Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Ni islam ni folie, la terreur est politique

Des premiers éléments de l’enquête, il ressort que l’auteur de l’ignoble tuerie de Nice se moquait de la religion comme d’une guigne, ne faisait pas la prière, ne respectait pas le jeûne du ramadan, collectionnait les conquêtes masculines et féminines, menait une vie dissolue, affectionnait les sites Internet violents et avait une fâcheuse tendance à régler ses différends au pistolet automatique. Il est temps, me semble-t-il, de tirer quelques enseignements d’un tel portrait, qui est désormais de l’ordre des faits, et d’analyser les dommages collatéraux qu’il ne peut manquer d’exercer quant à leur interprétation.

À des années-lumière de la pratique islamique la plus courante, ce portrait de l’auteur de la tuerie du 14 juillet en jouisseur compulsif, irascible et sans tabou, en effet, n’est pas sans intérêt. Il couvre de ridicule, c’est le moins qu’on puisse dire, la meute des télé-experts prompts à dénicher la quête du frisson apocalyptique chez n’importe quelle petite frappe du djihad global. Pour ceux qui ne veulent voir dans le terrorisme que le stade suprême du fanatisme religieux, le démenti est catégorique et sans appel. Difficile, désormais, de soutenir la thèse de la responsabilité immémoriale de l’islam, quand on sait que le meurtrier était musulman comme les Borgia étaient catholiques et que 10 des 84 victimes du massacre de Nice, en revanche, étaient bien de confession musulmane.

Cet examen impitoyable des faits renvoie aussi dans les cordes ces politiciens avides qui se jettent sur l’islam comme sur une proie facile au moindre événement susceptible de jeter de l’huile sur le feu. Rêvant sans doute de dépasser le FN sur sa droite en se livrant à une manœuvre audacieuse, ils ne voient pas qu’ils se couvrent de honte tout en creusant leur tombe, politiquement s’entend. Lorsque l’un d’eux réclame à cor et à cri l’interdiction du voile islamique, en France, pour lutter contre le terrorisme, on ne sait d’ailleurs s’il faut en rire ou en pleurer, tant le propos est grotesque et la tentative de manipulation si patente.

À l’évidence, l’auteur de l’abominable crime de Nice avait en lui une violence sourde. Nourrie de ses échecs et de ses frustrations, cette violence, le tueur de la Promenade des Anglais l’a soudain déchaînée en commettant un acte horrible, un meurtre de masse. Mais pourquoi ? Au fond, nul ne le sait exactement. On pourra gloser sans fin sur ses motivations, recourir aux expertises les plus savantes, mobiliser toutes les ressources de la psychologie et de la sociologie, l’objet d’étude a disparu avec l’acte qui l’a fait naître. Le faisceau de ses justifications s’est volatilisé avec lui, dissipant à jamais toute explication exhaustive. Que nous le voulions ou non, l’engrenage qui conduisit au drame du 14 juillet risque de demeurer nimbé de mystère.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y ait rien à comprendre. On a invoqué à juste titre l’absence de motivation politique explicite de la part du tueur. Mais tous les terroristes ne laissent pas à l’usage de la postérité un testament politique destiné à justifier leurs forfaits. L’absence de discours, en l’occurrence, peut valoir tous les discours. Et puis, il faut bien admettre que cette lecture a-politique du geste criminel du 14 juillet est sérieusement battue en brèche par sa revendication a posteriori. La justification de l’acte par l’organisation terroriste transforme l’acte lui-même à l’insu de son auteur, elle en dissipe l’ambiguïté initiale. Formulée par Daech, cette revendication, dit-on, serait opportuniste. Mais qui peut le prouver ? Et cette preuve serait-elle fournie, que faudrait-il en déduire ?

