Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pour la réunion d’une conférence chargée de redéfinir les institutions européennes

Le retour du Che... en embuscade

Le peuple britannique n’a pas cédé au chantage et à la peur orchestrés par les milieux financiers dominants. Son vote courageux a montré qu’il mettait la démocratie, c’est-à-dire le contrôle des décisions qui le concernent, au-dessus de tout. L’Angleterre a montré encore une fois son esprit d’indépendance et son caractère qui est justement ce pour quoi nous l’aimons. De Gaulle avait raison : elle continue de vivre au rythme de l’anglosphère et du monde, même si son peuple est incontestablement un grand peuple européen.

 

Je demande aux dirigeants des vingt-sept pays européens de l’Union d’accueillir avec fair-play et sans esprit vindicatif la décision souveraine du peuple britannique. La négociation d’un statut d’association de la Grande-Bretagne au marché unique européen, sur le modèle norvégien, peut intervenir dans les deux ans qui viennent, délai donné par l’article 50 des traités européens. Je rappelle que la Norvège, avec une population de 5 millions d’habitants (onze fois moins que la Grande-Bretagne), acquitte, pour avoir accès au marché unique, une contribution annuelle de 432 millions d’euros.

Allons à l’essentiel : le Brexit peut être un service rendu à l’Europe. Il doit donner une deuxième chance à l’idée européenne : celle d’une refondation démocratique qui articulerait la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire. Il me paraît clair qu’il faut outiller la seule instance européenne aujourd’hui démocratiquement légitime : le Conseil européen, qui réunit les chefs d’État et de gouvernement, afin qu’il dispose des services lui permettant de préparer et de suivre ses décisions. La Commission verrait ainsi redéfinir ses missions. Il faudra surtout restreindre le champ des interventions européennes à l’essentiel et laisser respirer la démocratie.

La deuxième réforme fondamentale à mes yeux est celle du Parlement européen. Celui-ci doit procéder des Parlements nationaux où vit la démocratie représentative fondée sur le sentiment de l’appartenance nationale. Il faut créer un continuum entre les démocraties nationales et une démocratie européenne qui reste, pour l’essentiel, à construire. Car il faut assurer un contrôle démocratique de l’exercice des compétences déléguées.

Je demande la réunion à bref délai d’une conférence chargée de redéfinir les institutions européennes et de repenser le modèle de développement qui résulte notamment du traité budgétaire dit TSCG de 2012 qui plombe la croissance européenne. Le modèle mercantiliste allemand (l’excédent extérieur correspond à plus de 10 % du PIB) est intransposable aux autres pays européens. Il faut concevoir un modèle européen de développement où l’Allemagne met ses surplus au service de la croissance européenne… et allemande.

Lire la suite de l’article sur chevenement.fr

Chevènement, l’homme de gauche qui ne transige pas avec le souverainisme, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Des fumiers parlent de recommencer le referendum du Brexit !

     

  • Ah les beaux bavards !
    Bon, rien de neuf dans tout le discours du Che. Mais ça date un peu et ça va finir par se voir. Avec sa "redéfinition des institutions européennes", on croirait un plan à la Gamelin pour colmater la percée des Ardennes.
    L’UE avec ou sans la Grande Bretagne n’est plus là que pour préparer la transition des futurs accords transatlantiques. Son texte n’en mentionne pas l’ombre d’une ligne.


  • Toujours la même chose avec ces gens, qu’ils soient de "gauche" ou de "droite" ils n’arrivent pas à tirer de leçons des événements. Nous avons affaire là à la version européiste qui consiste à dire que l’Allemagne paiera. Croire que parce que l’Allemagne engrange d’importants excédents elle puisse financer des programmes d’investissements dans les pays du sud est une méconnaissance de la réalité.

    La réalité est que la situation économique apparemment florissante de ce pays est un trompe l’oeil car sa situation démographique est tellement catastrophique qu’à partir de la prochaine décennie sa population va vieillir à grande vitesse en plus d’entamer un effondrement qui à terme la rendra moins peuplée que la France. Pour faire face à cette situation ils sont dans l’obligation d’engranger du capital, car aucun système de retraite ne pourrait résister à ce choc. L’autre solution que le patronat allemand a trouvé c’est de faire venir des centaines de milliers d’immigrés chaque année et ce afin de maintenir la force de travail du pays, enfin pense t-il car l’on voit bien que ces gens qui viennent n’entendent absolument pas travailler. Je me souviens avoir entendu qu’au vu de cette situation démographique il faudrait faire venir dans le pays près de 600.000 personnes par an, bref... l’Allemagne ne paiera pas.

    L’intelligence de tous ces gens est complètement invertie, car au lieu de partir de la réalité pour trouver des solutions, ils veulent à tout prix que la réalité s’adapte à leur idéologie et aucune preuve contraire ne peut leur faire changer d’avis. Les prétentions pseudo-scientifiques de tous ces gens sont complètement délirantes au sens médical du terme. C’est bien pour cela qu’à titre personnel j’ai cessé d’essayer de discuter avec les gens qui sont sous l’emprise de ce système, c’est une pure perte de temps, soit un événement quelconque les fait évoluer soit ils continuent à vivre dans une sorte de ghetto mental.


