Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Nintendo Switch" : du virtuel pour tous les instants de l’existence

Le jeu vidéo à l’avant-garde du capital

Toi, oui toi qui es au bout du rouleau, toi qui n’en peux plus d’entendre parler de chômage, de migrants, de politique et de football, réjouis-toi ! En mars 2017, Nintendo aura enfin ce qu’il te faut : la nouvelle console Switch.

 

JPEG - 91.2 ko
Une fenêtre vers un monde meilleur à emmener partout avec soi

 

Switch, ça veut dire interrupteur, commutateur, transfert ou changement. Le changement c’est (encore) maintenant, le changement c’est pour bientôt, le changement qu’il est beau avec Nintendo, si beau qu’on l’a en vidéo : petite analyse d’une grosse publicité.

 

JPEG - 115 ko
Rien de subversif ne surgira de ce canapé. Il aurait au moins fallu qu’il soit rouge.

 

À première vue, ça ressemble à une console de salon tout à fait banale. Le mec est posé dans son canapé et on suppose que tous ses amis se trouvent dans une configuration semblable, ici ou là en Occident.

Puis voilà que le clebs a envie de sortir. Jusqu’à maintenant, il fallait lui envoyer un bon coup de pied pour qu’il nous foute la paix jusqu’au prochain point de sauvegarde. Mais avec la nouvelle console Switch, plus besoin de taper son chien ! On connecte les contrôleurs de jeu à un écran portable et hop ! sans même interrompre la partie, on peut sortir tout en gardant son esprit enfermé.

 

JPEG - 108.9 ko
Du chien qui court dans l’herbe ou de son maître, lequel a la vie la plus trépidante ?

 

Et avec Nintendo, quelle que soit l’horreur du monde moderne, peu importe ! Ça va switcher toute la journée où que tu te trouves, et même la blonde que tu croiseras à l’aéroport ne sera plus rebutée par ton chômage ou ton acné puisque les personnages des écrans feront écran aux personnes.

 

JPEG - 139.6 ko
– Salut ! comment tu t’appelles ?
– KittyChaton658, et toi ?

 

Puis, une fois arrivé à l’hôtel (sans la blonde), retour à la configuration initiale : le canapé. D’ailleurs, à l’avenir, pourquoi s’emmerder à construire des maisons et des chambres d’hôtel autour des canapés ? On se le demande. Tant qu’il y aura des écrans en face, on aura beau les mettre dehors, sous la pluie, dans des décharges publiques ou dans des fosses aux lions, les gens iront s’asseoir dessus.

Et bien entendu, avec Nintendo, le jeu vidéo c’est pas macho : c’est aussi pour les filles. Le geek mâle tout pâle, tout moche et tout seul, c’est un vieux cliché dont les marchés ne veulent plus entendre parler.

 

JPEG - 139.3 ko
Après avoir obtenu le salariat et la cigarette, la femme moderne aura droit au canapé et à la virtualité. Parce que sinon c’est pas juste.

 

Et puis là, comme on est bientôt sur la fin du sketch, bouquet final : tout le monde est joyeusement réuni autour de l’écran. Les filles et les garçons, les Blancs et les Beurs... Voilà que la modernité s’offre à nous dans la pureté absolue de son spectacle enfin réalisé : égalitarisme, multiculturalisme, virtuel et Coca-Cola. Ouf ! L’évolution de la civilisation nous a inquiétés quelques temps, mais nous voilà rassurés.

 

JPEG - 151.1 ko
Le vivre-ensemble, ce fameux projet du mourir-isolé : Nintendo valide.

 

Puis, pour que l’indistinction se réalise définitivement, Nintendo nous invite à devenir de vrais faux compétiteurs sportifs. Le présent et l’absent, le beau et le moche, le réel et le virtuel, le sport et la glandouille... tout est réduit en bouillie et, de cette purée marchande, tel un phénix (version poulet KFC aux hormones transgéniques, sans plumes, qui louche, cancéreux du cloaque), surgit le concept du siècle : le e-sport, ou sport électronique. Nos warriors de la modernité se pointent dans un stade, font apparaître leurs avatars virtuels sur écran géant et voilà que le public en liesse applaudit... on ne sait qui, on ne sait quoi. D’ailleurs, une fois que Nintendo aura distribué des écrans à tout le monde, pourquoi en planter un nouveau dans un stade pour qu’on aille l’applaudir ? Là aussi, on se le demande.

 

JPEG - 156.6 ko
Avec le e-sport, comme dirait Guy Debord, tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation (pour les compétiteurs comme pour les spectateurs)

 

La Switch devrait coûter dans les 460 euros... Allez, faites pas vos difficiles. Ce n’est pas si cher payé, pour oublier les effets de l’argent.

