Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Neuf ans : l’âge moyen du premier contact avec la pornographie

"Ne donnez pas de smartphones à vos enfants"

Après quatre journées passées au sommet de la Coalition contre l’exploitation sexuelle à Houston (Texas) mon cerveau était épuisé. Nous avions écouté des communications sur les neurosciences, le trafic des êtres humains, les abus sexuels, l’exploitation des enfants et bien d’autres choses encore. Et nous avions écouté de très, très nombreuses communications sur ce poison qui s’insinue partout, nourrissant les abus sexuels, détruisant les relations, réduisant les capacités humaines et empoisonnant la jeunesse : la pornographie. Entre autres conclusions, j’en tirerai une simple supplique aux parents, que presque tous les intervenants de ce sommet ont évoqué : « Ne donnez pas de smartphones à vos enfants ».

 

[...]

Tout au long de ce sommet, j’ai entendu des dizaines de parents racontant comment ils ont surpris leurs enfants regardant de la pornographie « hardcore ». Des enfants d’un âge bien plus précoce que l’ancienne moyenne de première exposition à la pornographie qui était jusqu’ici de onze ans. Désormais, c’est neuf ans. Ces gamins, dans une soudaine hébétude mêlée d’effroi, sont arrachés à leur enfance. À cet instant, leur monde bascule. Ils ne pourront plus effacer ce qu’ils viennent de voir. Jamais ils n’auraient dû y avoir eu accès.

J’admets que des adolescents puissent affectivement avoir besoin d’un téléphone portable. Mes parents en avaient acquis un pour moi après que j’eus passé mon permis de conduire – non pour que j’échange avec mes amis ou que je surfe sur internet mais pour qu’ils puissent me contacter et que je dispose d’un moyen de communiquer quand je courais à droite et à gauche. Mon premier téléphone portable ne disposait pas d’accès à internet et cela ne me manquait en rien. Aujourd’hui, parfois, j’aimerais même que mon téléphone n’aie pas lui non plus d’accès internet, tellement je culpabilise – comme le reste de ma génération – de perdre mon temps sur ce petit écran alors que je pourrais faire autre chose – n’importe quoi en fait – de bien plus utile.

 

Les pornographes font tout pour capter les enfants et les adolescents

Quand un adolescent a besoin d’un téléphone, il n’a pas besoin d’un accès à internet. Un appareil qui lui permet de passer des appels vocaux et d’envoyer des textos lui suffit largement. Il n’a aucunement besoin d’être branché en permanence sur des réseaux sociaux, ils n’a pas plus besoin de Snapchat (une application de « sextos » qui détruit les photos dans la minute) et ils n’a absolument aucun besoin d’avoir accès à de la pornographie perverse sur laquelle il tombera inévitablement.

N’ouvrez pas la porte de vos enfants à ces pornographes qui cherchent à les influencer ! Ces derniers savent que ces jeunes générations sont les plus susceptibles de chercher de la pornographie sur des téléphones, et c’est la raison pour laquelle ils ont fourni des efforts surhumains pour produire des films qui peuvent être visionnés sur mobiles. Ils savent très bien comment toucher vos enfants sans que vous vous en aperceviez : par les smartphones.

Lire l’intégralité de l’article sur reinformation.tv

Le Marché contre la liberté et l’épanouissement, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Grave mon 1er porno fut à 15 ans (plutot soft pas gonzo), bon y avait bien un camarade qui avait ramené en primaire une BD avec un chasseur qui calait son fusil sur la hanche d’une femme nue mais c’était noir et blanc.

    Bon la primaire était catho, je suis né en 1980.

     

    • Je suis né 3 ans plus tôt (p’tit jeune), primaire catho aussi, et bien mon petit camarade à moi avait apporté un stylo d’apparence anodine dans lequel était dissimulé des mini diapos porno (gros plans bien hard, en couleur s’il vous plaît) que l’on pouvait contempler en regardant par l’une des extrémité grace à une mini loupe intégrée. Le choc, le début d’une bien longue série..
      Pour dire à quel point c’est quasi inévitable, amplifié par la technologie c’est bien sûr puissance x10 aujourd’hui et c’est probablement loin d’être fini, le germe de tout ça est là je pense depuis toujours. (Néolithique ?)


