Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Nouveauté Kontre Kulture : Sociologie du gamer, d’Adrien Sajous

Ce livre aurait pu s’intituler Voyage au bout de l’ennui. Car dans une société gouvernée par le capital, c’est bien de lui que les jeux vidéo tirent leur attrait et leur profit : « Notre ennui est tel qu’il finit par devenir un nouveau marché solvable, une perspective de croissance ».

 

Ainsi, le capital crée le remède, immédiat, mais chimérique, à la maladie qu’il a lui-même engendrée par le désenchantement du monde, sa soumission à l’économie, le délitement des solidarités naturelles, la concurrence acharnée et la solitude qui l’accompagne. Suivant sa nature profonde, il récupère tout, le digère et en extrait des produits ; le jeu vidéo n’échappe pas à cette loi. Mais les jeux en ligne dont il est question dans cet ouvrage vont beaucoup plus loin : alors qu’ils semblent proposer une échappatoire à une réalité dont on n’arrive plus à se saisir, ils n’en sont que des avatars qui, par leur simplicité d’accès, le rétablissement de communautés et de rôles sociaux, donnent l’illusion de vivre.

Au cours de son voyage, le gamer découvrira les mêmes émotions et réalités sociologiques qu’in real life, celles derrière lesquelles il soupire, mais également celles dont il cherche à se soustraire : solidarité, stratégie de groupe, objectif commun, amitié peut-être, mais aussi trahison, volonté de domination, désignation d’un bouc émissaire, perversion. Et tout au bout, le vide.

 

Adrien Sajous, né en 1989 en France, a été lui-même pendant une quinzaine d’années un gamer. Titulaire d’un BTS industriel et d’une licence en Sciences humaines et sociales, il découvre Marx, Debord et Francis Cousin, prend conscience de son aliénation et s’éloigne petit à petit du jeu pour plonger dans la lecture. Partant de quelques idées jetées sur le papier, il finit par développer une analyse entière et radicale du fonctionnement du virtuel à travers sa substance capitaliste, jusqu’à l’écriture de ce livre, devenue à ses yeux nécessité. Pour ne plus être dupe.

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je suis en train de le lire, on apprend beaucoup de choses.

     

  • Le monde extérieur étant devenu insupportable, jouer est devenu une échappatoire à l’enfer marchand.


  • Je joue beaucoup à trials et je lis beaucoup aussi, l’un n’empêche pas forcément l’autre. Du moins, pour moi.


  • #1586811
    le 25/10/2016 par Ainsi font, font, fonds...
    Nouveauté Kontre Kulture : Sociologie du gamer, d’Adrien Sajous

    Y a t-il une différence entre les jeux vidéo, les jeux intellectuels et les jeux psychologiques ?

     

    • Qu’est ce que tu entends par jeux psychologiques ? Poker ? A mon sens ça reste une sous-classe des jeux intellectuels.
      La différence vient que le jeu vidéo est plus addictogène qu’un jeu non vidéo (Cartes, échecs, ....). Il est un sous-produit de la publicité en lui même vu qu’il emploie les mêmes procédés pour attirer des gens vers lui.


    • Je suis en train de le lire, 126, pages, j’en suis à la moitié. En fait l’auteur parle essentiellement des jeux massivement "online" (les jeux solo étant comparable à un film, terminé, rangé, oublié.) et il développe les parallèles sociologiques entre ces jeux et la vrai vie (IRL pour ceux qui savent ;-)) à l’aide d’une critique du capital marxienne. C’est très intéressant pour l’ancien gamer que je suis, à la manière d’un Soral, il met des mots et du concept sur des sensations qu’on a tous ressenti en pratiquant ces jeux vidéo. Ça permet d’y voir plus clair.

      L’auteur préviens à un moment donné que les jeux de sport (multijoueur également j’imagine, sinon aucun intérêt) vont en prendre eux aussi pour leur grade plus tard dans le livre.

      Et petit bonus, le style d’écriture ressemble un peu à du Céline, langage parlé qui passe bien. Attention les gars, j’ai pas dis c’est du Céline hein, ça ressemble... Je me suis retrouver quelque fois dans voyage au bout de la nuit avec les tournure de phrase qu’il utilise.


