Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Montauban : les agriculteurs déversent des excréments sur les bâtiments publics

Les agriculteurs d’occitanie ont défilé hier dans les rues et crépi d’excrément les bâtiments publics.

 

Entre 1 200 et 1 500 agriculteurs de la région ont manifesté contre la réforme des aides aux zones défavorisées. Des tonnes de déchets agricoles ont été répandues et des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre.

Démarrée sous le soleil et dans un concert de klaxons, la manifestation et son ambiance bon enfant a vite laissé place à des actions plus dures. Les motivations du défilé étaient somme toute assez prévisibles à la vue de la colonne d’une centaine de tracteurs transportant des tonnes de déchets agricoles. Vieux palox, plastiques agricoles et surtout du lisier avaient été préparés par les agriculteurs tarn-et-garonnais. Il a fallu arriver devant les premiers CRS en faction devant l’entrée de la Direction départementale des territoires (DDT) pour que la manifestation des agriculteurs se durcisse. Des œufs puis du lisier ont été projetés sur les policiers et la façade du bâtiment, protégée par les gendarmes mobiles.

Après quelques minutes de marche à travers la ville, le cortège s’est ensuite regroupé sur l’esplanade des Fontaines histoire de préparer l’assaut final. Une action qui s’est terminée hier après-midi dans la confusion devant la préfecture. Le bâtiment, protégé par un imposant cordon de CRS et un canon à eau a pu néanmoins être préservé. Un tel déploiement de force n’était pourtant pas pour impressionner les agriculteurs. Tentant de dégager les barrières installées devant le bâtiment de l’état, les manifestants ont été immédiatement repoussés par des gaz lacrymogènes et des salves d’eau. L’atmosphère était vite irrespirable en début d’après-midi où les badauds détalaient dans les rues piétonnes adjacentes. Ambiance particulière dans le centre-ville dont les parkings avaient été vidés, le collège de l’Institut familial fermé et les commerces rideaux baissés.

Pendant ce temps, les responsables syndicaux étaient reçus par Pierre Besnard, préfet de Tarn-et-Garonne. « Nous lui avons fait remonter nos souhaits, à commencer par un rendez-vous à obtenir très rapidement avec le ministre de l’agriculture. Si Le Foll tarde trop à nous recevoir, il nous faudra être plus persuasif, assure Alain Iches. Nous n’accepterons pas que le gouvernement joue la montre sur ce dossier. Il est impératif que l’Etat revoit sa copie avant qu’elle ne parte à Bruxelles ». De leur côté, les Jeunes agriculteurs, co-organisateurs de ce rassemblement se félicitaient « du succès de la mobilisation où près de 1 500 agriculteurs ont répondu présent, venant de tous les départements de la nouvelle région », liste le président du syndicat départemental Edouard Forestié.

« Ce nouveau zonage est en réflexion depuis 2008, reconnaît Vincent Labarthe, vice-président de la région présent dans le cortège. Tout n’est pas à jeter. Il faut simplement prendre le temps de gommer les erreurs grossières avant de livrer le document final à l’Europe ». Mobilisés, les agriculteurs ont déjà promis de nouvelles actions s’ils estiment que le gouvernement préfère jouer la montre avant les prochaines élections présidentielles.

Lire la suite de l’article sur ladepeche.fr

L’agriculture française en danger, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1602210

    Pléonasme, donc pas besoin de le faire !

     

    Répondre à ce message

  • Les agriculteurs ont raison de défendre leur bout de gras . Nonobstant on ne peut s’empêcher de remarquer que sur la photo, entre le tracteur et la benne il y en a bien pour 200 000 euros... Et se souvenir que ces pauvres agriculteurs représentent la catégorie socio-professionnelle qui possède le patrimoine moyen le plus élevé de toutes : 600 000 euros... L’amour est peut-être dans le pré mais le pognon, toujours .

     

    Répondre à ce message

    • Hé bien Titi, après t’être coltiné 30 ans de crédit outrancier au Crédit Agricole pour acquérir tout ce patrimoine obligatoire pour rester à peine rentable dans des filières agricoles cloisonnées par l’idéal productiviste moderne, tu remarqueras que ta retraite s’élèvera à 500 € si tu es chanceux et se terminera rapidement dans la fosse parce que tu te seras ruiné le corps entre les activités physiques et les produits de merde imposés.
      Donc après avoir vécu cette vie de privilégié, tu repasseras peut-être faire des remarques pertinentes.
      NB : je préfère de loin le tapis d’excréments que les déversements de lait en guise de protestation, c’est plus respectueux. Mais surtout, à quand un boycott généralisé des taxes et impôts ? Bordel, la pression est dans ces actions ! Enfin, il y a une vraie différence entre agriculteurs et céréaliers !

       
    • - LES agriculteurs sont la catégorie socioprofessionnelle la plus endettée et la moins rémunérée pour l’énorme travail fourni, travaillant même parfois à perte en plus de travailler dans des conditions extrêmement dangereuse étant en contact avec toute la merde de l’industrie agrochimique qui leur est imposée dans leur formation en lycée agricole comme en pratique afin d’être un minimum rentable croient-ils ! Ils n’ont pas de vacances, sont soumis aux aléas climatiques et cerise sur le gâteau sont payés une misère par les intermédiaires qui nous revendent la merde chimique produite 80% plus cher dans les supermarchés et autres affiliés !

      - Avez-vous une idée de la souffrance des agriculteurs matérialisée par le taux de suicide sans parler de tous ceux qui sont gravement malade ?

      - Dans certains cas on est carrément à la limite de l’esclavage avec des agriculteurs travaillant parfois plus de 12h par jour pour à la fin s’en remettre au RSA pour survivre !