Ajouté au mode opératoire utilisé (le camion-bélier), l’endossement de l’attentat par l’organisation terroriste, sans l’exclure absolument, paraît invalider l’hypothèse d’un acte isolé, dénué de toute signification politique et commis sous l’effet d’un accès de folie. Oui, un attentat a bien été accompli par un individu décidé à tuer aveuglément, et ce crime a été revendiqué par une organisation terroriste internationale qui ne cesse d’inviter ses affidés à le faire. Disposant de partisans disséminés partout et nulle part, Daech, en réalité, n’a nul besoin d’organiser les attentats en amont, puisqu’il lui suffit de s’en attribuer la paternité en aval, la violence de ces adeptes passés à l’acte s’inscrivant spontanément dans le projet de subversion par la terreur qui constitue le fonds de commerce djihadiste depuis la création d’Al-Qaida sous parrainage américano-saoudien.

C’est pourquoi l’auteur du crime (individuel) et son parrain (collectif) en partagent clairement la responsabilité. Ils coproduisent cette monstruosité, l’un parce qu’il l’a commise, l’autre parce qu’il la revendique. Le terrorisme n’existe que parce qu’il y a des petites frappes pour accomplir la sale besogne, mais il n’y aurait pas de petites frappes s’il n’y avait aucune organisation pour diffuser des mots d’ordre. On ne se lassera jamais de le répéter : le terrorisme est une entreprise politique, et s’il fournit à des individus désaxés le moyen d’exhaler leur mal-être, c’est parce que l’organisation préexiste à cette piétaille et l’utilise comme « soldats du djihad ».

En interprétant le terrorisme sur le mode psychiatrique, au contraire, on s’offre un alibi qui en occulte la signification. Exempté de toute rationalité, y compris meurtrière, le djihadisme est réduit au statut de curiosité anthropologique. On en fait une sorte de trou noir de la pensée, une aberration sans cause assignable, comme si rien ne pouvait l’expliquer hormis le dérangement mental de ses acteurs. On veut condamner les terroristes pour ce qu’ils font, mais on les dépossède, en même temps, de toute responsabilité politique. Comme celle qui n’y voit que l’empreinte de l’islam, cette interprétation du phénomène djihadiste, en occultant sa motivation première, le soustrait à toute analyse rationnelle. Et elle jette un écran de fumée devant les raisons de ce péril mortel que nos dirigeants, par cynisme et lâcheté, ont fait croître en prétendant le combattre.

Bruno Guigue, 18 juillet 2016

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1514728
    le 19/07/2016 par Fulcanelli
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    Encore un idéologue du vivre-ensemblisme !

     

    • #1514858
      le 19/07/2016 par réGénération
      Ni islam ni folie, la terreur est politique

      Il me semble avoir compris que ces actions meurtrières sont favorisées dans un contexte social dégradé lui-même résultant de choix politiques (depuis au moins trente ans selon moi, depuis SOS racismes et le début du communautarisme).
      Il ne parle pas des individus, il essaie d’avoir une vision plus large - plus haute plutôt...


  • #1514824

    J’avoue ne plus comprendre la ligne de ER. Entre cet article et la video de Bassem du 69, j’y comprend plus rien.

    Et son discours "cpaslislam" en comparaison des borgias. Oui les borgias n’etaient pas les catholiques. Mais ils ont fourni des cardinaux à la pelle et 1 ou 2 papes je crois

     

    • #1514977

      Borgia, jihad....deux époques, deux contextes incomparables... cette simple comparaison nous laisse à penser quant au sérieux des propos qui vont suivre...


    • #1515958

      Quand E&R vous montre une vidéo, article regardez la provenance de la vidéo ou de l’article. C’est à vous d’avoir une opinion. Quand ce site présente une vidéo du représentant du gouvernement des sionistes cela ne veut pas dire que c’est la pensée de E&R, mais vous montre les discours tenus par les sionistes sans adhérer à leur discours.


  • #1514834

    Avant il y avait des criminels, parfois extrêmement violents qui rendaient certaines villes ou certain quartiers de France invivables , on appelait ça des délinquants , et ça existe toujours.

    Meurtres, attaques , viols , agressions , il y en a toujours eu par centaine commises par des individus qui ont exactement le profil de ce tueur magrébin ( amateur de femmes et d’alcool ).

