Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Parler de Soral à son prof : une expérience sociale et politique faite par des élèves

Les enfants sont taquins. Ces élèves d’un collège ou d’un lycée « Montesquieu » (il y en a beaucoup en France) ont testé leur prof sur la question « Soral ». Il suffit de prononcer son nom pour que la gêne s’installe, et parfois la peur. Cinq petites lettres qui font trembler l’institution. Pourtant, il ne s’agit que de politique, de géopolitique, ou de sociologie. De connaissance, tout simplement. Pas de quoi fouetter un employé de l’Éducation nationale.

 

Il est vrai que cette dernière, depuis peu, c’est-à-dire depuis la découverte de l’engouement des jeunes générations pour les thèses soraliennes, a mis le paquet pour s’opposer à cette contre-éducation imprévue de ses propres troupes. Une concurrence qui n’était pas prévue au programme...
Car ne vous y trompez pas, les millions d’élèves de l’Éducation nationale lui appartiennent. Elle peut leur faire avaler n’importe quoi, faire baisser le niveau des cours, sacrifier l’excellence (la musique est sur la sellette), imposer l’étude des rois africains (forcément antiracistes) en lieu et place des rois de France (forcément racistes), introduire la notion douteuse de la théorie du genre dans les petites classes (le lobby LGBT prépare son avenir), bref, prendre les jeunes pour des cons, mais elle lèvera tous les boucliers possibles avec tous les moyens imaginables contre l’information ou la réinformation « Soral ».

Les dernières campagnes de dénonciation de la mauvaise pensée par rapport à la bonne (on croit rêver, on nage en plein 1984 d’orwell, et on se demande si le livre ne sera pas un jour retiré des programmes), provoquent évidemment l’effet inverse : le mot interdit, le nom maudit a été surmultiplié dans les brochures et les tutos de prévention du le « complotisme ». Tout le monde l’aura compris, les jeunes aussi : le « complotisme », c’est ce qu’il ne faut pas savoir, comprendre, découvrir. C’est la complexité des choses.

Nous n’accablerons pas les profs en général et celui-ci en particulier, qui ne sont pas armés (ou qui ont été désarmés sciemment) pour répondre intelligemment à leurs élèves. D’ailleurs, on leur interdit de parler autrement des événements majeurs de notre époque : Seconde Guerre mondiale, 11 Septembre, collusion médiatico-politique, conflit du Moyen-Orient. Autrement que dans la version officielle, qui est tellement bête ou tronquée, que par instinct, les élèves s’en détournent. Ce n’est pas un début de paranoïa de leur part, mais un simple réflexe de bon sens. Ils sentent qu’on les enfume, et ça ne va pas améliorer les rapports entre dominés et dominants dans le domaine scolaire.

Certes, on ne peut pas imposer dans une tête qui ne dispose pas d’un socle informatif de base une vision du monde qui peut être complexe, et qui demande des connaissances dans des disciplines qui sont souvent cloisonnées en France : Histoire (simplifiée ou censurée), Politique (sous contrôle), Géopolitique (réservée à une élite), Sociologie (bloquée par la gauche), Médecine (étudiée tardivement), Géographie (dépolitisée)… Il faudrait presque un cours supergénéraliste pour accompagner les chères têtes brunes ou blondes dans l’abstraction du monde. Un tel cours n’existe pas, ou alors remplacé par une instruction « civique » pitoyable. C’est pour ça que les jeunes vont chercher une explication satisfaisante ailleurs, sur le Net en général, et E&R en particulier. On y trouve ce qu’on n’a pas le droit de dire ou d’entendre ailleurs. Disons, une partie de la vérité.

Que les profs ne se leurrent pas : les parents de ces élèves font pareil. Ceux qui ont compris que les médias dominants – et on inclut dans ce groupe le puissant média scolaire – ne transmettent que ce qui profite au Système, et diabolisent ce qui le dérange, se tournent vers des sources d’information alternatives. Qui prennent aujourd’hui une ampleur telle, que les responsables de la propagande perdent les pédales. C’est la panique en haut lieu. Dans les ministères, les académies, les rectorats. Et cette panique, ils la transmettent à leurs relais, qu’ils soient journalistes ou profs. Pour qu’ils fassent peur à leurs ouailles. Mais la peur n’est jamais bonne conseillère. Les enfants comme les parents n’ont pas envie qu’on les prenne pour des ânes, et qu’on leur foute la trouille. La carotte et le bâton, c’est mort.

Le massacre de l’intelligence et des intelligences dans nos écoles constitue la plus grave des menaces pour la France d’aujourd’hui et de demain. Et tant pis si l’école persiste dans son impasse en voulant fermer les yeux des enfants et des parents : ensemble, ils s’en détourneront de plus en plus, et l’instruction se fera ailleurs, comme l’information, dont les médias sont en train de se vider, au profit de nouvelles sources, plus fraîches, plus cohérentes, plus adaptées, plus respectueuses. Les insultes à l’intelligence, ça suffit.

