Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pourquoi les familles juives désertent des écoles publiques

À cause de la radicalisation du CRIF ?

Lundi 7 mars, le président du Crif a évoqué l’antisémitisme dont les enfants juifs sont, selon lui, victimes « dans de très nombreuses écoles » publiques. Beaucoup de familles optent pour le privé, notamment pour des considérations sécuritaires.

 

Prononcés lundi 7 mars, en marge du dîner annuel de son institution, les propos de Roger Cukierman, le président du Crif, ont pour le moins interpellé  : « Les enfants juifs dans de très nombreuses écoles sont battus, insultés parce que juifs », a-t-il affirmé sur Europe 1.

> À lire également  : « Les Français juifs ne doivent pas douter de la France », affirme Manuel Valls

Cette affirmation peut choquer, mais elle fait écho au constat que dressait dès 2004 un rapport de l’inspection générale de l’Éducation nationale portant sur «  les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires ».

Il y était question, « parfois dès le plus jeune âge  », d’une «  banalisation des insultes à caractère antisémite ». Une banalisation qui ne semblait « que peu émouvoir les personnels et les responsables », lesquels mettaient en avant « pour justifier leur indifférence, le caractère banalisé et non ciblé du propos, ou encore l’existence généralisée d’insultes à caractère raciste ou xénophobe entre élèves ».

 

Une réalité « stupéfiante et cruelle »

Évoquant des cas d’« agressions », voire de « persécutions  », ce rapport officiel concluait  : «  Si le racisme le plus développé dans la société reste le racisme anti-maghrébin, ce n’est plus le cas dans les établissements scolaires, où il a été très nettement supplanté par le racisme anti-juif. Il est en effet, sous nos yeux, une stupéfiante et cruelle réalité  : en France les enfants juifs – et ils sont les seuls dans ce cas – ne peuvent plus de nos jours être scolarisés dans n’importe quel établissement.  »

Aujourd’hui engagé dans le projet Aladin, qui œuvre au rapprochement entre juifs et musulmans, l’auteur de ce rapport, Jean-Pierre Obin, persiste et signe.

«  Aujourd’hui, dans certains ghettos urbains, plus aucun enfant juif ne fréquente l’école publique, observe-t-il. Et quand on demande aux enseignants des établissements concernés comment ils interprètent cette situation, certains répondent que les élèves juifs n’étaient plus assez nombreux pour se défendre… »

« Même quand la direction prend le problème à bras-le-corps, il arrive que de sévères sanctions, y compris des exclusions, ne suffisent pas à enrayer la violence, qui se reporte sur le chemin de l’école », déplore Jean-Pierre Obin (1).

 

Discussion, éducation et action collective

Il existe fort heureusement des contre-exemples  : « J’enseigne depuis douze ans dans le même collège, l’un des plus durs du Val-de-Marne, mais je n’ai jamais entendu la moindre remarque antisémite  », affirme Laurent, un professeur d’histoire.

« Une famille juive y a scolarisé ses deux filles sans qu’elles rencontrent de difficultés. Il est vrai que notre équipe, stable et soudée, a une réputation de fermeté », poursuit l’enseignant. Il dit aussi beaucoup miser sur « l’étude des faits historiques et sur la discussion avec les élèves » pour éviter tout dérapage.

« Lutter contre ces phénomènes demande une démarche collective, menée en continu dès l’entrée en maternelle et jusqu’au lycée par l’ensemble des personnels chargés des enfants  », souligne Marc Douaire, le président de l’Observatoire des zones d’éducation prioritaire.

À ses yeux, il serait faux d’affirmer aujourd’hui que l’école, notamment dans les quartiers populaires, fait preuve d’un déni de réalité.

Lire la suite de l’article sur la-croix.com

La radicalisation politique du CRIF menace la communauté juive française, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quels enfants sont en sécurité aujourd’hui dans les écoles publiques ?!

     

    • Le rapprochement des enfants ne peut se faire que par l’égalité sociale et culturelle, alors même que les religions font tout le contraire par l’exclusion de tout élément étranger à leur foi. Après la guerre, avec ses horribles conséquences, la religion est la source de tous les maux dont souffre notre humanité. Souvent cette dernière sert de prétexte à la première.


    • #1418414

      @IDREKS

      Qu’est ce que c’est que cette diarrhée verbale Idreks, mettre des mots les uns derrière les autres ne suffit pas pour faire une phrase qui a du sens. Il faut aussi de la réflexion et de la connaissance.

      Ne néglige pas les gens d’E&R, pour la plupart ils sont très intelligents. Ils se demanderont que fait un forumiste du Parisien sur un site exigeant comme E&R.

      Tu es bien sûr le bienvenue sur ce site, si tu nous apporte au moins un début de réflexion et non pas la propagande habituelle et connue par tous.


    • Vivel’humanité : et vous, c’est quoi votre argumentaire ? Les religions ne sont que des dogmes. En revanche, ne confondez pas religion et spiritualité.


  • pourquoi ? parceque le niveau y est tres superieur et le prix finalement tres modique pour le resultat obtenu.

    de meme que dans les cours particuliers type acadomia ou completude, ou dans les boites a concours, il y a une tres forte deviation communautaire : le bouche a oreille qui est preponderant dans toute communaute solidaire fait que les effets sont tres reconnus, de plus cela correspond parfaitement a la culture du "tout a un prix" denoncé par les freres goncourt, meme la meritocratie...


  • A mon sens les principales cibles du sionisme radical et de sa récente mutation messianique ce sont les juifs du quotidien. Les juifs sont sortis du ghetto XIX siècle, ils sont en train d’y être ramené progressivement via la propagande et la désinformation sioniste. C’est particulièrement frappant avec les juifs de gauche qui sont en voie de re-judaïsation.


