Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Nigel Farage sur le Brexit : "Je crois que la trahison est proche"

Le parlement britannique devra donner son accord avant l’activation du Brexit

Le gouvernement entend faire appel devant la Cour suprême de cette décision de la Haute Cour, qui pourrait fortement retarder le processus de sortie des Britanniques de l’Union européenne.

 

La Haute Cour de justice de Londres a tranché et sa décision pourrait être lourde de conséquences sur la poursuite du processus de sortie des Britanniques de l’Union européenne. Contrairement à ce qu’il souhaitait, le gouvernement britannique devra obtenir l’accord – par un vote – du Parlement avant l’activation du Brexit : « La Cour n’accepte pas l’argument avancé par le gouvernement » qui ne jugeait pas utile ce vote, ont estimé les trois magistrats de la Haute Cour d’Angleterre.

L’équipe de la première ministre, Theresa May, a d’ores et déjà annoncé faire appel de cette décision devant la Cour suprême, la plus haute juridiction de Grande-Bretagne. Cette dernière examinera ce recours entre le 5 et le 8 décembre prochains. « Le gouvernement est déçu par le jugement de la Cour. Le pays a voté pour quitter l’Union européenne lors d’un référendum approuvé par le Parlement et le gouvernement est déterminé à respecter le résultat du référendum. Nous ferons appel », a indiqué un porte-parole de Downing Street dans un communiqué.

 

Éloigner le risque d’un « hard Brexit »

Si cette décision de justice était confirmée, elle pourrait fortement ralentir le processus que Theresa May entendait lancer dès mars prochain, en invoquant l’article 50 du Traité de Lisbonne qui ouvre une période de deux ans de négociations entre Londres et Bruxelles sur les modalités du divorce.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Quelques réflexions sur la « démocratie », chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1592623
    le 03/11/2016 par insoumis de la dissidence
    Nigel Farage sur le Brexit : "Je crois que la trahison est proche"

    Aucune surprise si l’on considère le "piège pourri" de l’article 50 du TUE, méthode largement répandue dans les textes légaux :

    "Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union."

    Et là le Brexit et Theresa May sont effectivement emberlificotés dans ces fameuses "règles constitutionnelles".

    On pourrait subodorer que beaucoup de pays de l’UE, afin d’éviter tout EXIT, bidouillent leurs Constitutions.
    En France on a l’habitude que notre Constitution soit modifiée, altérée, faussée par le système européiste de m...
    Il devient fort possible qu’à terme le FREXIT devienne une impossibilité constitutionnelle !

     

    • Le Royaume-Uni n’a pas de constitution.


    • #1592853
      le 03/11/2016 par insoumis de la dissidence
      Nigel Farage sur le Brexit : "Je crois que la trahison est proche"

      Si l’Angleterre a une forme de Constitution (sauf si on veut chipoter et jouer sur les mots).
      Ce n’est pas un texte fondateur et au sommet de la hiérarchie des normes comme en France mais un ensemble de textes de lois où l’on trouve par exemple la Magna Carta ou le Parliament Act.

      Ne pas tomber dans le piège du titre trompeur que l’on trouve ici, cette page ce nomme par ailleurs "La Constitution de l’Angleterre et du Royaume Uni"

      D’ailleurs sur ce même site on trouve ce texte très révélateur de ce qui est en train de se passer :

      "Le Parlement et le Brexit. Les experts constitutionnels ont tendance à convenir que le Parlement doit être consulté, et voter , avant que le premier ministre ne puisse activer l’article 50 du traité de Lisbonne , pour faire sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne. Le Parlement n’est pas lié par le résultat du référendum Brexit , qui était consultatif et non législatif . Les trois quarts des membres du parlement britannique sont contre le Brexit ; ceci est l’une des raisons pour lesquelles il reste tout à fait possible que le Brexit n’ait pas lieu. Le Parlement a un pouvoir de veto . C’est le Parlement qui a voté l’adhésion du Royaume-Uni à l’Union européenne en 1973. Seul le Parlement peut annuler ou abroger la législation qu’il a passée. Cela ne rentre pas dans les pouvoirs du Premier ministre."