  • #1573437

    Il faudrait inventer un système ou le fournisseur d’accès à internet donne à leurs abonnés un code qu’il faudrait taper à l’entrée d’un site pour adulte, afin d’avoir accès au contenu du site.
    Seuls les adultes auraient ce code, et donc les mineurs ne pourraient plus avoir accès au porno.
    Je vais des fois voir des films pour adultes, et c’est vrai que quelques fois certains contenus bien que légaux sont choquants (et j’ais 42 ans).


  • C’est une ère diabolique que la nôtre parce qu’il est presque impossible d’éviter aux enfants de nos jours de voir de la pornographie (je le sais dans ma famille, des enfants de 10 et 11 ans ont vu de la pornographie, des petites filles).
    Cette dernière à un effet hypnotisant, piégeux et addictif qui a détruit et détruit chaque jour de nombreuses vies.
    Attention, c’est une drogue dure !
    De plus, à cause de l’élasticité du cerveau des enfants, elle agit de telle manière qu’il est très difficile après de corriger le tir.
    Un peu comme une perle noire qu’on mettrait au milieu d’une statue de pâte à sel, et qu’on ne pourrait plus retirer une fois que cette dernière a séchée.


  • #1573457

    viol mental, de l’innocence à la perversion de masse...


  • Et pire : pensez qu’on peut être exposé à Hanouna au même âge...


  • Le développement de la pornographie n’est pas une cause, mais une conséquence de la société sélectivement pudique dans laquelle nous vivons.


  • et 14 ans c’est trop vieux disait un ancien ministre neveu de...


  • Si vous vous intéressez à ce sujet il y a le documentaire "Hot girls wanted" qui suit des jeunes filles banales tout juste sorties du lycée qui se lancent dans l’industrie du porno à Miami. On voit la mentalité des jeunes filles actuelles qui sont nées avec internet et mélangent féminisme, médias sociaux, porno hardcore et mièvrerie, c’est pas mal (surtout si vous avez décidé d’arrêter de croire en l’humanité).
    A voir ici

     

    • De la barbaque à l’étal pour dégénérés frustrés incapable de séduire... pour accomplir l’acte merveilleux de l’amour sain et bienfaisant !!!...


    • J’ai vu ce documentaire c’est tellement affligeant. Le porno a tellement pénétré l’esprit des masses que des "pratiques" qui normalement viennent de ce milieux ou qui étaient réservé autrefois à des gens qualifié d’extravertie sont devenu normale aujourd’hui même pour des gens ordinaire. La sodomie, la fellation, éjaculation faciale etc etc sont des pratiques que jamais nos grand-parent auraient ose faire. Bien que ce sont des pratiquent qui existent depuis la nuit des temps mais qui étaient réservé à une infime partie du peuple. Aujourd’hui les types entre eux ne se gêne pas de dire qu’il a déjà sodomisé sa femme ou encore avoir éjaculer dans la bouche. Quand on y pense qu’elle respect qu’ils ont de la femme de leur enfants. J’ai 34 ans et je constate que les choses partent vraiment en couille. Le week-end dernier j’étais avec un pote dans le train et il y avait deux gamines 18-19 ans. Elles buvaient tranquillement de vodka avant juste d’aller en soirée. Lorsque nous sommes arrivée à la gare, une s’est levé et a dit : Bon ce soir je vais baiser, j’ai rien à rien foutre, je veux nique." Franchement, j’étais à deux doigt de lui dire. Mais c’est toi qui te fait baiser salope. Qui pénètre qui connasse va ?!


    • #1573653

      Exactement ça, de la chair fraîche (ou pas d’ailleurs) destiné uniquement à la consommation. Drôle de façon de considérer la femme.


    • #1573744
      le 07/10/2016 par Aiguiseur de guillotines
      Neuf ans : l’âge moyen du premier contact avec la pornographie

      @faro
      "des pratiques que jamais nos grand-parent auraient ose faire..."
      J’avoue, j’ai bien rigolé.


