Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Panama Papers : à qui profite le crime ?

L’édito des directeurs de la publication d’E&R

Nous vous en faisons l’aveu, au départ, « Allo, Régine », nous avons été tentés, très tentés, même, pour débuter cet édito consacré à ces « petits papiers », d’aborder le sujet par un biais différent. Mais nous avons finalement opté pour « Laissez tomber les  » à-côtés, ceci sans renoncer, néanmoins, à faire un petit clin d’œil (en l’hommage ci-dessus à lire de bas en haut) à une grand-mère à qui les DJ actuels doivent tout, en fait, puisqu’elle fut la première « Reine de la Nuit ».

Non, paix à son âme, Régine n’est pas encore décédée, loin s’en faut. Le titre de la chanson dont procède cet hommage, la replace plus que jamais, Mémé, au centre de l’actualité : avec l’argent de « Laissez tomber les petits papiers », elle pourrait se faire un « Panama Papers » à elle toute seule.

Et voilà pourquoi, oui, nous étions si tentés. Nous aimons l’argent ! Surtout moi ! Non : moi plus !

Toutefois, en tant que professionnels du crime, c’est avant tout la question de savoir à qui il profite, le crime, qu’il faut se poser. Et surtout, il faut y apporter la bonne réponse, cela afin de comprendre, premièrement, qu’est-ce qui poussent tous les riches à aller planquer leur pognon au Panama et Cie, et deuxièmement, pourquoi cette affaire est-elle soudainement apparue, pile maintenant, ceci alors qu’on le sait très bien, morbleu, et depuis toujours, qu’ils y vont tous, les riches, les très riches, planquer leur pognon, dans les banques de ces pays qu’on appelle des paradis fiscaux.

Bon, pour ce qui pousse les riches à planquer leur pognon, c’est tout bête : c’est parce qu’ils ont peur que les pauvres le leur piquent. Ou plus exactement, que les pauvres le récupèrent. Bin si !

L’argent des riches, c’est l’argent qu’ils ont piqué aux pauvres : un peu, beaucoup, passionnément, et même à la folie pour certains, et tout ça, pour la plupart, sur plusieurs générations.

Car ATTENTION ! Les riches dont nous parlons ici, ce sont, non pas les riches à qui les pauvres donnent volontairement leur argent, footballeurs, chanteurs, rappeurs, acteurs, présentateurs et autres saltimbanques modernes, idolâtrés par le consommateur, le mongolien de base, qui à ces matières, décide de consacrer une part plus ou moins substantielle des fruits de son travail. Ceux-là, de riches, ne sont pas des voleurs, juste des profiteurs. À l’inverse, politiciens et industriels œuvrant dans les besoins primaires, eux, sont tous des voleurs. En effet, les produits de loisirs, on n’est pas obligé d’en consommer. On n’est pas obligé de payer pour voir des bipèdes en culottes courtes, courir derrière une baballe plus ou moins ronde et plus ou moins grosse. Et on n’est pas non plus obligé de se torturer les tympans avec de la variété française ou du rap, ou de gaspiller ses deniers en allant voir le dernier Woody Allen, cela même si une bande de gouines et de pédés, de « coiffeurs », oui, pardon, assis autour d’une table, et filmée par d’autres pédales, nous affirme haut et fort, qu’il faut absolument aller le voir, si-si, cela même si on n’est, ni neurasthénique, ni abruti, ni pédophile.

À l’inverse, pour tout ce qui est des besoins primaires, nourriture, eau, énergie, santé, logement, et aujourd’hui banque, assurance, transports... Et les armes, bien sûr. Elles sont le propre de l’homme tout autant que le rire, voire davantage : des millénaires ininterrompus de guerre, et les milliards de morts qu’elle a faits, série en cours, attestent que les armes font moins souvent rire que pleurer.

Tous ces produits « primaires », nous sommes obligés d’en consommer. Et c’est là que les politiciens interviennent. Outre la guerre (que toujours ils ordonnent, mais qu’eux ne font jamais), la fonction véritable de ces parasites, donc hautement toxiques pour les pauvres, est de permettre aux industriels de s’entendre, pour vendre le plus cher possible, les produits qui répondent à ces besoins primaires. C’est pour ça que les industriels financent les politiciens ; et un peu aussi, c’est vrai, pour être assurés d’avoir l’impunité, quand ils sont rattrapés par une histoire de fesses, impunité que leur accordent des magistrats, qui sont tous nommés par les politiciens. Et là j’ai envie de dire : Et Vive la France !

