    J’ai trouvé ça sur wikipedia.

    Il y a des type de 40 ans, qui en boite de nuit, danse sur du capitaine flam et d’autres conneries du même genre.

    Ceci dit la téléréalité (Secret Story ...), le cannabis et le RAP ça ne doit pas non plus aidé les jeunes à devenir adulte.


Commentaires suivants