    Avant Ils étaient systématiquement excusés , et leur victimes culpabilisés avec l’éternel refrain : "Les français sont racistes" , "touche pas a mon pote etc etc..."

    Ces gens y ont vu la une sorte "d ’excuse perpétuelle" pour tout ce qu’ils pouvaient commettre , voir un encouragement dans ce qu’ils savaient faire de mieux c-a- dire nuire .

    Aujourd’hui ce même type d’individu commet le même type d’acte...sauf qu’a grand échelle, cela ne s’appelle plus de la délinquance mais du terrorisme, mais c’est bien la l’unique différence pour la victime.

    Que tu sois mort poignardé pour un téléphone portable tout seul, dans une rue de Paris, il y a 10 ans , ou mort écrasé avec 83 autres personnes a Nice le 14 juillet , qu’est ce que cela change finalement pour ta famille , a part l’hommage national ?

    Dans les 2 cas tu as été tué par un assassin immonde qui a frappé au hasard .
    Pourtant dans l’un de ces 2 cas , il est interdit d’en tirer des conclusions et pour l’autre c’est presque obligatoire !

    Tous les terroristes qui sont passé a l’acte en France ont tous , sans aucune exception un passé de délinquant .
    Force est de constater que pour passer de délinquant extrémiste a " djihadiste extrémiste " il n’y a pas besoin de diplôme . et ça tombe bien car justement valoriser leur médiocrité ça marche , la gauche en sait quelque chose .

    Nos politiques font semblant de découvrir aujourd’hui les créatures qu’elles ont allègrement contribué à créer hier , mais finalement qu’est ce que cela change pour eux ? puisque c’est toujours le petit peuple qui subit .


  • #1514846

    Selon les services de renseignements militaires américains, la pornographie serait l’un des vecteurs de la barbarie dite islamique, musulmane des soi-disants djihadistes ,tous ainsi reliés aux anciens et contemporains culte de Baal ?

    Ne reproduisent-elles pas de par la nature de leurs atrocités, les rituels sataniques de ces élites cannibales ?

    Les assassins se gavent de pornographie à longueur de temps, et cela les conditionnerait pour massacrer les populations.

    ISIS Computers Contain up to 80% PornFr. - Mark Hodges

    http://www.traditioninaction.org/re...

    Question : qui produit la pornographie ?

    Et toujours le : « qui finance décide ! Qui décide dispose des moyens financiers ! »

    Une star du porno gagne en moyenne 120.000$ par an soit 132 260 € /an ! Qui finance ? Qui décide au final ...de financer ?

    (source : http://focus.levif.be/culture/cinem...)

     

    • #1514990

      Ted Bundy et d’autres célèbres serial killer ont déclaré
      regarder beaucoupde pornographie et Bundy en faisait un lien
      direct avec sa folie meurtrière.


    • #1515055

      Alors là nous ne sommes pas sorti de l’auberge vu que les consommateurs de pornographie se compte en milliards.
      Restons sérieux !


    • #1515224

      Le fait qu’ils aient de la porno à 80% sur leur smartphone... Ce sont des jeunes, ils ont pas de femmes, ils sont sous pressions. Tadaaa.

      La pornographie peut frustrer, chez d’autre elle permet de se passer de relation. D’autre la supporte pas car ça fait pas parti de leur conviction. Je me rappelle pas avoir eu de pulsions meurtrière après avoir mater du X, c’est plutôt l’inverse en fait, teste tu verras :D.

      Tu ne sais pas comment est créé, financé un film et comment est payé un acteur (porno ou pas, ça change rien) ? Sérieusement ? L’ordinateur, oeuvre du démon saura t’aider dans ta quête pour le graal du renseignement, mon fils.


  • #1514868
    le 19/07/2016 par Bank Kartel
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    L’islam est politique, la vrai folie ne l’est pas.