  • un gamer qui s’apelle Sajous, y’a des noms prédestiné


  • Ah purée y a moyen que je le prenne ce livre ! J ai été aussi un ancien très gros gamer (je suis de 1991). C est vrai que c est un excellent moyen de combler son vide "IRL". Mais à chaque fois que j ai voulu arrêter de jouer, je me suis posé la question "et maintenant, je fais quoi ?". D ailleurs j ai vendu toutes mes consoles depuis janvier de cette année et je suis sur le point d en racheter une (j hésite encore) parce que la vérité, c est qu à 25 ans, je me fais chier comme un rat mort ! Sans argent et sans perspective d avenir c est un peu compliqué de se sortir de cette drogue. De plus, lorsque je vois la tournure que prend le monde, c est pas très motivant de rattraper son retard social si c est pour finir sous une bombe nucléaire dans 2 ans.
    Qu en pensez vous ?

     

    • Je vous dis bravo, ne succombez pas et continuez de vous instruire, ça pourra vous servir ainsi qu’à votre entourage, que ça tourne mal ou pas.


    • « .- Docteur, j’ai une voiture, une femme, deux enfants, un pavillon à crédit, même une télé... et je me sens toujours malheureux !
      .- Achetez-vous un lecteur DVD. »


    • Salut, je te comprend complétement. Je suis un peu plus vieux que toi, de 87, et je suis toujours un gamer occasionnel on va dire mais je l’ai été vraiment sérieusement pendant longtemps, maintenant c’est plus une petite distraction de temps en temps. Si tu n’as pas de travail je te conseils d’essayer de trouver un sport qui te prenne un peu de temps et qui te passionne, en plus d’un peu de lecture, c’est déjà super bien (je te parle pas des mangas hein ! ;) ). Trouver le travail est encore autre chose, je peux pas te conseiller là dessus sans te connaitre :)

      Bon courage ;)


    • Des idées ?
      - Louer avec un ou deux copains un jardin potager et y consacrer du temps . Ou persuader votre famille de vous laisser carte blanche sur un bout de leur terrain pour y faire de la permaculture .
      - Plonger dans les Evangiles ,prendre l’habitude d’un Notre Père le matin et le soir , même si on ne comprend pas encore .


    • #1586917
      le 25/10/2016 par L’Amicale des Conseils
      Nouveauté Kontre Kulture : Sociologie du gamer, d’Adrien Sajous

      T’as essayé la méditation transcendentale... Pardon transcendantaire ou le Hashrâme ? Tu fais le vide, comme ça t’as plus à le combler.


    • Lisez, faites du sport, jardinez, prenez un cours de peinture, cuisinez, promenez-vous dans la nature, apprenez le catéchisme...

      La vie est trop courte, il y a tant à faire et à savoir !

      (Ex-joueur de 1990, j’ai commencé avec la GameBoy...)


    • Tu vas dans un magasin de musique ,tu demandes la strat qui est accrochée au mur , dans le magasin d’à coté ,tu choisis un bon clavier lourd et tu ne t’ennuieras plus jusqu’à la fin de tes jours .Et pour te motiver tu vas sur youtube et constate comment les musiciens prenent leurs pieds sur scène .


    • Soralien a raison de mentionner la "Strat " que je pratique depuis 30 ans et qui m’a sauvé d’idioties diverses . Elle m’a toujours rendu en plaisir tout ce que je lui ai donné en temps et en efforts .
      La marche rapide est aussi un excellent anti dépresseur et permet de faire le ménage dans son esprit .
      J’ai laissé tomber la méditation qui m’enfermait en moi-même et j’ai trouvé ce qui me convenait tout bêtement dans le christianisme .


    • Je me retrouve dans ton message, j’ai 26 ans et je partage les même avis/sensations ...

      Je ne suis pas un "gameur" invétéré, je me considère plutôt comme un joueur occasionnel (je passe pas mal de temps sur internet à me -ré-informer, regarder des vidéos documentaires, lire des articles, je fais parfois un peu de vélo à la campagne etc) , mais c’est vrai que très souvent jouer me sert d’exutoire quand il y a des moments "morts", cependant parfois dans les jeux online on peut faire la connaissance de personnes dont on fini par discuter et à refaire le monde, ce n’est pas si négatif.

