Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"L’escalade des menaces" : les pays émergents et le nationalisme mettent en panique le FMI

Le FMI a assombri mardi son tableau de l’économie mondiale face à une « escalade des menaces » venant de Chine et des grands pays émergents mais également d’Europe, où un « Brexit » pourrait causer de « graves dégâts ».

« Il n’y a plus vraiment de place à l’erreur », affirme le chef économiste du Fonds monétaire international, Maurice Obstfeld, appelant à une action « immédiate » des gouvernements.

[...]

Six ans après la crise financière, le FMI semble particulièrement préoccupé par le cocktail qui grippe l’économie mondiale : chute des cours des matières premières, difficile transition chinoise, coup de mou des marchés émergents et morosité dans les pays riches.

Une nouvelle récession planétaire n’est pas encore au programme mais elle semble rôder et pourrait s’approcher dangereusement si l’activité continuait de se détériorer.

« Une croissance plus faible laisserait l’économie mondiale à la merci de nouveaux chocs et augmenterait les risques de récession », admet le FMI dans ce rapport semestriel.

Une fois encore, les pays émergents concentrent les inquiétudes avec des perspectives de croissance au plus bas depuis « deux décennies », selon l’institution de Washington.

[...]

D’autres grands pays émergents sont, eux, déjà dans le dur. Le Brésil, plongé dans une grave crise politico-financière, et la Russie, frappée par les sanctions liées à l’Ukraine, devraient ainsi s’enfoncer dans la récession cette année avec des contractions respectives de 3,8 % et 1,8 %, d’après ces nouvelles prévisions.

Les pays développés se portent mieux mais leur croissance s’est « ramollie » depuis la fin 2015 et l’héritage de la crise financière continue de « freiner la reprise », souligne le FMI.

Selon ses prévisions, le Japon devrait tomber en récession l’année prochaine tandis que la zone euro voit ses perspectives de nouveau assombries (1,5 % en 2016) au moment où plane sur la région le spectre d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

« Un "Brexit" pourrait causer de graves dégâts régionaux et mondiaux », a prévenu M. Obstfeld, à deux mois et demi du référendum qui verra les Britanniques dire s’ils veulent quitter ou non l’Union européenne.

Selon le Fonds, ce scénario créerait « une période prolongée d’incertitude croissante qui pourrait peser lourdement sur la confiance et l’investissement ».

D’autres risques, moins économiques, pèsent par ailleurs sur la reprise. Conflits, crise des réfugiés, changement climatique, attaques terroristes et épidémies sanitaires peuvent avoir, « sans réponse » adéquate des autorités, d’importantes retombées sur l’activité mondiale, assure le FMI.

Déjà, note l’institution, les discours protectionnistes ont le vent en poupe en Europe mais également aux États-Unis, notamment par la voix du prétendant à la Maison Blanche Donald Trump.

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

 

Face à la croissance ralentie, le FMI ressort l’antienne des réformes structurelles

 

Face au ralentissement de la croissance économique mondiale, le Fonds monétaire international invoque sa vieille antienne des réformes structurelles mais vise cette fois-ci surtout les pays développés.

Au premier rang de ces réformes figurent celles du marché de l’emploi pour lequel le FMI aimerait voir moins de cotisations obligatoires et plus de soutien public aux politiques actives de création d’emplois.

[...]

Parallèlement à ces réformes structurelles, l’institution de Washington appelle aussi à la poursuite de politiques monétaires accommodantes et à des politiques de soutien budgétaires.

Mais elle met en garde contre un phénomène « d’hystérésis » qui, en termes économiques, décrit une situation où les effets d’une cause, en l’occurrence la crise financière, ont disparu mais ses conséquences persistent.

Dans les pays de la zone euro, cela se traduit notamment par une demande restant très paresseuse et un taux de chômage qui reste important et dans les économies développées dans leur ensemble à « conduire des travailleurs découragés à se retirer du marché de l’emploi », selon le FMI.

[...]

Il appelle également au développement de politiques pour faire entrer des groupes jusqu’à présent sous-représentés sur le marché du travail, comme les femmes, les jeunes et les immigrants. Dans le cas des femmes, il plaide pour des réductions du coût des gardes d’enfants, des aménagements dans les congés parentaux et des réductions sur la charge fiscale marginale pesant sur le deuxième salaire au sein d’un couple.

Pour les jeunes et les immigrants, la priorité doit être donnée à la formation, à la baisse des cotisations sociales et des législations particulières fixant des salaires minimaux spécifiques pour les jeunes.

Pour les travailleurs en fin de carrière, le FMI recommande de diminuer les incitations à prendre une retraite anticipée.

Mais le rapport souligne que les effets de telles réformes peuvent créer des tensions à court terme. « Des réformes dans les systèmes de protection de l’emploi peuvent déclencher des licenciements rapidement, alors que les embauches peuvent prendre plus de temps à se concrétiser », indique le rapport.

[...]

Selon le FMI, les pays qui devraient le plus rapidement mettre en place ces réformes sont ceux de la zone euro et le Japon. « Mais les contributions de ces réformes risquent d’être modestes à court terme car il faut du temps pour que leurs bénéfices se matérialisent », prévient-il.

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.