Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Paris ville rose : vivre dans 6,83 m² pour 370 euros par mois (sans bail) depuis 8 ans

Pas de « home sweet home » pour eux. Le soir, c’est en traînant les pieds, parfois en baissant la tête, qu’ils regagnent leur chambre de bonne. À Paris, des milliers de personnes vivent dans des « cages à poules » de moins de 9 m2, pourtant interdites à la location.

 

Lundi, la Fondation Abbé Pierre lance une campagne pour faire connaître le mal-logement, et pousser les politiques à agir et les citoyens à se mobiliser.

Parmi ces mal-logés, Ivan Lopez, 35 ans. Sueur au front, il reçoit dans son logis de 6,8 m2 sous les combles, invivable les jours de forte chaleur. « Je travaille la nuit, le matin, je rentre chez moi et il fait super chaud, je ne peux pas dormir », racontait, excédé, le jeune homme d’originaire mexicaine il y a quelques jours.

Malgré deux emplois en CDI, ce réceptionniste de nuit ne réussit pas à sortir de la chambre de bonne mansardée où il vit depuis huit ans, coincé entre une cabine de douche jaunie, un frigo et un lit qui lui sert aussi de canapé et de rangement.

[...]

Victoire comme Ivan attendent que leur logement soit reconnu comme un « local impropre à l’habitation », ce qui empêcherait leur expulsion et contraindrait les propriétaires de leurs logements ou, à défaut, l’État à les reloger dans un logement décent. Mais, selon la Fondation Abbé Pierre, l’État, via l’Agence régionale de santé (ARS), rechigne à délivrer ces arrêtés.

« Aujourd’hui on a 7 000 chambres de service à Paris qui sont des résidences principales et qui font moins de 9 m2, et on a une grande partie de ces chambres pour lesquelles l’État ne reconnaît pas l’insalubrité », explique Sarah Coupechoux, qui suit cette question à la fondation.

« Beaucoup sollicitée », l’ARS « rend une soixantaine d’arrêtés par an, avec une tendance à la hausse », réplique Emmanuelle Beaugrand, responsable de l’habitat au sein de la structure. Mais elle souligne que le Conseil d’État a jugé en 2013 qu’un local ne pouvait être qualifié d’impropre à l’habitation au seul motif de sa surface insuffisante.

Lire l’article complet sur fr.news.yahoo.com

 

 

Anne Hidalgo ou le mépris des pauvres sur Kontre Kulture

Parisiens mal logés, migrants bien relogés, voir sur E&R :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • On peut trouver du travail ailleurs qu’à Paris .Parce que ,vivre dans de telles conditions ,faut avoir envie de vivre à Paris ,surtout avec des jobs comme çà. Pour 370 euros ,il y a des endroit en France ou on a un appartement à ce prix la .
    370 euros pour 6.83 m2 sans bail ,c’est de l’escroquerie et prendre l’être humain pour du bétail .Ces propriétaires devraient être pendus par les couilles .

     

    Répondre à ce message

    • #1560719

      Exactement, je prends mon cas pour exemple, je paye 350 euros par mois assurance comprise pour le crédit de ma maison de 85m2 avec 950m2 de jardin en campagne, alors qu’en île de France je n’aurais même pas pu payer le loyer HLM (ma sœur paye 600euros de loyer HLM en idf...).

      Il faut arrêter de réfléchir d’abord boulot, et ensuite lieu de vie. A quoi bon s’accrocher à un boulot, même si tu gagnes bien ta vie si c’est pour tout dépenser dans un loyer ? Et aujourd’hui les salaires n’augmentent plus, alors que les loyers sont hors de prix.

      J’ai du mal à entendre le faux argument "Je n’ai pas le choix". Tout le monde à le choix, surtout en France avec des aides pour ceux qui n’ont pas de travail qui donnent la possibilité de changer de lieu ou de mode de vie, surtout si comme le gars du reportage tu ne connais personne et tu n’a pas de famille avec toi, pourquoi rester à Paris ?

       
    • Bonne analyse à mon sens ! Pourquoi rester sur Paris alors que la vie y est beaucoup plus chère et le chômage aussi élevé que dans de nombreuses région de France !
      Bon nombre de petites villes françaises proposent des appartements à moins de 10 € le m², plutôt que de s’entasser dans des HLM.
      Pour finir voilà un lien vers un avis partagé avec Mr Audiard sur le logement modéré : https://www.youtube.com/watch?v=sNU...

       
    • Jack White
      non, mais tu es sérieux ? Comme si on pouvait vivre avec les miettes du pseudo service social...