 

Adrien Sajous, novembre 2016

 

 

Le monde de demain avec la Nintendo Switch :

 

Plutôt que de s’y oublier, comprendre le virtuel avec Adrien Sajous,
chez Kontre Kulture :

 

À lire également, chez Kontre Kulture :

Les jeux vidéo, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai passé ma jeunesse entière a me réfugier dans les jeux vidéos, le soir en rentrant de l’école. Ca ne m’empêche pas aujourd’hui d’acheter les vidéos de Soral, d’écouter Reynouard, etc. C’est d’ailleurs parce que j’ai commencé avec les consoles puis qu’un jour j’ai voulu avoir un PC, principalement pour les jeux exclusifs au PC, que j’ai découvert internet. Peut être que sans être passé par là, aujourd’hui je regarderais les "infos", influencé par les cons de cette vie sociale que je n’ai pas eu. Vous ne connaissez pas le jeu vidéo et votre analyse et réductrice.

     

    • Dissonance cognitive ?


    • L’article fait référence à l’excellent livre "Sociologie du gamer" que je te conseillerais de lire. Le jeu-vidéo est une métastase du capitalisme, à l’arrière-garde du social puisqu’il reproduit virtuellement un monde passé, et à l’avant-garde du capitalisme puisqu’il permet à ce dernier d’extorquer sa plue-value dans des espaces virtualisés. Cette analyse est parfaitement valable, elle est au coeur même du jeu-vidéo !


    • Je suis d’accord avec vous, il y a de bons jeux vidéos, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, d’autant que les geek du jeu PC ou console sont loin d’être tous des abrutis conditionnés.


    • @pff

      Non pas du tout, quand on parle du monde des jeux video il faut le voir dans son ensemble, je m’explique les jeux video il y en a pour tous les gouts, allant d’un jeu sur les chevaux, de stratégie (bon pour l’intellect), du zombie avec quelques problèmes de logiques assez sympa à résoudre comme les tours de hanoï par exemple dans certains resident evil ou du RPG genre final fantasy 7 où la critique du système est omniprésente dans toute l’aventure car on devine que dans ce monde tout tourne autour de l’énergie Mako un peu comme le pétrole chez nous et quand à l’age de 10 ans t’es éveillé métaphoriquement parlant sur ce sujet via une distraction ça ne peut être qu’une bonne chose quelque part.

      Conclusion le monde du jeux vidéo c’est du divertissement, allant du pay-to-win de merde bien à l’image du système où tous nos comportements d’addiction sont étudiées avec par exemple des bonus de récompense de connexion quotidienne (action -> récompense comme quand on dresse un petit chien avec un gâteau) etc... mais il y a aussi ceux qu l’on peut qualifier chef d’œuvre tout court.

      Pour moi la dissonance cognitive ce serait plutôt par exemple comme un islamiste qui critiquerait la technologie au point de vouloir la rendre illicite mais qui s’en servirait en même temps pour faire ses vidéos youtube de propagande on a bien là l’incompatibilité entre les deux concepts.

      Un jeux vidéo, on peut le réduire à une suite d’instructions vu qu’il est codé et comme qu’on peut également coder les textures comme sur shadertoy et on peut même encoder des sons/bruits donc je vois pas comment on peut dire que c’est forcément malsain, ça peut être également être quelque chose de très bien tout dépend finalement des concepteurs.


    • Le livre "Sociologie du gamer" est surout à propos du jeu en ligne, et des trois constructeurs de consoles, c’est Nintendo qui est le moins sur ce créneau.


    • En soit bien informé et conscient, le jeu vidéo reste une activité comme tant d’autres .
      Pourtant il y a des problèmes de multiples ordres :
      - dépendance pour sujet fragile, aussi forte qu’une drogue dure ; il suffit de voir tous les gens qui prennent du temps avec le Pokémon Go
      - accès de ce genre de divertissement très trop tôt du coup certains enfants ont des soucis cognitifs et surtout de langage et d’écriture. Rien de tel que des livres ou des travaux manuels de dessin pour développer le cerveau correctement. J’a joute quand même que ces enfants trop tôt connectés développent un sens de logique et mathématique intéressant mais quand même perturbés
      - les bons jeux comme ff7 se font rares et de plus en plus, d’ailleurs l’industrie s’essouffle, les jeux étaient plus intéressants avant car à cause des limites des machines, on se créait la tête pour palier l’absence d’animation avec des énigmes et du gameplay intéressants
      - j’en connais qui justement rejoué à des vieux jeu des années 80 90
      - ultime problème toute cette industrie couplé aux médias, cinémas etc... sont dirigés par des réseaux qui prônent un certain mode de vie, voici un exemple simple : The division jeu sorti cette année, on y voit un médecin femme parler de sa femme.....
      Attention, je ne donne pas mon opinion sur le sujet, ce serait long à expliquer mais bientôt des personnages discuteront entre eux en disant :" heu t’as goûté aux boeufs aux hormones, c’est pas mauvais finalement ?! C’est comme le maïs ogm on en a fait tout un foin mais j’en bouffé depuis des années et niveau santé mon médecin me felicite" allez viens je te paye un mac chicken à l’eau de javel"

      Ce que je peux dire car ancien game, c’est que cette industrie qui était intéressante ne propose que de rares jeux intéressants aussi bien ’ pour ’ l’esprit que pour le divertissement
      Et même si c’est sympa un moment et donc pourquoi pas, je préfère partager du moment avec des amis et enfants en pleine nature que devant un écran assis à la maison
      Niveau qualité de vie, il n’y a pas photo


