Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Neuro-pirates – Réflexions sur l’ingénierie sociale, de Lucien Cerise

Lucien Cerise est un spécialiste du langage et de l’épistémologie.

Ce livre est un recueil d’articles et d’entretiens dont le titre fait référence à Neuro-Esclaves, de Paolo Cioni et Marco Della Luna, ouvrage de science cognitive et de psychologie sociale qui passe en revue les diverses méthodes permettant de réduire en esclavage une population en ciblant le cerveau et en contournant ses mécanismes de défense.

Depuis des décennies, l’oligarchie au pouvoir dans la zone d’influence occidentale applique un véritable piratage de nos consciences pour faire de nous ses esclaves avec notre consentement. Notre servitude n’est pas volontaire mais construite. Ce piratage des esprits et des cerveaux cherche l’efficacité maximum et vise donc à éteindre jusqu’à la possibilité psychologique de la révolte. Nos maîtres autoritaires ont inventé plusieurs technologies de domination furtive, en douceur et par la séduction, dont le point commun est de dissimuler l’aspect d’autorité pour que la structure de la situation maître/esclave n’apparaisse jamais clairement et endormir en quelque sorte les germes de la rébellion. Un terme pour qualifier cet esclavage invisible est « ingénierie sociale », qui peut aussi être qualifié de neuro-piratage ou d’infiltration cognitive. Le neuro-piratage se donne ainsi pour mission de nous réduire à un troupeau docile, brave bétail qui se laissera gentiment exploiter puis mener à l’abattoir et à l’euthanasie quand le maître l’aura décidé.

L’auteur examine les mécanismes de ce neuro-piratage : l’abrutissement dans la consommation, la société du spectacle, l’inversion de la place du bourreau et de la victime pour obtenir notre culpabilisation…

Afin de ne pas devenir des neuro-esclaves, protégeons-nous des neuro-pirates. Ce livre offre bien des pistes pour y parvenir.

 

Neuro-pirates, Lucien Cerise, éditions Kontre Kulture, 450 pages, 22 euros.

 

 

La présentation de l’ouvrage par l’association IDPolitiques (à partir de 26’15) :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce bouquin est un cadeau fait par Lucien Cerise.


  • Le sujet semble en effet fort alléchant , tu l’as lu ?


  • C’est ce que l’accusation d’antisémitisme empêche de divulguer, tout comme celles de complotisme. Nous avions déjà cette approche chez Michel Foucault (le biopouvoir), Gilles Deleuze (la société de contrôle : « L’information, c’est exactement le système du contrôle (…) Nous entrons dans ces sociétés de contrôle qui se définissent très différemment des disciplines, nous n’avons plus besoin, ou plutôt ceux qui veillent à notre bien n’ont plus besoin ou n’auront plus besoin de ce milieu d’enfermement (...) Le contrôle est à court terme et à rotation rapide, mais aussi continu et illimité (...) Face aux formes prochaines de contrôle incessant en milieu ouvert, il se peut que les plus durs enfermements nous paraissent appartenir à un passé délicieux et bienveillant »), Guy Debord, Giogio Agamben, aussi Michel Maffesoli : « Les bien-pensants ... se définissent comme les gardiens d’une certaine morale (...) Ils définissent le "devoir-être", en pensant ce que doit être le monde, d’une manière idéologique (…) Ils font preuve d’une remarquable intolérance à tout propos qui n’irait pas dans leur sens (…) Ils n’acceptent que le cadre dit "Républicain", ne parlent que de "citoyen" et de "Démocratie" (…) La suprématie de l’individu s’achève en son contraire, puisque ce qui prédomine au bout du long processus de l’individualisation, c’est le contrôle social sous des formes diverses, qui agit soit par l’imposition, la répression, soit d’une manière plus feutrée par l’orientation, la planification, en un mot l’asepsie de l’existence quotidienne (…) On a vu comment cette fonction devient nécessairement contrôle social dès le moment où l’idéal démocratique de l’égalité devient une fin en soi, devient égalitarisme ». La lutte contre l’antisémitisme et le terrorisme permet facilement d’instaurer Minority Report en France.


  • Si je peux me rendre au Théâtre de la main d’or dimanche prochain 17 avril, je l’achèterai sur place...


  • Excellent bouquin pour qui veut approfondir les ressorts.
    Lu et approuvé.


  • la condition de la domesticité du chien c’est que son maitre soit capable de lui donner sa pâtée tous les jours à la même heure et une friandise en rab quand il a bien obéi.

    Les neuro pirates n’ont plus les moyens de leur politique qui de ce fait se retournera contre eux ou au mieux sera vouée à l’échec :

    - ils peuvent donner à manger à tous les chiens un certain temps (et encore...)
    - ils peuvent donner à manger à certains chiens tout le temps (mais "certains" ne fait pas "assez")
    - mais ils ne peuvent pas donner à manger à tout le monde tout le temps.

    En fait, voilà ce qui va se passer :

    - les loups vont rentrer dans la dissidence, organiser le bordel
    - les chiens mal nourris vont se casser dans la campagne pour ne plus bosser pour leur maitre qui les paie plus
    - les chiens restés à la ferme vont mordre leur maitre pour se venger de ne pas avoir reçu la pâtée promise.

    Vous êtes de quel côté ?

    Du côté du chien ?

    Vous êtes sauvé !

    Du loup ?

    Vous serez maitre demain.

    Vous êtes apparatchik ? En plus sioniste ?

    (...)


  • Voir et revoir sa conférence à Lille publiée l’été dernier. La gauche liberticide. (Ou manuel de contre-piraterie...)


  • livre que j’ais lus et que je digére , à relire .
    lucien ne s’est pas foutu de notre gueule , et je l’en remercis .
    quand l’observateur se sert de sa pensée face aux expériences , la connaissance est au rendez vous.
    livre trés important , je ne cesserais de le redire , une mine.
    un grand merci à Mr Cerise pour le travail qu’il a fourni pour nous permettre d’avancer "d’un grand pas" dans ce champ de mine qu’est le systéme actuel .


  • connaissant "un peu" ce theme (facile, pour un ancien technico-commercial), et bien, cela fonctionne aussi dans l’autre sens : Il est tres facile, par exemple, de convaincre quelqu’un d’une multinationale qui sait que son contrat ne sera pas renouvelé, de mettre une clé usb dans son ordi, qui vous envoie tous les mots de passe dans votre e-mail, ou de lui demander de faire un "netscan", ou une copie du logiciel employé par tel organisme bancaire ou postal, pour ainsi faire un "petit virement" sur un compte etranger, qui passera pour une "erreur de versement", une fois l’argent viré et retiré... C’est ainsi, que font les "élites" (bien sur, pour eux, c’est "faites ce que je dis, pas ce que je fais" : C’est bien plus facile que vous ne le pensez. Regardez mon e-mail, par exemple : Enregistrée d’ailleurs, via un vpn genre "tor", connaissant le "truc" pour pouvoir choisir le pays dans lequel je veux que vous croyez que je sois.