      Pour rappeler le RSA, c’est pas 500 euro comme inscrit mais dans les fait : entre 350 et 450 suivant les cas et les APL 250 euros maximum
      De plus quand tu demande les APL, la caf te retire 50 euro du RSA.

      Même dans ma petite ville (Dijon), un studio c’est dans les 400 euros minimums (et personne te loura au RSA/chômage)

      Si tu n’es pas pistonné, tu n’as pas la moindre opportunité de CDI même le noir ça fait bien longtemps qu’il n’y en a plus.

      Ça fait bien longtemps que Paris aurais du faire un vrai plan d’urbanisation.
      Paris qui fait que 120 km² et 2.8 millions d’habitants est une capital minuscule pour un pays de 70 millions d’habitants.

      Les bobos parisiens aiment bien l’immigration et le multiculturalisme qui fait baisser les bas salaires, mais n’aime pas que ces métèques est l’outrecuidance de vouloir-vivre avec eux !

      Et on ose dire que l’extrême droite et raciste ...

       
  • #1560687

    un mexicain et une malgache. C’est vrai que les français-blancs-racistes vivent dans des palaces.

     

    Répondre à ce message

  • #1560703

    Fuyez cette ville pauvres fous !

     

    Répondre à ce message

  • Des milliers de logements HLM sont inoccupés et ne trouvent pas preneurs en Bretagne et Normandie entre autre Pour 300 euros par mois vous pouvez obtenir un pavillon neuf en bord de mer avec jardin et garage pour 25 euros de plus. Ou un appart en centre ville doté d’une gare et de centres commerciaux . La vie n’est plus marrante à Paris quand on a un job d’esclave et que la moitié de son maigre salaire part en loyer abusif . Comment peut on se marrer dans 7m2 avec un résidu de salaire/ obole , méme dans la soit disant " plus belle ville du monde" .( je ne pense pas que Paris soit le top de la fiesta et du plaisir pour la plupart des gens ordinaires )Donner du fric à des escrocs profiteurs doit rendre dépressif de surcroit .
    Il n’y a pas grand chose à perdre en quittant ce qui n’est qu’un mythe .

     

    Répondre à ce message

    • Il n’y a pas qu’en province que l’on voit des logements inoccupés.

      Au-dessus de chez moi, en plein centre de Paris, il y a un beau studio d’une trentaine de m2 qui est libre depuis le mois de juillet 2015, un HLM.
      Ça n’est certainement pas le seul.
      J’ai du mal à comprendre comment cela est possible.

      Peut-être que l’espagnole n’a pas trouvé qui était assez méritant pour le lui proposer.
      Il va bien passer un copain qui y aura droit.
      A moins qu’une "change pour la France"...

       
    • juste son boulot

       
    • Bonsoir,

      @Wotan,

      Ce n’est pas une pique que je vous lance mais comment savez-vous que des logements HLM en Bretagne et Normandie seraient vacants svp ? Auriez-vous des sources ou est-ce confidentiel ? Ces logements seraient-ils en zone désertique où l’emploi serait plus que rare ?

      C’est juste une question.

       
  • Que diriez-vous d’un 3.72 m² à 400 € par mois à New-York ?

    http://www.zerohedge.com/news/2016-...

     

    Répondre à ce message

  • #1560776
    Le 19 septembre à 15:27 par Махсуд Махкамов
    Paris ville rose : vivre dans 6,83 m² pour 370 euros par mois (sans bail) (...)

    Ce sont les cas extrêmes et c’est bien qu’ER nous informe de ces abominations...

    Toutefois, il faut garder à l’esprit que c’est toute la population qui vit dans du plus petit. "Ils" nous "habituent", petit-à-petit, à accepter des surfaces de plus en plus minuscules. Cela témoigne du déclassement qui nous est imposé :

    - Les manoirs, dans lesquels vivaient autrefois les médecins, les cadres et mêmes parfois les ingénieurs ou les professeurs agrégés, sont rachetés par les municipalités ou les grosses sociétés ;

    - Dans les "maisons ouvrières" d’autrefois, on trouve désormais des médecins, parfois les ingénieurs (avec un prêt sur 20 ans), rarement les professeurs agrégés. J’ai connu, il y a seulement 20 ans, une femme de ménage célibataire qui avait pu acheter ce genre de maison...

    le reste de la population dite "moyenne" est de plus en plus contraint à acquérir des surfaces minables, des appartements, des studios. Quant aux autres, c’est location et engraissement des porcs de sociétés immobilière en donnant la moitié de son salaire chaque mois, sans compter le dépôt de garantie qu’ils se gardent pour une tache au mur.

