Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Naïf, le maire communiste de Grigny appelle à l’union entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon

Parue le 2 mars 2017 dans Libération, la lettre montre la cassure non plus entre l’élite politique et le peuple, mais les politiques d’en haut et les politiques d’en bas. Philippe Rio est le maire PCF de Grigny, qui est aux autres villes françaises ce que le Soudan est aux autres pays en termes de richesse.

Je suis maire d’une ville où plus d’un enfant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Dans cette ville, la santé est devenue un luxe. Dans cette ville, le plafond de verre contraint une partie de la jeunesse à renoncer à ses rêves. Dans cette ville, des gens ne mangent pas toujours à leur faim…

Cette ville, ma ville, est une ville populaire. Il y manque des médecins, des enseignants, des policiers, des assistants sociaux. Cette ville, c’est Grigny. Mais cela pourrait être n’importe quelle autre ville populaire. Nous sommes victimes de la ségrégation sociale et territoriale, de la discrimination à l’adresse, de ce système qui fabrique de l’exclusion, de la résignation et de la violence.

Les Grignois, comme l’ensemble de nos concitoyens modestes, ne peuvent plus attendre pour l’égalité. Ils ont besoin d’une hausse immédiate des salaires. Il faut redonner des moyens à l’école de la République et renouer avec la police de proximité. Nos concitoyens veulent des logements dignes, des transports de qualité, une énergie propre et moins chère, un environnement respirable. Ils doivent pouvoir se soigner et continuer à être fiers d’un système de sécurité sociale qui émancipe de la loi du plus fort.

Cher Benoît, cher Jean-Luc, à Grigny comme ailleurs, vos carrières, vos querelles, on n’en a rien à faire. L’urgence dans ce pays est sociale. Elle est celle de l’égalité réelle, des droits sociaux, du climat. Ensemble faisons le constat que ce quinquennat est un rendez-vous – encore – manqué pour les classes populaires. Construisons des propositions d’urgence pour les habitants de nos quartiers. Nous voulons la mise en œuvre de droits réels. Nous n’accepterons plus le saupoudrage de la politique de la ville, des politiques dites prioritaires, toutes ces expressions de solidarité, voire de charité.

 

Philippe Rio invective et Hamon et Mélenchon, qui n’arrivent pas à s’entendre, selon lui, et dont les dissensions portent, entre autres, sur l’Europe. Si Mélenchon, deux fois plus haut que Hamon dans les sondages, a besoin des voix de ce dernier pour se hisser au second tour éventuel face à Marine Le Pen, le transfert des voix n’est pas gagné. D’abord parce que Mélenchon a tapé sur le PS depuis qu’il en est parti, et ensuite parce qu’une bonne partie des socialistes ou des ex-socialistes va voter Macron. On assiste en effet pendant cette campagne à une reconfiguration du paysage politique, avec une droite nationale qui n’a pas changé, une droite conservatrice en (re)formation, un centre droit ou gauche selon le point de vue, et enfin une vraie gauche. Ou plutôt plusieurs vraies gauches. Qui n’iront pas plus loin que le premier tour, puisqu’elles sont désunies, et qu’elles visent principalement les législatives. C’est le cas de Hamon avec son PS résiduel, qui compte bien conserver une implantation à la Chambre des députés.

Ceci étant dit, là où Rio est naïf, c’est qu’il ne voit pas que la politique n’est pas le prolongement des désirs ou des besoins des gens, mais un entrelacs d’ingénieries. Qui fausse toute logique de rassemblement, par exemple, ou qui heurte les raisonnements empreints de morale. Au niveau national, il n’est plus question de social ou d’emplois, de lutte contre les violences ou de soins médicaux ; il est question de calculs, d’alliances, de rapports de forces. C’est ce que rapporte à longueur de colonnes Le Canard enchaîné, qui dit une vérité, celle de cette écume politique. La question du fond et du pouvoir profond est un autre débat...

Il faudrait que quelqu’un se dévoue pour annoncer, en termes délicats, à Phillippe Rio que le candidat Hamon fait tout pour torpiller Mélenchon, et que l’union de la gauche serait pour Hamon la mort assurée. C’est pour cela qu’il ira au premier tour, bardé de son programme de rêve pur, avec le fantasme d’un paradis artificiel pour tous, où seules les classes laborieuses iraient au turbin pour financer une armée de déclassés contrôlés par l’oligarchie. Un programme bigbrotherien bien dans la ligne d’un socialisme dévoyé.

Réflexions sur les gauches françaises, par Kontre Kulture

 

Mélenchon et Hamon, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hamon est sympathique dans la mesure où il n’est pas crâneur du tout : cela peut créer une nouvelle surprise . Quant à Méluche il est bien moins "langue de bois" qu’un Juppé, et donc bien plus intéressant malgré ses a priori . S’ils vont seuls à la bataille ils n’ont aucune chance d’être au second tour . Par contre Hamon soutenu par Méluche, c’est jouable .

     

  • Pauvre Hamon ,sait-il au moins qu’il est la part hasard ? ,parce que nombreux on voulu virer Valls . Il croit à la poupée qui tousse ,comme Mélanchon ,fausse gauche partisan de l’UERSS .Il y a encore des gens qui croient à cette gauche qui n’en est pas une ? deux pingouins qui ne servent que le système .Faut vraiment avoir rien compris, je plais les gens de Grigny ,ils n’ont pas le cul sorti du roncier avec un maire comme çà .