      Je pense qu’une grande partie de gameurs le sont à cause de cette société, le paradoxe étant également que dans un monde "très connecté" les gens sont très souvent seuls ou on la sensation de l’être, les jeux online peuvent être une "compagnie" pour certains (même si c’est pas la même chose lorsqu’on invitait nos amis étant gamins à faire une partie à plusieurs sur le dernier jeu sorti.)


  • Février : semis et jeux vidéos
    Mars : semis et surveillance des plants, installation des bacs et espaces pour les animaux
    Avril : arrosage, gestion des semis, réparations des parcs
    mai : Mise en terre des semis et nettoyages des parcs à animaux
    Juin : jardin !!! Fauchage, poussins et lapereaux etc...
    Juillet : hamac, fauchage et récoltes + poussins et lapereaux "deuxième"
    août : hamac, hamac, plage et bouquets de fleurs + récoltes
    Septembre : récoltes et bouquets
    Octobre : bois, fagots, préparation des serres et jeux vidéos un peu
    novembre : jeux vidéos un peu, +tout bois prend racine
    Décembre : noël et jeu vidéo
    janvier : jeux vidéos et dessins auprès du poèle à bois
    février : jeux vidéos un peu moins, dessins, bagarres et préparation des prochains semis

     

    • Tu es en train de dire que tu peux jouer et avoir une vie normale !
      Rassure-toi tu es normal, le jeu est une caractéristique de l’Homme, elle lui permet de grandir en se mesurant à son environnement qu’il soit virtuel ou pas (c’est l’interaction qui compte)
      Si cette activité était dangereuse (le jeu, donc par extension le jeu vidéo) l’Homme et la plupart des espèces vivantes (les animaux jouent) auraient disparu depuis longtemps.


    • Vous oubliez dans votre emploi du temps : je parle à mes voisins, je leur rends service. Le travail peut aussi conduire à la solitude, laquelle est un grand mal à soigner. Par ailleurs, je peux suggérer d’ajouter de l’étude et apprentissage de travaux manuels (je reconnaîtrais toutefois que votre liste n’est pas exhaustive)


  • Et pourquoi pas un polar sur le complot des boulangers au service du capital ?

    Ce qu’il y a de formidable avec le marxisme, c’est qu’on finirait par déclarer l’humanité complètement pervertie puisqu’elle ne se contente pas de travailler, lire le capital de Marx et procréer.

    C’est probablement pour cela que le gauchisme totalitaire issu du marxisme a souvent conclu ses aventures par un bon gros génocide : « Bon allez hop tuez-moi tous ces ploucs qui ne comprennent pas que le programme du parti vise la perfection de la fourmi laborieuse. »

    Les jeux vidéo c’est comme toute activité apportée aux hommes, il y a de bonnes et de mauvaises choses. Mais surtout, tout dépend de la dose que l’on s’administre (ça marche aussi avec la bouffe, le sexe, la boxe, l’argent, essayez c’est magique).

    Je pense qu’il y a surtout des gens qui n’arrivent pas à dominer leurs pulsions et qui finissent par devenir « no life » comme il existe des boulimiques de la bouffe, des Rotchild du fric, ou des Rocco Siffredi du sexe.

    L’auteur de ce livre fait visiblement partie de cette catégorie d’ex adict repenti, il est devenu particulièrement critique avec son ancien régime hyper calorique (son ancienne vie) et c’est compréhensible (surtout s’il s’agissait d’un défilé de bytes), mais il devrait être critique envers lui plutôt qu’envers l’industrie qui lui a proposé ce qui au départ est un... jeu. (On parle pas d’héroïne)

    Ceci dit, mettre ses propres turpitudes sur le dos d’une industrie pourquoi pas, mais à ce compte-là n’oublions pas de le faire avec les boulangers, les cuisiniers et tous ceux qui font qu’en incontrôlable gourmet, je deviens obèse puis meurs d’infarctus.

    N’oublions pas non plus de pendre en place publique les nombreux écrivains qui font que nous passons des heures à lire des romans pour nous évader d’un quotidien pas toujours au top !
    Jetons en prison les constructeurs de motos qui nous permettent de rouler à 300 km/h !

