Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pour Roger-Petit, la victoire des Bleus est la défaite des Le Pen et Mélenchon

Quand Bruno Roger-Petit tente de « dénationaliser » la victoire des Bleus

Quand on a un logiciel politique faussé dès le départ, il est inévitable de commettre des fautes de raisonnement. Les mathématiques sont pour cela basées sur des postulats inattaquables (jusqu’à un nouveau paradigme, mais n’entrons pas dans les complications).

 

Malgré cela, BRP ne se résout pas à la défaite idéologique de la gauche, défaite annoncée par Michel Rocard. C’est drôle, Rocard parlait de la défaite de la gauche paléolithique qui n’avait pas voulu évoluer en gauche réformiste, de progrès, post-socialiste, en tous les cas anticommuniste. En gauche libérale, c’est-à-dire en droite évoluée, de cette droite qui se serait elle aussi débarrassée de son carcan réactionnaire, comprendre traditionaliste, catholique, quoi. Rien à voir avec le fait que Rocard ait été protestant, mais...

Quand nous, disons que le logiciel de BRP est faux, on veut dire qu’il ne fonctionne pas sur le réel, et que ça crée des impasses logiques. Cela oblige donc les propagandistes des médias qui sont dans son cas – et ils sont majoritaires – à triturer leurs concepts dans tous les sens, de façon à obtenir un semblant de logique. Mais en grattant un peu, tout l’édifice s’écroule. En face, Zemmour boit du petit lait (de chèvre) : face à de tels adversaires, il fait un carton. À l’image des conquistadors espagnols qui venaient lourdement armés sur le continent latino-américain, face à des Amérindiens équipés d’arcs et de flèches. Ou du couple de martres dans un poulailler, pour ceux qui connaissent un peu la campagne. Le goût du sang, le sang qui appelle le sang.

La dure loi de l’évolution intellectuelle s’impose à tous, BRP a perdu, mais du fond de son trou, pas encore recouvert, abandonné de tous, il souffle ses derniers soupirs dans le cor de sa rubrique. Cela donne des contre-vérités qui oscillent entre le pathétique et la drôle. Cependant, l’échec n’est jamais définitif : on peut évoluer, comprendre, ouvrir son esprit, améliorer son logiciel de pensée, rendre sa Weltanschauung plus vraie, disons moins fausse. La vérité étant une transcendance inaccessible, mais vers laquelle tout intellectuel honnête doit tendre.

Pour cela, il faut remettre en question ce qu’on sait, jour après jour, et considérer toute pensée différente, qu’il faut non pas écarter mais dépasser, pour l’englober dans une pensée supérieure. La pensée en mouvement, la pensée vivante croît ainsi. Ce qui n’est pas vraiment le cas de BRP. C’est aussi pourquoi il s’en prend en le « lepénisant » à Mélenchon, sa nouvelle cible : il a compris que le leader de la gauche non socialiste était en train de muer, politiquement. Laissant tomber sa panoplie de vieux gauchard, il endosse en douce la veste souverainiste, et un fier couvre-chef anti-européiste. On sait tous que c’est pour récupérer les voix communistes passées chez Le Pen, mais c’est de bonne guerre. Parfois, on arrive au sommet par des chemins tordus.

Bref, après avoir écrit un excellent papier sur la construction de la nouvelle star Antoine Griezmann, l’idéologue de Challenges est retombé dans son obsession antifasciste manichéenne. Comme quoi, derrière le vernis de culture, la nature revient toujours au galop.

Nous avons ajouté à ce petit dossier une analyse vidéo du journal Le Monde, qui parle du « rapport schizophrénique des Français avec leur équipe », sans en évoquer la principale raison : le patriotisme français a été tellement vilipendé dans les médias, que les Français sont désemparés devant toute victoire de leur pays, et ils y voient automatiquement (c’est dire l’automatisme créé) quelque chose de louche, de dangereux... La main du Diable.

 

 

Il y a donc bien un rapport schizophrénique, mais seulement parce que le sentiment naturel d’amour pour sa patrie – dont les Américains et les Israéliens usent et abusent dans leur communication mondiale – a été criminalisé durant plusieurs décennies (Vichy et compagnie).

Cela explique pourquoi, par exemple, les supporters des Bleus attendent les premières victoires (voir 1998), l’engouement des médias (la victoire fait vendre) et l’autorisation des élites (qui font démagogiquement corps avec l’équipe victorieuse) pour embrayer et lâcher leur joie, tout en gardant un œil inquiet sur les gardiens médiatiques qui les surveillent et les morigènent, en cas de débordement « nationaliste ».

- La rédaction d’E&R -

 


 

Victoire des Bleus, défaite des Le Pen et Mélenchon

Tout est politique. Même le France-Allemagne de cet Euro 2016. Oui, ce match est un événement de portée politique majeure. Pas seulement parce que François Hollande s’affiche à chaque match des Bleus, non, cela va bien au-delà. En vérité, cette victoire contre l’Allemagne, ce moment où le football est roi, ne signe pas seulement la victoire de Griezmann et des Bleus, il signe aussi la défaite des Le Pen, Mélenchon, et autres archaïques de tous horizons, de gauche comme de droite, qui détestent le football qui rassemble.