    • @L3MN1SCATE
      "C’est d’ailleurs parce que j’ai commencé avec les consoles puis qu’un jour j’ai voulu avoir un PC, principalement pour les jeux exclusifs au PC, que j’ai découvert internet. Peut être que sans être passé par là, aujourd’hui je regarderais les "infos""

      C’est un sketch ? T’aurais jamais découvert internet sans vouloir t’acheter un jeu PC ?
      Et tu dis à un type qui était gamer la majeure partie de sa vie qu’il ne connait rien aux JV, mais toi, t’as lu le livre ?
      Regarde jusqu’où tu as besoin d’aller pour justifier tout ce temps consumé.


    • Le jeu rend accro, et le jeu vidéo encore plus. On est attiré par le monde virtuel pour bien faiblement se cacher de l’extérieur. Quelle meilleure arme pour détourner la colère ? Il rend hyperactif, en même temps mou (manque de volonté). Je parle pour le geek confirmé.


  • Leur pub m’a fait mal au cerveau. Vraiment, des débiles profonds !


  • Je pense que ce n’est pas du côté de Nintendo, qui s’est toujours défini historiquement comme fabriquant de jouet, que le danger virtuel viendra mais bien de la PS VR, oculus et htc vive qui eux proposent une complète déconnexion de la réalité, Nintendo à le mérite au moins faire sortir les gens, pour de mauvaises raisons bien sur, ce que les autres grandes compagnies ne font pas

     

    • Marc Dorcel, Pornhub et consorts sont déjà sur le coup de la VR... A noter, pour les amateurs, que Pornhub a déjà lancé une section de vidéos VR accessible gratuitement. Bienvenue dans le monde idyllique de la dépression liée à l’activité masturbatoire compulsive !


    • C’est vrai, et Nintendo encourage les gens à jouer en famille comme on le faisait avant avec les jeux de société.


    • Tout ça renvoie à l’excellente filmographie de Cronenberg et notamment à Videodrome et (surtout) à ExistensZ où le virtuel prend le pas sur le réel et où en réaction, des terroristes "réalistes" essaient détruire les vendeurs de rêves sans s’apercevoir qu’ils sont manipulés par d’autres marchands de sommeil. Les films de SF des années 80 sont toujours un vrai régal, surtout par rapport à la bouillie que l’on nous sert actuellement avec des messages bien moins intéressants (District 9 = l’immigration, c’est bien ...)


  • Je vais l’acheter car j’ai toujours aimé les jeux Mario Bros.


  • Un RSA pour une « super tablette » ? Une sacrée arnaque, oui ! Ça sent bon le krash pour Nintendo sur ce coup là...

     

  • – Salut ! comment tu t’appelles ?
    – KittyChaton658, et toi ?

    Grand prix de la légende 2016. Pour un non moins excellent article.


  • Le jeu vidéo et pourtant croyez moi j’étais fan, j’ai arrêté il y a 6 mois après l’arrêt de la cigarette, une drogue de substitution remplaçant ure drogue

    Voilà en dehors de l’aspect divertissant qui passe un moment et comme toute chose et surtout en ce moment avec le côté obscur, on tombe très vite dans une dépendance, je resume :
    - comme la télé, internet, le mobile, les réseaux sociaux, ton cerveau devient dépendant de ce divertissement
    - le jeu vidéo est plus immersif et je dis attention aux casques virtuels
    - l’effet de progression te donne le sentiment que tout va bien, tu es bon, tu es intelligent tu progresses dans ta vie etc.... sentiment de toute puissance mais
    - ce n’est qu’un monde virtuel et pendant que certains passent du temps entre eux, à s’instruire, toi tu as passé du temps à faire progresser un personnage ou une quête
    - retour à la réalité, ah merde c’est moche le monde, ma situation, allez je repars dans le monde virtuel
    - comme beaucoup l’industrie du divertissement envoie des messages subliminaux inquiétants : beaucoup de termes, personnages du côté obscur etc....
    - j’anticipe : si j’ai de mauvaises intentions, je crée un jeu vidéo avec des séquences cinématographiques, des animations de personnage du jeu et même de la musique ou chanson..... j’y inclus des messages subliminaux, l’écran le son étant au plus proche des organes récepteurs c’est le jack pot
    Un ex de message : reste connecté tu es plus fort ici que dans le,monde réel, fait juste gaffe à ton abonnement et à rester nourri mais reste constamment dans ce monde.
    On pourra voir plus tard une communauté de lobotomie qui souhaite en référence à Matrix rester connecté à un monde virtuel, ils payeront d’autres personnes pour les nourrir sous intraveineuse, régler leur stimulant musculaire et changer leur couche
    En réalité c’est impossible mais pas infaisable si des fous décident de le faire