    • Ce qui étonne c’est quand même la vitesse à laquelle la mentalité a changé, et qu’on n’en parle pas d’avantage. Il y a 15 ans les jeune filles de 18 ans avaient quand même trop honte de faire des choses comme ça, qu’on l’apprenne et qu’elles passent pour des salopes. Maintenant c’est un phénomène banal, comme ils disent dans le docu chaque jour tas de filles se lancent dans le porno, le visionnage de ces vidéos dépasse tous les autres genres réunis. T’as l’impression que pour certaines faire du porno c’est comme faire des études de comptabilité.
      Il y a à la fois une distanciation des jeunes avec eux-même, une "réification" comme dirait Francis Cousin. Ils ont intégré que leur corps est une marchandise comme les autres, et en même temps développent une obsession pathologique de leur image qu’ils gèrent comme une marque.
      Et puis on n’est plus du temps de Brigitte Lahaie, là c’est des fifilles à papa qui se font gifler, insulter, vomir et baiser à la chaine par des mecs de 50 ans, puis qui rentrent chez papa-maman pour Noël en disant "j’adore mes parents" et en espérant qu’ils ne l’apprennent pas (et qui bien sûr l’apprennent, j’aimerais pas être le père au moment où il découvre les films...). Et pour justifier ça elles disent qu’elles ont le droit d’être un peu "égoïste" de temps en temps, donc j’imagine l’état de leur égo si elles considèrent être traitées comme ça comme une faveur...
      Mais elles sont quand même fières d’être libérées des valeurs anciennes, rebelles, de gagner plein de thune (bon une misère par-rapport à ceux qui les exploitent, et qu’elles claquent aussitôt qu’elle l’ont gagné), d’avoir leur petite renommée et des flatteries virtuelles de mecs en manque. Et puis en même temps se targuent de féminisme et vont peut être faire campagne contre le harcèlement de rue...
      C’est un système global d’entretien de la frustration et de la misère sexuelle pour faire marcher le business, d’ailleurs plusieurs filles dans le documentaire disent qu’elles ne font jamais l’amour en dehors des films (donc 20 fois par jour, ça compense...), des tas de mecs sont accros au porno et ne vont plus voir de femmes "physiques". Et le tout renforcé par la culture "pornographique ambiante (clips, chanson, télé, radio, internet etc) donc ça n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin. Il y a 20 ans les jeunes mecs fantasmaient en cachette devant des films érotiques avec un téton, maintenant c’est ça, où on en sera dans 20 ans ?


    • #1574101

      Oui, documentaire assez terrible dans son constat :
      de jeunes filles un peu marginalisées au collège, venant d’ailleurs souvent de coins perdus, (donc idéalisant les grandes villes et la soi-disante "vie facile" qui y régnerait), résultat : des chairs à sexe toutes dévoués, pour ainsi dire....
      Ajoutons que la quasi-norme des familles monoparentales aggrave le tout (divorces, divorces).

      Moralité : le monde du porno, à l’image du marché libéral, n’a pas d’odeur...


  • Pour ceux qui voudraient faire encore plus de cauchemars sur la dépravation promulguée par ces mêmes, regardez la vidéo de Daniel Conversano sur la pornographie.


  • J’ai 44 ans
    Le premier porno que j’ai vu je devais avoir dans les 14 ans, grâce une une cassette VHS, mais en noir et blanc car le lecteur n’était pas PAL SECAM " je suis Suisse"( je sais, je parle une langue morte pour les plus jeunes d’entre vous.... ) Et bien le top à mon époque, c’était de voir une felation. Tandis que aujourd’hui, il est obligatoire de voir une sodomie... Et les jeunes qui sont abreuvés de porno, ils pensent qu’en faire une est ce qu’il y a de plus normal.... Et les filles acceptent de la subir sans sourciller...
    MALA TEMPORA CURRUNT SED PEIORA PARANTUR !!!

     

    • Les pratiques non reproductives sont certainement mises en avant.

      Comme vous dites, la sodomie, mais aussi bien sur la fellation, l’utilisation de jouets ou meme de la main et puis l’homosexualité, bien entendu.

      On pourrait presque y voir une conspiration pour réduire le taux de natalité.

      Je suis au courant de ces tendances, car je consomme aussi de la pornographie. Je suis moi-même accro et je suis devenu très interessé, presque obsédé par la pornographie suite a mon exposition a du matériel aujourd’hui considéré très soft, lorsque je feuilletais les revues Photo de mon grand frère. J’avais 10 ans et ca m’a malheureusement très azimuté. A l’époque de mes 15 ans, je faisais des kilomètres a velo pour acheter des revues "érotiques" a un marchand de journaux peu regardant (les autres m’envoyaient paitre). Il y aura toujours des adultes qui refuseront de faire leur travail d’adultes.

      Alors je n’ose imaginer les dégats engendrés par l’exposition a la porno hardcore, bien pire que ce que nous voyions dans les revues Lui de mon adolescence.


