Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Plusieurs dizaines de morts en République démocratique du Congo suite à une manifestation politique

L’opposition manifestait dans tout le pays pour demander la tenue de l’élection présidentielle et donner à Joseph Kabila son « préavis ».

Kinshasa a renoué lundi avec ses vieux démons des violences à caractère politique au cours d’une journée meurtrière dont l’opposition entend faire le coup d’envoi d’un compte à rebours jusqu’au départ du président Joseph Kabila à l’issue de son mandat, le 20 décembre. Les bilans des heurts dans la capitale de la République démocratique du Congo paraissent irréconciliables : 17 morts pour le pouvoir contre plus de 50 pour le « rassemblement » de l’opposition qui avait appelé à manifester dans tout le pays pour signifier à Joseph Kabila son « préavis » et exiger la convocation de la présidentielle dans les temps. Selon la Constitution, mardi est la date limite pour convier les électeurs aux urnes pour ce scrutin censé avoir lieu cette année.

Pouvoir et opposition se sont renvoyé la responsabilité des violences, comme en janvier 2015, lorsque des émeutes ont totalement échappé au contrôle des deux camps après la répression violente de manifestations anti-Kabila dans la capitale. On avait alors dénombré plusieurs dizaines de personnes tuées en trois jours. « La ville de Kinshasa vient de faire face à un mouvement insurrectionnel qui s’est soldé par un échec », a affirmé à la presse le ministre de l’Intérieur, Évariste Boshab. Le « bilan provisoire » est de « 17 morts » : «  trois policiers [...] et quatorze civils parmi les pillards », a-t-il ajouté. Le « rassemblement » déplore pour sa part « plus de 50 morts » victimes des « balles [...] de la police et de la garde républicaine ».

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Comprendre les problématiques africaines avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • l’Afrique continue de tomber...
    l’idée que les noirs d’Europe reviennent dans leurs pays d’origines pour les relever, ça prend de plus en plus de sens - mais y pensent-ils seulement, ces noirs de banlieues ?
    Geoffrey, neo-communiste belge

     

    Répondre à ce message

  • les politiques africains de cette région du monde sont, dans leur majorité, nazes, corrompus, cupides, belliqueux, sanglants, incapables de trouver un système de gouvernance adapté aux problématiques de leur pays et qui ne se finisse pas un jour ou l’autre en émeutes et bain de sang.

    pour le plus grand malheur de leurs peuples.

    le seul pays qui s’est développé durablement dans cette région du monde a été l’Afrique du Sud, ça devrait faire réfléchir les panafricains (sans cautionner le système inégalitaire en place à l’époque).

    on juge l’arbre à ces fruits.

    ça fait des décennies que ça durent, et il y a encore des buses pour mettre ça sur le dos des puissances occidentales.

    puissances occidentales qui ne font que profiter salement, parfois en l’encourageant, de l’incurie égoïste de ces gens.

     

    Répondre à ce message

  • On nous a présenté les élections en Afrique qui ont commencé au Burkina Faso en 2015 comme on nous avait présenté les printemps arabes - Les formules doivent être jolies pour masquer les effroyables exactions sanguinaires qu’elles cachent.

    Si les premiers mouvements électoraux se sont relativement bien passés - il faut comprendre par relativement qu’il y eut plusieurs dizaines de morts dans les premiers pays concernés (Burkina, Togo), la soif de pouvoir de tous les présidents en place et de leur challenger montre combien l’Afrique a une spécificité historique et ethnologique qui est antinomique avec la démocratie telle que nous la connaissons en occident.

    Je viens de lire un récent article de Bernard Lugan sur le fait que "la démocratie empêche l’Afrique de démarrer".

    La chance de l’Afrique c’est d’observer et de comprendre ce qu’est la démocratie en occident, une ploutocratie masquée par un bipartisme et un scrutin électoral universel.

    Tous ces togolais, congolais, gabonais et autre burkinabè étaient si contents de voter et d’avoir le choix qu’ils ne voyait pas cette ploutocratie assoiffées d’argent. Et d’ailleurs rien n’a changé et rien ne changera. L’Afrique éternellement pauvre, siphonnée de ses richesses, au ralenti, se vidant de ses habitants, refusant le développement ?

    Ami, ton salut n’est pas dans l’urne.

     

    Répondre à ce message

  • Manif = tirs à vue. À côté, notre oligarchie ressemble à un enfant de chœur.

     

    Répondre à ce message