On espère que ces élèves, ouverts, curieux et plein d’humour, ne seront pas exclus de leur établissement pour leur audace. Ce sont justement ces qualités que l’école doit développer !

 

L’école est en train de perdre (volontairement) le combat contre l’ignorance, voir sur E&R :

Pour comprendre le Système en général et le système scolaire en particulier,
lire sur Kontre Kulture :

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par Paypal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bon on en voudra pas aux profs comme vous dites mais c’est chaud lol j’ai bien rigolé.


  • Ah ah ! Le biologiste Alain Céréales. J’espère que ces jeunes iront un peu loin dans leur curiosité et se plongeront dans un livre d’Alain Soral.


  • Alain Soral est biologiste ???
    Mais alors le professeur Faurisson est astrophysicien !
    Alors du coup, on ne parle pas d’Alain Soral, parce qu’il est "réac"... Pourtant en économie, ça ne pose aucun problème.


  • Logique de la physique élémentaire : toute action entraine une réaction. Donc plus une action est violente, plus la réaction s’adapte.
    Au final, le système fini par créer le contraire de ce qu’il recherche, à force de mensonges et de matraquages.


  • Prof moi-même j’ai eu le droit à la question "Monsieur, que pensez-vous d’Alain Soral ?"... De manière plus intelligente que sur ces vidéos d’ailleurs.

    Dans la mesure où AS fait de la politique (au sens du débat politique), le devoir de neutralité me semble applicable et la réponse de tout enseignant devrait être simplement de le rappeler.

    Bizarrement ce devoir de neutralité ne s’applique pas pour tous de la même manière :
    - cracher sur les dissidents qu’on aura beau jeu d’appeler complotistes (AS, DMM, etc.) ne sera pas vu comme un manque de neutralité,
    - faire l’apologie des "humanistes" racontant la "belle histoire du progrès occidental face aux dangereux obscurantistes" sera même un facteur de promotion.

    Heureux de constater que les jeunes se posent des questions que les plus âgés refusent de voir en face.

    Quant à ce type d’applis où l’on est filmés... La question serait Qui surveille qui ?...

     

    • déjà je m’étonne d’une chose ayant fait une fac d’histoire (qu’une année) les profs arrivent aparler de manière a peu près neutre de l’action française, mais sur Soral direct "antisémites" etc. ?! Soral serait il considéré comme pire que les tout les mouvement d’extrême droite de la période d’avant guerre !

      "cracher sur les dissidents qu’on aura beau jeu d’appeler complotistes (AS, DMM, etc.) ne sera pas vu comme un manque de neutralité,
      - faire l’apologie des "humanistes" racontant la "belle histoire du progrès occidental face aux dangereux obscurantistes" sera même un facteur de promotion."

      oui vous avez raison car c’est considéré comme la norme ! C’est intégré comme normal, dire du bien de voltaire par exemple est un fait pour les gens qui sont entièrement dans le système ! Après il y a quand même des prof d’histoire qui nuance leurs propos, je l’ai déjà entendu du moins à mon époque (il y a une dizaine d’année), mais c’est toujours de manière très prudente.


  • on voit que la relève est discrète mais efficace grâce des élèves qui sont beaucoup plus courageux que leurs ainés et qui n’hésitent pas évoquer certains sujets dits : tabous
    abreuvés par la télévision avec l’aide des médias, ces élèves se rendent compte que la vérité est loin d’être expliquée par ce système de corrompus....
    il suffit juste de citer quelques noms qui ne demandent qu’à débattre et les voilà considérer comme des criminels dont, certains sont convoqués au Tribunal presque toutes les semaines alors que dans leurs spectacles ou conférences , les personnes de tout âge et de tout niveau social se rendent de plus en plus compte que les vrais criminels sont ceux qu’on voit en costume , cravatte ou chemise ouverte ( essayant de ressembler à des play-boys de la cour des miracles ) venir donner des leçons de Morale sans la moindre gêne -


  • Ah la crise ! J’ai bien rigolé. Bravo les jeunes, continuez, surtout pendant cette semaine de propagande gouvernementale.


  • J’espère que la LDJ, le CRIF la LICRA , l’Avant garde, le régime et BHL ne pensent pas avoir encore 30 ans devant eux !

    (...)

    Parce que ça va leur faire tout drôle quand ça va péter.

    C’est comme pour la théorie des gaz : tant que vous n’êtes pas à la bonne densité, il ne se passe rien.
    Et puis tout d’un coup : BOUM !


  • Tous les profs ne sont pas des zombies, encore heureux. Je me souviens avoir croisé, par le biais de mon travail, un prof de philo, entre 30 et 35 ans qui portait un tee-shirt "quenellon" pendant son cours !! Je vous parle de ça il y a 7 ou 8 ans !! Je me souviens lui avoir dit : "j’adore votre t-shirt".. il a souri, l’air un peu embarrassé, comme s’il semblait devoir se justifier, et puis je lui ai fait vite comprendre que j’étais de son côté ! Je pense souvent à ce mec, que j’aurais bien aimé revoir autour de quelques verres pour discuter plus avant de notre sujet d’intérêt commun....