  • #1573514

    Effrayant...je devais avoir 15/16 ans lorsque j’ai vu mon premier porno, lequel ne m’a pas spécialement traumatisé, dois-je l’avouer. Mais 9 ans...comment est-ce possible ??
    Mon fils aîné a précisément cet âge-là. Il n’aura donc pas de smartphone avant 13 ans, et je ferai en sorte qu’il ne puisse avoir d’accès internet avant 15 ans.
    Décidément, en TOUT, l’Etat et la société nous protègent (comprendre l’inverse).
    A quand cette putain de révolution ?

     

  • Tout de même, faut il que des parents soient débiles et inconscients, pour donner un smartphone à leurs enfants !

    Un tél portable est utile, OK, mais à quoi sert internet à leur âge ? On connaît déjà les effets pervers de Facebook and co (harcèlement scolaire, proie de pervers sexuels, etc).


  • Quand je pense qu’à onze ans, je culpabilisais de regarder le film érotique de M6 le dimanche soir ou on voyait trois poils, genre "la princesse impudique" ou la série "Joy" avec Zara White...entre Culture Pub et boulevard des clips...pas de télécommande : obliger de rester assis près de la télé pour zapper en vitesse sur Cinéma de minuit (et prendre au passage un air très intéressé par le programme...) quand mon père se levé vers minuit 30 en me demandant ce que je faisais encore debout...

    La pornographie achèvera notre jeunesse. Comment nos dirigeants peuvent-ils dire que le burkini (par exemple) ne rentre pas dans les valeurs de la République s’ils ne le disent pas pour la pornographie...Est-elle républicaine alors ?


  • Pudibonderie honteuse et pornographie sont les deux faces de la même pièce, elle s’est retournée en deux générations.


  • #1573566

    Les parents qui ne le savent pas sont des connards finis et définitifs.


  • #1573660

    La pornographie détruit l’ âme, la conscience, la foi... Si les rapports hommes femmes se sont autant dégradés en 50 ans à peine c’ est principalement à cause de ça, perversion ultime et légalisée de la dépravation de l’ humanité.

    j’ ai détruit mon âme avec la pornographie, et je pense que la majorité des troubles de notre monde dit "moderne" viennent de cette saloperie.

    Aujourd’ hui je suis incapable d’envisager un rapport sain avec une femme, dégoûté par la sexualité pervertie et comment ça m’a rendu impossible toute tentative de vie à deux, impossible de voir la femme autrement qu’ en sale p....
    La pornographie pervertie les âmes en profondeur déjà pour un adulte...alors avant 12 ans ...c’ est signe qu’un très grand Jour arrive à grand pas...

     

    • Cher ami,

      Il n’est jamais trop tard pour corriger le tir. Je vous souhaite de rencontrer celle qui vous guérira de votre mal.

      Bien à vous.


    • Cher ami, il est naturel mais non-productif de toujours tout ramener à soi. J’entends par là que votre exemple n’est pas applicable à tout le monde. En ce qui me concerne, ma première exposition à du porno s’est faite à 14 ans, alors même que je ne m’y attendais pas, un copain d’école ayant sorti une VHS de son sac à dos et l’ayant balancé sur le magnétoscope un samedi après-midi quand mes parents étaient sortis. Je me rappelle même de ce que j’y ai vu, mais à l’époque ça ne m’avait pas du tout intéressé, ni choqué d’ailleurs. Je n’étais pas précoce et tout ceci m’a simplement paru étrange, sans plus. J’y suis revenu, avec intérêt cette fois, vers 17 ans, quand les copains en parlaient et que cela suscitait finalement ma curiosité, mêlée à une soudaine poussée d’hormones dirigée vers la gente féminine. Bien des années plus tard, et étant pourtant consommateur de ce type de "matériel" pour des séances de plaisir de solitaire occasionnel, ça ne change absolument rien à ma vie de couple ni à la vision que j’ai de ma femme, que j’aime et respecte plus que tout. Mais clairement, je vous rejoins sur le fait que tout ceci ne devrait pas pouvoir être présenté à des mineurs, et encore moins pré-pubères, car même si tous ne seraient pas affectés, il n’en demeure pas moins que le risque est trop grand.


