Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Nouveau "blasphème" au Salon de l’Agriculture : le stand Charal démoli

La tension ne retombe pas sur le Salon de l’agriculture. Des éleveurs bovins ont aspergé avec un extincteur et de la farine le stand de Charal, marque du groupe Bigard numéro un de l’abattage en France, pour dénoncer sa politique de prix, ce dimanche à la Porte de Versailles de Paris.

 

 

Seulement 8% du prix de vente pour le producteur

« Quand Bigard prend 100 euros il y a en 8 pour le producteur » ont expliqué au public les éleveurs en tee-shirt rouge marqués « Notre métier a un prix », tout en distribuant de faux billets de 100 euros.
« Quand vous payez la viande entre 17 et 20 euros le kilos, sachez qu’on nous la paye à nous 2,50 à 3 euros », commentait également au mégaphone Pierre Vaugarny, secrétaire général de la Fédération nationale bovine (FNB).

Dans le même temps, un groupe d’éleveurs a aspergé le stand de Charal avec un extincteur et dispersé une trentaine de kilos de farine. La consigne était d’éviter toute violence après l’accueil houleux réservé la veille au président François Hollande et le démontage du stand du ministère de l’Agriculture.

 

Les images de l’action des éleveurs de la FNB :

 

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

 

Lire aussi l’enquête du Monde sur le quotidien des éleveurs de Lozère intitulée Futurs agriculteurs : « On ne pourra plus vivre comme nos parents ». Avec une explication économique de la disparité des revenus dans la corporation.

Quand les choix politiques mènent à la crise agricole, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Va falloir que l’on m’explique pourquoi lorsque je vais acheter chez le producteur, c’est le même prix, voir plus cher qu’au supermarché (légumes ou viandes). Qu’ils fassent de bon prix et je n’irais au Supermarché que pour acheter ma bière et mon PQ.

     

    • Exactement. Idem pour les fruits et legumes. Quand ils les vendent eux même c’est presque 2 fois plus cher. Va comprendre


    • les multinationales ou entreprises nationales tirent les prix d’achat au plus bas en jouant sur les quantités sauf qu’au bout le prix d’achat ne couvre pas le prix de revient d’où une perte pour les producteurs. Lorsque tu vas chez le producteur tu paies le prix de revient plus la marge du producteur donc tu ne paies pas plus cher chez le producteur tu paies le coût véritable, dans les grandes surfaces tu paies surtout leur marge. De plus si tu achètes chez le producteur tu luttes contre le système qui veut faire de nous des zombies esclaves. En clair l’intermédiaire empoche le pactole sur le dos du producteur. D’où leur légitime colère.


  • Dans le limousin, les génisses partent en Italie pour être engraissées : « Malgré ces qualités, il faut noter que traditionnellement la limousine n’est pas engraissée et abattue dans sa région d’origine. Dès le XIXe siècle, les éleveurs limousins n’avaient pas toujours les ressources, notamment en céréales, pour engraisser les bœufs et les revendaient souvent à des régions céréalières. Cela peut expliquer l’absence de la viande de limousine dans la gastronomie traditionnelle locale. Encore aujourd’hui, les éleveurs commercialisent essentiellement des animaux maigres, qui partent souvent vers l’Italie. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Limou...)
    Charal prend toutes les vieilles carnes, c’est connu, les éleveurs le savent.

     

    • Bigard-Charal, c’est autour de 50% des abattages bovins en France. Bigard achète de tout et il est devenu incontournable.


    • @Pamfli, beaucoup d’éleveurs font du "broutard d’Italie", les jeunes maigres partent dans la vallée du Po où il se fait beaucoup de maïs irrigué(et les Italiens ont une prime sur les bêtes d’embouches) et une fois les bêtes engraissées à l’ensilage de maïs elles reviennent en France pour être abattues et deviennent ainsi "la viande origine France"...


    • Charal prend les vaches de réforme, c’est à dire les laitières en fin de vie que le paysan "tarit" et envoie 15 jours au pré prendre un peu de poids . Quant à la viande de bœuf véritable elle est hors de prix .


    • L’ensilage de maïs se faisait auparavant sur place ainsi que le fourrage, les fameuses granules complétaient la nourriture des bêtes qui étaient logées et engraissées dans l’étable. Par la suite, elles étaient envoyées en Italie par contre je n’ai pas entendu de retour en France. A cette époque, l’éleveur pouvait se réserver un quart de génisse pour sa consommation annuelle personnelle.
      Les vieilles vaches, qui mettaient bas, partaient à l’abattoir pour Charal. Aussi le prix de vente pour le consommateur ne correspondait absolument pas au niveau de qualité de cette viande qui avait beaucoup trop vécu.
      Le vétérinaire passait régulièrement pour bourrer d’antibiotique les petits veaux, forcément étant enfermés dans l’étable, la dysenterie était très importante.
      Bref tout cela ressemblait à de l’élevage intensif, la qualité était manifestement mise de côté.


  • Charal préfère acheter de la barbaque polonaise si elle est moins chère : c’est ça l’Europe . La vie des paysans français ne pèse pas lourd comparée à la sacro-sainte "marge" .


  • Charal est à la viande ce que Valls et Macron sont au socialisme.

     

  • " On n’a pas fini de vous faire aimer la viande "
    (Charal)

    Probablement un phisolophe des siècles d’avant l’euro.

     

  • Il faut être un peu con pour travailler à perte pendant des années ?
    Non mon garçon ! Il suffit d’être endetté...
    Alors il faut être un peu con pour s’endetter...