Et en contrepartie, les industriels donnent quelques miettes du gâteau aux politiciens. Mais comme c’est un gâteau « hénaurme », les miettes en question représentent malgré tout une sacrée galette.

Voilà pourquoi les riches, leur magot, ils vont le planquer au Panama, aux Îles Caïmans, en Suisse et autres. En tant que « Robin des bois » à l’envers, ils sont tous d’accord pour prendre aux pauvres pour donner aux riches, et unanimement contre l’idée que les pauvres puissent reprendre aux riches l’argent que les riches leur ont donc ainsi méthodiquement volé.

Parce que, si-si, il faut reconnaître que c’est bien fait, quand même, comme système. Un chouilla enculatoire, cependant, et avec un parfum « 50 nuances de grès », qui dure depuis beaucoup plus longtemps que « 9 semaines et ½ ». Car ces voleurs se permettent en plus de nous faire la morale. Ils expliquent aux pauvres, qu’il faut qu’ils se serrent la ceinture, qu’ils continuent de se priver, pendant que les industriels et les politiciens, eux, continuent de s’octroyer toujours plus d’avantages et de privilèges, comme jadis la noblesse de naguère, profitait à outrance du dur labeur de ses serfs.

Et ça marche ! Grâce aux médias, qui tous appartiennent aux riches, les pauvres « comprennent » qu’il est normal qu’il en soit ainsi. Amen. En fait, oui, seules les appellations des nobles ont changé.

Avant, les membres de la caste des exploiteurs/profiteurs s’appelaient « Comte », « Baron », « Duc », « Marquis », « Bailli » et compagnie, maintenant c’est Président-Directeur-Général, ministre, préfet, sénateur, député, Lévy et Cie.

Dès lors, en conclusion de ce premier point, voici le message que nous adressons aux électeurs, à ceux qui votent ou s’abstiennent, non pas de voter, mais de mener une révolution armée, révolution armée qui seule peut nous permettre de nous libérer de cette condition d’esclaves dans laquelle les politiciens et les industriels nous ont placés, protégés qu’ils sont par l’armée désormais de métier, et une police plus que jamais les traîtres, les oppresseurs, et les assassins du peuple opprimé :

ALLEZ TOUS VOUS FAIRE COUPER LES CHEVEUX !

Voilà : ça, c’est fait. Passons à présent à la réponse, second point de nos élucubrations du jour, qu’il convient d’apporter à la deuxième question que nous avons posée au départ. Rappelez-vous :

Pourquoi cette affaire dite « des Panama Papers » est-elle soudainement apparue maintenant ?

Oui, pourquoi est-elle subitement apparue sur le devant de la scène, pile maintenant, ceci alors qu’on le sait très bien, et depuis toujours, que les riches vont planquer leur pognon dans les banques de ces pays qu’on appelle des paradis fiscaux ? Pourquoi, comment et sur ordre de qui ?

Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin. Voyons d’abord sur ordre de qui ce « scandale » a été révélé, et il sera alors plus facile de comprendre le comment du pourquoi, et donc, c’est ça : à qui profite le crime. Parce que si, certes, c’est uniquement de l’encre, et non pas du sang, qu’elle a fait couler, cette révélation, il s’agit pourtant bel et bien d’un crime. Et ce crime est politique.

Je m’explique. « Je », oui : Alfredo est parti faire des crêpes. Ah ça, les crêpes, mon Bichon, c’est son péché mignon. Les crêpes, les pizzas, et l’acquisition de biens immobiliers pour pas cher. Mais ça, c’est autre chose.
Donc revenons s’il vous plaît à ce crime, qui lui, donc, est politique.

Politique, il est, le crime de la révélation des « Panama Papers », pour les deux raisons suivantes.

La première raison a trait à l’identité de celui sur ordre de qui cette révélation est intervenue.

En effet, l’association de « journalistes d’investigation » qui l’a opérée, cette révélation, est financée par « The Organized Crime and Corruption Reporting Projet ». Cette organisation privée « fédère » des journalistes de partout à travers le monde.