  • D’une certaine façon je suis un gosse du web, j’ai un peu grandis avec sa démocratisation, et je me souviens qu’il y avait déjà une certaine terreur à l’affichage des grands panneaux d’avertissements avant l’accès des sites. Il y avait encore dans les années 2000, un léger sentiment d’interdit palpable et surtout, les sites étaient payant ce qui limitaient fortement l’accès au contenu. Auparavant, on se repliait donc sur les médias papiers et quelques vidéos/images volés avec des souvenirs enfantins plutôt drôle : les hentais de cul du grand frère, les magazines porno poilus du papa qui essayaient tant bien que mal de les planquer, les clubs pornos en classe où on se filait des images en maths pour déconner. Finalement, j’ai connu le porno assez tôt et je ne l’ai pas vécu comme une catastrophe parce que j’ai le sentiment que ce que j’avais vu ne relevait pas de l’hardcore.

    Aujourd’hui, la question se pose autrement. Plus d’avertissements à l’entrée des sites, on tombe dans le cru directement, gratuitement, à volonté : gonzo, anal, hardcore. Certains mots clés anodins conduisent directement au cul. Avec les rappeurs qui se plaisent à parler des "beurettes" nul doute que les ados ont tapés le mot pour voir ce que ça donnait. Bonjour les dégâts. Un connard comme Booba qui se plaît à salir les "Beurettes" est à ce niveau là, clairement plus destructeur qu’une centaine de discours de zemmour pour le respect des "soeurs" (que les frères se complaisent à dégrader en écoutant ce "renoi"). Je ne parle pas ensuite de la racialisation physique intégrale de la pornographie. Une horreur... : les grosses bites de blancs/noirs, les gros culs des filles blacks, les petites jeunes blanches assoifées de sexe, les petites asiatiques soumises : bref, du dégueulasse qu’aucune association ne dénonce, mais qui formate la psyché des jeunes qui regardent.

    Il y a un élément salutaire pour le manque adulte de la part de la pornographie : un monde du fantasme accessible. Mais sa démocratisation me semble être quelque chose d’inédit dans l’histoire humaine qui modifie bien des comportements avec l’existence d’une sexualité nerveuse : performance, taille, gabarit. Pasolini disait que l’individu bénéficiait des mystères du sexe opposé. Le "sceptre" masculin représentait un mystère pour la jeune fille ce qui n’en faisait pas un enjeu pour le jeune homme. Aujourd’hui on ne compte plus les gamins (voir des gamines) qui rêvent d’un 25 cm.

     

    • "Pasolini disait que l’individu bénéficiait des mystères du sexe opposé"

      Du sexe opposé ? Si je me souviens bien ça ne semble pas trop l’avoir emballé. Il aurait été comme un poisson dans l’eau de nos jours avec tout le mouvement lgbt ; et je n’en doute pas que ton être très morale aurait sûrement très apprécié la théorie du genre. Passons, au suivant !


  • Vous pourrez interdire le smartphone a vis enfants, vous le devez
    mais sachez qu’ils regarderont sur ceux de leurs copains a la recre. Ca leur fera un truc a partager....
    Dieu les protège


  • J’ai pu constater le résultat désastreux de deux jeunes filles de 13, 15 ans qui se galochaient sans pudeur dans un métro parisien, une scène bestiale, comme une provocation, l’autre face du Burkini, plus militantes (provocantes) qu’amoureuses en jetant des regards défiants à l’égard des passants, il y a 5 ans, nous n’aurions jamais vu cela. C’est triste pour ces gamines, les parents sont graves, totalement irresponsables.
    Merci pour La vie d’Adèle.


  • Au dessus de 14 ans c’est dégueulasse !!!...Putain pourtant Freddy le mythe errant ancien ministre de la culture pédophile vous l’a déjà redit et répété !!!....


  • #1574438

    Les pornographes font tout pour capter les enfants et les adolescents

    N’ouvrez pas la porte de vos enfants à ces pornographes qui cherchent à les influencer ! Ces derniers savent que ces jeunes générations sont les plus susceptibles de chercher de la pornographie sur des téléphones, et c’est la raison pour laquelle ils ont fourni des efforts surhumains pour produire des films qui peuvent être visionnés sur mobiles. Ils savent très bien comment toucher vos enfants sans que vous vous en aperceviez : par les smartphones.



    Le mobile ? La vente se fait uniquement aux adultes donc aucun intérêt de pervertir les enfants.


Commentaires suivants