 

On reprend, d’un point de vue politique, ce France-Allemagne de légende.

Nous sommes jeudi soir, le match est à peine terminé que déjà sur i>Télé, Pierre-Louis Basse, la grande voix du foot des années Europe 1, en tire la conclusion politique qui s’impose. « Ce sont quand même des moments de fraternité chouette. On pourrait le dire », commence-t-il. Et de poursuivre, face à un interlocuteur qui s’étonne de cette sortie qui, d’un coup, associe football et politique, Griezmann et sociologie :

« La politique elle nous rattrape toujours l’extrême droite par exemple, qui revendique ne pas aimer cet euro, on le comprend, parce que ces moments de fraternité, c’est fort. Des Irlandais qui boivent des coups avec des Italiens, c’est fort. C’est pas la guerre qu’on veut, c’est vivre ensemble, avec toutes nos différences. »

On salue ici le propos de Pierre-Louis Basse, qui situe impeccablement la dimension politique du football. Dans la société. Au cœur de la société. Et qui dit la vérité des heures que nous sommes en train de vivre, à travers l’épopée des Bleus de Didier Deschamps dans cet Euro.

 

« Une revendication sociale »

Arrigo Sacchi, le grand entraîneur du Milan AC et de la Squadra des années 90, eut un jour un mot formidable pour dire le rôle politique du football. « Le foot est une revendication sociale. » Il entendait ainsi signifier que ce sport relève de l’identification, quel que soit le niveau et l’échelle où il est pratiqué. L’amateur de football projette son identité personnelle dans une identité collective, qui transcende les individus. L’histoire du football français, par exemple, en porte la marque. Clubs des villes communistes, avec Le Havre AC ou le Saint-Étienne des années Manufrance et Sanguedolce. Clubs des curés, avec l’AJ Auxerre et son stade qui ne s’appelle pas Abbé Deschamps par hasard. Club de l’industrie automobile, avec le FC Sochaux des Peugeot, dont l’emblème est un lion semblable à celui de la marque. Et l’on pourrait ainsi multiplier les références, en France où ailleurs, qui valide l’axiome de Sacchi.

Chaque fois qu’il faut fédérer une communauté, lui donner corps, rassembler et unir, on invente un club de football. Nécessairement, les équipes nationales n’échappent pas à ce phénomène. Et mieux encore, elles en constituent le climax. Le football, c’est comme la Nation de Jaurès, c’est aussi le dernier des pauvres, ce qui rassemble encore quand on se sent exclu de tout.

 

Plus que la France Black-Blanc-Beur

Il fallait voir, ce jeudi soir, la foule venue sur les Champs-Élysées célébrer la victoire des Bleus, ce formidable rassemblement populaire dépassant les antagonismes, sans distinction de classe, d’origine, de culture et de couleur. C’était plus que la France Black-Blanc-Beur, la France de toutes les France. Et tout cela grâce à deux buts de Griezmann, deux arrêts de Lloris, un centre de Pogba, la hargne de Sissoko et une victoire contre l’ennemi héréditaire en football, l’Allemagne, terrassée à l’image de son géant gardien de but Neuer. Il n’y a que le football pour offrir de tels rassemblements populaires, de ces moments de communion fraternelle transcendant tous les clivages, toutes les oppositions, toutes les haines.

[...]

Rédigeant ces lignes, on sait que l’on s’expose à la récrimination habituelle, cette sempiternelle rengaine des hostiles à la vertu fédératrice du football, qui rabâcheront, derrière les Finkielkraut et Zemmour, les Le Pen et les Dupont-Aignan, les Mélenchon et Nuit debout, que la France unie 2016 de Griezmann est une illusion, comme l’était la France Black-Blanc-Beur de 1998. Sauf que ce n’est pas le sujet. Il est des illusions nécessaires à la cohésion nationale, et le football est l’un de ces derniers vecteurs encore dispensateurs de vivre ensemble. « La revendication sociale », encore et encore.

[...]

Voilà pourquoi les identitaires n’aiment pas le football. Les souverainistes non plus. Les nationalistes encore moins. Et voilà aussi pourquoi à l’extrême gauche, on ne l’aime pas non plus. Les communistes aimaient et aiment encore le football, mais pas les mélenchonistes et les militants les plus farouches des gauches de la gauche, la rupture culturelle mérite d’être notée. Idem pour certains écologistes qui continuent de dénoncer le football, royaume de l’argent fou et des fausses valeurs, sans prendre en considération sa part de revendication sociale.

 

Ces personnes qui fêtent Knysna

[...]

Voilà pourquoi Marine Le Pen et Eric Zemmour, Alain Finkielkraut et Michel Onfray, chacun pour la défense de leur chapelle respective, préféreront toujours une tragédie semblable à celle de Knysna, le naufrage de la Coupe du Monde 2010, à une victoire de l’équipe de France contre l’Allemagne dans l’Euro 2016, ce grand moment de l’histoire du sport français.

Lire l’article complet sur challenges.fr

Bruno Roger-Petit, sur E&R :

Pierre-Louis Basse, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le "panem et circenses" va pour un temps mais on voit où cela a mené l’empire Romain.