ATTENTION ! « fédère », il faut traduire. Là, en l’occurrence, l’OCCRP réunit le plus possible de « journalistes d’investigation », comprenez « qui enquêtent », mais uniquement sur quoi et sur qui « on » leur dit d’enquêter, le « on » en question étant l’organisation qui finance cette organisation.

Et qui finance l’OCCRP ? C’est la « Open Society Foundation » du bienfaiteur de l’humanité George Soros. Si je dis « bienfaiteur de l’humanité » à propos de ce Monsieur Soros, ce n’est pas parce qu’il signe son nom, d’un « S » qui veut dire son patronyme. Non. Mais c’est quand même, quelque part, parce que c’est aussi « Un cavalier, qui surgit du fond de la nuit » (plus précisément à 20 heures 30, les samedi et dimanche, sur France 3), à la différence près, que ce vers quoi il court, lui, ce n’est pas l’aventure : c’est le pouvoir (et bien sûr, également, vers l’argent qui va avec).

Et il n’y court pas non plus au galop. Lui et son équipe y vont pas à pas : lentement mais sûrement, comme dit le proverbe. Dans cette partie d’échec que se livrent les puissants, ils avancent des pions qu’il achètent, et à qui ils rendent des tours, pas très catholiques généralement, et ceci jusqu’à nous rendre tous fous. Ah ça, à ce jeu du pouvoir, où les protagonistes sont à cheval, entre « criminels de guerre » qu’ils mettent en place et destituent au gré de leurs intérêts, et « terroristes » qu’ils financent, arment, recrutent, entraînent et manipulent aux mêmes fins, ils sont les rois, les esclavagistes en chef de ce IVème Reich autoproclamé et dénommé « Nouvel Ordre Mondial », dont George Soros est le grand promoteur, leur « Goebbels. » La preuve : ils ont niqué « Saddam. »

Georges Soros et ses amis haïssent Vladimir Poutine. C’est lui, c’est uniquement pour lui nuire à lui, à Vladimir Poutine, que les pontes du Nouvel Ordre Mondial, via donc George Soros, ont fourni aux « journalistes d’investigation » de l’OCCRP les listing bancaires des « Panama Papers », listings sur lesquels figure le nom du président russe.

Hé oui, pardi ! Qui d’autre que les propriétaires des grands groupes financiers qui recèlent, au niveau mondial, l’argent qui est détenu dans les paradis fiscaux, partout sur la planète, qui d’autre à part eux avait accès à ses fameux listings, et aussi – et surtout ! – intérêt à ce qu’ils soient rendus publics ?

Ce ne sont pas les banquiers panaméens. Cette publicité nuit terriblement à leur intérêts. Elle leur fait perdre de l’argent : l’argent que, du fait de cette publicité très malvenue, nombre de leurs clients habituels mettront dorénavant dans d’autres paradis fiscaux. Mais les banques panaméennes, et pareillement les banques de tous les autres paradis fiscaux, l’argent qui est placé chez eux, il faut bien qu’ils le refourguent ensuite à d’autres banques. Hé oui ! Pour faire un billet au passage : les banques, notamment de dépôt, ne gagnent de l’argent, que si et seulement si l’argent circule.

Or, les seules banques qui peuvent faire sortir l’argent « sale » de ces paradis fiscaux, ce sont les banques qui, elles, ne risquent pas d’être épinglées par l’administration américaine, le gendarme mondial de l’argent « sale ». Et ces banques appartiennent toutes aux pontes du Nouvel Ordre Mondial, les Rothschild, Rockefeller, Bilderberg et Cie. Grâce à ce gendarme, ils récupèrent tout cet argent « sale », et ils le transforment en argent « propre. » Et comment ? C’est très simple : dès qu’il est dans leurs caisses à eux, l’administration américaine considère qu’il est propre, 100% propre.

Et c’est parce qu’ils ne peuvent pas le récupérer directement, cet argent sale, sinon ça se verrait trop, que ce sont eux, les Rothschild, Rockefeller, Bilderberg et Cie, en fait, qui blanchissent tout l’argent sale du monde. Et c’est parce qu’ils ne peuvent pas le récupérer directement (je termine ma phrase), tout cet argent sale, qu’ils préfèrent passer par les banques des paradis fiscaux, qui donc, elles, prennent leur commission au passage.