    Pour ma part le jeu, activité plurimillénaire, fait partie de la nature humaine ET animale (sisi même un petit chat joue, pauvres petits chats, victimes du capital aussi), cette caractéristique rend difficilement soupçonnable le jeu vidéo en tant que déviance générée par le capital.

    La déviance existe bien, mais elle est intérieure et non extérieure à soi.

    Ps : je précise, je ne suis pas joueur

     

    • Vous supposez que les gens sont toujours entièrement libres dans leurs choix. C’est faux, les gens sont souvent déterminés par des paramètres extérieurs qu’ils ne contrôlent pas ; en l’occurrence, la boulimie n’est pas un choix mais une pathologie, et l’addiction au porno par exemple est quand même franchement exacerbée par l’omniprésence de facteurs suscitant la libido (et les sites pornos accessibles en 1 clic). Si vous avez bien suivi Lucien Cerise (ou René Girard), vous devriez comprendre les mécanismes de médiations du désir mimétique et ses exploitations dans le cadre du piratage cognitif. Par exemple, l’industrie du parfum nous régale de publicités mettant en scène un ou plusieurs triangles mimétiques (c’est aussi le rôle des hôtesses au salon de l’auto). Le but de toute entreprise industrielle, c’est de faire de l’argent par tous les moyens possibles, et l’industrie du jeu vidéo ne déroge pas à la règle. C’est donc 50/50 de responsabilité entre l’industrie et le consommateur ; alors pas de réduction ad stalinium svp.

      Par ailleurs, vous supposez également que toutes les passions se valent. Lire de grands écrivains est équivalent à passer son temps à boire ou manger, ou à jouer aux paris sportifs. Passer des heures sur un instrument de musique ne serait pas plus enrichissant que devant une console de jeu.

      L’auteur ne fait pas un procès des créateurs de jeux vidéos, il veut montrer comment le capitalisme postmoderne en tant que "bête sauvage", absorbant toutes les activités humaines, intègre aussi les jeux vidéos, dans une société des loisirs qui cultive le désir et l’ennui (comme les protagonistes de Plateforme de Houellebecq en viennent à développer un tourisme sexuel qui se nourrit de la misère sexuelle et du féminisme).


    • #1587362

      J’aurais pas mieux dit.

      Je suis un gamer et j’adore lire, faire du sport, j’ai déjà habité dans plusieurs pays, parle plusieurs langues..ça commence à être ridicule cette manie de tout mettre sur le compte du méchant capital


  • Livre commandé.

    Le jeu vidéo, c’est mon enfance, adolescence et hélas une partie de mon âge adulte.

    Je suis un gamer !


  • Catéchisme ? Un Notre Père le soir avant de dormir ?
    Je place un ’lol’...

    Je préfère encore les suggestions sur le travail de la terre, la lecture, les activités en plein air, et la spiritualité pour les gens qui veulent vraiment changer de vie, mais désolé l’Église est l’ancienne version de l’opium (du peuple...)

    Je sais pas moi, commencez par lire l’autobiographie d’un yogi ou Siddhartha d’Hermann Hesse, ou quelque chose comme ça... cela vous changera peut être les idées... Mais comme d’autres le soulignent, la modération et aussi une bonne idée, pourquoi ne plus jouer du tout si vous êtes vraiment passionné de jeux vidéos.

    Attention, Je ne dis pas que jeter un coup d’œil à la Bible est une mauvaise chose, loin de là, mais la modération, toujours la modération ! ; )

    A bon entendeur...