  • Hilarant, je n’ose imaginer ce qui doit se dire dans les cours d’école avec l’effet Soral aujourd’hui.

    Ca me rappelle mon enfance quand à la récré dans une court médiéval entouré d’un château fort ( avec le jardin et le potager ainsi que la chapelle) et les bonne soeurs, pions septuagénaires (qui nous ont appris à lire) ; nous devisions du haut de nos 8 ans sur l’election de Mitterand ou autre. ("Putain on va en manger pendant 7 ans"). Y avait vue sur le Mont Blanc et tel un beau levé de soleil de début de printemps, le ciel était totalement parsemé de nuages épars rouges. Nous étions guilleret et insouciant mais savions tout ce qui allait se produire.

     

    • Désolé mais je pense que ce qui se produit n’est pas l’effet de cette élection.
      Trouver une corrélation, peut-être, mais pas une causalité.

      Nous vivons la fin d’un système où la croissance et le progrès, mots qui permettaient aux dominants, respectivement de droite et de gauche de justifier leurs incohérences, masquaient un expansionnisme qui ne mène qu’aux conflits, armés ou non, conventionnels ou non.

      Mettre ça sur le dos de la gauche de 1981 c’est il me semble très injuste.
      VGE et sa clique aurait été prisonnier des mêmes puissances et si les détails de l’histoire avaient été différents, l’issue aurait été la même : la croissance au service de qq uns.


  • Comme on le voit encore et toujours l’école n’est plus depuis longtemps un établissement qui vise à élever l’intellect de nos enfants, mais à former des machines outils serviables et dociles sur le "marché".


  • Parler de Soral en cours d’anglais ?? Le biologiste Alain Soral ?? J’ai dû raté un épisode... Autant je pense que tous les penseurs classés à "l’extrême-droite" devraient être plus étudiés en classe (éthologie de Konrad Lorenz, ça peut être intéressant en SVT ;) ), autant il ne faut pas tomber dans le n’importe quoi. Pour moi cette vidéo c’est n’importe quoi, des élèves qui se moquent ouvertement de leurs professeurs sans rien apporter au débat d’idées.

    On ne peut se battre pour une société traditionnelle et cracher sur l’autorité avec insolence et crétinerie. Soit on le fait sérieusement, soit on ne le fait pas.

     

    • Je suis de ton avis, et en tant que prof aurait répondu simplement que Soral n’était pas biologiste, juste polémiste, penseur, politicien, philosophe, écrivain, …, et le débat était clos. Ou qu’il était français et qu’il n’avait pas sa place dans un cours d’anglais…
      Soyez plus percutants les jeunes !


    • oui c’est de la provocation idiote en effet ! Ce qui auraient été sérieux c’est de ne parler de Soral soit quand philo car Soral cite beaucoup de philosophe, soit en éco, soit en histoire ! EN anglais et en bio ça équivaut a vouloir choquer le prof pour faire son malin ! Pour moi les personnes qui font ça aurait pu dire Pétain ou Laval ça aurait été pareil ! Je ne suis pas sur que les jeunes qui font ça on une grande considération pour Soral.


    • Personnellement, il faut le voir de différentes manières et pas forcément catégorisé d’un coup dans une aussi petite case... Par exemple, pour être concret, imagine toi que tu es face à un prof qui est un gros conn... non je veux dire gauchiste conditionné, aboyant à la moindre pensée comme un stalinien "progressiste" quoi de mieux que de mettre une quenelle en se foutant de sa gueule car quoi que tu dises... il finira par les poncifs, antisémites, négationnistes, national-socialistes, et tous les -istes que la télé donne à bouffer à leurs cerveaux atrophiés
      D’ailleurs j’ai remarqué que dans les cas Soral, Dieudo et cie soit tu as affaire à des gens qui regardent la télé une quantité d’heure conséquente (plus que le net) soit tu as affaire à des idéologues qui passent leurs temps sur des médias d’extrême gauche genre, indymedia, le juralibertaire, pour ne citer qu’eux et où tu vois en grande partie une vision du monde nihiliste, chaotique (non pas anarchique), où il n’y a pas de solutions dans le réel mais dans l’idéologie...


  • Je serais moins enthousiaste que l’auteur de l’article... Je suis en hypokhâgne, j’ai commencé à m’intéresser à l’actualité -et à Soral- en Première. Bah, moi, depuis ces deux ans, aucun de mes camarades ne s’intéressaient aux grands enjeux de ce monde, et quand c’était le cas, c’était pour reproduire le discours des médias...
    C’est loin d’être gagné...

     

    • hypokhagne ! lol Les "bons" élèves on du mal a remettre en question se qu’ils ont appris c’est ça qui les rend si con ! Perso quand je contredisais les profs notamment en éco ou en histoire j’avais toujours l’impression de passé pour un con, pourtant avec le recul j’avais raison car l’histoire et l’éco ne sont pas une science exacte donc se que dit le prof peut être contredit, mais en général ils n’aiment pas ça, soit il te prennent pour un provocateur soit pour un cancre !