Et comme elles bossent toutes avec eux, ce n’est pas nuire aux banques panaméennes qui intéresse ces margoulins. Leur but, avec les « Panama Papers », est d’obtenir le scalp de Vladimir Poutine.

Et pourquoi les pontes du Nouvel Ordre Mondial en veulent-ils tous, et autant à Vladimir Poutine ?

Est-ce parce qu’il est ceinture noire de judo ? Ou est-ce parce qu’il est pilote de chasse ?

Un peu des deux, sans doute, mais aussi et surtout, parce que Vladimir Poutine est le seul rempart, en Europe, au succès annoncé du Nouvel Ordre Mondial.

En effet, premièrement, Vladimir Poutine incarne et représente toutes les valeurs qui sont à l’opposé du projet que le Nouvel Ordre Mondial a pour l’Europe. Dans l’Europe traditionnelle, encore vivace dans les années 60 et 70, la famille traditionnelle et le travail bien fait étaient au centre de la société. Et dans toute société qui voue carrément un culte à l’excellence professionnelle, il est nécessaire de tirer la population vers le haut, la guider vers cette excellence. En cela, l’Europe traditionnelle décimée par les deux guerres mondiales accueillit à bras ouverts des migrants qu’elle pouvait alors former à ses exigences d’excellence, ceci parce que, comme les précédents, les migrants d’alors avaient la volonté de s’intégrer pleinement dans cette société, aux valeurs de laquelle ils adhéraient.

Ainsi, dans l’Europe des années 60 et 70, le nationaliste était tout ce qu’il y a de légitime, cantonné qu’il était à une exigence de respect de cette excellence, qu’il imposait également aux nationaux.

Rien n’était acquis pour personne. Tout le monde devait s’inscrire dans cette démarche d’excellence, et tout le monde le faisait. Car telle était l’éducation que tout le monde avait reçue, simultanément grâce à une école de la République et une famille traditionnelle dont le but commun et premier était de transmettre ces valeurs.

En effet, un groupement d’individus n’est véritablement une société, uniquement quand l’unité de ces individus, autour de telles valeurs déterminées, est plus forte que les aspirations personnelles de ces individus. Et dès lors, l’unité autour de ces valeurs est indispensable à la cohésion sociale, qui, elle, est donc nécessaire à ce que l’unité prime sur les aspirations personnelles. En conséquence, tout facteur culturel ou religieux allant à l’encontre de l’unité autour de ces valeurs ou de la cohésion sociale doit être combattu, exclu de la sphère publique, tant par les dirigeants que par les individus.

Or, sans une volonté véritable de cantonner ces facteurs à la stricte sphère privée, inéluctablement la société se divise. Et une société qui se divise est une société qui meurt. Soit par la guerre civile, soit parce qu’elle se voit imposer des nouvelles valeurs par un envahisseur extérieur.

Voilà pourquoi le Nouvel Ordre Mondial veut faire de l’Europe une société sans valeurs. En effet, quelles que soient les valeurs autours desquelles une société est articulée, les individus composant cette société aspireront toujours à combattre les valeurs qui leur sont contraires. Et les « valeurs » du Nouvel Ordre Mondial sont contraires à toute société où la liberté a un tant soit peu de valeur. Et pour cause ! La seule et unique « valeur » du Nouvel Ordre Mondial, c’est que tous les humains soient esclaves de quelques uns, les élus, les pontes du Nouvel Ordre Mondial. D’où, les guillemets que j’ai mis à « valeur ». Dès lors, la seule façon, pour le Nouvel Ordre Mondial, d’arriver à ses fins, est de faire de la société des hommes, un groupement d’individus n’ayant plus aucune valeur.

Et voilà pourquoi le Nouvel Ordre Mondial a œuvré et continue de s’employer à détruire l’Europe traditionnelle, en la divisant, ceci par le dénigrement systématique de ses valeurs, par les médias, l’école publique et les associations communautaires. Ce dénigrement consiste à mettre la religion sur la place publique, et à donner une place prépondérante aux « bizarreries » culturelles, notamment sexuelles, en faisant de l’exception la règle, et même désormais le fondement de la loi - comme avec le mariage pour tous et une théorie du genre qui est en train de finir le boulot.