     

    • #1506391

      L’empire romain ne s’est pas effondré à cause des jeux du cirque mais pour avoir franchi un seuil de complexité que ses maîtrises techniques et politiques n’étaient plus capables d’assumer (cf. Joseph Tainter), comme les égyptiens ou les mayas avant eux.


    • #1506409

      Ce n’est pas la cause de la chute de l’Empire romain. Ses frontières trop étendues et difficiles à surveiller, les révoltes barbares récurrentes et le manque de moyens financiers en sont les causes principales.


    • #1506411

      @ Untell

      And I must agree with you
      . L’Empire Romain n’était plus en mesure de contrôler/gérrer toutes ses lointaines conquêtes. Ce qui permit à NSJC mort en croix et réssucité de péter les dents à quelques marchands de blue-jeans de Jérusalem. On sait que l’Empire Romain est foutu lorsqu’ils se met au mariage gay. C’est très clair avec ce mariage en mer de deux pédés dans le seul film de Felinni qui ne soit pas de lui mais de Pétronne. Le Satiricon.

      Ce sont ses colonies qui ont ruiné la troisième et quatrième république françaises. Trop de routes à faire, trop de barrages à construire, trop d’eau potable et d’électricité à fournir, trop de fonctionnaires à payer !


    • #1506422

      L’empire romain s’est effondré parce que ses armées impériales comportaient de forts contingents de "barbares" pas très romanisés. Et vu que les satrapes de Rome n’en foutaient plus une, les "barbares" se dirent qu’ils pouvaient cueillir le fruit sans risques...à lire Gibbon !


    • #1506436

      Non, vous avez tous les deux tort.

      L’empire romain s’est effondré essentiellement par chute spirituelle. (je parle d’une spiritualité sérieuse, pas d’une simple tradition religieuse qu’on foule aux pieds tous les jours...).

      Quand une civilisation se construit seulement autour du matérialisme philosophique, elle possède déjà en elle les germes de sa mort, et ce, quels que soient les circonstances extérieures de sa disparition, inadaptation à la complexité, etc.
      Quelqu’un qui reste ancré dans une VRAIE spiritualité ne disparait pas.
      Nous, on est en train de disparaitre à cause de quoi, à votre avis ?

      mais bien sûr, très peu vont piger cette explication, parce que "papa-maman-les-profs-les-copains-les-bouquins-la-télé- ont intoxiqué dans l’autre sens. Aussi, je ne répondrais pas aux remarques, je dis ce que je pense, et basta. Peut continuer à être un mouton matérialiste qui veut, mais après, faut pas se plaindre des résultats.


    • #1506477

      Il ya deux cents théories qui expliquent la chute de l’empire romain : des assiettes de plomb ,puissant abortif,dans lesquelles mangeait la classe dirigeante qui ne s’est pas suffisamment renouvelée, jusqu’aux invasions bien acceptées pour combler une natalité défaillante : ça vous rappèle quelque chose ?


    • #1506557

      à @ chercheur , votre commentaire est sans doute le plus intelligent que j’ai lu.


    • #1506788

      @Chercheur (qui semble avoir tout compris mieux que tout le monde parce que Monsieur ne regarde pas la télé)
      Spiritualité ou pas spiritualité, quand une civilisation n’a plus les ressources pour subvenir à sa simple subsistance, elle décline, et cela est inévitable puisque le fait de résoudre un problème (rôle de la société humaine) créé de la complexité, qui créé elle-même de nouveaux problèmes (de l’entropie), avec impossibilité de revenir en arrière sans dépenser plus que le simple status quo. Or, même avec beaucoup de "spiritualité" et de bonne volonté, la seule source d’énergie existante provient du Soleil. La révolution industrielle a permis de consumer (to consume, of course) de gigantesques réserves d’énergie solaire fossilisée et d’atteindre un niveau de résolution de problèmes jamais égalé, hélas, ces ressources ne sont pas infinies. Un changement de gamme énergétique va donc impliquer un changement civilisationnel.
      Les soubresauts politiques, religieux, ethniques, sociétaux, et donc les fameux jeux du cirques restent très secondaires et dérisoires face à cette impitoyable loi des rendements décroissants.


    • #1506908

      à @ untell , la spiritualité serieuse n’a rien à voir avec du moralisme ou de sociétale mais plutôt avec la connaissance métaphysique, je ne saurais trop vous recommander d’etudier les ouvrages métaphysique de guénon pour comprendre ce qui fait la grandeur d’une civilisation (son lien avec la métaphysique) et comment la perte de ce lien se repercute dans les autres domaines et entraîne la décadence d’une civilisation. Ce sont donc bien les causes métaphysiques qui influe sur les effets naturelles et materielles et non l’inverse. Et oui je suis bien d’accord avec le monsieur pour dire que le fait qu’on soit incapables de comprendre et d’étudier ces choses est le fruit du formatage et de l’abrutissement moderne.