    • Il semble y avoir une différence entre les futur élites(classes prepa, école d’inge, universités de prestige, grande école) lobotomisées et les prolos qui commencent à s’apercevoir qu’on les prend pour des cons.

      Pour avoir cotoyé les deux catégorie je peux t’assurer que ce qui est vrai pour l’elite ne l’est pas pour les catégories populaire, les prolos ne gobent pas la propagande aussi facilement.


    • Oui, sans doute.
      Ceci dit, à l’inverse, les profs que j’ai en HK sont beaucoup moins "politiquement correct" que ceux du lycée. Aucun gauchiste, très critiques vis-à-vis du féminisme, de la destruction de l’école et de la langue française, de Fourest, etc. voire même qui m’a l’air un peu réac. ;)
      Paradoxalement... Mais c’est la culture je pense qui fait ça.


  • C’est dommage, la qualité médiocre de la vidéo et la faiblesse du contenu ne nous apprend rien. Pourtant, il y a certainement matière à faire un vrai sujet, "le "complotisme" dans l’enseignement", car au vu des commentaires lus sur ce ER, certains profs ont pris du recul vis à vis de la propagande étatique. Quant aux prochaines générations, j’ai bon espoir car elle est moins naïve que ce qu’on pourrait penser.


  • Tres contre-productif.
    Des puceaux à accent moitié racaille / moitié débile, répondent à un gage periscope et font chier des profs en classe. Génération de connards mal elevés, avec portable en classe et qui parlent à leurs profs comme à leur pote....
    Qu’ils crèvent.
    Je deteste les profs formatés, mais là c’est ni drole, ni intéressant.

     

    • @Joe Gillian

      Autant je vous rejoins sur l’analyse, autant le "qu’ils crèvent" me semble parfaitement inapproprié.
      Quand je vois que certains de mes commentaires n’ont jamais été publiés (censure ou oubli ? Je pose la question) et que celui-ci l’est, je suis quelque peu scandalisé.
      Les élèves de cette vidéo ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la jeunesse, et même si, comme je l’ai écrit, je vous rejoins sur l’aspect contre-productif, ça ne légitime pas l’insulte et l’expression du souhait d’une mort prochaine.
      Mais c’est peut-être une question d’éducation... Alors, c’est qui le "mal élevé" ?


  • Penser que les professeurs ou les « instituteurs » considèrent tous A. Soral comme un antisémite c’est se fourvoyer complètement. En salle des professeurs, il est facile de savoir qui pense quoi, qui est de notre côté. Cependant je vous l’accorde, l’éducation nationale est remplie de parasites, de cancrelats et excusez-moi du terme ; de bonnes femmes frustrées et dépressives totalement incultes et accrochées à une pauvre licence merdique. (Et cela messieurs, jusqu’à notre chère ministre qui n’a pas dépassée le master…).
    Seulement, encore une fois, excusez-moi mes chers compatriotes, nous (les professeurs, les vrais) sommes fonctionnaires et notre rôle est de fonctionner, si le peuple décide de mettre aux affaires un gouvernement inique et antipatriote nos petites grévettes de profs ne servent à rien si ce n’est nous faire cracher à la figure par les parents au journal de TF1 et récupérer 5 millions d’euros dans les caisses (Vous ne rêvez pas le ministère budgète les grèves et nous ne sommes pas payés). Divisez pour mieux régner.

     

    • "de bonnes femmes frustrées et dépressives totalement incultes et accrochées à une pauvre licence merdique."
      Tellement vrai... je fuis au possible la salle des profs pour cette raison (je me suis déjà fait traiter de "totalitaire" par cette engeance -qui ne supporte pas le débat d’idées contrairement à ce qu’elle se plait à affirmer- après avoir émis l’idée que le niveau baissait et qu’il faudrait bien un jour responsabiliser les gamins face à leur "je-m’en-foutisme".

      Je rajouterais qu’en tant que prof je ne constate pas ce qui est allégué dans l’article. Je suis le premier à essayer de faire réfléchir mes élèves à propos de leurs préjugés, c’est d’ailleurs le principe de ma matière, et je n’hésite pas à prendre pour cela des références houleuses ou rock n’ roll quand j’estime que c’est utile. Eh bien, croyez le ou pas, mais ces jeunes gens sont généralement d’une incroyable inertie, et particulièrement disposés à défendre leur petit confort intellectuel, ce qui se traduit par un comportement réactionnaire vis à vis de toute idée qui leur semble louche (entendre par là : nouvelle).
      En vérité, ils ne s’opposent que quand il est possible de mettre un tiers- généralement l’autorité qui les oblige à "travailler" et à respecter certaines règles- dans l’embarras à peu de frais, sans avoir à trop réfléchir donc (bah oui, ça fait mal au crane). Le reste du temps, ils s’occupent de leur "smart"phone ou se laissent aller à d’autres comportements grégaires qui leurs donnent l’illusion de la puissance et du bon droit.
      Ils ne sont pas tous comme ça, bien heureusement, mais l’immense majorité s’en tape de la vérité. Certains passent complètement à travers, d’autres écoutent (entendent ?) poliment et oublient le tout 5 minutes après le cours, mais très peu sont ceux qui vont vraiment réfléchir. Le malheur est que dans l’ensemble ils ne comprennent que très vaguement ce qu’ils font là.
      Bref, croire que les jeunes sont au bord de la révolte, c’est une douce utopie. Si le pouvoir semble crispé, la situation est à mon sens loin de lui échapper, tant il a réussi à annihiler toute réflexion en faisant de ces jeunes des individus jouisseurs et égocentriques.