     

    • « la spiritualité pour les gens qui veulent vraiment changer de vie, mais désolé l’Église est l’ancienne version de l’opium (du peuple...) » Tu t´es vu quand t´as bu ? C´est quoi l´église si ce n´est la spiritualité de la France ?
      " Je sais pas moi, commencez par lire l’autobiographie d’un yogi ou Siddhartha d’Hermann Hesse, ou quelque chose comme ça..." Effectivement tu ne sais pas. Siddharta c´est vie du bouddha. donc de l´exotisme a bon compte, quand on ne connaît pas sa propre religion. Sans t´en rendre compte tu fais du Fourest, ou Éducation Nationale. Apprenez l´empire du Tchad, la Shoah, mais pas Napoléon ou la Commune.
      Enfin tu parles de modération pour lire la Bible. En quoi quelqu´un qui va lire 6 heures par jour ce livre serait-il détraqué ?
      Tu es un "dissident" encore totalement imprégné de républicanisme, droit de l´homme, et ayant la democratie comme horizon indépassable. Commence par étudier l´histoire, tu comprendras qu´avant cette sinistre parenthèse républicaine, 2 siècles à peine, la France a connu la gloire durant la monarchie catholique.

      De ce que j´ai pû remarquer, le joueur de jeux vidéos possède généralement une musculature peu devéloppée, et une présence assez faible dans une assemblée, ce qui semble logique, si on s´intéresse plus au virtuel qu´au réel. Ce qui entraîne quelque chose de plus grave, les relations avec les filles sont problématique ; elle le sont déjà pour les gens " normaux ", confère Confessions d´un dragueur, par peur stupide du rateau. Ce qui entraîne la création de zombies, souvent des blancs, qui, comme certains gars de cité, ont une relation à la femme problématique.
      Ayant joué à Space invaders sur Atari 520 ST- pas un truc de jeunes- quelques temps, entre l´âge de 6 et 8 ans disont, voilà une addiction que je n ai jamais pû comprendre. Ca m´a toujours dépassé tout ces gens qui jouaient à la Game Boy, Play and Co. Ce truc là m´a toujours fait dégueuler, comme le rap.
      Comme si la l´activité du jeu trouvait son aboutissement et sa ruine dans le jeu vidéo ; pareil pour la musique et le rap.
      Le petit bourgeois blanc devirilisé comforte sa tendance en se virtualisant, quand le jeune noir, pauvre et en colère forcément, se rebelle dans le rap. Tout ca est créé, subventionné, le consommateur crétin n´est pas totalement victime. Y´a eu les saignées de 14 et 40, le libéralisme, Mai 68, d´abord.
      Ca a pris un siècle de changer un peuple de nobles cultivateurs en crétins lobotomisés, passifs et soumis.


  • Je me permets de donner mon avis.

    Personnellement je joue (un peu). Je ne regarde presque pas de films, joue rarement, mais quand je joue, c’est pour trouver un univers onirique qu’on ne retrouve jamais dans les films ou les livres. C’est pour ça que j’attends le quinzième opus Final Fantasy ou Zelda Breath of the Wild.

    En fait c’est le plus souvent les jeux japonais qui me font cet effet. Après j’essaie toujours de lire une heure par jour donc ça ne me prend pas tout mon temps.

     

    • Oh un autre fan de Zelda ! Je n’ai pas pu m’en empêcher désolée...

      Je joue aussi occasionnellement, et il faut avouer que je n’ai plus beaucoup le temps de le faire. Les jeux vidéos passent aussi après ma passion, la littérature classique, passion chronophage s’il en est, puisqu’on en n’a jamais fait le tour. Et puis, il faut avant tout prendre du temps pour la famille, le travail, les relations sociales et le sport. Ça laisse finalement peu de temps pour dégommer du dragon.

      Les jeux vidéo en eux-mêmes ne sont pas mauvais. Certes ils véhiculent certaines images, une certaine philosophie, ils représentent un danger de fuite pour un individu instable. Mais ils sont aussi dangereux qu’un couteau : le tout est de savoir à qui on le donne et comment cette personne en fera usage. Un individu capable d’exercer son sens critique, de ne pas s’aliéner dans un univers onirique, bref un individu "sain", peut en toute décontraction s’adonner aux jeux vidéo. Me semble-t-il.


  • Les garçons sont plus rêveur ! et joueurs.

    jeux sociétés ou autres.. course à vélo (réel) reste un temps défouloir.
    un bien pour un mal et inversement.