    En résumé soit tu es conscient et équilibré, le jeu c’est comme d’autres activités soit tu es complètement scotché
    Et croyez moi j’en croise des mecs et des meufs qui passent leur temps devant écran de pc et consoles en se disant je suis arrivé au niveau 70 ce Weekend on se fait une cession
    Lorsque je faisais part de faire attention avec les casques virtuels à des futurs zombies connectés, on s’est énervé contre moi mais j’ai eu un pote, il sortait pour acheter du coca, se faisait livrer des pizzas etc... non le Geek associal ce n’est pas une légende

    A bons entendeurs

     

  • C’est vraiment terrible, au lieu de se bourrer la gueule en soirée à écouter des inepties venus des médias, ou de devoir écouter une écervelé féministe à l’aéroport dans le seul espoir de se la faire dans son hôtel sordide pour un coup d’un soir, on a maintenant la possibilité de jouer à des jeux émerveillant, complexes, voir tout simplement amusant, et ce où qu’on soit.

    Que vas devenir l’humanité si elle commence à s’amuser au lieu de s’embêter comme un rat mort, effectivement, le jeu vidéo c’est l’avant garde.

    C’est pas le média le problème, c’est la manière dont il est utilisé, et à part les cas soc, les gens que je rencontre ne sont pas intoxiqué par le jeu vidéo mais bien au contraire éveillé. Le jeu vidéo ce n’est pas un simple genre comme le rap, et même dans le rap il y a des choses à garder.

    Cet angle systématiquement caricatural et anti jeu vidéo ne me parait pas faire monter le niveau, on peut critiquer certaines pratiques comme l’esport, mais faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

     

  • il y a le papier : littérature, catalogue ikéa, bande dessinée, partition musicale, magazine porno, libé, etc.

    et il y a l’écran : cinéma d’auteur, divertissement tv, docu, jeux vidéo mainstream, jeux indépendants, site dissident,

    le média ne dicte pas la qualité du contenu.
    il y a des chefs d’oeuvre sur chaque média... et 98% de merde sur la masse totale.
    à chacun d’être assez exigent pour extraire le bon grain de l’ivraie.


  • Pub super genrée. Que fait Najat ....
    On met une femme devant "Super Mario". Au nom de l’égalité on devrait la voir jouer à "Call of duty".


  • La virtualité des jeux vidéo n’est rien face à la virtualité que génèrent les grands médias.

    Et pour ma part, je préfère passer un bon moment devant The Witcher 3 ou Dota 2 que devant un article anxiogène du Monde ou de Libération.


  • C’est pas pire que l’alcool, drogue dure en vente libre.


  • L’amour des jeux vidéos c’est la haine du Réel.

    La jeunesse manipulée se révolte virtuellement.

     

    • Pour avoir fait un travail sur moi (ancien gros joueur de jeux video), je suis d accord.
      Il peut y avoir aussi l aspect "besoin de reconnaissance" qui entre en jeu.


    • Non ce n’est pas la haine du réel, mais plutôt la peur. Moi même j’était accro pendant longtemps. On croit qu’on aime juste ça, mais quand on vieilli et qu’on aime moins ca, et qu’on s’habitu au réel (pas le choix quand on quitte le nid familial) même s’il est moins beau, ben là on réalise que le jeux vidéo n’est pas juste un divertissement mais un échappatoire quand on se prend une réalité trop dure en pleine gueule et qu’on est pas encore assez fort pour la supporter.


  • Je suis sur le point d’acheter le livre de M. Sajous, mais vu cet article il me semble qu’on va être d’accord sur pas mal de trucs.
    Je reconnais les dangers du jeu vidéo en tant que moyen de nous couper du monde, mais j’invite les gens (surtout les profanes) à se méfier de l’excès inverse. Au fond le jeu vidéo c’est exactement comme le cinéma : même si les grosses boîtes peuvent y mettre beaucoup de trucs malsains, ça n’empêche pas certains petits d’en faire un art, et parfois c’est très raffiné.
    Il y a encore quelques mois je vous aurais reproché de vous attaquer à Nintendo parce que ça a longtemps été le plus moral (ou le moins immoral) des constructeurs. La Switch m’inquiète un peu parce que comme le relève très bien M. Sajous elle est extrêmement connotée...

     

    • Exact. Tout comme les BD dans les années 1970. Qu’est-ce qu’on avait pas dit à leur sujet....


    • @Michael B et Paul82
      Le problème n’est pas le contenu ni même le message véhiculé... ce qui pose problème c’est la "virtualisation" du monde transporté dans chaque moment de la vie...
      D’ailleurs la pub est très mauvaise... on ne peut pas s’identifier parce que ce qui est proposé est monstrueux... On ne peut se projeter à la place des personnages du spot pub tellement ils ont l’air possédé... ça ne donne pas envie...
      Casser l’ambiance d’une petite fête en se pointant avec sa console... ne pas jouer avec son chien... rester assis au stade à regarder d’autre gens assis... tout ça ne donne pas envie... on dirait une parodie tellement c’est glauque...

      J’imagine qu’ils vont en vendre mais s’ils restent sur ce genre de pub, ça ne va pas être la ruée... On ne dirait plus des êtres humains, on dirait des robots... la pub est ratée... si l’on ne peut s’identifier aux personnages, on n’achète pas...