  • Expérience perso : En cours de droit, le prof (qui était noir), parlait de la légitimité des procès à l’encontre de quelqu’un, et qu’il était interdit de poursuivre quelqu’un en justice juste parce qu’on ne l’aime pas, qu’on veut lui nuire sans raison valable devant la justice. Donc j’ai levé la main, et j’ai dit : Quand le Crif fait interdire la maison d’Edition Kontre Kulture d’Alain Soral de publier certains bouquins, mais que d’autres maisons les éditent sans problème, on peut considérer cela comme de l’abus de procédure, non ?

    Sa réponse : Cette personne a une certaine réputation, bla bla (il n’a pas osé dire que AS était antisémite), il faut voir ses discours, son idéologie etc...

    Je réponds : Oui mais Monsieur, on juge sur des actes, pas sur l’idéologie de quelqu’un, ça s’appellerait du crime de pensée sinon ? (ref : 1984)

    Il me fait son baratin, et finit par "Vous avez tort. Je reprends mon cours". Genre : "ferme-là petit con, t’as raison mais j’peux pas te donner raison, je tiens à mon pouvoir d’achat".

    Un prof de droit d’université qui défend des abus de mis en procès car la personne à une certaine idéologie. Sur le coup j’ai pris conscience qu’effectivement, les tapins soumis à l’Empire se chient dessus et font des reductio ad Hitlerum pour conserver leur job.

    Un prof noir de surcroît ... Si vous voyez ce que je veux dire, par rapport à Hitler.

     

    • Rassurez-vous, me concernant, lors de cours du soir (j’avais repris mes études à 35 ans pour un BAC+3 en biochimie), un élève me menace devant le "prof". Je fait remarquer au prof sa passivité et lui de me répondre : "je ne sais pas, je n’étais pas là... " Donc, selon lui, une menace peut-être... excusée tout dépend si vous l’avez voulu. Voilà ce qu’est le courage. Je ne vous parle pas de la contrainte de respecter le ramadan (cours du soir : 18-22h commencent au coucher du soleil : 20.00h). Je ne vous parle pas de la perte de mon emploi dans un grand hôpital universitaire : d’anciens élèves de ma promotion y étaient aussi. Je vous le donne en mille : accusé de racisme, exhibitionnisme et attouchements (ils n’ont pas apprécie mes sorties sur la neutralité de l’enseignement et autres commentaires sur le ramadan pendant les cours) par une majorité d’entre-eux... Selon les RH de l’hosto : il n’y a pas de fumée sans feu". La lâcheté est une maladie... européenne et ce qui arrive actuellement en Belgique (et en France) est la conséquence de cette lâcheté...


  • Dans cette vidéo, les gamins pour la plupart sorte du "Alain Soral" juste parce qu’ils savent que cela va embarrasser leur prof. Il n’y pas de réflexion ou de prise de conscience à mon avis. Ça ne va pas chercher plus loin.

     

  • Un prof honnête ou ne voulant pas se mouiller devrait leur dire qu’il ne connaît pas le céréalien ! Qu’ils se renseignent ses élèves eux-même sur le net !

    Comprendre Soral, c’est « Comprendre l’Empire » et en vouloir ! .Ça les fera bosser sur eux-même, lire, s’intéresser, oser, écrire, et acheter des bouquins sur KK !

    Alain Céréales (Alain c real),, belle formule ! Les céréales même en petite quantité contiennent tous les éléments nécessaires à la Vie et donc, à la croissance intellectuelle, culturelle à savoir « faire croître et embellir », sens premier que donnait les Anciens grecs au terme « Culture »

    Alain Céréal SÈMe à tous vents chez les sémites mise au ban (= banlieu) de la mauvaise graine de dissidents, celle dont Gide disait : « Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis. Sans eux, c’en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète. Ils sont, ces insoumis, le « sel de la terre » et les responsables de Dieu ».(Journal, 24 février 1946)


  • La vidéo est révélatrice sur la jeune génération :
    - le niveau scolaire s’éffondre
    - la langue française n’est plus maitrisée
    - l’intérêt pour Soral ne porte que sur les sujets ( comme la Shoah, ou la finance détenu par la communauté organisée)
    - Sinon absolument rien dans le contenu.

