Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Delamarche : "L’idée de me retrouver avec Macron, Attali, Minc et Bergé me fait peur"

Face à face entre Olivier Delamarche, associé-gérant chez Platinium Gestion, et Patrice Gautry, chef économiste chez Union Bancaire Privée. Émission Intégrale Placements, du lundi 6 mars 2017, sur BFM Business.

 

Quel regard porter sur la campagne présidentielle française et ses effets sur les marchés ?

Visionner la vidéo du débat ici.

 

Que peut-on encore attendre de la politique monétaire de la BCE ?

Visionner la vidéo du débat ici.

 

Comprendre l’économie mondialisée, avec Kontre Kulture :

Olivier Delamarche, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Il n’est pas le seul.

     

    Répondre à ce message

  • La vidéo ne se charge pas. Le lien de la vidéo complète sur le site ce BFM machin ne passe pas non plus. Dis donc Delamarche es tu en train de te faire évacuer ? Bienvenue au club mais ce serait dommage ! Sans lien avec le sujet (quoique) Mr Ben soussan est relaxé. Pas comme Alain Soral. Suis parano ou passent t’ils à la vitesse supérieure concernant la censure ? J’ai noté, mais c’est subjectif un léger infléchissement dans les informations mainstream du jour. En gros, on redouble d’attaques sur tout et n’importe quel prétexte contre Marine le Pen as usual. On parle très peu de micro Macron. On ne parle plus du tout de Hamon et Mélanchon. On adoucit le ton pour Fillon. On ne sait Jamais. Mes impressions ne sont pas scientifique, c’est juste un ressenti.

     

    Répondre à ce message

  • Le boulot de Delamarche, gérant de Platinium Gestion (qui sous-performe), c’est de faire peur au télespectateur-épargnant afin qu’il lui confie ses économies . C’est pourquoi vous n’entendrez jamais Delamarche optimiste . La ficelle est un peu grosse...

     

    Répondre à ce message

    • Ben voyons !!! Ce qui est surtout gros c’est de faire croire, au vu de l’état du monde actuel, qu’il y aurait des raisons d’être optimiste si Delamarche n’existait pas.

       
    • Tu as parfaitement raison. Je me rappelle déjà de lui en 2010. Déjà le même discours du tout va péter achetez de l or. A présent que Er le diffuse il rajoute une couche de politicoresistancialisme un peu tendance..
      Bref.. Il a son petit moment de gloire et comme disait mon grand-père.. Tout le monde a le droit de manger..

       
    • #1681668
      Le 10 mars à 21:50 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Delamarche : "L’idée de me retrouver avec Macron, Attali, Minc et Bergé me (...)

      @ Scrooge

      Oui, la ficelle est grosse mais n’est pas celle que vous croyez. Quand on se pose les bonnes questions, il est plus aisé de trouver les bonnes réponses.
      Delamarche nous dit la même chose depuis fort longtemps et cet oiseau de mauvais augure s’exprime pourtant librement sur la chaîne de la communauté de lumière. Curieux, non ? Pourquoi n’a-t-il pas été remercié après toutes ces années à naviguer à contre-courant ?
      Peut-être a-t-il une utilité, un rôle objectif ? Oh que oui !
      Il est là pour faire gagner (vraiment) beaucoup -rafler la mise si vous préférez- à une toute petite caste d’initiés. Je ne suis pas dans la confidence mais parie sans risque que ses clients sont déjà les plus nantis.
      Pendant que les guignols qui défilent sur BFM incitent les petits épargnants -ceux destinés à être tondus in fine- à miser sur les mauvais chevaux, lui se positionne ailleurs... en Asie par exemple. Car c’est là que tout va se jouer, raison pour laquelle le pouvoir profond avait choisi le "Brexit" (pas le peuple anglais, navré pour les naïfs). Bon, chacun est libre de se tromper, mais il ne faudra pas venir se plaindre ensuite.

       
  • Les riches à l’intérieur de la zone euro en ont marre de payer pour les pauvres, auxquels il faut ajouter les bonnes oeuvres de Mme Merkel épaulée par les fonds Soros&Co. A force de faire n’importe quoi, la Commission a fini par faire chavirer le navire de l’Europe, qui désemparé se fracasse sur les récifs de la dette, des vagues migratoires, du chômage de masse et autres monstres apocalyptiques qui hantent les nuits agitées des Commissaires européens. L’ironie de l’Histoire est que cette usine à gaz de l’Europe a été construite au nom du "consommateur", qui se révèle le grand cocu détroussé de partout, tandis que les banques sont parties avec la caisse faire du "spiel" en Asie. Le secteur bancaire chinois est passé devant son homologue européen en taille de marché alimenté par les bulles spéculatives, dont les Chinois sont les champions toute catégorie. On s’étonne ensuite que le citoyen européen se pose des questions devant la gestion calamiteuse d’administrateurs qui ne rendent des comptes devant personne si ce n’est eux-mêmes. L’organisme de lutte anti-fraude, l’OLAF, cherche des noises à Marine Lepen pour 100.000 euros, alors que chaque année ce sont des dizaines de milliards tirés des budgets européens qui s’égarent dans les dédales des aides européennes. Là encore, personne ne voit rien. Il est vrai que la fraude n’est reconnue, que si le pays fautif présumé se reconnaît lui-même en faute, ce qui arrive arrive rarement. Donc il règne comme un désir de libération du carcan communautaire, qui n’est pas sans rappeler celui de 1989 dans les pays du bloc soviétique. Les mouvements de la Glasnost étaient à l’époque manipulées par les Illuminati qui avaient décidé de passer à une nouvelle phase de la mondialisation oligarchique. Ici le mouvement est beaucoup moins lisible dans la direction à prendre. Il manque un cadre idéologique qui formate le changement qui menace de partir dans tous les sens, faute de vision théorique de l’avenir. Les marchés essaient de siffler le rappel, mais, on le sent, avec de moins en moins de prise sur l’opinion. Il s’agit donc d’un saut dans le vide, sans le parachute du "monde libre", qui était en fait la préfiguration de l’extension du mondialisme socialiste sous une forme encore soft. La seule chose certaine est que tout le monde se prépare à la guerre high tech, qui est encore le moyen le plus rapide de résoudre le problème né de la faillite du mondialisme.

     

    Répondre à ce message

  • De "en marche" à Delamarche, il y a deux mondes que seuls les illettrés peuvent comprendre !

     

    Répondre à ce message