  • Je cite "La Switch devrait coûter dans les 460 euros". La source est le site Gameblog, qui dit dans leur propre article qu’il ne s’agit sans doute pas du vrai prix et que celui-ci sera sans doute inférieur.

     

    • Un effort de compréhension svp : on se fout de savoir combien elle coûte exactement. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le capital te propose d’acheter l’oubli des effets de l’argent. Tu donnes de l’argent pour oublier l’argent.
      Relis la fin de l’article.


  • Cela fait très longtemps que je n’ai pas autant ri en lisant.

     

  • Le monde de l’audio-visuel et ses prothèses sont l’arme du Satan pour détourner les Hommes de la prière, de la méditation, de la réflexion (retour sur le Soi divin), le dialogue intérieur !

    Le retour au réel en termes de chaos généralisé, d’accès aux vibrations naturelles christiques - elles sont contenues dans le soleil ..... ), le maintien de ses forces immunitaires, vaincre ses angoisses, ses peurs, ces pensées négatives nourries par la matrice satanique du monde et envoyées aux Humains avec comme support démoniaques ces technologies de la séduction de masse ! Tout ceci, vient du Malin ! Sans compter la littérature de gare, les séries télévisées, ....

    Les forces du Mal reculent certes, leur matrice est entrain de s’épuiseer, de s’écrouler car les photons de Lumière divine traversent grâce à internet les corps physiques et modifient notre ADN à très grande vitesse et donc notre manière de penser.

    Alors pourquoi ne pas chercher à les aider ?

     

    • Alors j’osais pas le dire mais complètement d’accord avec vous, je l’exprimais differement
      Sauf sur certains aspects mystiques cf soleil etc...
      Par contre toute l’industrie du divertissement et ses dérivés ne sont que des outils pour flatter l’orgueil et détourner l’humain de choses fondamentales telles que la prière et la communication avec Dieu
      C’est con diraient certains, si on commence à enlever le divertissement abrutissant et autre drogue légale ou illégale selon le pays, on aurait :
      Des êtres épris de charité, d’humilité
      Donc plus de personnes dans les rues ou alors si mais alors pour aider le peu qui reste
      Pas de guerre
      Pas de famine
      Pas de pseudo conquête spatiale
      Pas d’économie et surtout de spéculation capitaliste
      Merde vous imaginez
      Des gens qui paieraient le chapelet tous les jours avec leurs mystères comme
      L’humklite, la charité, la recherche de dieu, la pauvreté, la simplicité, les dons de l’esprit, la pureté de corps et de l’esprit, la patience dans les épreuves etc......
      Des gens bienveillants s’entraidant et ayant chacun le soucis de l’autre
      Le pain serait gratuit car tout le monde donnerait un coup de main
      La bouffe aussi et l’énergie aussi des gens comme Tesla nous donnerait une technologie gratuite, finit le pétrole polluant etc......
      Merde diraient certains il ne faut surtout pas que ça arrive, il vaut mieux que les hommes consomment des plaisirs éphémères que d’avoir non pas les mêmes plaisirs inclus dans des passages de vie profond et nourrissant avec l’esprit de dieu
      Une utopie me direz vous
      Pas sûr

      A bons entendeurs


  • Quelle pub de merde !


  • Une évolution technique pour toujours plus d’accaparement du réel par le virtuel : le tittytainment du capital.

    Le divin écran des insipidités virtuelles du capital divertissant s’est fait religion, il n’y a qu’à voir pour s’en convaincre les réactions de certains... On a touché à leur fétiche.


  • Le bouquin de Sajous vaut vraiment la peine. Il a formulé pas mal de chose que j’ai perçu intuitivement et bien plus encore. C’est un livre qui fait une analyse objective et profonde sur le média lui-même, rien à voir avec du pathos personnel ou une expérience subjective.
    Pour ceux qui pensent que le média n’est pas le problème et sont prêt à sortir 150 exceptions pour dire que le jeu vidéo c’est trop intelligent, trop artistique, trop subversif et tout ça, ils devraient connaître cette citation de McLuhan : "le message c’est le medium" ; c’est également le principe qui permet une critique radicale de la télévision. Tout ramener au contenu seul est un piège. La vision microscopique efface la vision macroscopique.

    Quand on en arrive au point où même des gens sont prêt à payer pour regarder d’autres gens jouer à des jeux solos, il faut admettre qu’il se passe un truc...
    Consommer avec modération doit bien suffire, mais finalement le jeu vidéo fonctionne comme la télé : plus on en a, plus on en veut, et moins on en a, moins on en a envie. On peut remettre en question cette idée de modération quand on voit que les arguments de vente sont des jeux toujours plus interminables et plus réalistes. Entre une vie de travail sans gloire et sans honneurs et un monde d’illusion promettant la toute puissance et l’aventure, que choisira le joueur ?
    Je ne me vois donc pas y revenir, même si beaucoup de titres récents m’ont l’air excellents (j’adore le genre infiltration)... Comme l’auteur le dit dans son livre, à un moment, ces univers trouvent leurs limites et on est las.

     


    • plus on en a, plus on en veut




      J’ai tiqué là dessus car c’est faux. Quand j’étais un joueur, voici un peu plus de 5 ans, j’avais toutes les consoles et toutes crackées (je ne payais pas les jeux). Plus on a de jeux moins on y joue car ils en deviennent sans valeur, on s’en lasse dès la moindre difficulté.



      Entre une vie de travail sans gloire et sans honneurs et un monde d’illusion promettant la toute puissance et l’aventure, que choisira le joueur ?




      Il choisira de payer son loyer, ses factures et son caddie. Le jeu vidéo à outrance, c’est bon pour les chômeurs et les gens au RSA chez papa maman (du vécu).

      Pour le reste, je suis globalement d’accord car je m’en suis lassé d’un coup, même si je n’exclus pas de me faire le dernier Zelda qui va sortir... Nostalgie !


  • #1599249

    Aie aie aie ! La virtualisation de tout les aspect de la vie...

    Il parait même qu’il y a des gens qui ont des relations amoureuses virtuelles !
    Il y en a meme qui dise que c’est la contestation qui devient virtuelle ! La rendant ainsi moins dangereuse et plus contrôlable par le système.

    Quand au virtuel a tout instant de l’existence, il suffit de prendre le métro ou le bus une fois pour voir qu’il est deja trop tard et que 80% des gens sont deja les yeux rivés sur leurs tablettes, smartphone, DS, laptop (le % des gens avec des livres ou liseuses reste cependant à peu près stable ça fait plaisir ^^) donc c’est pas cette console qui va vraiment changer les choses...

    Par contre ça fait plaisir de voir que vous avez enfin les couilles de vous attaquer à certains aspect du jeu vidéo malgré le fait qu’une bonne part de votre audience vienne de jeuxvidéo.com, mais quitte à critiquer le jeux vidéo il y a des angles d’attaque plus intéressant, par exemple les principes de micro-récompenses et micro-paiements ! Le premier fait pour rendre le joueur addict et le deuxième pour lui prendre son argent !

    Peace


  • Ce sera sûrement un bide.
    Les gens ont des smartphones qui font tout en même temps, aux applications interconnectées et traçables, pourquoi dépenser autant dans un gadget pareil qui prend de la place ?
    C’est pas la première fois que Nintendo est à côté de la plaque.

     

  • Article un poil alarmiste, pour moi ; tout dépend de quoi est vecteur le jeu vidéo, (cela peut être parfois même une valeur ajoutée) : le tout est de cantonner cet objet à sa valeur ludique, en évitant l’enfermement et l’entre-soi.


  • Nintendo est le seul constructeur éditeur à mettre en avant la convivialité avec des jeux qui permettent de jouer à plusieurs comme on peut le faire avec des jeux de société, des jeux familiaux etc. Plein de jeux pédagogiques sur DS et 3ds. Nintendo est une world company à la stratégie plutôt saine pendant que ses concurrents misent tout sur des jeux immersifs ultra violents.


  • Hahaha, mais au fond la seule question qui compte est celle-ci : sera-t-il bientôt possible qu’un avatar puisse aller bosser à notre place ? Histoire de continuer à se faire du gras sur le canapé en consommant junk food et boissons sucrées... :)

     

    • Regardez le film d’animation japonais, Summer Wars de Mamoru Hosada. Mais c’est plus un film de divertissement qu’une réel réflexion sur le sujet.

      Ne pas confondre "avatar" et "bot".

      Quand vous prenez votre avatar, vous devez faire les taches vous même.
      Un bot est un programme qui permet de faire des taches à votre place.


  • Quand on est un être humain normal on penserait que cette pub est une critique acerbe du monde virtuel des jeux vidéos mettant en scène des zombies coupé du monde réel, complètement envoûté par un écran...or il en est rien il s’agit d’un spot promotionnel vantant les mérites de ce nouveau concept !
    Cette société est entrain de se cliver en deux groupes humains : ceux vivant encore dans le monde réel et de la production, et ceux dans celui du virtuel et de la consommation (lumpen prolétariat, bobos). Ce clivage finira par créer un énorme fossé qualitatif sur le plan anthropologique entre ces deux humanités qui finiront par se faire la guerre. A vrai dire cette guerre a déjà commencé et pour l’instant ce sont les parasites qui ont le dessus, mais à un moment donné l’éternel retour du concret inévitablement inversera la tendance...


  • J’ai beaucoup apprécié l’article mais je trouve ces considérations un peu trop graves et profondes pour un fait qui n’est pas aussi sérieux en soi. Je peux en témoigner : j’étais une enfant lorsque Super Mario est né en 1990 avec la Nintendo et j’étais super fan ! Finalement, je n’étais qu’une petite fille normale qui aimait jouer avec des personnages mignons, Mario, Peach, Toad, Luigi.... C’est extrêmement addictif certes, mais cela apprend aussi une certaine maîtrise de soi pour déjouer les pièges qui se trouvaient sur la route du plombier japonais. Je peux vous assurer que je ne fuyais aucunement le monde réel, c’était juste du bon temps avec mes héros, rien de plus.

    Tous les enfants ont des héros virtuels ( Schtroumpfs, Bécassine, Superman, Mandrake...) C’est quand même beaucoup moins grave que de s’adonner à des jeux cruels dans les cours de récré : des enfants s’asphixient, se frappent, se brûlent, se violent, se mutilent à la lame de rasoir dans les écoles... et ça, c’est pas du virtuel !

     

    • Dans "Shining" de S. Kubrick, la porte de la chambre du petit garçon est constellée d’auto-collants illustrant des personnages de conte de fées, des "compagnons" imaginaires en quelque sorte.
      Kubrick choisit de symboliser l’accès du petit à un stade de conscience supérieur par la suppression de l’un de ces personnages (simplet en l’occurrence).
      Je pense que c’est exactement ça : il faut savoir se défaire de ces fausses représentations du monde pour mieux en appréhender la réalité. Le tragique prend trop souvent le pas sur la raison en la matière, notamment pour l’addict qui se complait dans cette virtualité en pataugeant quotidiennement dans des jeux stériles.


    • Le parallèle que vous faites est intéressant. J’avais lu que ces autocollants sur la porte du petit Danny dans Shining symbolisaient un programme de domination mentale, MK Ultra et Monarch. Kubrick nous fait également comprendre à demi mot que Jack Torrence (interprèté magistralement par Nicholson) a abusé de son fils.

      Le petit Danny se serait donc créé un ami virtuel avec qui il parle tous les jours , Tony, ce dernier lui sauve tout de même la vie en lui révélant le massacre et le bain de sang à venir dans l’hôtel Overllook. Un film terrifiant qu’on a pas encore fini d’analyser. Si vous avez d’autres éléments, ou des sources, je serais ravie de pouvoir fignoler mes recherches sur ce film.

      "Patauger dans le virtuel" reste tout de même une chose normale chez les enfants, ça développe l’imagination aussi ! Personnellement j’avais créé un personnage qui s’appelait "Monsieur Corbeau", c’était mignon et j’écrivais ses aventures. C’est donc tout à fait sain pour la créativité d’un enfant.

      Mais au final, quand on est devant notre écran de PC, ne pataugeons-nous pas tous dans le virtuel ?


    • Un film terrifiant qu’on a pas encore fini d’analyser. Si vous avez d’autres éléments, ou des sources, je serais ravie de pouvoir fignoler mes recherches sur ce film.

      Sans doute avez vous déjà vu room 237 un docu-fiction qui propose une déconstruction de shining et une interprétation des intentions de Kubrick à partir des éléments du décor, des images subliminales, des incohérences voulues etc.
      Le doc ne fait pas l’impasse sur les flots de sang qui renverraient aux crimes de masse, aux génocides juifs et indiens, mais il est aussi question de la mission Apollo 11 qu’aurait filmé Kubrick en studio. De la s’en suivent des hypothèses à propos d’informations secrètes détenues par le cinéaste, qui aurait connu une sorte de rédemption en offrant les clés à ceux de ses spectateurs les plus méritants afin de lever le voile sur une réalité bien sombre.

      Il est clair aussi qu’à notre échelle d’individu la réalité est rarement tout rose et que cela apaise de virtualiser nos quotidiens par la lecture, le cinéma les jeux ou le net.
      Surfer de temps en temps n’est pas patauger, même si ça arrive, je n’ai pas de sablier sous les yeux. Certains liens vous font atterrir sur des sites piégeux et chronophages. Un peu comme...bref.


    • Alunisson,

      J’ai trouvé une source en Anglais que l’on peut consulter sur le web, cela s’appelle le "Kubrick´s code" et l’auteur rejoint ce que vous dites puisqu’il dit " the nidden messages are not so hidden" . Que Stanley soit un repenti qui rachète son âme en nous dévoilant les secrets de ce monde est extrêmement excitant en soi. Les briques jaunes du Magicien d’Oz nous montrent la voie pour comprendre comment ce monde à basculé vers les forces du Mal.


  • Drogues digitales


  • Aucun jeu ne vaudra une promenade sur la plage avec mon chien et un freesbee .

     

  • #1599583

    Et la réalité virtuelle qui arrive à grand pas...


  • Une époque con-nectée...


  • C’est surtout qu’il faut garder un certain recul par rapport à tout ça.
    Je suis joueur, j’ai 35 ans, j’ai commencé depuis les tous premiers jeux vidéos, en grandissant je joue toujours bien sur mais avec un détachement qui vient naturellement.
    Je veux dire par la qu’il faut savoir faire autre chose de ses journées. Plus facile à dire qu’à faire c’est sûr, mais bon.
    Après j’ai toujours pensé qu’entre un mec qui picole à longueur de temps au bistrot du coin et un joueur, j’ai tendance à plus "m’intéresser" au joueur ...
    Etant informaticien en plus ..
    Pour en revenir à Nintendo et au sujet évoqué, et comme souligné dans certains commentaires, Nintendo à l’image de la convivialité et par rapport à ça chapeau même si personnellement je suis plus "PCiste".
    Dans une société où le coût de la vie devient exorbitant pour de plus en plus de gens, où peu d’alternatives existent pour se sentir épanouis et "exister", le jeu vidéo à un avenir radieux.