Et ce sont les politiciens au pouvoir qui se sont chargés et continuent de se charger de cette funeste besogne. Tous sans exception depuis le début des années 80, exécutent ce plan macabre mis en place par les pontes du Nouvel Ordre Mondial. Et comme chaque nouveau dirigeant relance la machine, avec pour base de départ à sa turpitude, une société d’une altération plus aboutie, chaque nouveau dirigeant accélère le processus. D’où cette escalade, cette course effrénée à la décadence, à laquelle Hollande et ses sbires se sont employés, et vont continuer à s’employer, quoi qu’il arrive, jusqu’au 5 mai 2017, date à laquelle ils passeront le pouvoir au candidat officiel du Nouvel Ordre Mondial : Alain Juppé. Sauf évidemment, s’il arrive à Alain Juppé la même mésaventure qu’à Dominique, nique, nique Strauss-Khan. Ah bin, qu’est-ce que vous voulez ? C’est comme ça, c’est comme ça : on a beau être pontes du Nouvel Ordre Mondial, on ne peut pas tout prévoir non plus !

Hé, qui aurait pu imaginer qu’une vulgaire petite bonniche, négresse qui plus est, aurait pu prendre la mouche, parce que son Seigneur et Maître Juif blanc, tint à user sur elle de son droit de cuissage ?

Pire ! Qui aurait pu croire que la justice américaine jugerait la plainte de cette « guenon » recevable ?

Mais que fait le Ku Klux Klan, que diable ? « On est chez nous, ou on n’est plus chez nous, bordel ? », ont dû alors s’écrier les Rothschild, Rockefeller, Bilderberg et Cie.

Blague à part, terminons avec ce que j’étais en train de vous dire, sur l’anéantissement des valeurs de l’Europe traditionnelle, par des dirigeants européens tous à la solde du Nouvel Ordre Mondial.

Tous ou presque. En effet, « Et s’il n’en reste qu’un je serai celui-là », Poutine résiste, Papy Poutine fait de la Résistance. Cette ordure refuse de livrer son pays à la décadence. Par exemple, pour lui, un pédé barbu, habillé en femme, et qui se fait appeler Conchita, qui remporte l’Eurovision, ce n’est pas une avancée sociale. L’aide à la procréation pour les homosexuels, c’est mal. Sauf bien entendu, si les pédés eux aussi sont autorisés à recevoir un ovule déjà fécondé. Oui, au nom de la sacro-sainte égalité entre les sexes, qu’on leur en mette un dans le cul et on verra bien ce qui se passe. Si la pratique n’est pas contre Nature, obligatoirement eux aussi, vont arriver à mener à terme ce type de grossesse.

Mais attendez : il y a plus grave encore !

Vladimir Poutine refuse que ce soient les pontes du Nouvel Ordre Mondial qui décident qui dirige les pays où se trouvent les ressources naturelles dont les États-Unis d’Amérique, eux-mêmes dirigés par les pontes du Nouvel Ordre Mondial, ont besoin pour continuer d’asseoir leur domination militaire et économique sur le monde, et l’asseoir si possible au moindre coût. Quel enculé !

Et cet « enculé » au singulier, ne procède pas d’une photeuh deux frap ou dort tôt Graf. Non. C’est parce que pour ces exploiteurs/profiteurs, Vladimir Poutine incarne la seule et unique fois, où les esclaves ouvriers ont pris le pouvoir. C’était en 1917, et ils l’ont fait en exterminant la caste dirigeante dans son entièreté. Tant que l’Europe comptera un Vladimir Poutine parmi ses dirigeants, un risque il demeurera, qu’elle renverse et vainque le Nouvel Ordre Mondial de la sorte, et les traîtres dirigeants qui sont à sa solde. Et vu qu’ils se nourrissent de nos cadavres, ce ne serait que justice.

Donc, allez ! Aux armes citoyens. Formez vos bataillons. Marchons, marchons, sur nos institutions. Et que le sang des traîtres, abreuve nos sillons !