    • #1507089

      Chercheur a entièrement raison, sauf qu’il ne développe pas.
      Ce qui définit une civilisation c’est sa culture, ses réalisations matérielles (celles qui engendrent les contradictions qui amèneront à sa chute, ne sont que la conséquence de cette culture. les origines profondes de la chute de l’empire romain sont culturelles et donc inscrites dans le génome de cette civilisation :
      un matérialisme impérialiste fondé sur la violence d’état détermine les conséquences politiques, économiques et sociétales de cette culture. (Vous voyez, on peut défendre chercheur sans parler de spiritualité car si on s’en tient à la pure spiritualité, la cause de la chute de l’empire romain serait due au stoïcisme et au christianisme, ce qui est absurde.
      La religion n’est qu’une composante de la culture (ou mieux la tradition) .
      La religion traditionnelle Romaine et son abandon ne suffisent pas à expliquer l’histoire de la civilisation romaine.


    • #1507123
      le 10/07/2016 par Quenelle de Kébek
      Victoire des Bleus, défaite des Le Pen et Mélenchon

      L’empire Romain s’est effondré parce que des familles dominantes se sont toujours livré à des guerres entre Maisons(House of) afin d’avoir plus de pouvoir, plus de richesse, plus de villas de retraite et ainsi de suite. La grandeur de Rome ne fut qu’un prétexte pour enrôler puis conquérir. Et cela bien avant Julius César, mais les discordes et les complots contre sa personne témoignent bien de l’ambiance qui règne déjà chez les dominants : ils en veulent toujours plus. Une fois sa chute ils ont poursuivit Brutus, les triumvira n’est qu’une astuce pour prendre le pouvoir, non pas pour l’instaurer(ce que Napoléon avait compris) la preuve est qu’ ensuite Marc-Antoine et Octavien se sont livré à de solides confrontations entre romains( et égyptiens/grecs). Nul encore besoin de faire intervenir les Barbares, le Christ ou la difficulté de contrôler ses frontières. En plus, nous français, sommes des celtes avant d’être romanisé ne l’oublié jamais ! Çette manie de vénérer un empire Romain chez vous...jamais compris, pensez-vous que Clovis avait vraiment le choix ? Tout ça pour dire que 200 ans deja avant la chute de Rome des légions se mutinaient fréquemment contre leur commandeur/conqueror/Imperator. Les civilisations s’effondrent quand ils ont amassés trop de richesses, l’ont concentré dans des villes aristocratique(Rome/Byzance) sans jamais les avoirs bien répartit mais les ayant toujours concentré dans le moins de mains possible. Ces richesses qui attirent les convoitises , oui c’est vrai des Barabres tel que Alaric(410a.d.)mais à ce stade Rome a déjà vécus 600 ans sous l’emprise et la vanité des grandes familles(dont certaines remontent à la Grande Troie, selon eux) qui se sont toujours disputé pouvoir et richesses. Si la civilisation occidentale d’aujourd’hui( si meme nous pouvons la nommé ainsi) tombe, ce sera pour les mêmes raisons : luttes internes entre les familles dominantes/reignantes.


    • #1507533

      à @ paramesh. Non ce n’est pas le christianisme qui a provoqué la chute de rome , mais c’est plutôt parce que rome a oublié peu à peu sa tradition et perdu de vue la métaphysique (qui est le domaine de la connaissance pure des principes au delà de tout changement et qui n’est pas réductible à de la morale) pour se tourner vers les choses contingentes que le christianisme est arrivé pour remplacer la tradition romaine et redresser l’occident jusqu’à ce que ce dernier sombre une fois encore à la renaissance. (Lire Orient et occident ainsi que introduction générale à l’étude des doctrines hindoues).


  • #1506376

    Il ne dénationalise pas le débat, il nous vend une France (donc une nation) libérale multiculturelle et multiethnique unie, nuance.


  • #1506383

    Heureusement, personne n’écoute les analyses de ce monsieur.


  • #1506389

    Laissez-les dire, ils (les journalopes) ont besoin de ce genre de victoire pour se réconforter après l’immense raclée subie autour du brexit.

    On se remonte le moral comme on peut.


  • #1506393
    le 09/07/2016 par super repentant
    Victoire des Bleus, défaite des Le Pen et Mélenchon

    "BRP" oublie un peu vite que la nation se délite et qu’une compétition sportive ne peut masquer cela ; (on nous a fait le coup en 98... vous connaissez la suite).
    Nos grands footeux sont transnationaux, vivotent entre Londres et Rome en Porsche avec des comptes en banque ultra-garnis : pas le reflet du peuple (dont ils viennent, cependant.)

    Les joies des rues montrent des bobos bon teint avec des racailles frustrées : alliance sociologique improbable (on l’a vu y’à 8 mois...)


  • #1506403

    "Défaite des Le Pen et Mélenchon"

    mouais ... si on fait semblant de ne pas voir le petit sourire satisfait de pas mal de Français - dont je suis, je le reconnais - aux réussites de Griezmann, qui nous change des frasques racailleuses (au sens marxien du terme) et des résignations paresseuses de certain joueur que je ne nommerai pas ...

    Dans ces moments de chauvinisme culturel douteux, je repense à Zidane, ça me fait relativiser.