    Le projet de l’oligarchie euro-mondialiste, d’ailleurs, est de vider les campagnes de leurs habitants et de concentrer les populations dans les villes en mettant en place ce qu’ils appellent la "ville verticale" et la "ville connectée", camp de concentration à ciel ouvert bourré d’appareils de flicage, avec sur l’affichage publicitaire des bobos qui cultivent leurs tomates en hydroponie sur les murs et roulent en patins à roulettes.

    Désormais, mon action politique principale vise à faire capoter ces lubies, voulues par des faux-intellectuels conformistes comme Gerald Bronner (au passage c’est aussi le spécialiste du "complotisme") ou Michel Lussault, géographe urbain qui est aussi rédacteur des programmes de la réforme du collège et auteur (avec Jacques Lévy) d’un dictionnaire de géographie - que tout étudiant ou doctorant en géographie est obligé de citer pour "faire bien" - et où ils se masturbent pendant 1000 pages sur des concepts foireux de pseudo-sciences sociales (pendant ce temps-là, les étudiants ne maîtrisent plus les bases de la géographie physique).

    Toujours les mêmes... Décidément, on les retrouve dans toutes les "réformes" les plus diverses. Je me garde leurs noms en souvenir pour le jour de la Libération, du Grand Soir ou pour quand la bise tournera.

     

    Répondre à ce message

    • Il n y aura jamais de libération, ce peuple est condamné à la damnation pour ces insultes répétés contre dieu. Si tu veux le salut quitte ce pays. Cordialement.

       
    • #1560857

      Je constate effectivement dans ma commune une chasse à la classe moyenne basse par les professions à plus hauts revenus. Des maisons mitoyennes de facture ordinaire et sans charme, qui logeaient il y a 30 ans de petits employés et de petits fonctionnaires, sont achetées par des couples qui roulent en "allemandes ". Si les enfants des anciens propriétaires décédés ne viennent pas habiter la maison , la substitution de classe sociale se produit automatiquement .
      Et ceux qui se vantent d’avoir "bien vendu " se scandalisent ensuite des prix qu’ils trouvent pour se reloger .

       
  • #1560995
    Le 19 septembre à 21:25 par Yoshimoto Takapalouvrir
    Paris ville rose : vivre dans 6,83 m² pour 370 euros par mois (sans bail) (...)

    Il y a mieux, les apparts cercueils à Tokyo, 2,50 m de long, on ne tient pas debout avec télé au plafond pour 450 euros par mois, pas d’air conditionné ni de coin toilettes mais bon avec un urinal et un broc de flotte on peut se démerder, grosse commission non recommandée. Ils ont inventé les "capsules hôtels" sur le principe des sardines en boîtes...

     

    Répondre à ce message

  • Allez vivre en banlieue si vous êtes pas content des prix. Sérieux quand vous avez pas les moyens allez pas vivre là. C’est comme si je m’achetais une ferrari sans revenu et que je me plaignais en réclamant une hausse du RSA.

    Si le gars est dans le placard à balais c’est qu’il a accepté d’y vivre, il fait chaud sous les toits ? Vraiment...

    Oui les prix sont abominable à Paris, mais là les gens prennent le problème par le mauvais bout. Déjà rasez les tours bureaux vides et faites des habitations, ce sera un début.

     

    Répondre à ce message

  • #1561211
    Le 20 septembre à 08:33 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Paris ville rose : vivre dans 6,83 m² pour 370 euros par mois (sans bail) (...)

    Heureusement qu’il y a du beau linge à la Fondation Abbé Pierre pour nous tenir informés.
    Un grand merci à Sarah et à madame Crémieux, nous regrettons tous le départ de Martin Hirsch de chez Emmaüs, merde, quand même !
    Comment fait-on déjà pour enterrer (ou faire mousser) un dossier ?
    Ah oui, on le confie à quelqu’un de confiance...
    Médiation, quand tu nous tiens !

    Rappel :

    Le 16 septembre à 17:19 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Des familles demandent pourquoi les militaires ne sont pas intervenus au (...)

    Et le baveux qui pose les questions sur BFM s’appelle Gérard... euh Gérard comment déjà ?
    Qui pour allumer un contrefeu et canaliser toute voix "dissidente" de manière à ce que la vérité reste au placard ?

     

    Répondre à ce message

  • J ai 35 ans un bac plus quatre et au chômage depuis 4 ans mais douze ans que j essaie de trouver un emploi stable
    j ai pas pu construire ma vie ni même envisagé d’enfanter car je suis systématiquement discriminée à l’embauche.
    mon grand père est mort pour la France
    mon père a été blessé pendant la guerre d Algérie .

    je vis chez mes parents septuagénaires dans ma chambre de toujours ...au RMI .

    aujourd’hui je n’ai plus confiance en mon pays et y a de quoi ...

    elle est belle la France !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents