Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Notre système financier n’est plus qu’une gigantesque fraude

Une réalité économique de cauchemar alimente la fabrique du rêve financier

Comme si la réalité économique n’existait plus sous aucune forme auquel les indices US soient sensibles, l’annonce d’un PIB en hausse de +1,2 % au lieu de +2,6 % au 2ème trimestre a fait autant d’effet à Wall Street qu’un bulletin météo annonçant des averses de neige en Patagonie, ou le cours du bois d’eucalyptus en Tasmanie.

 

Cela ne fait qu’entériner 15 mois de dégradation de l’activité industrielle, avec des commandes de biens durables qui dévissent de -4 % en juin (après -2,8 % en mai) dans le sillage des commandes aéronautiques qui plongent de -25 %.

Il y aurait de quoi s’inquiéter ?

Bien au contraire, le baromètre du stress, le VIX, s’effondre de -7 % en 48H et revient flirter avec le plancher annuel des 11,50.

Les analystes techniques estiment que consolider à plat s’inscrit dans la logique d’un scénario « full bull » et que la stagnation du « S&P » depuis 12 séances au sein d’un corridor 2.160/2.177 (0,9 % d’amplitude, un record absolu) résulte de l’établissement d’un équilibre ponctuel entre l’offre et la demande (et non de l’instauration d’une camisole algorithmique destinée à écraser la « volat »).

Tout ne serait donc que le reflet de la « psychologie » des investisseurs… qui feraient une pause salutaire après une série de 7 records en attendant d’y voir plus clair.

Comme si le PIB du 1er puis du second trimestre (+1 % en moyenne) ne témoignait pas assez « clairement » d’un ralentissement de l’activité et ne discréditait pas le scénario d’une croissance tendant vers 2,5 % d’ici fin 2016.

À aucun moment ils ne soupçonnent que Wall Street est sous le contrôle implacable des banques centrales qui administrent l’évolution du prix des actifs à la décimale près… ce qui crève pourtant les yeux avec une volatilité retombée vers 11,6 vendredi.

Ils n’envisagent à aucun moment que les banques centrales coopèrent étroitement avec les « sherpas » pour dessiner des configurations graphiques dont le diagnostic est invariablement haussier : 2 semaines de stagnation après un rallye de +10 %, cela garantit à 100 % de nouveaux records au cours des 6 mois suivants et un gain de +10 % d’ici 12 mois.

Lire la suite de l’article sur leseconoclastes.fr

 

Sur « l’autisme » du marché, lire chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A force de lire des articles des éconoclastes, je finis par savoir qui écrit l’article en fonction des mots choisis, de l’humour, de l’image qu’un éconoclaste emploie. Chacun a sa tournure d’esprit particulière. Celle de Philippe Béchade est haute en couleur avec une profondeur d’analyse qui laisse pantois certains hyper experts voire même prix nobel.


  • La situation économique des états-unis vire à la catastrophe. Pas besoin d’être une sommité pour le comprendre : la classe moyenne est décimée. Pas de classe moyenne prépondérante pas de système bancaire viable.

    La classe moyenne se trouve des deux côtés du bilan d’une banque. Au passif : l’épargne. A l’actif : les crédits...de plus en plus douteux d’ailleurs.

    Aujourd’hui tout le système bancaire tient grâce à la perfusion monétaire des banques centrales...et aux ’’élections’’ américaines. Pas sûr que je souhaiterais devenir président dans ces conditions :)


  • Plutôt, "Notre système financier est une gigantesque fraude" depuis toujours, dans son essence même, et tout le monde le sait (initiés, intellectuels intègres, réinformés), jusqu’au Vatican qui n’y voit pas plus pas moins que le père même du terrorisme.
    Fraudeurs patentés et terroristes mandatés, même combat contre la vérité ?


  • Les banques prêtent de l’argent... qu’elles n’ont pas !

     

    • Ben, en même temps, c’est la raison d’être d’une banque... Raison de plus que ce soit l’etat qui decide de cette creation monetaire qui permettra aux etablissements financiers (qui devraient eux aussi etre nationalisé) de "prêter"...


  • Une fraude est une action illégale qui doit conduire son auteur devant un tribunal, or les créateurs de ce système financier sont suffisamment puissants pour faire voter des lois qui les mettent à l’abri dès que le vent tourne contre eux.
    En fait, il faudrait inventer un mot pour désigner les "fraudes légalisées".


  • Salut pour moi il l’a toujours été car l’argent n’existe pas. je le sais car il n’a jamais rien fait et pourtant c’est le seul vrai dieu de tout le monde, la croyance la mieux partagée , or comme croire est à l’opposé de savoir.....bon etc bien sur ..respect et robustesse car cela n’est pas demain la veille ou cela sera perçu ..

    l’argent est le fils de la violence du voleur, un parasite qui ne veut rien faire sauf de voler le travail des autres...le voleur se reconnaîtra...


  • #1544611

    Faut pas tout mélanger :
    1/Les boursiers qui sont relativement des "petits joueurs".
    2/Les banques de second rang qui créent l’argent à partir des dettes mais qui doivent rendre des comptes et qui sont de fait ruinées aujourd’hui.
    3/Les banques centrales qui sont les reines qui impriment l’argent à volonté sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit.


  • La classe moyenne se trouve des deux côtés du bilan d’une banque. Au passif : l’épargne. A l’actif : les crédits..
    Et j’ajouterai au bénéfice de la société (pas la banque) en créant des richesses
    Phrase pleine de bon sens


  • Ces fumiers de trader(s) jouent comme ces braves familles en moment de repos après le travail ou en vacances bien méritées qui jouent au Monopoly avec de l’argent virtuel .....Néanmoins ces braves familles éprouvent souvent des difficultés avec l’argent réelle qui leur manque pour pouvoir décemment nourrir leur famille !!!