  • #1418284

    Encore une opération de com supplémentaire relayée comme elle se doit par les larbins étatiques pour instiller dans le peuple l’idée de victimisation accrue .
    la majorité des leurs , tout le monde le sait , vont dans des écoles confessionnelles ! ( justement pour échapper au " venin" mortifère que leur mêmes larbins inculquent aux enfants des gentils ) . De ce point de vue ils ont raison . Ã nous de boycotter ces lieux pervers de pseudo études laïcardes et ripostons en sauvant nos enfants , les envoyant en écoles privées hors contrat ! ( comme ils le font ) ( c’est vrai , on paye deux fois ) mais le sauvetage des enfants n’a pas de prix !

     

    • Réaction typique de bobo (qui ne sait même pas qu’il en est)... Et pour les sans-dents qui n’arrivent pas à finir le mois on fait comment ? Qu’ils continuent à envoyer leurs enfants se faire enfler dans des écoles au rabais s’ils n’ont pas le Kapital nécessaire ?


  • Pas besoin d’être juif pour être molesté, c’est un non-sens. Toujours à chialer ces gens-là. Par contre, eux ils ont les moyens de mettre leur enfants dans le privé où la violence se pratique autrement que par les poings du pauvre...


  • Faux. Voila depuis des decennies que les familles juives essayent de placer un maximum dans les ecoles juives (Marais, Porte d Italie...), meme a une epoque ou le sentiment d antisémitisme n existait pas. C est tout simplement toujours la meme volonté de ne pas se mélanger aux goys, se replier sur sa communauté etc etc etc...


  • Très simple, ils ont compris que dans le publique leurs gosses n’apprennent rien. Pas de réseau informatique, pas d’équipement pour travailler, des profs incompétents, des fouteurs de troubles dans la classe, des cours inutiles, des élèves qui dorment en cours, aucun encadrement.

     

  • on voit bien la manipulation du president du CRIF.
    Il ressort une enquète d’il y a 10 ans et la prolonge jusqu’aux meurtres anti juifs, pour justifier sa victimisation . Or il oublie de rappeler que depuis, la moindre agression antisémite, même verbale est un délit aujourd’hui réprimé .
    Au point que certains parents juifs se disent "être une cible dans une école juive, même protégée, n’est pas plus sécurisant que de rester un français anonyme dans une école publique".
    Le vrai scandale restera la passivité de la ministre de l’éducation, qui n’aura pas défendu son école publique devant les allégations du président du CRIF .


  • Ben ..excusez moi mais déjà pourquoi ces "fameux" enfants juifs se présentent-ils comme "juifs" ? ils sont "obligés" ? J’imagine qu’ils n’osent quand même pas se balader dans les cours de récré avec leur belle kippa ? rassurez moi !! Sinon il faut que ces gens arrêtent de se plaindre !! S’il vous plait !! Quand tu ne veut pas avoir d’emmerde avec tes amis au moins ne cries pas sur tous les toits de toutes les syna-gogues que tu es feuj non ?


  • Qu’il donne le nom des écoles et des plaintes reçues... !


  • Dans les écoles publiques il y a la théorie du genre, les LGBT, les trans, le mariage homo, le touche pipi qui y sont prônés, programmes de NJVB pour l’éducation nationale. Ça c’est bon que pour les goyim pas pour l’avant-garde.



  • Pourquoi les familles juives désertent des écoles publiques



    ....parce que, selon le talmud, l’on ne mélange pas le bon grain avec l’ivraie !!!!! c’est pas plus compliqué que celà !


  • le racisme anti-blanc depuis les années 80 ça ne dérangeait personne. Un "babtou" dans une école publique par exemple aux Ulis il a que 2 choix, ou bien cirer des pompes, se convertir, faire le "whigger"... ou bien se faire savater. C’est la loi des cours d’école partout où il y a cet "effet de masse" pernicieux. Et ne parlons même pas de toutes les insultes et vexations ayant trait à la conquête des filles ("on vous baise vos soeurs" etc). C’est le quotidien concret dans toutes les villes de banlieue depuis 30 ans et aujourd’hui ces gens du CRIF se réveillent parce que tout d’un coup la marée monte jusqu’à eux ? "Pharisiens hypocrites !"...


  • Avez-vous noté que depuis quelques temps, il y a de moins en moins de Juifs de France et de plus en plus de Français Juifs ? Bon, le fond reste le même...


  • Pourquoi ?
    - Parce que on peut pas apprendre le talmud dans le public.
    - Parce que il n’y a pas de CRS devant les autres écoles.


  • Je ne crois plus a ce baratin cela ne prend plus.


  • Une autre question me vient a l’esprit ;

    Pourquoi de plus en plus de chrétiens et d’athés désertent aussi les écoles publiques ?


  • Oui, enfin qu’elles refléchissent bien avant, ces familles... "Appelez les flics plutot que le rabbin !" scandaient les manifestants devant l’école, en portant des écriteaux "L’abus sexuel des petits assassine leur âme".
    Ces dizaines de survivants de viols multiples, tous d’anciens élèves, étaient accompagnés de leurs parents et de leurs avocats.
    http://pix11.com/2016/03/20/protest...


  • Victime... parce que !

    Il y a aussi des gosses de riches frappés parce que riches, des premiers de la classe harcelés parce que premiers, des cons agressés gratuitement parce que cons, des p’tits gros harcelés parce que petits et gros, etc.

    Pourquoi ne pas créer une seule et unique association des victimes "parce que"... (avec pour mascotte le petit pimousse :)


Commentaires suivants