     

    • salut
      Parallèle avec toi, j’ai 36 ans, informaticien réseau de formation (même si je ne travaille plus dans le secteur aujourd’hui)

      J’ai commencer à jouer a 6 ans et à 8 je programmer mes jeux sur mon CPC 464 (ordinateur Amstrad à K7 audio). J’habitais à l’époque en Banlieux parisienne.

      Unique blanc de ma classe, heureusement qu’il y avait les jeux vidéo pour pas péter un plomb !
      A 25 ans gros, jouez d’E.-sport
      Aujourd’hui à 36 ans détachement total des jeux vidéo (que je trouve inintéressant) Les jeux vidéo sont un truc, une drogue de gamin.
      Le vrai problème ce n’est pas Nintendo (une compagnie qui répond à la demande du marché)
      De plus Nintendo nous pond toujours des jeux attractifs sur d’autres concepts que la violence, des consoles conviviales qui invitent à appeler des copains.

      Le vrai problème c’est le monde actuel et sa culture du DJEUN, traduisez par attarder de 30 ans avec 12 ans d’âge mental qui vie toujours chez maman...
      Avent nous aïeux se marier à 16 ans et avais des familles déjà complètes à 20 ans. La dureté et la réalité de la vie les rendaient moins cons, car ils vivaient dans le monde réel
      (aujourd’hui, attendre 40 ans pour faire une famille et des gosses c’est presque la norme)
      Le jeu vidéo n’est pas le problème, mais un médicament pour faire passer la nullité de ce monde de merde.


  • Bonjour,

    Sujet vaste et intéressant.Bien que le monde capitaliste et libéral offre un échappatoire face à la dure réalité du monde,je ne pense que la critique binaire (bon/mauvais) de ce type de divertissement soit constructive.

    En effet,si je mets de côté le salariat et je prends un individu qui fait des recherches sur les sujets politiques,historiques,géopolitiques,économiques,religieuses...Il arrive un moment où la nature humaine reprend ses droits et impose à cette personne un besoin de décompresser et se vider la tête.

    De ce fait,exclure certains divertissements et en banaliser d’autres n’est pas non plus quelque chose de judicieux car le choix de jouer à des jeux vidéos relève aussi des goûts de la personne.

    Cordialament.


  • #1600073

    J’ai pour ma part 24 ans, je suis un joueur assez régulier et je tiens à dire que les jeux vidéo sont un divertissement et un sujet complexe et qu’il est bien trop facile de cracher dessus, tout comme l’enjoliver. Comprenez par là que oui c’est un divertissement dans l’air du temps, c-est-à dire qu’il est soumis au modèle capitaliste, qu’il coûte affreusement cher et qu’il pousse au désir d’achat, il est également virtuel et donc éloigne l’individu de la réalité en isolant et plongeant ce dernier dans autre monde avec d’autres normes. Cependant, ce loisir est comme tout le reste des activités virtuelles ou non, il ne faut pas en abuser et il faut garder les pieds sur terre ; aussi celui qui sait faire la part des choses peut très bien prendre les jeux vidéo pour ce qu’ils sont, des jeux tout simplement. Il est vrai que les nouvelles technologies facilitent l’immersion et l’addiction avec un accrochage visuel et une facilité d’approche déconcertante mais, cela n’est qu’une évolution et il faut comme ici avec la switch faire la part des choses ; jouer aux jeux de sociétés nous plongent entre amis dans un univers fictif comme un mario kart et on s’amuse énormément tout comme lire un bon roman ou regarder un film nous isole comme le fait un jeu d’aventure. Je ne parlerais pas des jeux en ligne ou de la réalité virtuelle ici ça pourrait être long et je comprend et suis en accord sur de nombreux points avec ceux qui sont contre ça, tout comme l’e-sport. Mais s’il vous plaît ne faites pas preuve d’un manichéisme trop simpliste merci.
    Sur ce désolé pour les fautes d’orthographe et bonne soirée à tous !


  • C’est vrai que sur ER on est pas du tout dans le virtuel


  • Ok le spot est très maladroit, c’est une espèce de cliché gnan-gnan, mais c’est plus pour montré les capacités de la console plutôt que des situations "réelles". En temps normal, si je me pointe a l’apéro avec une console portable, je me fais vilipendé en 3 secondes montre en main, et a raison, et même après la commercialisation de cette Switch. Et c’est exactement pareil pour absolument TOUT le monde un tant sois peu socialisé ... Le mec qui ne décroche pas de son canapé n’en décrochera pas plus avec une console de "salon".

    Je trouve l’argumentation de cet article franchement limite, avec un parti pris assez virulent ponctué d’une psychologie de PMU. Durant la lecture, je me suis cru sur un journal mainstream, dur dur.


Commentaires suivants