  • #1514941
    le 19/07/2016 par Fulcanelli
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    Le fait qu’il y avait des musulmans parmi les victimes ne constitue aucunement un argument en faveur de la thèse de Guigue : les musulmans se tuent entre eux, et les motifs de leur intra-criminalité sont multiples : hérésie, apostasie, comportement décadent, association avec l’infidèle, etc. Le conducteur du camion blanc avait le choix pour justifier le massacre de musulmans dans cet endroit à ce moment-là.

    D’autre part, le fait que le meurtrier se soit « rapidement radicalisé » prouve une fois de plus qu’il n’y a qu’une différence de degré entre l’islam et l’islamisme : la distance de l’un à l’autre se parcourt en un rien de temps. L’islamisme dort en l’islam : l’islamisme, c’est l’islam en action, et l’islam, c’est l’islamisme au repos.

    De plus, l’islam n’établit justement aucune différence entre le théologique et le politique : l’islam est une doctrine essentiellement, irrémédiablement théologico-politique.

    Cet article de Guigue est une tentative désespérée de défendre l’indéfendable.

     

    • #1515700

      Camarade,
      je ne prétendrai pas détenir la vérité (quoique...) mais Axel Bauer dit : on n’a pas affaire à la radicalisation de l’Islam, mais plutôt à l’islamisation du radicalisme. Un gars porte la haine en lui, il cherche un exutoire catharsistique ; or il est arabe (et vaguement musulman) dans un pays occidental, il se dit alors que si ça ne peut pas faire de bien au monde arabe, ça ne peut pas lui faire de mal non plus, et il monte dans le camion pour Nice...
      Pour moi, ça se tient. La haine et le désir de vengeance contre "l’homme blanc" (cfr racisme anti-blanc...) chez les immigrés (récents ou établis) - savamment entretenus par qui vous savez - pèsent sur la concorde civile. Pendant ce temps, à Riyad, ça rigole...
      Geoffrey, communiste belge, humble devant Dieu, fier parmi les hommes


  • #1514958

    Quand il y a des pommes pourries dans un cageot de pommes, tu peux expliquer que la pomme pourrie est une pomme malade, que c’est naturel, qu’elle a été abimée ou est tombée par terre, etc... mais à un moment donné, si on ne sort pas ces pommes pourries, c’est tout le stock de pommes qui sera perdu.
    Avec les pommes pourries, on peut faire du compost peut-être mais loin du cageot !


  • #1515003

    Bonjour
    "Ni islam ni folie, la terreur est politique" ..
    ... et la politique est ... au service de l’ultralibéralisme.
    Ne point oublier.


  • #1515007

    Au vue des impacts de tirs, les policiers sont vraiment mal formés inquiétant quand on se dit en état d’urgence !


  • #1515021

    " Il est temps, me semble-t-il, de tirer quelques enseignements"

    Oui, en effet, que tous les fouteurs de merde en Europe sont : arabes. Mais bon, on dit que cela va changer via la réconciliation c’est pour ça que je ne me fais plus trop de soucis et que j’évite les amalgames !

     

  • #1515040

    Entre la dernière tuerie dans la boite de nuit gay au USA où l’auteur était lui aussi homosexuel et le massacre de Nice par un autre homosexuel, nous nous posons des questions quand à l’ idéologie LGBT !?


  • #1515088

    Je pense que l’auteur de cet article n’y voit pas du tout clair.
    Peut être que je me trompe, mais à mon avis les français en majorité s’en tapent un peu de savoir si c’est un acte perpétré par un terroriste de daesh ou bien par un fou dangereux délinquant (l’un n’empêche pas l’autre).

    Ce qu’ils voient c’est qu’un maghrébin a commis l’acte.

    Le "racisme" est interdit désormais par la doctrine du multiculturalisme. On n’a plus le droit de faire une distinction par l’origine ethnique d’une personne !

    Ors les médias autorisent désormais à ne pas aimer les musulmans, donc les gens s’engouffrent dans la brèche par glissement sémantique.
    Par contre en privé les gens ne se grattent pas pour dire ce qu’ils en pensent.

    Donc les musulmans qui s’évertuent à dire que ce ne sont pas de vrais musulmans qui commettent ces actes, etc, sont complètement à côté de la plaque.