      Renseignez-vous avant de débiter des énormités !

       
    • En même temps quand on produit de la merd chimique et qu’on travaille pour la grande distribution faut pas s’étonner de l’avoir dans le fion au bout du compte. Hé les gars vous avez contribué à empoisonner les gens pendant plus de 50 ans, des vrais petits dealers de Monsanto et on vous entendait pas tant que financièrement ça le faisait.

       
    • hé ben titi vu c’que t’as déjà pris, tu ferais mieux de continuer de te tourner les pouces plutôt que de pianoter des conneries...

       
    • "leur" bout de gras ? Titi, rappelez nous d’où sort la nourriture qui se trouve chez vous, de votre jardin ?

       
    • frugivore , tu crois qu’ils ont le choix si ils veulent "manger" en fin de mois ????

       
    • 1 agriculteur sur 3 gagne moins de 350 €/mois. C’est la MSA (organisme du racket officiel, comme ses copains RSI et l’Urssaf) elle-même qui le reconnaît...les agriculteurs sont surendettés à un point à peine imaginable. Le pouvoir attend qu’ils crèvent tous pour ne plus avoir à gérer le problème...ce sont des vieux gaulois, de tradition rurale, dont "l’élite" n’a rien à f...

       
  • On ne devrait jamais quitter montauban !!

     

    Répondre à ce message

  • Comment plaindre les agriculteurs alors qu’ils soutiennent toujours l’UE et la FNSEA ?

     

    Répondre à ce message

  • De tout coeur avec eux. Ils travaillent dur la plupart du temps, ont toujours des crédits sur le dos. On leur impose des normes sanitaires qui les obligent parfois à refaire entièrement leurs bâtiments (je parle des volaillers, par exemple) alors que lesdits bâtiments commenceraient à être juste rentables, parce que finis de payer...
    Ils n’ont que très peu de vacances et travaillent 7jours sur 7.
    Leur travail est salissant, physique.

    Quel employé de banque, ou quel ministre, par exemple, voudrait un travail comme ça ?... surtout si le salaire à la fin était égal à presque zéro ?
    Je ne suis pas agricultrice, mais je les plains. Nous devons les soutenir, ce sont eux qui nous nourrissent, alors que les banques et les intermédiaires se prennent notre argent au passage. Sans produire quoi que ce soit.

     

    Répondre à ce message

  • Juste pour information. L’usage du canon à eau en tant qu’"arme"de répression ne peut-être autorisée qu’avec l’accord du premier ministre.

     

    Répondre à ce message

  • #1602384

    J’aimerai pouvoir les soutenir mais quand on voit comment, je généralise bien sûr, ils dénigrent les mouvements de salariés...pas facile... et quand on voit que la FNSEA demande toujours plus d’assouplissement sur l’utilisation des produits phytos alors que les ventes de ces derniers atteignent des sommets...mouais... bof

     

    Répondre à ce message

    • Le problème n’est pas si simple, avec les produits phyto. Les normes actuellement imposées, par des structures technocratiques ne connaissant rien à l’agriculture sont tout à fait inadéquates. Prenez un pommier, un bête pommier dans un bête verger. Entre la tavelure, l’araignée rouge, le black rot, les carpocapses, le russet, j’en passe et des meilleures (on ne parlera même pas des problèmes de coloration, de sucre, de fermeté ; les dégâts dus à la grêle, à trop d’eau ou pas assez selon les années, au gel...), le respect strict des normes ne permet pas de faire de tonnage correct, et donc rentable. Ne vous figurez pas que ce soit simple, c’est hyper technique. Une récolte, ça se fout en l’air en quelques instants...vous n’avez pas idée à quel point c’est compliqué. Et le tout bio, c’est du rêve. Je respecte ceux qui en ont le choix, mais la solution est plus complexe...

       
    • #1603234

      @ zouzou

      Ah la norme, technocratique en plus... le problème de la magie (du vocabulaire) c’est qu’elle ne marche qu’avec ceux qui y croient.

      Vous savez bien que la consommation des produits phytosanitaires est en hausse depuis plusieurs années en France et que nous sommes au 3ème rang mondial (cocorico ?) derrière les États Unis et l’Inde (j’ose à peine faire le rapport avec leur surface agricole...)

      On est très mauvais et il n’y a aucune excuse.

       
    • @Patirote syndiqué, pour la consommation de phytosanitaire il ne faut pas croire les journalistes qui mettent l’agriculture française premier consommateur de pesticide en europe alors que même en tonnage nous sommes au deuxième rang derrière l’Espagne et si on fait le rapport tonnage surface agricole utile, le podium est Espagne Pays Bas Allemagne, la France arrivant à la neuvième place, les pays restants n’ayant pour ainsi dire pas d’agriculture, pour des statistiques agricoles fiables, une seule source, Agreste.
      Je sais pas quel est ton métier mais t’as l’air fort pour juger celui des autres, si tu veux un vrais débat viens me voir...

       
    • #1605180

      @ Laurent

      OK pour Agreste mais un lien svp ? Sinon, vous savez comme moi que l’état français a lui même conclu au fiasco du plan Ecophyto.
      Sur Wiki les éléments que j’avance sont sourcés de l’UIPP. Ne faites pas passer mon commentaire pour fantaisiste, merci.

      Je ne suis pas agriculteur si c’est ce que vous souhaitez savoir. Je suis par contre diplômé de l’enseignement agricole et je travaille en lien avec ces questions. Je ne prétends pas être un spécialiste mais comme indiqué je ne crois pas aux mots magiques, ni jokers, et je vous indique tout de suite que votre qualité d’agriculteur que vous ne manquerez sans doute pas de m’indiquer en cas de réponse n’a pas pour moi valeur d’argument massue.