Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Petite histoire de la politesse

Par Christopher Lannes

La petite histoire de Christopher Lannes nous fait découvrir une contrainte sociale nécessaire à la vie en société : la politesse. Elle a connu une histoire tumultueuse marquée par de nombreuses ruptures. Considéré comme le pays le plus poli et le plus élégant d’Europe aux XVIIe et XVIIIe, la France va connaître en 1789 une fracture brutale du savoir-vivre, présenté comme un principe contraire à l’égalitarisme triomphant. Sous la Terreur, il est donc de bon ton d’être le plus vulgaire et le plus sale possible. Au XIXe siècle, tout étant à refaire, la politesse bourgeoise va se développer et s’imposer comme une pratique aussi élitiste que codifiée ; sans jamais pour autant refermer la déchirure révolutionnaire.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1427471
    le 24/03/2016 par Bruce
    Petite histoire de la politesse

    Sous la Terreur, il est donc de bon ton d’être le plus vulgaire et le plus sale possible



    Voila qui permet de mieux comprendre la stratégie de communication d’un Mélenchon et de la plupart des types d’extrême-gauche en général. (quand Cohn-Bendit était invité sur un plateau télé, c’est limite s’il ne mettait pas les pieds sur la table)

    Je préfère l’extrême courtoisie d’un Gollnisch, mais je dois être un peu réac’.

     

    • #1427646
      le 24/03/2016 par Alex
      Petite histoire de la politesse

      Pas seulement la communication, la tenue générale (cheveux sales, malpolitesse, dépravation etc).


    • #1427667
      le 24/03/2016 par Rita
      Petite histoire de la politesse

      Oui, c’est vrai, je n’avais pas fait le rapprochement, merci pour cette remarque éclairante.


    • #1427748
      le 24/03/2016 par Ramon Mercader
      Petite histoire de la politesse

      Cohn Bendit n’a jamais été d’extrême gauche.
      C’est un représentant de la droite ultralibérale et européiste.
      Quant à Merluchon, ce n’est qu’un franc mac rabatteur de voix pour le PS.


  • #1427490
    le 24/03/2016 par Pamfli
    Petite histoire de la politesse

    La courtoisie est un bon moyen pour planter des couteaux dans le dos : furtivité de l’élite bourgeoise pour hameçonnage.


  • #1427513
    le 24/03/2016 par Athéna
    Petite histoire de la politesse

    J’adore ces rappels historiques, qui, avec humour et par le petit bout de la lorgnette, mettent l’accent sur des vérités, des époques et nous donnent bien à réfléchir, excellent et à partager ! La politesse, les choses à leur place, dans le respect, ça s’appelle pas la civilisation ? CQFD.


  • #1427621
    le 24/03/2016 par alias
    Petite histoire de la politesse

    Le Français "Charlie" qui patauge dans l’abjection n’a que faire de la politesse .


  • #1427656
    le 24/03/2016 par Diego Alatriste
    Petite histoire de la politesse

    Pour ceux qui cela intéresse, José Antonio Primo de Rivera (aristocrate lui-même) avait écrit un billet, difficile à trouver, intitulé : "Aristocratie et Aristophobie". Il y evocait comment les vertus aristocratiques se sont dégradées au fil des siècles jusqu’au point de se transformer en simple protocole, en système codifié "oppressif". Effectivement, cela vient du fait que la bourgeoisie a pris le contrôle après 1789.

    La politesse qui sert à rendre la vie plus agréable et facile à son prochain a toute ma sympathie. Celle qui ne sert à rien, mais à dominer et "écraser", à montrer qui est au dessus, est lamentable.


