Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

Novembre 2016

Pierre Jovanovic passe en revue les licenciements de masse au niveau international pour le mois de novembre 2016.

 

 

Pierre Jovanovic chez Kontre Kulture

 

Pierre Jovanovic, sur E&R :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1612952

    C’est l’hécatombe. Et il y en a qui croient que Fillon va remettre tout le monde au boulot.
    Maintenant il projette d’avoir De Castrie dans son équipe. Celui qui est un pilier de l’oligarchie et un grand habitué du Bilderberg. Ahahaha.

     

    Répondre à ce message

    • #1613919
      Le 1er décembre à 20:28 par laspirateur
      Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

      L’hécatombe, principe de la création de la dette. Après l’endettement la mise au pas et le puçage des populations ? Si les populations viennent à devoir se débrouiller par elles mêmes, on peut se dire que finalement personne ne gouverne personne en ce monde. Tout repose uniquement sur la menace capitaliste et nucléaire qui aura tôt fait de nous péter au nez. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

       
  • #1613037

    Quand Pierre Jovanovic dit par exemple que les américains n’achètent plus de jouet ou de céréale ou autre... part du principe que les licenciements sont dus à une perte de bénéfice pour l’entreprise... ce qui est vrai parfois mais il ne faudrait pas oublier la robotisation de tous les emplois...
    Bref, beaucoup de ces nouveaux chômeurs sont plus victimes de la modernité technologique que d’un problème de rentabilité pour les actionnaires...
    Une solution pour rééquilibrer l’économie réel, c’est de taxer chaque robot et chaque logiciel qui remplacent un travailleur... c’est facile à faire et avec les présidentielles qui arrivent, il faut qu’un maximum de français impose cette mesure à tous les candidats...
    Une machine ou un robot doit coûter plus cher à m’entreprise en taxes sociales qu’un être humain... ça renflouera les caisses et ça freinera les licenciements....

     

    Répondre à ce message

    • #1613371

      Argument plein de bon sens !

      Cependant mettez le en parallèle avec parfois des analyses de Delamarche par exemple qui analyse les chiffres du BLS américain...notamment le fret rail/route, les achats, la vente et qu’il dit ironiquement que la relance de la consommation ne se fait pas en fonction du nombre de postes de barmaid créés...

      Mais si la robotisation est cause de licenciement, l’offre doit cependant toujours être présente et donc la demande toujours satisfaite voire "sur satisfaite" donc des prix à la baisse...Et pourtant les chiffres montreraient que la consommation baisse que les entreprises ne vendraient pas plus que ça y compris à l’export...donc baisse de CA donc licenciement...

       
    • #1613635
      Le 1er décembre à 13:04 par frederic
      Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

      Exact. J’avais émis l’idée de lier la taxation sur le bénéfice à la masse salariale de l’entreprise, un peu dans l’esprit de l’impôt sur le revenu.

      Tu gagnes plein d’argent et tu as une petite masse salariale tu es taxé à 70 % ! Ça calmerait les ardeurs de robotisation et de rentabilité et ca diminuerait probablement le travail au noir dans la restauration et le batiment qui sont coutumier du fait.

       
    • #1613641

      @peg
      Oui, tout à fait... c’est les deux... C’est le risque déflationniste annoncé depuis pas mal d’années... le serpent se mord la queue... mais pas dans toutes les sphères de la population malheureusement.... parce que si c’était le cas, voilà longtemps que l’oligarchie aurait réagit... là, il y a risque de déflation et d’inflation en même temps sur différents secteurs...
      Les appart’ dans les grandes villes sont chers alors que dans d’autres quartiers les prix baissent...

      Sinon, c’est sûr que les licenciements baissent le pouvoir d’achat... qui affecte a consommation... qui diminue les chiffres d’affaires... qui engendre d’autres licenciements... je suis d’accord avec vous... mais en plus de ça, je disais juste que certains grands groupes augmentent leurs profits malgré la diminution du chiffre d’affaire uniquement parce qu’ils robotisent et donc qu’ils licencient....
      Le navire prend l’eau de toutes parts... sauf (pour l’instant) pour une toute petite partie de la population, le 1%, des grands patrons et des actionnaires qui eux augmentent leur richesse... aidé en cela par les politiques économiques et financières décidées par des gens corrompus...
      Un nouveau servage en quelque sorte... d’où ma proposition de faire pression sur les corrompus pour redistribuées les richesses volées par quelques uns à la collectivité, en taxant le bénéfice du travail automatisé... qui sinon file tout droit dans les poches des actionnaires...