      Éclairage que l’on peut consulter sur Wikipédia :
      "En vertu du principe de souveraineté du parlement, il n’existe pas de contrôle de constitutionnalité et le parlement conserve juridiquement le pouvoir de modifier par une simple loi les institutions du royaume ainsi que les droits fondamentaux des sujets."

      Conclusion ?
      Voir le titre de l’article en dessous duquel nous postons nos commentaires :
      Nigel Farage sur le Brexit : "Je crois que la trahison est proche"


  • Imagine-t-on le Parlement français ratifiant les referendums proposés par de Gaulle ? Absurde . Une question existentielle concernant tous les citoyens ne peut être l’objet d’un débat parlementaire, mais d’un referendum, et la "vox populi" prime sur celle du Parlement .

     

    • pour De Gaulle rappelons un fait historique, c’était un coup d’état "soft power" .
      66 sortie de l’otan
      67 préparation du chausse-trappe
      68 "Mai" aujourd’hui révolution colorée
      69 le coup de grâce : le referendum & les phrase : les français sont des veaux
      puis le trahison avec Pompidou (de chez Rothschild).
      73 obligation que l’état emprunte au secteur bancaire PRIVE & surtout début de la dette exponentielle.


  • Notez quand-même que retardement ne signifie pas annulation.
    C’est fou, ce forcing des élites contre le brexit...à croire que c’est vraiment contraire à leurs intérêts.


  • Autre chose, on l’oublie un peu trop souvent, mais il y a une personnalité de grande importance qui a pris parti pour le Brexit : The Queen.

    Si la Haute Cour invalide le vote du Peuple, il invalide également celui de la Reine ! Et ça, les Britanniques ne sont pas du genre à accepter ce genre de coup fourré fait dans leur dos et qui plus est dans celui de leur souveraine.

    D’autant plus que la conjoncture est bonne, les attaques provoquées contre la Livre Sterling et sa baisse peut profiter à un élan de ré-industrialisation tel que le souhaite Theresa May.

    Vous vous rendez compte ? La volonté de millions d’anglais rejetée par les entourloupes de 3 juges. S’ils aiment leurs enfants, ils auront intérêt à modifier leurs décisions (n’oublions pas le MI6).

     

  • Les "hautes cours de justice " sont les faux nez de la dictature démocratique.


  • Comédie au sommet sur le dos du peuple : La duplice Theresa May fait mine de s ’attrister en étant actrice de la trahison.

     

    • Merci d’utiliser mon pseudo !


    • C’est bien cela. Les juges ont refusé ce que TM faisait (probablement) semblant de proposer sur le prétexte qu’elle n’en avait pas le "privilège royal".
      La Reine, paraît-il partisane du brexit, aurait donc dû se manifester immédiatement. Puisqu’elle a le privilège royal de décider pour ses "sujets".
      Mais rien.
      Ces Anglais m’ont l’air bien retors. Et il est vrai que Theresa May leur est tombée de la lune.


    • Si tout n’est que comédie depuis le début et que tout est joué, alors pourquoi ne vous supprimez-vous pas ? Désolée, mais au bout d’un moment, surestimer l’ennemi devient presque aussi stupide et dangereux que le sous-estimer.

      Cette volonté d’insister sur l’invincibilité du camp pro-oligarchie me rappelle singulièrement la ritournelle médiatique répétée nuit et jour : Le brexit va perdre, le brexit va perdre, le brexit va perdre ! (Pareil concernant Trump ou le OXI grec) Insister dans l’espoir que, au mieux, cela influence le vote, au pire, cela démoralise l’adversaire.

      Si le brexit n’avait été qu’une mascarade, alors pourquoi ont-ils déçu leurs employés de la presse, ainsi ? Pourquoi ont-ils prouvé au monde entier que la presse stipendiée s’était trompée depuis le début quand elle disait que jamais le Brexit ne l’emporterait ?

      Pour mémoire, Farrage avait prédit que le Brexit allait perdre le référendum à peine une heure avant que le résultat ne tombe. Donc cela prouve deux choses : soit c’est un pessimiste, soit la puissance médiatique est suffisante pour convaincre quelqu’un qu’il perd alors qu’il gagne (ou l’inverse).


