Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Municipales en Italie : le Mouvement 5 étoiles doit déjà faire sa révolution

Beppe Grillo à la croisée des chemins, entre rupture et compromis

Avec les résultats historiques obtenus par ses champions à Rome et à Turin, le Mouvement 5 étoiles fondé par Beppe Grillo affronte le second tour de ce dimanche 19 juin avec sérénité. Mais déjà, l’héritage du Père fondateur interroge les cadres du mouvement, qui s’engagent sur la sensible voie du compromis…

 

À moins d’un coup de théâtre pour le moment quasi-improbable, Virginia Raggi, du Mouvement 5 étoiles (M5s), arrachera la mairie de Rome au Parti démocrate ce dimanche 19 juin, profitant d’un ballotage qui lui est largement favorable. À Turin, le scénario pourrait être identique : le maire sortant Piero Fassino, du Parti démocrate, ayant devancé la candidate du M5s, Chiara Appendino, de seulement quatre points au premier tour. « C’est un résultat historique, la révolution gentille est en marche. Les Italiens ont estimé que nous sommes capables de gouverner. Courage ! », s’est immédiatement exclamé Luigi Di Maio, vice-président du Parlement et membre influent du directoire du M5s, composé de cinq parlementaires.

Pour le « résultat historique », c’est vrai. Mais pour la « révolution gentille », le mot fait tiquer compte tenu de la philosophie du mouvement qui multiplie les expulsions, fait signer un contrat à ses candidats prévoyant une amende de 150 000 euros pour les dissidents et contrôle les activités de ses élus. Un exemple ? Pour pouvoir participer à la course à la mairie de Rome, Virginia Raggi s’est engagée par écrit à faire approuver toutes ses décisions par Beppe Grillo, comique et fondateur du Mouvement, en cas de victoire électorale. [...]

« Aux municipales, le mouvement a su exploiter le malaise des électeurs, notamment à Rome », s’énerve le député démocrate Sandra Zampa

L’ombre de Beppe Grillo

Ces méthodes répressives ne font visiblement pas reculer l’électorat italien, qui a décidé de secouer le cocotier en permettant au M5s de s’enraciner dans le panorama politique. [...] « Les grands partis politiques ont perdu leur capacité d’enracinement sur le territoire. Dans certaines zones, le Parti démocrate a quasiment disparu du paysage politique et le Mouvement profite de ce contexte pour coloniser les zones abandonnées », explique le politologue Alessandro Campi.

 

Une nouvelle forme de populisme

Coloniser les zones abandonnées, cela veut surtout dire effacer les clivages politiques pour récupérer des voix toutes tendances confondues. Une technique que le mouvement, et surtout les nouvelles recrues, manient désormais à la perfection. « Le M5s représente une nouvelle forme de populisme, il est le défenseur populaire. Il ne se pose jamais sur un terrain explicitement de droite ou de gauche et tient toujours un discours double sur les questions importantes », analyse Antimo Luigi Farro du Centre d’analyses et d’intervention sociologiques (Cadis). C’est le cas par exemple du maintien de la péninsule dans la zone euro, une question que le M5s propose de soumettre aux Italiens en organisant un référendum. « Une victoire au référendum sur le Brexit renforcerait les positions du mouvement, qui réclame l’abandon de la monnaie unique », affirme le professeur Farro.

 

La coûteuse voie du compromis

Comme la droite et la gauche, le Mouvement 5 étoiles est aujourd’hui à la croisée des chemins. Mais si la situation est différente pour les partis traditionnels qui doivent se réinventer, la formation de Beppe Grillo doit en revanche se consolider et régler la question des contractions internes. Le prix à payer pour réussir à occuper sur le long terme l’immense vide politique qui s’est créé autour des partis. Lors de leur arrivée sur la scène politique, les membres du Mouvement se sont présentés comme les représentants de l’anti-établissement. Une force antagoniste partisane de la démocratie directe et contraire à toute forme de compromis avec les partis politiques.

Lire l’article intégral sur marianne.net

Les tribulations de Beppe Grillo, accusé de tous les maux, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ce mouvement pue le trotskisme à 15 km...rien que le nom du mouvement est suspect en diable ; et évoquer la sortie de la zone euro est une fumisterie : impossible de quitter la dite zone euro sans quitter l’UE...

     


    • « Le M5s représente une nouvelle forme de populisme, il est le défenseur populaire. Il ne se pose jamais sur un terrain explicitement de droite ou de gauche et tient toujours un discours double sur les questions importantes »



      si (et seulement si) cette affirmation est vraie, cela est tout sauf du trotskisme, mais ressemblerait plus à du Rec Nat