Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Panama Papers" : Washington admet avoir financé les journalistes menant l’enquête

Les autorités américaines ont avoué avoir financé les organisations médiatiques ayant publié les documents exposant des fraudes fiscales massives, mais nient avoir influencé les résultats de l’enquête.

 

« Ils [les journalistes] ont reçu le financement de sources différentes, y compris du gouvernement des États-Unis. Ce sont des organisations qui ont été, ou sont toujours, financées par l’agence USAID, non pas pour cibler des pays ou des personnes spécifiques, mais pour mener des enquêtes indépendantes », a assuré le porte-parole du département d’État américain Mark Toner le 7 avril.

Il a précisé qu’il parlait notamment du Projet de dénonciation du crime organisé et de la corruption (en anglais OCCRP pour Organized Crime and Corruption Reporting Project), qui se concentre sur les territoires de l’ex-URSS et sur l’Asie centrale.

Mark Toner a souligné que Washington n’était pas au courant de cette enquête sur des financements offshore et n’était pas intervenu dans le travail des journalistes, rapporte l’agence RIA.

Après cette fuite des documents personnels – l’une des plus importantes de l’histoire – des centaines de milliers de personnes, dont des chefs d’États, des politiques, des sportifs de haut niveau et d’autres personnalités richissimes ont été mis en cause. Sauf que cette liste ne contient pas d’Américains.

Pour WikiLeaks, l’opération avait une cible bien précise : le président russe. L’organsation fondée par Julian Assange a remis en question l’impartialité des « Panama Papers », soulignant que l’enquête avait été financée par les autorités américaines.

En rappelant ces révélations de WikiLeaks, Vladimir Poutine a nié toute corruption incriminant son cercle proche dans ce scandale. « Ils ont passé au peigne fin ces paradis fiscaux, mais votre humble serviteur n’y figurait pas. Alors qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils ont trouvé certaines de mes connaissances et certains de mes amis » et suggéré que leurs activités pouvaient être entachées de corruption, a-t-il indiqué le 7 avril lors d’un forum public à Saint-Saint-Pétersbourg.

L’affaire dans l’affaire, ou le pétard mondial mouillé, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Oui, Oui Georges Soros admet aussi financer les révolutions colorées, mais il n’en est pas à l’origine ! Pour qui nous prennent-ils ces américains ? Toutes ces manupilations nous deviennent de temps en temps claires, donc arrêtez de nous prendre pour des idiots.

    Bonsoir


  • L’intox va réussir puisque tous les grands médias-putes la reprennent . Comment remonter le Niagara de la propagande sioniste en canoé ?


  • Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts.

    Conséquence : si un Etat finance quelque chose, c’est que c’est son intérêt.

    Les USA ont financé cette enquête pour donner aux Etats européens ruinés la capacité de trouver de pomper du pognon car ils savent que ce pognon servira a rembourser la dette des Etats européens envers l’Empire militaro-médiatico-bancaire.


  • Mark Toner se fout autant de la gueule du monde que Bill Clinton lorsque ce dernier reconnaissait avoir fumé de l’herbe, mais assurait n’avoir pas avalé la fumée.

    C’est une opération de déstabilisation et de propagande de plus menée et financée par les suspects habituels, les Etats-Unis et ceux qu’ils ont achetés.

    U.S. go home !


  • - Pour les USA tout ce qui peut nuire à Poutine est bon à financer
    - Pour Soros tout ce qui peut nuire aux Européens et à l’Asie est bon à financer

    Le premier travaille à ses intérêts politiques, donc à protéger son leadership mondial et son protectorat sur l’Europe
    Le second, c’est religieux : il veut le chaos.

    Leurs intérêts peuvent se recouper mais ne sont pas identiques.

    Sinon, les autorités américaines n’auraient JAMAIS avoué avoir financé (en partie) l’opération.Et d’ailleurs ne l’auraient pas financé en partie mais en totalité et en exclusivité.

    S’ils en font l’aveu (on était à 50 % dans le deal et on le dit tout haut) c’est pour signifier et insister sur le fait qu’ils n’ont pas piloté l’opération qui leur a donc échappé dans ses résultats


  • LOL Les Ricains ont un sacré sens de l’humour ! Merci Internet, sans quoi ces accusations seraient passées comme une lettre à la poste (un jour sans grève bien sur).


  • Et dire qu’il n’y a pas un seul ricain dans cette liste...car sûrement trop honnête.

     

  • C’est à se ordre de rire, le Président Hollande y voyait déjà un lanceur d’alerte (4/04/16) : « C’est grâce à un lanceur d’alerte que nous avons maintenant ces informations. Ces lanceurs d’alerte font un travail utile pour la communauté internationale, ils prennent des risques, il doivent être protégés », alors qu’il refusa en 2013 le droit d’asile à Edward Snowden ! C’est une véritable pantalonade, Panama Papers n’a en vérité aucun rapport avec les lanceurs d’alerte ! Citons RT : « Les autorités américaines ont avoué avoir financé les organisations médiatiques ayant publié les documents exposant des fraudes fiscales massives, mais nient avoir influencé les résultats de l’enquête (…) « Les journalistes ont reçu le financement de sources différentes, y compris du Gouvernement des États-Unis. Ce sont des organisations qui ont été, ou sont toujours, financées par l’agence USAID, non pas pour cibler des pays ou des personnes spécifiques (tu m’en diras tant !), mais pour mener des enquêtes indépendantes », a assuré le porte-parole du département d’État américain Mark Toner (…) Mais, étrangement, cette liste ne contient pas d’Américains. Pour WikiLeaks, l’opération avait une cible bien précise : le président russe. L’organisation fondée par Julian Assange a remis en question l’impartialité des Panama Papers, soulignant que l’enquête avait été financée par les autorités américaines » (https://francais.rt.com/internation...). Si la Gauche était moins obsédée par les complotistes, et moins soumise, peut-être qu’alors elle garderait une partie de cerveau disponible pour flairer un complot lorsqu’il est évident ?

     

  • Pas d’americains ? Normal, car comme l’exprime parfaitement Steve "Wynn" Weinberg qui pese (officiellement) plus de 3 milliards de dollars : "Personne n’aime cotoyer les pauvres".
    Et c’est grace a lui qu’on peut maintenant "déguster un latte tout en écoutant Simon & Garfunkel dans un coffee shop hipster en plein coeur de Las Vegas, le tout après avoir acheté quelques vinyles triés sur le volet", selon Sarah Dahan (rebelle aux Inrocks).
    Ou meme ... assister a un set de David "Godfire" Guetta !
    http://www.dailymail.co.uk/news/art...
    http://www.lesinrocks.com/2016/03/1...
    http://dj.wynnsocial.com/djs/1234/d...


  • C’est la stratégie du chiffon rouge

    1)Les "méchants" contrevenant la loi sur les taxes sont identifies
    cela montre la nécessité d’une gouvernance mondiale
    2)L’usure qui est un vol est autorisée et normalisée