    Ils parlent de cela en classe pour se faire remarquer, c’est juste un effet de mode.
    Êtes vous sur que cela est positif vue l’état de la jeune génération ?

     

    • t’inquiètes , Belkacem va remettre de l’Ordre dans tout cela -
      la langue française n’est plus maitrisée , c’est vrai, mais ça n’empêche pas des gens de devenir Ministre ( El Komri )
      " la Justice à nous , va passer " très grande phrase de ziza - ça l’empêche pas de se considérer comme un journaliste ou animateur télé -


  • Franchement quel est l’intérêt de parler à son prof d’anglais du "biologiste Alain Céréal" si ce n’est pour se moquer ouvertement de lui. Où est le respect du prof ? Ces gamins sont stupides.


  • ’Hé monsieur’ ... un peu comme ’Hé bouffon’ ... Mais d’apparence plus polie parce que le venin de la question ne vient qu’ensuite et qu’il faut bien que le prof tende l’oreille croyant à une question sérieuse.

    Faut-il encourager cette bande de crétins, qui utilisent tout et n’importe quoi pour se mettre en valeur ?

    Personnellement, ce genre de démonstration de l’attitude et des intentions des futures générations me conforte dans le peu d’espoir que j’ai dans l’avenir de cette civilisation. Quand on n’est pas assez futé pour bâtir alors on se pousse du col en détruisant l’autre, objet ou personne, mobilier urbain ou dignité de la personne.

    Mettre en avant le comportement de petits merdeux inemployables à vie puisque dès qu’il l’ouvrent on sent l’insulte et le mépris poindre, ce qui n’intéresse ni patron ni clients, sans oublier le phrasé typique composé de quelques mots définitifs qui ne tolèrent aucune remise en question, et l’ignorance crasse (Soral biologiste ?) qui en émane, tout ça parce qu’ils parlent de Soral comme ils parleraient d’autre chose si cela pouvait autant être une provocation ?

    Mon analyse est simple : pour détruire quelqu’un, on peut le contrer ou très maladroitement le défendre. Ces crétins, en utilisant Soral pour se faire mousser à bon compte en foutant la merde en cours, donnent une raison supplémentaire à ceux qui détestent le personnage sans savoir pourquoi. Parce qu’en voyant cela, on peut légitimement ne pas être en soutien. Si la cause Soral engendre la conséquence que l’on observe, et que son site approuve ce type de comportement, alors Soral est du côté du problème, pas de la solution. Voilà un raisonnement que le commun des mortels peut avoir.


  • Si un prof était repéré comme soralien il serait "inspecté" pour être "légitimement" viré . Quand j’étais prof d’histoire "Libé" sortait toujours de ma poche revolver : paratonnerre... Certains profs savent à quoi s’en tenir mais ils se tiennent vachement à carreau, "il faut bien manger mon bon monsieur" .

     

    • " Quand j’étais prof d’histoire "Libé" sortait toujours de ma poche revolver : paratonnerre.. "
      Sais-tu que tu as été trés drole sur ce coup là ? Merçi beaucoup ce fou rire lol


    • Norbert, tu m´as achevé pour la semaine avec le Libé paratonnerre. C´est tellement visuel quand on a connu l´ambiance d´envolées intellectuelles d´une salle de prof, parfait.
      La soumission des profs d´histoire étant énorme, en général le prof de francais a une formation générale, et est lucide sur le travail. Mais un prof d´histoire n´a aucun autre débouché, ce qu´il croit surtout, et, en moyenne a passé 3 années de pure soumission pour obtenir son CAPES, taux de réussite faible oblige.
      Je me suis bien fait copain d´un récemment, professant l´histoire dans un lycée connu du sud, qui me racontait les exces charliesques apres les attentats. Les gars ont pris 2 abonnements a Charlie Hebdo, un pour la salle des profs, un pour le CDI.

      Sur la vidéo, difficile de juger, entre l´éveil a Soral des masses boutonneuses ; et la crétinisation d´internet qui rentre a chaque instant plus dans le monde des Peter Pan devenus zombies.


  • #1425902
    le 22/03/2016 par L’expert en lois naturelles dans le virtuel
    Parler de Soral à son prof : une expérience sociale et politique faite par (...)

    Ce qui n’est pas écrit dans vos lignes et ce qui est mal compris par la majorité des commentaires, c’est que ces jeunes sont en train de se filmer sur une application de partage vidéo en ligne ET en direct (Périscope) et qu’ils exécutent seulement les directives reçues par les commentaires que peuvent poster les spectateurs ...

    Quand on a comprit cela, le soufflé du "Courage" redescend très vite ... En gros les internautes se moquent d’eux par commentaire en leur ordonnant de poser une question qui leur vaudra une mauvaise réputation auprès de leurs professeurs et ces derniers s’exécutent dans une aliénation totale aux réseaux sociaux ...

     

  • On aurait pu ajouter à la liste : droit (réservé à une élite).