     

    • "Toute victoire contre l’Allemagne est une défaite pour la France"

      Qui a dit ça : 1) Platini
      2) Pétain
      3) Le coupeur de citrons de l’équipe de France
      4) Déclaration du Grand Rabbin


    • #1506656

      A bobo

      Ah, j’hésite, c’est difficile comme question ...

      Merkel ?
      Junker ?
      Hollande ?


    • #1506737

      " aux réussites de Griezmann, qui nous change des frasques racailleuses", ah parce que griezmann n’a pas une attitude de racaille ? pourtant après ses but il en a bien la gestuelle, et il flambe comme les autres, et quand il tombera pour une affaire de cul après une soirée bien arrosée et snifée avec quelques mineures, qu’est ce que tu en pensera du nouveau modèle du foot français ?


    • #1506817

      A lapis lazuli

      Ce que j’en penserai ?

      Puisqu’il s’agit de foot, au résultat du match : France 2 - 0 Allemagne, et à ses deux buts.

      Ca nous change aussi.


  • Pourquoi ce journaliste récupère une victoire qui est le mérite des joueurs et de son entraîneur ? Ce qui compte c’est leur talent c’est tout ,peut importe la récupération politique qu’on n’en fait les joueurs eux en n’ont rien a cirer ,ils gagnent ensemble parce que c’est les meilleurs ,ils perdent ensemble parce qu’ils sont plus mauvais c’est tout ,je suis quand même content que l’équipe de France soit en finale c’est déjà beaucoup je trouve ,J’aime le foot et cette équipe est très bien comme elle est.


  • L’équipe de France c’est comme la France, on se demande comment ça ne s’est pas effondré plus tôt vu la médiocrité générale actuelle.

     

    • Je plussois. Ayant connu l’équipe magnifique du début des années 80, celle qui m’a fait aimé le foot, entendre les descriptions dithyrambiques à l’égard de l’équipe très moyenne actuelle... ça fait mal.
      D’aucun me répondront que l’équipe des années 80 jouait bien mais ne gagnait pas toujours. Ce à quoi je répondrais que personnellement je regarde le foot pour voir du spectacle, du jeu... parfois transformé en art...
      Si c’est pour voir des coureurs de fond et me faire chier, autant regarder l’athlétisme. D’autant qu’une fois les compétitions terminées, victoire ou pas, ma vie n’a pas changé d’un iota.


    • A chaban

      pardonnez-moi ma franchise, mais commentaires de vieux cons (en toute amitié, c’est l’expression consacrée dans ces cas-là), comme vous trouviez peut être ceux de votre père qui vous parlait de l’inégalable équipe de 58 de Fontaine et Kopa, et comme mes petits-enfants trouveront peut être ceux de mes enfants (10 ans, 8 ans cette année) qui leur parleront de l’inoubliable équipe de 2016 de Griezmann et Lloris ... parce que s’y mêlera, dans leur souvenir, la joie de regarder les matchs en famille ou au café, la possibilité de veiller tard, les vacances, la chaleur de l’été, l’album Panini, bref, l’enfance.


    • @Ciceron :

      Pas du tout, parce qu’aujourd’hui il y a encore des clubs, des nations qui offrent un football magnifique. Ce n’est tout simplement plus le cas de la France.


    • A chaban

      les magiciens dans les années 80, c’était plutôt les Brésiliens, non ? tronçonnés en 86 par une équipe de bucherons français. Ah ! Amoros et ses tacles vicieux pieds en avant, et décollés sinon c’est pas drôle, c’était le bon temps (il ne jouerait plus quinze minutes aujourd’hui, le bonhomme, avant de se faire sortir sur un rouge).

      Bref, tous les goûts etc., ces discussions sont sans fin ...

      Mais quiconque à pratiquer un sport en compétition sait qu’il faut doser goût du beau geste et efficacité, créativité et discipline, que la magie n’est pas donnée à tous le monde, qu’on joue au mieux, avec ses moyens ...

      Après, se lamenter sur une équipe qui passe 5 buts sur un match, 2 sur un autre ... bref, vous êtes bien exigeant, quant au spectacle, mais vous avez le droit, après tout ...

      Et j’aime bien cette citation d’Albert Gray, sur ce sujet “Les vainqueurs ont simplement pris l’habitude de faire ce que les perdants n’aiment pas faire.”

      C’est sûr, que le jeu du Nantes 1994/1995, c’était pas mal ...

      https://www.youtube.com/watch?v=sur...


    • Ah bon, l’équipe tant admirée par le maître du beau jeu, Johann Cruyff (l’une des plus belles de tous les temps selon lui), était selon vous une équipe de bûcherons ?

      Contre le Brésil, c’est bien le gardien Carlos qui ceinture à la façon d’un rugbyman Yannick Stopyra parti tout seul au but sur une ouverture lumineuse en une touche de Platini... sans que l’arbitre ne dise quoi que ce soit...


  • De toutes les façons il a dû écrire son article avant le début de la compétition. Il avait simplement laissé un blanc à la place du nom du pays et il attendait ce stade de la compétition pour le remplir. Car quelle que soit l’équipe du pays dont ce journalope choisit de parler, elle ne sera jamais composée que de cas-limites : des mercenaires surpayés dont les "WAGs" font la une des magazines féminins. "Réussite" (selon les critères médiatiques) de la mondialisation … pour un tout petit petit petit nombre !