       
    • #1613957

      @ federic
      oui, c’est une bonne idée aussi... que ce soit plus favorable d’avoir beaucoup de personnel, c’est bien ça....
      Mais nous on ne vote pas les lois... alors il faudrait vraiment que ce genre de propositions soit exprimées partout, tout le temps... pour inciter les politiques à les intégrer dans leur programme... je ne sais pas comment rendre populaire une idée...
      si quelqu’un sait comment... c’est le moment ou jamais..

       
    • #1614355
      Le 2 décembre à 09:17 par Etienne
      Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

      Dans mon idéal la robotisation doit conduire à la fin du travail tel que nous le connaissons et une plus grande autonomie de chacun. Si les robots doivent être taxés, c est en fonction du nombre d individus qu ils pourraient faire vivre.

       
    • #1615226
      Le 3 décembre à 15:42 par demitrius
      Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

      "Une machine ou un robot doit coûter plus cher à l’entreprise en taxes sociales qu’un être humain..." Bah c’est justement parce que ça leur coute moins cher qu’ils virent les humains c’est corvéable tant qu’ils peuvent, donc si ça change, ils reprendront des humains, pour eux pas de différence, ce sont les boss, "ou tu acceptes ou j’en prends un autre", et l’immigration du dumping social attend son heure, et est prévue pour ça.

       
  • #1613134
    Le 30 novembre à 17:42 par Jean le marxtien
    Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

    Et oui Jojo , les cocos l’avait prédit . Les sociétés ne sont pas immorales mais amorales . Plutôt que de se raccrocher aux branches pourries de l’arbre de la valeur marchande et de finir tous en terreau servant sa revitalisation ( revalorisation ) , nous ferions mieux dans replanter un d’urgence prenant racine dans les terres de l’anti-negoce .

     

    Répondre à ce message

  • #1613203
    Le 30 novembre à 19:19 par molitor
    Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

    c’est pas la revue de presse de juin ? c’est ce qu’il dit. eg : 26:40

     

    Répondre à ce message

    • #1613782
      Le 1er décembre à 16:48 par jedgreen
      Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

      Non, il dit que le papier qu’il lit date du 20 juin (il regarde même rapidement le haut de sa feuille).
      Cela pour bien faire comprendre qu’il s’est passé 4 mois entre mars, date ou les gens n’ont plus été payés et la date de leur licenciement (juin).

       
  • #1614125
    Le 1er décembre à 23:29 par scritch53
    Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

    Depuis 1973, l’état français a déjà réglé près de 1 400 milliards d’intérêt cumulé sur sa dette.

    Nous ne sommes donc pas plus endettés qu’à l’époque, si nous aurions emprunté à la Banque de France à taux 0.

    Pour Marine Le Pen : courage, dénoncez ce scandale !

    A tous les français : Retirez le plus possible d’argent des banques et convertissez-le en monnaie véritable (or, argent...)

     

    Répondre à ce message

  • #1614417
    Le 2 décembre à 10:45 par NickoDundee
    Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

    Je dirais simplement que pour certaines entreprises, les licenciements sont dût à l’automatisation et non pas à la baisse du chiffre d’affaire.

     

    Répondre à ce message

  • #1615599
    Le 4 décembre à 05:45 par Bromélia
    Pierre Jovanovic – Revue de presse spéciale licenciements

    Je cite Jovanovic :
    « … Avec 50 000 emplois créées dans le cadre de l’éducation Nationale et je ne sais dans quelle autre système de fonctionnaires, ce type d’emploi cela revient exactement à la même chose qu’à la monnaie de singe… parce qu’il n’y a strictement aucune création de richesse en échange. Si par exemple l’état crée 50 000 emplois de fonctionnaires et bien il faut que le secteur privé crée 150 à 200 000 emplois pour les compenser, pour remonter effectivement le dynamisme du pays… »

    C’est une étrange idée de la valeur du travail que de considérer que seul le travail sur un poste au service de l’intérêt d’un investisseur privé ait une valeur économique. La richesse qui correspond au salaire des fonctionnaires est évidement leur travail et pas une partie du bénéfice créé en exportant des costumes d’Halloween aux Etats Unis (un exemple pris au hasard).

    Le fait que seul le travail au service d’un investisseur privé ait une valeur économique n’est pas un fait naturel mais un système que nous avons construit. En ne dénonçant pas cet aspect, Jovanovic est aussi aveugle que ceux qui font objet de son ironie. La solution n’est pas simple mais elle est à chercher au niveau de cotisations quitte à introduire une monnaie nationale non échangeable à l’étranger voire des tickets alimentaires.

     

    Répondre à ce message