    Plus profondément.
    Celui qui n’a pas étudié Jean Piaget ne comprendra jamais comment raisonnent les ados. Ni ce qu’ils attendent des adultes et ne trouveront que chez Alain Soral ou dans la dissidence.


  • Je ne cite pas Soral en cours, mais je ne me gêne pas pour utiliser certains des auteurs disponibles sur Kontre Kulture (Vere gordon Childe, Clouscard, Bernard Lazare, etc...)


  • voila plus de 10 ans que je ne vis plus en France et il y a une chose qui me gene : la facon dont ont les jeunes de s´ exprimer. Ils parlent tous comme aujourd hui avec un accent de rue zyvas ou c est simplement localisé ? C est triste pour la langue francaise. De plus, c est dommage que ces jeunes n ont pas essayé de lancer un reel débat au lieu de se limiter a une seule question....


  • Pas terrible la repartie des profs... Ça se nourrit avec du canal plus et du libé ça se sent.


  • Vu le nom de leur lycée, on peut espérer que certains fassent le lien entre ce précurseur de la sociologie et le président d’E&R... et qu’ils comprennent que si Montesquieu fut mis à l’Index par l’église catholique, c’est parce celle-ci constituait à l’époque un rouage essentiel du pouvoir.

    Du coup, en cherchant par qui est censuré/diffamé/persécuté Soral, on arrive également à comprendre qui détient le véritable pouvoir aujourd’hui...


  • ANTISEMITE le débat est clos

    Continuons notre cours d’aujourd’hui sur " La vaseline et l’art de se faire mettre profond" çà vous servira pour plus tard les nenfants

     

  • Ques ces gamins apprenent déjà à s’exprimer, à écrire et à se cultiver avant de faire des videos cachées en cours . Pas de quoi se réjouir mais plutôt être inquiet de cette génération TV réalité, mal bouffe... qui parle de Soral uniquement pour "faire le buzz" dans leur lycée.

     

    • Il faut arrêter un moment ! Je trouve que leurs insolence est justifier et justifiable car c’est avec le culot que des grands hommes on fait de la France un grand pays !


    • Bonsoir,

      Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire initial : je ne vois dans ces vidéos que l’insolence grandissante des jeunes et je pense très sincèrement qu’ils devraient d’abord apprendre à la fermer avant de parler de monsieur Soral...

      Certes il y a de la propagande à l’école mais malgré tout on y apprend encore à lire, à écrire, à compter et à raisonner. Même si tout cela se fait dans un cadre de propagande pour certains cours, l’habitude de se questionner permettra ensuite éventuellement de s’extraire du carcan du système. L’abruti fini qui n’a pas été à l’école aura bien plus de mal à sortir de sa prison.

      Je ne vois vraiment pas de quoi se réjouir la dedans...

      Cordialement


    • J’étais de ces jeunes qui étaient insolent, provocateur, fainéant. Je ne montrais aucuns signes d’intérêt pour l’école et pourtant j’ai changé. Ne jugeons pas un adolescent avant qu’il ne devienne adulte...
      Peut-être même qu’avec cette vidéos, une personne en est arrivé chez ER. Voyez le positif, toujours !


  • Attention !
    Ils ont fait une loi anti-terroristes, ils feront une loi anti-complotistes leurs criteres seront :
    Ceux qui contredisent la version historique, ainssi que ceux qui contredisent les medias et les politiques.
    Et il y aurra des depute(e)s pour voter et defendre une tel loi.


  • Alain Soral est un BIOLOGISTE ANTISEMITE reconnu pour son dévouement à la cause fourragère auprès de l’INRA et de la FAO.
    Point barre.


  • "Alain Soral c’est un antisémite", dixit un prof. Il n’est qu’accessoirement écrivain et sociologue : il est avant tout antisémite. Avant on disait "hérétique," ou "déviationniste de droite", ou "hitléro-trostkyste ", ou "titiste", de nos jours le vocable qui voue un homme aux gémonies et à la mort social c’est "antisémite". Quiconque a la témérité de penser hors des clous, et même si sa pensée ne touche aux juifs ni de près ni de loin, est suspecté d’emblée de "complotisme", autre mot servant à flétrir, complotisme qui mène à l’antisémitisme, comme nul ne l’ignore. La pensée sortable, saine, sans danger, la pensée, enfin, que légitimera le système, doit se maintenir dans les limites étroites du cabanon audiovisuel. Big Brother s’est démultiplié en s’incarnant dans la peau des gardes-chiourme gauchistes de l’Éducation antinationale ou Medersa de la pensée correcte.

     

    • La diabolisation de l’adversaire c’est de Staline il me semble ? (on a tout dit).
      _
      Heureusement les consciences commencent à se réveiller doucement et toutes ces invectives inquisitoires, les hérésies modernes qui conduisent au buché médiatique, sont usées d’avoir été utilisées a foison et à tort, elles ont perdus leur sens et salissent plus celui qui les profèrent, car c’est le plus souvent à tort.


  • Cinq années d’études pour terminer avec l’intelligence et la lucidité d’une huître. Merci, je préfère l’intérim.