  • Il n’a rien compris.

    De même que la V République est morte le jour où nos gouvernants se sont assis sur le referendum de 2005,
    De même, l’UE est morte le jour du Brexit.

    Ce sont les mêmes qui ont été à la manœuvre : les mondialistes

    Les mondialistes ont exigé de nos gouvernants qu’ils passent outre le referendum non conforme de 2005, et tant mieux si cela devait se payer du discrédit de nos institutions et de notre classe politique car ces discrédits concourent à la consécration de leurs plans. .

    Les mondialistes ont ourdi, planifié puis orchestré le Brexit et tant mieux si cela doit se payer de la déconfiture de l’UE dont ils ne veulent justement plus pour deux raisons à leurs yeux excellentes :

    - elle a suffisamment ravagé les nations
    - elle ne ravage plus aussi vite et aussi bien les nations.

    ils vont démonter l’UE boulon par boulon, jusqu’à la tabula rasa soit l’installation de la Jungle libre, puisqu’ils sont renards et ont identifié que nous étions des poules.

    Ce chantier porte un nom qui le résume : la fin de l’État Providence.
    La fin de l’État
    Et la fin de la Providence.

    Et le plus important dans la formule, c’est le "ET"

    C’est leur agenda.

    Pauvre Chevènement : toujours en retard d’un train.


  • Je me réjouis du BREXIT
    Et j’espère non pas un e négociation avec l’Allemagne mais un FREXIT ainsi que l’article 50 et l’exemple britannique le prouve.

    En dehors de cela on reste dans la dictature des banquiers.

    Nos ancêtres sont morts pour la France. Non pour l’Europe...

    Vive l’Indépendance de la FRANCE !


  • avec ou sans brexit ça ne changera pas grand-chose puisque la Grande Bretagne n’avait qu’un pied dans la communauté européenne,pas d’euro ni se soumission aux accords de Schengen.
    les dirigeants européens essayent de sauver un bateau en perdition qui commence à prendre l’eau de toutes parts.


  • La blague du jour : 1 million de mauvais joueurs réclament un nouveau référendum. Je suis plié en 8.


  • C’est quand même incroyable qu’un vieux croulant avec un pied dans la tombe emploie ses dernières forces à sauver une institution dictatoriale antipopulaire au lieu d’en appeler - dans un ultime sursaut patriotique afin de finir avec un peu de panache et d’honneur - au réveil des français et de les exhorter à sortir de cette escroquerie oligarchique.


  • La grotesque "Union Européenne", machin débile imposé par les américains aux peuples civilisés victimes de leurs "tapis de bombes", de leurs Mickey obligatoires, et de leurs démocratie crapuleuse, est foutue. Foutue ! Le bonheur. Vive le peuple anglais !

    Mais on ne s’attendait pas à ce que cela vînt d’eux ! Ce ne sont pas les anglais au pouvoir, les aristocrates dissimulés et les financiers dangereux qui n’aiment pas les "incertitudes" (des financiers qui refusent en plus les "incertitudes" ! On se demande jusqu’où ira leur culot) , mais les pauvres, le peuple anglais en ses tréfonds, sain et libre, qui ne s’exprime pas depuis quatre cents ans dans cette ploutocratie "d’épiciers vindicatifs" (Napoléon), qui a pris la parole. C’est beau.

    Ils ont fait passer leur indépendance avant leurs intérêts financiers.


  • L’oligarchie est en danger ; sauve qui peut et tout le monde sur le pont ! Comme les autres social-traîtres, Chevènement demande une nouvelle Europe...


  • L’Europe devient méchante ! Attention ! Ils en vivent, de l’Europe, tous ces gens là et ne payent même pas d’impôts. Alors ils la défendent, évidemment..

    Même les eurodéputés anti-europe vivent de l’Europe. Attention !Corruption institutionnalisée ! Même la famille Le Pen vit -grassement- de l’Europe. Tant qu’une révolution n’aura pas foutu le feu au "Berlaymont", un risque existe. Les cloportes continueront à copuler sous leurs pierres. Qu’est-ce qu’on attend pour faire une croisade en Belgique, casser la baraque et envoyer leurs ordinateurs par la fenêtre ?


  • On répète à l’envie que les britanniques sont des gens "pragmatiques". "pragmatiques", "pragmatiques", "pragmatiques". Sous entendu, les autres ne le sont pas, des rêveurs, des inconscients, des futurologues, des allumés.

    Et là, les anglais (d’Angleterre) et les gallois (des celtes ceux-là) se révèlent effectivement tels, étonnamment "pragmatiques" aux pieds sur terre. L’Europe est évidemment une grosse merde fumeuse. Pourquoi ne pas en tirer les conséquences, pragmatiquement ! Et "ils" sont furieux... "Bien faire et laisser braire !". Comment dit-on cela en anglais ?


Commentaires suivants