    Ce n’est pas un problème de religion (enfin ça l’est en partie), c’est plus un problème ethnique, de non intégration.

    Je suis même quasiment sûr que les attentats ne sont qu’un cristalliseur de ce que les gens pensent. Le problème c’est ce qu’il se passe au quotidien : vols, agressions, viols, meurtres, incivilités, nivellement vers le bas, postures dominatrices, port d’habits "voyants"... Il n’y a pas 80% de blancs dans les prisons en somme...

    Et ça il n’y a que quelqu’un d’honnête qui le dira.
    Par exemple on prend le gars de l’association "fils de france" et on le fait parler aux gens, je suis persuadé qu’il passera super bien. Ors il est musulman, et ça ne dérangera personne...


  • #1515089
    le 19/07/2016 par Majestic
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    Merci de diffuser mon hypothèse.

    Je ne me prétends pas analyste ou spécialiste toutefois, je souhaite émettre une hypothèse :

    Revenons d’abord sur des faits :
    - depuis bien longtemps, certains attentats ou coups d’états ont été le fait d’un gouvernement intérieur ou extérieur. Les attentats, lorsqu’ils sont intérieurs, on les appelle "Attentat sous faux drapeau"
    - ces actions avaient comme but et conséquences, soit une déstabilisation d’un pays ou soit une entrée en guerre et enfin parfois un régime mis en place proche d’une dictature
    Rappelons nous des faits suivants :
    - Entrée en guerre en 1914
    - Pearl Harbor
    - Guerre du vietnam
    - 11 septembre
    - plusieurs massacres aux USA
    Etc...

    Depuis l’affaire Charlie, le bataclan, nous pouvons voir deux volontés politiques :
    - intervention plus poussée en Syrie pour éradiquer soit disant Daesch ou L’EI ou ce que vous voudriez appelé comme tel
    - promulgation de lois sensées protéger le citoyen mais en réalité pour le brimer encore plus.

    L’affaire de Nice est simple pour moi et voici mon hypothèse :
    - après la réussite du camp russe face à la stratégie de l’empire et de ses alliés (France, Quatar) et de ses sbires (Daesch), l’empire sous couvert d’une chasse à Daesch cherche de nouveau à frapper la Syrie et y installer le chaos.

    Sans avoir de preuves directes, que pouvons-nous penser des informations suivantes :
    - un journaliste indépendant allemand mais proche Israel semble être au 1ère loge concernant l’attentat de Nice + Benji est de suite motiver à aider la France à déloger les terroristes, où donc, en Syrie ? Palestine peut être ?
    Désolé de ma soudaine interrogation xénophobe pardon antisioniste, pardon sémite, bref je m’y perds n’étant pas raciste
    - Obama de suite au chevet de la France
    - Enfin, Poutine qui envoie un message adressé à Franç... pardon Flambie (oui je sais c’est pas respectueux mais comme ils ne nous respecte pas, c’est de bonne guerre) et qui invite à collaborer ; Vladimir sent-il l’arnaque ?

    Mon hypothèse bien entendu n’est qu’une interrogation vous invitant à réfléchir sur la situation et j’attends donc vos précisions, vos remarques qui sans doute feront avancer le débat.

    Merci de m’avoir lu et vive la France, Fille ainée de l’Eglise.

     

    • #1515703

      Bonjour, je suis entièrement d’accord avec votre analyse. Il y a beaucoup d’incohérences dans cette histoire, comme dans les précédentes d’ailleurs. Malheureusement, les bonnes questions sont délibérément écartées du débat, à cause, il me semble, de cette situation terrible dans laquelle se trouve la France : Le débat politique oppose concrètement l’UMPS sioniste et atlantiste et une droite/extrême droite anti-immigration et anti-Islam. Les deux camps ont un intérêt commun à exclure les musulmans de la communauté nationale. L’UMPS salit l’Islam pour plaire au CRIF, le FN et une bonne partie de la droite font de même pour valider leur thèse sur la "menace" que constituent les immigrés pour la sécurité et l’identité nationale. Je pense que les "opposants" au pouvoir en place voient très bien les failles de la version officielle, mais ne veulent pas la remettre en cause par opportunisme, et pour ne pas saborder leur propre fond de commerce politique. Au final, c’est la vérité qui est sacrifiée par les deux camps, alors qu’elle devrait être le fondement même de la justice vis-à-vis des victimes de toutes ces tueries.