     

  • Je ne supporte plus l’équipe de France depuis qu’elle est devenue l’instrument politique des élites mondialisées. Il y a une politisation abjecte depuis la coupe du monde 1998.



  • C’était plus que la France Black-Blanc-Beur, la France de toutes les France. Et tout cela grâce à deux buts de Griezmann, deux arrêts de Lloris, un centre de Pogba, la hargne de Sissoko et une victoire contre l’ennemi héréditaire en football, l’Allemagne, terrassée à l’image de son géant gardien de but Neuer.



    C’est au delà de la France (parce que France black blanc beur il y a encore "France" dedans et la France ... c’est mal), on devine donc que c’est le Mondialisme métissé intégrale... Parce qu’il faut faire, plus, toujours plus, encore plus, « NO LIMIT » à l’image des slogans publicitaires d’équipements sportifs arborés par les joueur-idoles (on connait l’idéologie funeste se trouvant derrière).

    Comprenez, l’antiracisme c’est le Bien Absolu, et le Bien Absolu c’est quand une équipe de "Blacks", mené par un patronyme en -MANN (? ??), bat une équipe de blancs Allemands en mode « droit du sang » (l’ennemi Héréditaire !), donc le mal Absolu ; le Géant germanique (gardien de l’identité européenne) enfin terrassée ...

    Et le Foot n’est pas la nation, non ! Le Foot c’est le Monde, parce qu’il doit devenir le vecteur du mondialisme intégral, et endormir toute contestation au nouvel ordre mondial de l’élite, donc c’est plus que la France, c’est le « monde » qui gagne. Pas d’attentat durant les championnats, c’est une chance, preuve que ce sport mondialisé est pour sûr réellement « béni »... Dormez bonne gens...

     

    • Très bonnes remarques...

      J’ajouterais... comment la France peut-elle avoir un ennemi héréditaire s’il n’y a pas de race ?...

      ... que la plupart des joueurs représentant les deux équipes jeudi dernier auraient très bien pu, par le biais d’une décision géographique légèrement différente de la part de leurs parents, représenter l’équipe qu’ils opposaient ce soir là ?


    • C’est tout à fait juste, à ceci près que l’équipe d’Allemagne, tout comme l’Allemagne, suit la même dérive publicitaire cosmopolite que l’équipe de France et la France.
      Tout ce prêt à penser obligatoire dégoulinant de bons sentiments me répugne au plus haut point !
      Résistance !!!


  • #1506448
    le 09/07/2016 par J’en gâche la fête
    Victoire des Bleus, défaite des Le Pen et Mélenchon

    Victoire des bleus ?
    Personnellement j’ai juste constaté une étape de la quête du saint graal franchie dans la douleur et avec l’aide d’un alignement des planètes en notre faveur . Plus sérieusement , tout sportif animé de l’esprit de compétition le sais , la seul Victoire qui compte s’est celle qui donne le droit de lever la coupe et si j’avais un message à faire passer à l’équipe de France , se serait " la roche tarpediem est proche du capitol " .
    En effet si on analyse le match France-Allemagne du point de vue du logos et non du pathos , il en ressort une évidente inférioritée mental et une soumission psychologique qui m’a fait penser à celle du lion envers son dompteur . Soumission mis en lumière par les 10 premières minutes ou la France a pris le match à bras le corps avec un pressing qui aurait tué les allemand sur le long terme mais sans aucune raison physique ils ont stopper ce pressing acceptant de faite d’être dominer comme des victimes .
    Parallèlement à cela les portugais tout heureux de voir l’équipe la plus faible se qualifier pour la final ( comme nous avons été tout heureux de voir l’Islande battre l’Angleterre ) sont en position idéal pour créer la surprise .
    Une équipe faible en défense et forte en attaque comme la France est condamné imposer un pressing a l’adversaire pour que les talents offensif puisse s’exprimer et ainsi mettre toute les chances de son côté .
    Ne laissons pas la roue de la fortune tantôt croissante , tantôt décroissante décider du résultat de de cette bataille . Étouffons les portugais , refusons qu’ils touchent un ballon et renversons la destinée .
    ALLEZ LES BLEUS , VIVE LA FRANCE

     

    • #1506504

      C’est simplement que tu ne peux pas tenir 90 minutes comme ça. Ils ont essayé de la jouer à la Belge, en essayant d’en planter un rapidement. Ça n’a pas marché.
      Heureusement, il y avait l’arbitre.
      Pour les Allemands, énorme coup de massue derrière la tête, quelques secondes avant la mi-temps.
      Après, tu reviens et il te faut courir après le score pendant que les autres garent l’autocar devant le but et jouent quelques contres.
      Tout footballeur objectif est conscient de ça. Malheureusement, aujourd’hui avec la passion, pas beaucoup d’objectivité en France.
      Bonne chance à tous les Français pour faire front face à la vague multiculturaliste, vivrensembliste sans précédent qui va percuter la France ce 3-4 prochaines années.
      Vous avez aimé les trente dernières années... ce n’était qu’une mise en bouche.