Germain Gaiffe,
directeur adjoint de la publication d’E&R

 

Voir aussi :

10 novembre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Hollande au dîner de cons, Belkacem chez les Gaulois, Faurisson au Bataclan !
4
28 octobre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Juppé président !
15
14 octobre
Handicap Zéro : extraordinaire Théo Berlemont
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
3
30 septembre
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
La gauche, la droite... et Plaintecontrix
12
16 septembre
Un Rocard sinon rien !
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
2 septembre
François Hollande, Nicolas Sarkozy et l’esprit olympique
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
15
20 août
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
Jean Moulin, le terrorisme et les fabricants de bougies
10
1er août
Aimez-vous les uns les autres... OK, mais quand les autres ne veulent pas ?
L’édito de Germain Gaiffe, directeur de la publication d’E&R
32
22 juillet
Belote, rebelote et dix d’Eder
L’édito des directeurs de la publication d’E&R
11
7 juillet
Le Sénat, Michael Jackson, Belmondo et les seins de Raquel Welch
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
33
24 juin
À quand la fin de l’inaptocratie ?
Brèves de comptoir – L’édito des directeurs de la publication d’E&R
21
9 juin
Le malade imaginaire – Un vent de folie souffle sur la justice grenobloise
L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R
28
26 mai
Dieudonné expulsé du Canada : l’édito des directeurs de la publication d’E&R
En chanson !
15
10 mars
L’éditorial des directeurs de la publication d’E&R
Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe-Cohen répondent aux persécutions dont est victime Alain Soral
29
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1450929
    le 23/04/2016 par yasmine
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Mon Dieu la tête du démon Sorros !
    J’en suis toute retournée....


  • #1450932

    Très bon monsieur Germain Gaiffe. Je comprends pourquoi le site E.R subit une attaque. Faites attention à vous monsieur Gaiffe, soyez prudent en promenade..


  • #1450963
    le 23/04/2016 par Ledoyen
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Analyse très intéressante, en sus d’être des plus pertinente. Merci et félicitations à l’auteur.


  • #1451062
    le 24/04/2016 par goy pride
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    les esclaves ouvriers ont pris le pouvoir. C’était en 1917, et ils l’ont fait en exterminant la caste dirigeante dans son entièreté.



    Ce n’était pas les ouvriers qui ont exterminé dans son entièreté la caste dirigeante russe, pas plus que ce n’était le petit peuple de France qui fut derrière l’assassinat du Roi et de sa famille durant la révolution française. Disons qu’une fraction du petit peuple a servi d’outil pour parvenir à cela...un petit peu comme un marteau qui fracasse un crâne, l’auteur du crime n’est pas le marteau mais celui qui tient ce dernier dans sa main...je sais...je sais...il est difficile d’adopter une relecture de l’histoire qui va à l’encontre des versions "conte de fées" si rassurantes...j’aurais aussi aimé que la révolution bolchévique fusse authentiquement l’émanation autonome d’un mouvement populaire, j’aurais aimé que la révolution française fusse un vrai mouvement d’émancipation populaire...


  • #1451063

    Oui Poutine est visé, mais c’est aussi pour mettre les autres de la liste sous pression, je pense au premier ministre anglais. Poutine les a humilié aux yeux de la planète en Syrie et ça, ça ne passe pas !


  • #1451153

    Les Etats-Finis d’Amérique renflouent leurs caisses par tous les moyens : vol de l’or de l’Ukraine, planches à billets, vols de fichiers fiduciaires, menaces militaires, destruction de pays, manipulation des cours de l’or, de l’argent, des actions, des obligations,...


  • #1451184
    le 24/04/2016 par etetete
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Dans l’ouvrage nommé "Francoscopie", l’auteur, un haut fonctionnaire de l’Insee, nous apprend que, "en France", "la fraude fiscale est un sport national."

    Dans le monde, je l’ai observée partout ( indépendamment de la nationalité, des opinions politiques, de l’âge, du sexe, de la religion,... ), à des niveaux différents. Ce phénomène n’empêche pas les gauchistes de donner des leçons de morale aux entrepreneurs qui refusent de frauder le fisc et qui utilisent les paradis fiscaux dans la plus stricte légalité.

    Or, les médias nous disent que la monnaie papier va bientôt disparaitre au profit de la monnaie électronique.

    Conséquence : la fraude fiscale se fera grâce à des paiements en pièces d’or ou d’argent.

    Donc le cours de l’argent et celui de l’or vont augmenter énormément quand la monnaie papier aura disparu.