     

  • Pieter Brueghel l’Ancien l’a illustré http://cybersavoir.csdm.qc.ca/anima...

    À Montreuil, dans le 93, on avait ça aussi, avec Dominique Voynet...


  • Qu’on soit d’accord ou pas avec leurs propositions, certains candidats voudraient être audibles sur ce sujet au lieu que le débat public s’égare lamentablement. Le pouvoir en place, faute d’avoir un bilan à défendre et des propositions crédibles à apporter, a choisi de saboter l’élection. C’est lui et ses médias aux ordres les principaux responsables de la situation actuelle.
    Hamon et Mélenchon ne peuvent pas s’entendre. Le premier est chargé de drainer les voix de "la vraie gauche" pour (essayer de) les reporter sur Macron ensuite. Pas sûr que les électeurs suivent. Il est probable que de leur attitude dépendra l’issue du scrutin en cas de 2e tour Macron-le Pen.


  • Je lis les derniers sondages (le Figaro) et un truc me chiffonne :

    25% pour Macron
    16% pour Hamon
    11% pour Mélenchon

    On arrive à plus de 50% pour ces 3 là réunis ?
    Ca me parait pas très crédible...

    Macron est surestimé dans les sondages, j’en suis presque sûr.

     

  • Ils sont mal. JLM ne cédera pas au présupposé, Hamon ou rien.


  • Rio est maire de Grigny et président de l’AFCDRP (Association Française, des Communes, Départements, Régions pour la Paix).
    L’AFCDRP est chapeautée par l’ONU.
    Cette association date de 1997. A ce jour, ils sont environ 150 maires communistes ou majoritairement communistes, en France à y être inscrits.
    Résultat, ce petit monde voyage un peu partout dans le monde aux frais des contribuables car chaque ville adhérente paye.
    Tous ces maires, qui n’ont pas forcément inventé l’eau chaude, se mêlent de tout ce qui ne les regardent pas en matière de politique extérieure et diffusent largement leurs pensées pourries à travers le journal municipal
    Pour eux, par exemple, Bachar Al Assad était l’assassin de son peuple.
    Si Rio s’occupait mieux de sa commune, la police aurait moins peur de faire des rondes car Grigny est l’une des villes les "mieux classée" de l’Essonne pour son taux de délinquance.
    Des logements il y en avait mais il faut voir ce qu’ils sont devenus...
    Rio veut le beurre, l’argent du beurre et la crémière et tout ça sans s’investir.
    Bref, Rio ne doute de rien.
    Le dernier communiste qui avait la tête sur les épaules, était Georges Marchais

     

  • Ce maire est en effet bien naïf de penser que le PS va s’occuper des pauvres. Voila longtemps que le PS n’a plus en tête que les études de genre et la GPA.


  • C’est vrai que, devant tant de naîveté, on Rio zéclats........


  • Ah, "la grande borne" !!! Cette cité où même la police n’ose plus mettre les pieds. Mr Rio, y’a belle lurette que chez vous, on les a dépassé, les bornes...........


  • Quoi que l’on dise et quoi que l’on fasse, il arrive un moment où la naïveté devient de la complicité.


  • Les maires communistes et socialos aiment beaucoup les immigrés pauvres d’ou qu’ils viennent ,ils font tout pour qu’ils soient naturalisés au plus vite, qu’ils soient comme chez eux dans leur villes ,qu’ils s’adaptent ou pas à la communauté autochtone, qu’ils respectent ou pas les lois de la république , les élus s’en moquent comme de leurs premières chemises !Le principal souci des candidats communistes et socialo sionistes qui ont 80% d’étrangers dans leur villes c’est le renouvellement de leurs votes à chaque élection !!Pour aider la Gôche dans cette tâche les maires de Droite envoient chez les premiers cités les familles d’immigrés installés dans leur ville et qui font des demandes de logements l !Et c’est comme ça qu’ils fabriquent des ghettos, comme ceux qui les ont inventé !


  • Il n’a pas encore compris, ou il fait semblant, comme l’explique bien AS dans AS vite n°5, que le système a mis en place un candidat hors partis et hors organisations politiques traditionnelles, pour carboniser tout le monde à droite et à gauche avant le premier tour. Si ça marche, les deux candidats de gauche et le candidat de droite vont gicler sous peu. Pourquoi poser des faux problèmes ?

    Discours inutile, qui ne sert à rien, sinon à augmenter le bruit ambiant et ne pas aborder les vrais sujets.

    Que certains aient le sentiment que les élections sont d’ores et déjà truquées, est logique.


  • Je constate, d’après les commentaires, que le maire de Grigny n’est pas le seul naïf !
    Plutôt que "naïf", "manipulé", "idiot utile", je propose le terme de "soumis à une idéologie" à l’opposé de "libre d’esprit", "pragmatique"...
    L’avantage est de clarifié le débat et les prises de position. Demandez à tous ces supposés manipulés d’aller à l’encontre de leurs intérêts personnels (notamment pécuniers) et vous verrez qu’ils seront "touchés par la grâce et le bon sens"...


Commentaires suivants