  • #1427657
    le 24/03/2016 par lemecnormal
    Petite histoire de la politesse

    C’est quand même mieux quand on a été élevé dans un milieu où la politesse est une civilité !
    On confie plus facilement des responsabilités à une personne qui sait se tenir à table,
    qui est polie,qui a de la culture,qu’à un rustre sans éducation,car on sait que celui_çi n’aura aucun égard pour les autres ;"y’à qu’à "voir des personnes sans éducation de venir patron:elles se comportent avec leurs ouvriers d’une manière bien pire que des personnes qui ont été formées pour celà et qui ont de l’éducation et qui sont cultivées ;ne pas confondre politesse et caractère,car on trouve de tout dans tous les milieux bien sur ;


  • #1427681
    le 24/03/2016 par paramesh
    Petite histoire de la politesse

    dommage qu’il ne parle que de la politesse de classe.
    la politesse en orient est la base culturelle des relations sociales, toutes classes confondues, la politesse n’y est pas un signe distinctif mais la normalité. la politesse régit tous les contacts sociaux.
    Le but exclusif de cette politesse bien comprise est d’être le ciment social de toute société orientale car elle éloigne les motifs de tension et abolit toutes les inégalités de classe dès qu’il y a contact.
    la politesse n’est que respect et discrétion

     

    • #1427744
      le 24/03/2016 par lemecnormal
      Petite histoire de la politesse

      bravo,bien dit,mais il n’y a pas qu’en orient que c’était ainsi,ici aussi !


  • #1427701
    le 24/03/2016 par listener
    Petite histoire de la politesse

    Une pensée d’Emmanuel Kant que je trouve très bonne : "La politesse, c’est de la petite monnaie. Mais ce n’est pas de la fausse monnaie".


  • #1427718
    le 24/03/2016 par katholikhos
    Petite histoire de la politesse

    Ce qui est intéressant dans cette vidéo du très courtois Christophe Lannes, c’est d’apprendre que, dans l’ancien régime, toutes les classes, paysanne, bourgeoise etc. avaient leur forme propre de politesse, et aussi que le roi lui-même, cédait le pas et se découvrait devant une domestique. Cette politesse envers les êtres se reflétait encore dans la politesse dont on faisait preuve envers la matière : le plus humble ustensile était ouvragé. On a perdu tout cela avec la foi en Dieu, c’est-à-dire en un ordre cosmique ( la valse réglée des planètes) auquel l’homme est soumis et dont la politesse était le reflet. Plus d’ordre cosmique, désormais, sinon chez les néo-païens en toges et autres sectaires naïfs ; Dieu relégué au rayon des chimères humaines et Mélanchon, ses dents jaunes et sa vulgarité de bidet ébréché, triomphant dans l’égout commun...


  • #1428112
    le 25/03/2016 par Sedetiam
    Petite histoire de la politesse

    La politesse, la courtoisie et le savoir-vivre sont les manières les plus équitables de jouer la plus belle pièce de théâtre à laquelle s’offrent les inégalités de la nature.
    Là, où l’ égalité instituée n’y peut rien...


  • #1428764
    le 25/03/2016 par misterfreez
    Petite histoire de la politesse

    Le dessin en 3:16 est anachronique et ne peut pas être de Le Brun, vu que cette dernière meurt en 1842 et que le baise main est inventé à la fin du 19e selon le reportage.. du coup je ne comprend pas son insertion à ce moment.


  • #1430700
    le 28/03/2016 par Brahim
    Petite histoire de la politesse

    "Sous la Terreur, il est donc de bon ton d’être le plus vulgaire et le plus sale possible."

    AHAHA. C’est à dire qu’avec 60 départements sur 90 en état d’insurrection, deux corps d’armées sur trois qui avaient soit désertés soit trahis en passant à l’Autriche, une noblesse qui suppliait l’Empereur d’Autriche de venir fusiller tous les parisiens et des types à la Convention qui essayaient quand même de faire passer des lois sur l’abolition de l’esclavage et le plafonnement du prix du pain pour stoper des disettes galopantes organisées par de banquiers comme Necker, tout ça en luttant contre les Girondins qui voulaient leur peau, certes, l’heure n’était pas à la courtoisie et la politesse. Excusez-les, hein.


Commentaires suivants