  • #1515111
    le 19/07/2016 par internaute
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    La religion, la démocratie et les droits de l’homme ne sont que des moyens utilisés pour motiver les gens à commettre des crimes. Les guerres économiques ont fait beaucoup plus de morts que les guerres religieuses. Les européens sont bien placés pour le comprendre


  • #1515133
    le 19/07/2016 par politzer
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    bonjour
    quelques observations à propos de ce criminel

    - Non religieux en effet comme le souligne Guigue aussi Islam n a t il en effet rien à voir dans cette tragédie épouvantable.
    - Possédé par un sentiment de frustrations : je préciserai qu il est victime du choc des moeurs au moment où il subit les lois du divorce à la française qui ne sont pas tendres avec les hommes et insupportables pour des immigrés ( très récemment arrivés en France) issus de systèmes patriarcaux . Ce criminel a été élevé dans une famille rigoriste dont le père est un responsable d Ennada, parti extrémiste qui ne doit pas laisser grande liberté aux femmes .
    - Cette haine du système français que sa justice était en train d’accabler a conduit par mimétisme, cet individu de mentalité ultra violente, à commettre un crime de masse de même nature que ceux observés dans le monde entier, lorsque des individus frustrés se retournent aveuglément contre la collectivité accusée d être responsable de leurs déboires.


  • #1515766

    Étrange, ce refus d’admettre la responsabilité de l’Islam, même partiellement, dans les crimes commis en son nom, conduit à soupçonner de crime non seulement tous les musulmans, mais tous les citoyens. Votre texte aboutit à faire des musulmans qui tuent au nom de l’Islam, soit des irresponsables, soit des criminels de droit commun. Leur motivation religieuse et idéologique est systématiquement écartée.

    L’attaque d’un jeune dans un train en Allemagne est certainement l’œuvre d’un "déséquilibré", mais il a quand même crié "Allahu Akbar". On est en droit de se poser certaines questions sur l’Islam et de ses conséquences.

    Il est parfois difficile d’accepter la réalité, Est-ce le politiquement correcte qui l’empêche ?

     

    • #1515952

      Et Breivik tue au nom des catholique ? La coalition de l’Empire tue au nom de la religion Catholique.


    • #1516302
      le 20/07/2016 par Mongo Beti
      Ni islam ni folie, la terreur est politique

      @ anonyme ... effectivement, c’est comparable... Breivikh a crié "au nom de Jésus !" En vidant ses balles n’est ce pas ? On a retrouvé des liens avec une organisation chrétienne radicale comme ces assassins ont eu, de près ou de loin à ce Daesh et co...
      mauvaise foi quand tu nous tiens... Continuez donc le déni.


  • #1515972

    Religieux certainement ! Après avoir vécu dans le haram (illégal, illicite, interdit en arabe) certains essaient de se racheter si ce n’est une conscience, une place au paradis en devenant martyrs. Dans le même ordre d’idée, j’ai connu des musulmans qui après avoir fait quelques tours de cailloux à la Mecque se sentaient plus purs qu’un nouveau né !
    Nous avons connu cela dans le christianisme avec les indulgences pour se faire pardonner les pêchés et s’acheter une place au paradis. C’était par contre beaucoup plus soft et sans mort d’homme.


  • #1516224
    le 20/07/2016 par Fulcanelli
    Ni islam ni folie, la terreur est politique

    Le Figaro et l’AFP du 9 mai 2016, commentant un attentat au couteau commis par un « Allemand de 27 ans au cri de Allouha Akbar » dans une gare bavaroise :

    « le mobile de l’attaque serait politique ».


Commentaires suivants