    • Les Portugais n’ont pas gagnés un match (le seul match qu’ils aient gagnés c’est contre le Pays de Galle) sinon que sur pénalty dans les phases finales, rappelons qu’ils ont fait match nul contre l’Islande, la France 5-2. L’équipe la plus faible pour la finale c’est eux, pas nous. Attention...


    • " Étouffons les portugais , refusons qu’ils touchent un ballon et renversons la destinée.", c’est quoi ce nous ? Vous jouez dans l’équipe de France vous ?


  • Pour bien détourner le regard du peuple, il suffit d’un bout de caoutchouc.

     

  • Eh bien ,si on en est rendu la ,c’est bien triste .Si il ne reste plus que la victoire des bleus pour les socialiste se refassent une santé ,mon pauvre Roger ferme la à tout jamais ,et prend un peu de vacances ,t’en as bien besoins .


  • c’est quoi ces deux gogols qui se prennent au serieux avec leur look de rebelle homosexuel juste parce quils ont le logo du journal le monde (de merde) derriere eux


  • On s’en fout !


  • La vidéo du monde : un freluquet en chignon et un pâtre grec, chemise en jean’s et Converse... qui balancent des banalités avec des voix mielleuses et des yeux enamourés... c’est au-dessus de mes forces. Le cauchemar des seventies ne finira-t-il donc jamais ? Qu’on les lâche dans une banlieue de Manchester pour qu’ils apprennent la vie sans piston !

    L"article de E et R : nickel.

     

  • Il faudrait remettre le foot à sa place !
    Que les gens fassent la fête,s’embrassent dans un accès de joie ,c’est très bien ! Mais ça reste un sport !

    Les proportions que ça prend,où va t’on ? Ce n’est que l’Euro !
    Pour le dire simplement, c’est assez frappant le nombres de sentiments qui sont réduits à s’exprimer sur le foot,
    parce qu’on les à chassés de partout ailleurs.
    Derrière la "fête" (dite spontanée) pointe une réalité bien sombre !

     

  • Lundi matin le réveil va être très dur...


  • De la schizophrénie à la manipulation , c’est un tout de propagande
    qui sert bien les intérêts des politicards manipulateurs et récupérateur
    de voix , tout est bon , là dans ce cas , ont les laisse pour un instant
    être patriotiques mais sans le dire , surtout pas.... !


  • Je n’écouterai pas cet inconnu mais une chose est certaine je ne vois pas ce que m.apporte Le fait qu’une vingtaine de gamins millionnaires gagnent un tournoi de foot alors même que je n’ai aucun point commun avec eux ni sur le plan historique ni sur le plan génétique et ni sur le plan culturel. Pour moi, c’est la même chose que si c’est le Vietnam qui gagne.


  • Bof, que la France gagne ou perde, cela ne changera rien pour moi, je serai toujours aussi patriote, le football ne fait pas partie de ma conception de la fidélité au pays, bref, beaucoup de blabla pour quelques buts et une coupe... Détourner le peuple des vrais enjeux est tellement facile...


  • - Qui est Bruno petit machin truc ?
    - Un journaleux, je crois !
    - OK donc son avis, on s’en branle !


  • Les Bleus sont dénationalisés depuis longtemps déjà, Bruno Roger-Petit est cohérent.


  • le foot c’est bien pour les gamins, j’y jouait petit, le parcours de l’équipe de Carrefour de foot ne me concerne pas, je préfère regarder un concours de saut a la perche ou un match de badminton.


  • Hahaha, demain aura lieu la fête des 110 ans d’un tout petit club d’une toute petite ville près de chez moi. Je préfére 110 fois passer la journée avec des clubs mouillant le maillot (et transmettant des valeurs) entre des bières et des sandwichs merguez que de voir cette finale internationale avec des joueurs pensant plus à valoriser leur salaire, coupe de cheveux et tatoos au service de l’UEFA. En attendant le tournoi au Qatar payé à la FIFA (qui ellos son el gran ladron) !


  • Quand la foule "supporters" est assez grande et qu’elle porte avec elle le sentiment de gagner, cette équipe des bleus gagnera. On joue à domicile et ce n’est pas rien !
    En dehors d’un article posté ici même sur les illuminatis qui donne déjà le vainqueur, je crois à l’effet positif que le peuple est capable de transmettre ! Appelez ça "les ondes positives" si vs voulez. C’est un fait et non une quelconque machination qui elle dans le meilleurs des cas, ne pourrait durer éternellement, car elle s’extrait de la réalité.

    Pour revenir au sujet, il y a en effet, d’après moi, une réelle manipulation en faveur du système actuel. Cette ferveur renvoi inconsciemment aux plus naifs qu’il fait bon vivre sous ce régime qu’ils ni a pas que du mauvais. Les jeux ne sont là que pour divertir la masse et les tranquillisés ! Tous le monde sait ça...enfin presque...En attendant, le dernier 49.3 de notre didacministre ne fait pas de vague... Les médias comme d’habitude sont les premiers responsables et le sport, le deuxième. Tous des vendus et des pourris !