     

  • En même temps, le choix qu’ils ont, c’est soit de répondre honnêtement, soit se prendre la fcpe, peep et administration sur la tronche, façon cake au pruneau dans le fion. A mon avis, au moment où les élèves ont fini de poser leur question, le pauv’ gars il doit penser à ses traites à rembourser.
    Par contre, çà doit être bien cool le lycée aujourd’hui, à mon époque, on tolérait pas vraiment de "fermes ta gueule" et de "t’as vu le match" en plein cours (si, si, écoutez bien le "fond sonore" ^^).


  • Une bonne idée, mal préparée.

    En tant que prof. d’H-G, je serai ravi que des élèves me posent la question (de moi même, je me vois mal aborder Soral : à quel titre ?).
    Cela avait été le cas lors de l’épisode "quenelle". Les élèves étaient venus me demander ce que c’était, l’air de pas y toucher. Je leur avais répondu que c’était un "bras d’honneur", mais en plus vulgaire ("plus profond", quand on est professeur, n’est-ce pas...), certainement pas un "machin antisémite". Je m’étais permis de leur déconseiller de le faire dans l’enceinte du collège vue la paranoïa ambiante tout en leur rappelant qu’à l’extérieur, ils étaient libres.

    Dans la vidéo, quelques critiques quant à la méthode : des élèves qui ne prononcent même pas correctement le nom... Défendez ceux que vous avez lu ou écouté, pas des "on dit". Et puis quel intérêt de parler de Soral à des professeurs d’anglais ou de biologie ? La bonne cible : les professeurs d’histoire.
    N’oubliez pas de le lire (ou au moins de regarder plusieurs vidéos in extenso) avant d’interpeler vos professeurs. Car après une première réaction superficielle de la part de vos professeurs, genre : "c’est pas un antisémite ?" (c’est ce que tout le monde dit, vos professeurs ne sont pas des super-héros et ne lisent pas tout ce qui se publie) ; il faut que vous puissiez leur demander s’il l’ont lu. S’ils sont honnêtes, ils vous répondront non. Mais ils vous retourneront alors la question. Vous transformant instantanément en colporteurs de ragots. Donc lisez, écoutez des vidéos (en prenant des notes). Et taquinez vos professeurs avec talent.

     

    • Je ne suis pas prof d’histoire géo, mais j’ai quand même bien compris le 2nd degré des élèves et que ces profs sont ignorants de la situation actuelle sur Soral en le traitant d’antisémite par exemple.
      Il faut prendre ça avec légèreté, il s’agit d’une vidéo amateur (vous pourrez en trouver d’autres) témoignant de l’intérêt des thèses de Soral de la part de jeunes.
      Mal prononcer son nom, c’est aussi une manière non frontale d’aborder un sujet sensible. Si ça vous déplait tant, faites un TP sur l’antisémitisme avec ceux de votre classe, vous aurez peut être des réactions intelligentes. Apprenez à manier le 2nd degré, vos élèves n’en seront que plus attentif. Essayez pour voir. Ah non, vous avouez vous même ne pas oser en parler, c’est pas évident pour tout le monde !


  • 1.minutes 37 de charlies ! Une minute 37 de pur bonheur ! Merci.C’est juste énorme a quel point on peut être a des années lumières de toute compréhension.


  • Je sens que ça va encore paniquer à l’éducation nationale, dans les médias et chez les politiques... Préparrez vous à voir Nachatte Belkacem et Manu la tremblotte nous alerter sur la manipulation de la jeunesse par les nazis du net.


  • Des universitaires peuvent tendre le micro à des auteurs exclus de l’intelligentsia respectable télégénique. Ce site www.publications-universitai... est une occasion de réfléchir sur l’histoire et la politique québécoise, il s’entretient avec des auteurs universitaires politiques plus ou moins marginaux. L’étudiant qui tient ce site semble idiot, mais il ne l’est peut-être pas. Au cas où Soral reviendrait visiter le Québec...


  • Merci Soral ta place est au Paradis, t’as pas besoin d’etre musulman pour accéder devant la grâce d’Allah avant les musulmans sionistes, socialistes, immigrés, des mosquées et même ceux de l’institution sioniste l’UOIF , Mosquée de Paris, sans parler des sionistes chalghoumi, Farid et le président de l’UOIF. Un grand respect pour le travail de sape que subit le CRIF, les institutions du mensonges shoatiques , la franc maçonnerie. j’espère le sursaut mondial contre ces voyous sionistes . Soral c’est écrit et ils le savent , ils seront obligés de précipiter la guerre nucléaire pour noyer leur mensonge du peuple menteur.


  • Je doute que ce soit fait exprès, mais dire de Soral qu’il est biologiste a le mérite de montrer que ces profs ne savent pas de qui ils parlent : au lieu de réfuter cette affirmation fausse, ils partent directement dans les poncifs. Un bon prof (un chomeur) aurait d’abord dit "c’est un écrivain" PUIS "réac, facho, etc).


Commentaires suivants