  • Bonjour,

    Ce sujet est intéressant car il concerne beaucoup de monde.J’ai comme la plupart des gens de mon âge joué beaucoup.Mais avec la mise au sport,le travail (ou l’esclavage moderne),les recherches sur la spiritualité,les lectures de l’actualité (ER,mondialisation,Panamza,arrêtsurinfo.ch,Le Saker....),il est difficile de s’enfermer dans sa bulle et ne faire que jouer.Cependant,une partie histoire de se détendre n’est de mon point de vue pas nocive.Un collègue de travail m’avait une fois expliqué sur le but de la création du cirque à l’époque de l’empire romain.Il s’agissait de distraire la population et de l’éloigner des vraies préoccupations.Quand on devient éveillé,il est difficile pour la conscience de rester "ignorant".

    Cordialement.


  • A en lire la description ce livre doit traiter surtout du jeux multi-joueurs. Et comme l’auteur s’inspire de Francis Cousin, il doit dépeindre le jeux vidéo comme un outils du spectacle de la marchandise stellaire aliénatoire en mouvement. Ce qui est peut-être vrai, mais personnellement je n’accroche pas à la vision Marxisto-Cousiniste des choses.

    Il ne faut pas occulter le coté artistique du jeux vidéo. C’est la combinaison de plusieurs arts associé a la technologie 3D et à l’informatique ce qui en fait une forme d’art a part entière. Et comme tout art d’ailleurs, il peut servir de propagande (exemple : Battlefied 2 ou 3, je ne sais plus, avec un niveau dans lequel on incarne un soldat américain lors de l’invasion de Téhéran).
    Mais certains jeux (solo majoritairement) donnent l’occasion de parcourir des histoires et des univers vraiment intéressants. A ce niveau le jeux vidéo fait bien mieux que la plupart des navets qui sortent en ce moment aux cinéma.
    D’autant que, dans ce domaine, les Français ne sont pas en reste. Je pense notamment à Dishonored développé par un studio Lyonnais , dont la suite sort bientôt, et qui est une petite perle en terme de direction artistique et scénaristique.

    Je comprend que pour certain, le jeux vidéo ne soit qu’un "truc de geek" mais c’est réducteur. Le jeux vidéo ne se cantonne pas au multi joueurs en ligne, c’est un art dans lequel, comme dans tout, il y a du bon et du mauvais.


  • Bonjour,

    Je pense qu’il faut surtout arrêter de vouloir organiser sa vie comme celles des autres.
    On est tous différents, avec des facultés diverses. De toute façon le système est fait de telle sorte que nous avons déjà que peu de temps à soi et sachant que pour toutes activités il faut de l’argent, que nous n’avons pas, en tout cas pas en quantité suffisante.

    Je pense qu’il faut surtout se rendre compte de la chance qu’on a d’être en vie, de faire abstraction des choses trop pesantes, et de se forger un état d’esprit qui certes ne plaira pas à tout le monde, mais vous permettra d’être vous, de croire à ce en quoi vous croyez.
    Je pense que le système nous "fabrique" en mettant de côté des choses que nous ne voyons plus tous les jours mais qui sont là.

    J’attache beaucoup d’importance aux plantes, aux animaux, aux espaces paysagés, aux horizons, au sacré quelque part. Donc au vrai.
    C’est une forme de méditation quelque part.
    Elle rend plus fort, plus beau mais moins "pénétrable" aux yeux des gens qui cherchent en vain le bonheur, parce que le bonheur est la. Il ne se cherche pas ou ne se crée pas.

    Les gens font trop leur vie par rapport aux autres et surtout par rapport à la possession des autres, à leur propriété.

    Je suis joueur, depuis que les jeux vidéos existent, dernier jeu en date BF1, et bien ou est le mal ? De toute façon vouloir s’émanciper totalement de ce système est complétement con. Tu n’en sors pas. Autant voir les choses autrement.

    Je consulte également les sites pornos, parfois je culpabilise mais en fait je m’en fou.
    C’est la tentation, c’est vrai j’y succombe, mais personne n’est parfait.

    Et comme je pense que tant que je ne fais pas de mal à qui-que ce soit ...
    Il faut surtout se rendre copte de ce que l’on a. Parce que en nous encourageant à toujours faire plus, à posséder davantage le système nous empêche de voir ce qui est déjà là.