    • Si tout n’est que comédie depuis le début et que tout est joué, alors pourquoi ne vous supprimez-vous pas ? Désolée, mais au bout d’un moment, surestimer l’ennemi devient presque aussi stupide et dangereux que le sous-estimer.

      Cette volonté d’insister sur l’invincibilité du camp pro-oligarchie me rappelle singulièrement la ritournelle médiatique répétée nuit et jour : Le brexit va perdre, le brexit va perdre, le brexit va perdre ! (Pareil concernant Trump ou le OXI grec) Insister dans l’espoir que, au mieux, cela influence le vote, au pire, cela démoralise l’adversaire.

      Si le brexit n’avait été qu’une mascarade, alors pourquoi ont-ils déçu leurs employés de la presse, ainsi ? Pourquoi ont-ils prouvé au monde entier que la presse stipendiée s’était trompée depuis le début quand elle disait que jamais le Brexit ne l’emporterait ?

      Pour mémoire, Farrage avait prédit que le Brexit allait perdre le référendum à peine une heure avant que le résultat ne tombe. Donc cela prouve deux choses : soit c’est un pessimiste, soit la puissance médiatique est suffisante pour convaincre quelqu’un qu’il perd alors qu’il gagne (ou l’inverse).


    • Pas retors. Perfides !


  • #1592659

    Effectivement, tous les discours et toutes les décisions relatives au Brexit sentent la trahison.

    Elle fera du bien à tous les gogos qui croient encore au mythe du peuple souverain.


  • J’ai déjà plus confiance en la démocrature britannique que la française.


  • On n’a jamais vu un Referendum être soumis à la ratification d’un Parlement, c’est une monstruosité anti constitutionnelle .

     

  • la constitution d’une démocratie qui nie le référendum d’un peuple .....
    interessant comme concept !


  • Lorsqu’on dit aux européistes, que pour faire entrer un pays dans l’U.E, on n’a jamais demandé l’avis de son peuple et que seuls les parlementaires ont été consultés, ils vous répondent que les parlementaires sont élus et représentent le peuple et donc que leurs décisions sont celles du peuple.
    Et là, c’est le peuple lui même qui a décidé, mais il faudrait quand même l’accord du parlement ?
    Ils devraient faire gaffe quand même, car entre les résultats des référendums détournés dans plusieurs pays, les chefs d’Etat élus virés et remplacés par des types nommés par l’U.E (Grèce et Italie), les refus de faire des référendums malgré les conditions requises dans plus en plus de pays etc... même les plus obtus des citoyens commencent à se demander s’ils sont vraiment en démocratie.
    Et à mon avis, si les citoyens de l’U.E peuvent encore la mettre en veilleuse et supporter l’austérité imposée et la précarité qui s’installe, ça va beaucoup moins bien passer, s’ils s’aperçoivent que la démocratie est réduite à une peau de chagrin et leurs pays en républiques bananières pourries par la corruption.


  • C’était prévisible ! J’espère que le peuple anglais se battra !


  • #1592924

    Seuls nos ennemis mondialisés ont intérêt à nous convaincre que toutes nos victoires sont des défaites et nos défaites des victoires .

    On croit que le Brexit est une victoire, mais si elle n’était pas traduite dans les faits, elle deviendrait une défaite.

    On craint que le Brexit ne soit une défaite, mais c’est justement ce qu’il faut croire pour que notre victoire se transforme en défaite.

    On nous prétend que même si le Brexit n’était pas suivi f’effet, ce serait encore une immense victoire, au moins sur le principe, mais les victoires de principe ne sont que des défaites implicites.

    En dernier argument, nos ennemis mondialisés cherchent à nous endormir en prétendant que quoi qu’il advienne le camp souverainiste a gagné, un mensonge dénoncé étant déjà un mensonge vaincu .

    Alors que depuis Samson c’est en dormant que l’on perd le plus sûrement ses batailles


  • Serait-ce une magouille pour rester dans l’UE en arrachant encore plus de concessions et d’avantages particuliers pour l’UK ? Bien dans le style habituel de la perfide Albion.


Commentaires suivants