Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Netanyahou rejette l’initiative française pour la paix

Sans surprise

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a rejeté lundi l’initiative française pour relancer l’effort de paix avec les Palestiniens, proposant à la place à son homologue français que Paris accueille des négociations bilatérales entre Israéliens et Palestiniens.

 

M. Netanyahou a répété devant Manuel Valls que les négociations bilatérales entre Israéliens et Palestiniens étaient « le seul moyen de progresser vers la paix ». Ce qui n’est pas le cas, selon lui, des « conférences internationales à la manière onusienne » ou des « diktats internationaux » décidant du sort des Israéliens et des Palestiniens. « J’accepterais avec joie une initiative française différente, avec un changement important : l’initiative pourrait toujours se tenir à Paris, ce serait un endroit merveilleux pour signer un accord de paix », a-t-il dit.

« Cela s’appellerait l’initiative française », a-t-il dit, « à cette différence près : je serai seul assis directement face à face avec le président (palestinien Mahmoud) Abbas, à l’Elysée ou là où il vous plaira ». « Tous les sujets difficiles seront mis sur la table : reconnaissance mutuelle, incitation à la violence, frontières, réfugiés mais aussi les colonies. Tout », a-t-il assuré. « Je suis prêt à prendre des décisions difficiles ».

 

Une conférence pour la paix le 3 juin

M. Valls a semblé ne pas vouloir s’engager sur une proposition apparemment inattendue. « J’ai entendu la proposition du Premier ministre. J’en parlerai avec le président de la République. Tout ce qui peut contribuer à la paix et aux discussions directes, nous sommes preneurs », a-t-il dit. M. Valls rencontrait M. Netanyahou avec l’intention de défendre le projet français de réunir à l’automne une conférence de paix internationale. Paris a prévu d’en jeter les bases le 3 juin en réunissant les chefs de la diplomatie d’une vingtaine de pays et les représentants de grandes d’organisations internationales, mais sans participation israélienne ni palestinienne.

La conférence du 3 juin « a un seul objectif : la paix, pour deux États, deux peuples. Il faut créer les conditions favorables à une reprise des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens », a déclaré M. Valls devant M. Netanyahou.

M. Netanyahou s’est constamment opposé à l’idée d’une conférence internationale et s’est toujours dit prêt à rencontrer M. Abbas à tout moment et en tout lieu. La nouveauté dans la contre-proposition de M. Netanyahu est que les négociations bilatérales auraient lieu à Paris.

 

Netanyahou remercie Valls

Mais elle ne semble pas modifier fondamentalement la donne. Les Palestiniens se disent lassés des tractations bilatérales ne menant nulle part, aggravant chaque jour le fait accompli de l’occupation et de la colonisation et éloignant toujours davantage la création d’un État palestinien indépendant. Ils sont acquis au projet français.

Quant aux Français, leur initiative part dans une large mesure du constat que les approches bilatérales ont échoué et que la voie de la négociation est bloquée. Ils avaient conscience que M. Valls allait au-devant de fortes résistances quand il rencontrerait M. Netanyahou après être allé se recueillir sur les tombes des victimes juives des attentats en France. « Je suis très lucide sur la situation », a dit M. Valls à des journalistes. « Nous ne sommes pas avant (les accords de paix d’)Oslo. La colonisation, en plus, elle s’est déployée. Il y a le mur » de séparation israélien d’avec la Cisjordanie.

Depuis le début de sa visite, M. Valls a multiplié les gestes symboliques et les gages d’amitié, y compris personnelle, envers Israël, tout en répétant que « la colonisation doit cesser ». Il a souligné à plusieurs reprises que « cette initiative n’est pas contre Israël », mais au contraire, dans son intérêt comme dans celui des Palestiniens.

Sa visite intervient alors que M. Netanyahou fait entrer dans son gouvernement l’ultranationaliste Avigdor Lieberman, figure détestée des Palestiniens, au ministère clé de la Défense. Au moins une querelle entre la France et Israël est-elle « derrière nous », selon les mots de M. Valls : le vote mi-avril par la France d’une résolution controversée de l’UNESCO sur Jérusalem, dans laquelle des lieux sacrés juifs sont seulement désignés sous leur nom arabe ou entre guillemets. M. Netanyahou a remercié la France d’avoir reconnu son erreur. Après le déjeuner avec M. Netanyahou, M. Valls devait se rendre dans les territoires palestiniens.

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1471714

    Abbas est un traître à La Palestine !
    Valls est un sioniste avéré !
    Netanyahu est un génocidaire !
    Quelle fumisterie ...


  • Petite bisbille-comédie "franco"-israélienne pour faire croire aux millions d’électeurs musulmans de France que le sioniste Valls défend (courageusement !) la cause palestinienne .


  • pour que bibi signe quelque chose pour la paix il faudra expulser tous les goyim de la palestine !!!


  • #1471768

    Casse-toi pauvre con !


  • Pauvre Valls, c’était bien la peine qu’il se décarcasse !!!


  • Bon on est pas étonnés. Non à la paix comme d’hab’ , non non non ça devient un leitmotiv. Mais non à quoi ? Non ! Ah bon...


  • La paix entre Israël et la Palestine va à l’encontre même de ce qu’Est Israël.

    Israël c’est un pays artificiel qui ne survis que par la soutiens illimité et inconditionnel des États Unis. Sans eux tout Israël tombe à l’eau. Et étant donné que les USA (ainsi que le monde occidentale) s’effondrent Israël doit absolument s’agrandir (faire le Grand Israël) afin d’assurer sa survie économique.

    Du coups Israël à le besoin vitale de raser les alentours pour se développer. De la même façon que le monde à le besoin vitale de faire une chimiothérapie pour éliminer la tumeur Israélienne.

    Arrivé en France Benjamin Netanyahou aurait plutôt du être jugé/condamné directe dans un procès éclaire pour génocide, ça aurait été plus constructif que d’annoncer avec un air niait que les négociations ont - sans surprises - totalement échouée.

     

    • Il y a 2 manières de voir les choses, ils pourraient aussi se cantonner aux limites de 67 et le monde entier les soutiendrait. Il n’aurait pas besoin de cette taille critique en cas de désistement US. Mais bon cette solution ne doit pas être écrite dans le bouquin sacré mais dans celui des bisounours


  • #1472140
    le 24/05/2016 par St-Louis Archangel
    Netanyahou rejette l’initiative française pour la paix

    L’amour vaincra ce pour toujours...


  • Etonnant avec Manuelito qui voit des terroristes antisémites partout comme promoteur de la paix. Qui peut croire à un truc pareil ? Même un charlie du PS ni croit pas.


  • #1472269

    Dire que si nos dirigeants avaient un semblant de dignité il leur suffirait de dire : "OK vous ne voulez pas faire quoi que ce soit pour aller vers la paix, très bien, à partir de maintenant on va prendre parti pour l’un des deux camps, celui des opprimés bien sur.."

    Mais non...


  • Un sioniste aimant la paix ? Un oxymore !!!


Commentaires suivants