     

    • Beaucoup de vérité et de sincérité dans ce commentaire , nous sommes tous aliénés et n’ayant pas de solution miracle , on fait comme on peut sans se laisser totalement submerger par la matrice , en gardant une certaine vigilance .


  • Faut savoir que les jeux video sont une manip pour amener une generation entière vers l’informatique, j’y ai obsédé de tetris a mario debut annee 90, ca avait commencé avec les arcades avec kick off, je me suis arrêté tot avec golden eye 64 en 97 mais le virus ne m a jamais quitté vu que j ai transité sur le net en 99...Stratégie d exploitation , stratégie de destruction ?


  • L’aliénation du monde extérieur peut entraîner différents complexes, si les jeux vidéos comblent ou guérissent à leur façon, non pas en remplaçant le monde réel, mais en corrigeant "des bugs" (xd), on peut éventuellement en conclure que les jeux vidéos peuvent être une expérience positive et ce, peu importe le nombre d’heures dans une vie passées devant un écran ( oui ça c’est con pour les yeux, je l’avoues. ).

    Moi, je préfère être une geek, qui, en jouant depuis mon plus jeune âge , a réussi à réunir l’univers des jeux vidéos et les grimpettes aux arbres, comme lire " Les fourberies de Scapin " et arriver à la fin d’un niveau de Mario sur Nintendo.
    Que d’être à l’avant-garde du politiquement correct et de l’ignorance.

    Vu qu’il est question ici des jeux en ligne, je rajouterai que c’est juste l’une des ultimes opportunités ( pas la seule bien sûr ) de pouvoir rire et partager avec des personnes de tous les horizons.
    C’est juste sacrément enrichissant, et sur plusieurs points.
    Développement personnel, culturel et voir professionnel. ( pour les chefs de guilde par exemple, on peut affuter ses compétences en management, gestion " des unités", logistique, etc.) Ce qui pourrait être un peu plus difficile à mettre en marche si les jeux vidéos n’étaient pas là.

    A mes yeux, celui qui à écrit ce livre à décider volontairement de fermer les yeux sur les bons côtés de cet univers. Ce qui est triste, car beaucoup de joueurs n’ont pas pris " le melon pour ensuite faire le boulet derrière un écran, voulant compenser ce qui n’a ou n’aura peut être jamais".
    Car celui qui parle d’avatar dans un jeu en ligne, n’a tout simplement pas connu le vrai sens du jeu vidéo en ligne. Le respect et le partage !
    ( Ce qui, apparemment, manque à certains qui ne jouent pas. Bizarre ? )
    Les jeux vidéos sont une façon comme une autre d’extérioriser point. On prend les bons et les mauvais côtés.
    Nous comprenons et acceptons ceux qui ne sont pas joueurs et les occasionnels, pourquoi pas l’inverse ? C’est un truc que je comprends pas.

    La différence c’est que je peux aussi aller sur Tatooine ou me balader dans Midgar aux côtés d’un félin tout rouge par exemple,c’est tout.
    Ca fait pas de moi quelqu’un de bizarre si ?

    Je vous souhaite une bonne soirée.


  • Bonjour à tous,

    Je viens a vous car j’ai un petit soucis avec mon fer a repasser calor fv9140

    Vendredi, une aide a domicile est venu faire du repassage chez moi et pendant qu’elle repassait, d’après ses dire, le fer s’est mis a fumer, le courant a disjoncté et par peur elle l’a débrancher. Je suis rentré du boulot le soir, j’ai été voir le fer et elle n’avait rien fait d’anormal, vapeur en marche, position coton, le truc classique comme lorsque je m’en sert.
    J’essaye de le brancher et paf, directement le compteur disjoncte.

    Je voulais donc savoir si vous auriez une idée du soucis ? ça m’embête de m’en séparer, il est pas vieux, il a 5 ans, et il est super : tige anticalcaire, défroissage vertical, sécurité électronique qui coupe le fer si on oubli de le débrancher (chose qui m’est arrivé il y’a pas longtemps, heureusement qu’il y’avait çà)

    Je voulais essayer de le démonter ce soir, mais c’est une vis en étoile avec un petit plot au centre de la tête, donc faut que je bidouille avec un tournevis, mais avant que je me prenne la tête si quelqu’un a une piste ou une idée du soucis ?