    En ce qui me concerne, cela ma réjouit de voir les bleus gagner contre les bochs. Avant ça, je n’ai quasiment pas suivi l’euro et ne suis pas non plus ce genre de sport ou le fric en ressort lavé.... le sport le plus pourri au monde, le Foot ! trafics, drogues et blanchiment, les gens se posent ils des questions ?


  • "Revendication sociale" le foot ? Et pourquoi pas "hooliganisme révolutionnaire" ou autre foutaise socialo-communiste-libérale-libertaire ? Xavier Moreau a tout résumé : "Moi je n’aime pas le foot, c’est du patriotisme à la petite semaine". Point barre (transversale).


  • Le foot ne donne pas à manger au peuple.


  • Pierre Louis Basse devrait (re)lire le Praktischer Idealismus de Kalergi qui oppose à son - "C’est pas la guerre qu’on veut, c’est vivre ensemble, avec toutes nos différences." un "vivre ensemble avec aucune différence" par le brassage jusqu’au métissage, la seule différence résiduelle acceptée étant celle de la classe, la caste dirigeante de cette "eurasisch-negroide Zukunftsrasse" à venir...
    Ce que j’entends par un racisme de plus haute volée encore et qui ne dit pas son nom.
    En cela, les joueurs de l’équipe de France sont les prémices du plan presque abouti.
    Alors que le nationalisme, comparativement à la combine, rien ne dit que cela soit un racisme en soi.


  • Plus jeune, BRP avait un humour ravageur, mais il a ete degoute (comme beaucoup) par l’entreprise de demantelement systematique du Service Public menee par Elkabbach & consorts a partir de 1994.


  • BRP , le chroniqueur de "j’ai mes sources" sur France Inter, ne fait que rapporter l’avis de ses commanditaires .. bien pour ça que les Bleus DOIVENT gagner.. à suivre ce soir..


  • Inversion totale de la réalité, :
    La victoire des bleus conforte l’analyse du FN :
    Seule une forte majorité ethnico culturelle (les noirs DOM TOM ou issus de l’immigration post coloniale) et une minorité intégrée ( le blanc de souche soumis à la doxa )peut prétendre au succès (l’anti Pristina avec dans le rôle symbolique du bouc émissaire le musulman racaille et fouteur de merde, car il s’agit juste de bien choisir les acteurs pour tenir le rôle auquel on les destine).
    c’est sûr que le FN aurait préféré une majorité ethnico culturelle blanche de souche, mais ça c’est presque secondaire au niveau de l’analyse.
    l’important est que tout le monde se mette dans la tête qu’une minorité de fait représente la France et que c’est bon pour tout le monde (Le CRIFdoit exulter)


  • et la défaite de l’Allemagne, c’est la victoire de qui ?


  • L’extrême-droite identitaire est contre cette équipe de France.

    Les communautaristes musulmans sont contre cette équipe de France

    Les anticapitalistes sont contre cette équipe de France.

    Les nuls en sport sont contre cette équipe de France.

    Les gens qui se croient plus intelligents que les autres sont contre cette équipe de France.

     

  • C’est l’équipe de France, si on considère que la "France" se résume à l’échantillon de la population qui squatte les couloirs de la gare de Nord. Il y a longtemps que cette équipe, tout comme le football français en général, ne représente plus que l’idole du fric, des marques de produits et des banques et tous les idiots utiles du système.


  • J’espère que l’on ne vas pas entendre les anti-le pen après la finale perdu ce soir.


  • La grande et bonne nouvelle de la journée est la victoire du Portugal. Les Français vont peut-être se réveiller et les oligarques, médias, politiques etc...ne vont pas pouvoir surfer sur une victoire.
    En tout cas on va éviter le bis repetita du bourrage de crânes subi après la victoire de 1998.


  • Bon... et la défaite contre le Portugal, je suppose que c’est la victoire de Lehmann Brothers, Golden-Sachs et du coNseil eurOpéeN sur l’UMPS ?


  • Que dit Bruno Roger Petit ce matin ?

    Va-t-il éviter le ridicule de toute la confrérie ce matin ?
    L’intellectuel d’i-télé avec son écharpe rouge
    de révolutionnaire de salon a atteint des sommets !
    Et Hollande la baraka...Que va-t-il devenir ?
    Et Valls superman... ?Et la "gôche"............. ?
    BRP doit pleurnicher .. !


  • Pour Roger-Petit, la victoire des Bleus est la défaite des Le Pen et Mélenchon. Et il en pense quoi ce matin de la défaite des "bleus" Roger-Petit ?

     

    • D’autant que l’équipe de France a perdu dans le déshonneur grâce à Payet la racaille qui a blessé intentionnellement Ronaldo. Sur les images du ralenti, https://www.youtube.com/watch?v=QdD... on voit Payet tenir (volontairement) le bras de Ronaldo pour le tirer vers lui pendant qu’il lui place tout son poids et son inertie à l’extérieur de la rotule. Ronaldo n’avait aucune chance de s’en tirer indemne. L’arbitrage a par ailleurs été de la merde pendant toute la rencontre. Payet et l’équipe française sont méprisés maintenant dans le monde entier. Le FN sort donc renforcé de l’euro 2016 et son cortège de violences.


Commentaires suivants