     

    • #1452455

      " Ce phénomène n’empêche pas les gauchistes de donner des leçons de morale aux entrepreneurs qui refusent de frauder le fisc et qui utilisent les paradis fiscaux dans la plus stricte légalité. "
      Désolé mais, à moins que vous vous soyez mal exprimé, c’est un raisonnement absurde. Frauder, qu’on le fasse sur le territoire ou qu’on le fasse en planquant son argent ailleurs n’a rien de reluisant dans un cas comme dans l’autre. Que des élites corrompues en soient venues à faire voter des lois qui rendent possible de telles pratiques en leur donnant un vernis de légalité alors que ce n’est rien d’autre qu’une dégeulasserie, qu’entre parenthèses ceux qui ne grugent pas se retrouvent à payer pour tous ces connards (ça s’appelle comme ça), en dit long sur l’état de délitement actuel. Quant à la loi ce n’est pas une baguette magique transformant le fond des choses. On peut rendre légale toutes sortes de saloperies, cela n’en demeurera pas moins des saloperies. Conclusion : si certains croulent anormalement voire scandaleusement de plus en plus sous les impôts, il y a peut-être, allez savoir, un lien de cause à effet.


  • #1451212
    le 24/04/2016 par Etienne
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Les journaleux qui sont payés par l’Empire pour cracher sur les entrepreneurs qui utilisent légalement les paradis fiscaux ne COMPARENT jamais

    - les obligations administratives des entreprises incorporées dans un paradis fiscal

    - les obligations administratives des entreprises incorporées dans un enfer fiscal

    Nous les comprenons !

    Les paradis fiscaux c’est mal pour les personnes qui aiment la sodomie fiscale.


  • #1451213
    le 24/04/2016 par Parisilamonnaie
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Dans les Evangiles, des personnes demandent au Christ s’ils doivent payer l’impôt à l’Empereur.

    A-t-on encore le droit de poser cette question ?


  • #1451215

    En Bulgarie, au Portugal, en Italie, en Allemagne,...j’ai souvent constaté que lorsque vous refusez de payer un produit ou service en espèce ou / et que vous demandez une "facture" à une entreprise, le prix augmente de 20 pour 100.

    Message de l’entrepreneur à qui vous achetez un produit ou service : "tu collabores avec l’Empire ? Pas de problème ! C’est toi qui va payer la TVA."


  • #1451312
    le 24/04/2016 par Athelstane Gebhardt
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Bref, "en avant pour la révolution" ! Excellent programme. J’en rêve matin, midi et soir...


  • #1451398
    le 24/04/2016 par solaine
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Article plein de bon sens !
    Merci au directeur de la publication d’E&R qui n’oublie jamais la petite dose d’humour qui ne peut faire que du bien, vu la situation.


  • #1451676
    le 24/04/2016 par insoumis de la dissidense
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Question à cent balles (en monnaie fiduciaire, il va de soi) :

    L’évasion fiscale gardera-t-elle tout son sens lorsqu’ils l’auront leur foutue mondialisation ?


  • #1451702

    Analyse intéressante qui a du vrai (et même plus) mais un peu trop manichéenne. Il y a beaucoup d’autres mécanismes parallèles et simultanés en jeu.
    Il est vrai que "l’Empire" tire très fort la couverture, mais il devient aussi assez fragile en se mondialisant à outrance, en devenant trop omniprésent, et donc en mettant trop d’œufs dans le même panier idéologique. Le fond du panier va lâcher un jour.


  • #1451859
    le 25/04/2016 par Ludovic13
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Bravo, article restructurant !
    — 
    « Or, sans une volonté véritable de NE PAS cantonner ces facteurs à la stricte sphère privée, inéluctablement la société se divise. »


  • #1452267
    le 25/04/2016 par SALVASAN
    Panama Papers : à qui profite le crime ?

    Ce qui me rend le plus dingue, c’est l’ignorance de la grande majorité. Synonymes : abrutissement analphabétisme ânerie aveuglement bêtise béjaune balourdise barbarie bévue candeur crasse crétinerie faute gaffe idiotie idiotisme ilotisme imbécillité impéritie impuissance inaptitude incapacité inconséquence inculture inexpérience ingénuité innocence inscience insuffisance lacune méconnaissance maladresse naïveté nescience nullité obscurantisme simplicité. On va baigner dans le sens quand nous redescendrons dans les rues pour reprendre nos libertés. Si ça n’est pas déjà trop tard !!! Plutôt que de mettre mes enfants à l’école, je devrais peut être les initier au survivalisme, ils auront au moins une petite chance.


Commentaires suivants