    Merci à ceux qui prendrons le temps de me lire


  • #1587482

    A la vue des commentaires, j’ai plutôt envie de dire que les "gamers" n’ont pas une profondeur intellectuelle très grande.
    Mais bon, puisqu’ils se disent "libres" et "normaux", tout va bien.

     

    • Comme tous les passionnés... La passion compense le manque d’amour (famille, conjoint, enfant ...). Étonné aussi des commentaires ici. Certainement des jeunes.


    • Quand on connait rien à un sujet, on peut aussi fermer sa gueule parce que vos commentaires ne sont pas les plus structurés et intelligents qu’il m’ait été donné de lire.

      "Comme tous les passionnés... La passion compense le manque d’amour (famille, conjoint, enfant ...). Étonné aussi des commentaires ici. Certainement des jeunes."

      Un peu léger comme critique, ça fait beaucoup de monde sur cette planète en manque d’amour non ? Revoyez votre définition de la passion, ça fait un peu mal là ...
      Faudrait aussi arrêter de se prendre pour des intellectuels quand on pense comme des chasses d’eau ...


  • Jouer aux jeux vidéos est bien mieux que regarder la télévision.


  • Ouf, enfin une critique des jeux vidéo. A part les admirables pages dans l’Homme qui arrêta d’écrire on avait pas grand-chose à se mettre sous la dent sur ce sujet.

    Sinon vivement une entrevue avec l’auteur (ou une présentation de Soral).


  • Heureux d ’ apprendre la publication de cet essai chez kontreculture Adrien. Avec plaisir de te lire et fais signe si tu rentre en terre natale☺
    Flo.


  • Pechez ! Cultivez ! Marchez ! Travaillez ! Mais pitié... pas d’écran dans votre vie à part pour se nourrir !

     

    • C’est le camp de travail ton truc !

      De toute façon critiquer "les jeux vidéos", c’est comme critiquer "la musique" ou "le cinéma".
      Trop imprécis pour être intéressant (il y a des jeux intelligents et des jeux complètement crétins), et ça ne fait que montrer que la personne qui critique n’y connais rien, ou alors ne connait qu’un seul style de jeux vidéos.


  • Je ne vois où est le mal tant que ça reste a dose "normale". En quoi cultiver un jardin, faire du yoga, apprendre la peinture, etc ... serait-il plus bénéfique a l’homme que de jouer a des jeux vidéos ?

    Ce livre dénonce les dérives des jeux massivement multijoueurs a l’excès, pas du jeu vidéo en général. Personnellement j’ai pas envie d’apprendre la peinture, ça ne m’intéresse pas. Quand je rentre du travail, je préfère le sport, la lecture ET les jeux vidéos, n’en déplaisent a certains donneur de leçons. Et ma vie sociale s’en porte très bien, ai-je besoin de le préciser ?

     

    • slt, tu es toi même pris par le virus. Comment veux tu être objectif ?
      Il faut voir l évolution de la société sur le plan comportemental, qui peut nier que la société occidentale se féminise et s infantilise.
      Des gens peuvent courir après des bêtes virtuelles, les coquetteries, les manieres, manque de virilité dans des situations d agression, tout ce qui pourrait apporter de la virilité a l homme est combattu.
      Comparer le général de Gaulle et la classe politique de cette epoque avec celle actuelle.
      Comparer le comportement des hommes avec leur femme aujourd hui, avec ceux d avant.
      Pour dire , que les jeux vidéo dont un des paramètres d infantilisation et de déresponsabilisation de l homme.


  • Oh le con ! Ca fait des mois que j’essaie de trouver la bonne approche pour rédiger un travail de ce genre ! xD
    Bon, rien n’empêche que je le fasse quand même, si je peux y apporter quelque chose. Mais d’abord, lecture ! =D


  • Commandé, mais pas encore lu.
    Perso’, je passe beaucoup trop de temps sur les mmo (je viens de me faire 7 heures de SWTOR...).
    J’en ai conscience, mais je n’arrive pas à m’arrêter.
    J’espère que ce livre donne des clés pour sortir de tout ça.
    Salutations, camarades.


Commentaires suivants