Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Premier entretien du président Erdogan à la presse occidentale depuis la tentative de putsch

Le 8 août Le Monde publie le premier entretien du président Recep Tayyip Erdogan à la presse occidentale depuis la tentative de putsch qui a ébranlé la Turquie le 15 juillet. L’interview s’est déroulée la veille du rassemblement monstre qui a eu lieu en son soutien à Yenikapi, dans la partie européenne d’Istanbul. Selon le président turc, « les Occidentaux ont pris le parti des putschistes ».

 

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sur le probleme de Bachar Al Assad il deconne. C’est seul le peuple syrien qui doit decider de son president. S’il continue sur ce chemin, il finira comme Saddam Hussein ou Gaddafi

    Cordialement.

     

  • Il y a quelques jours, ce monsieur a dit aux autres puissances de lui foutre la paix (en gros). Alors concernant le Président Assad, "De quoi je me mêle ?".

     

    • Erdogan ne sera jamais un partenaire fiable pour la Russie. Ils ont intérêt à le cadrer fermement.


    • Il a plus son mot à dire que vos dirigeants européens ou la Russie sur ce dossier. C’est pas votre pays qui a une frontière avec un pays en guerre et dont les belligérants (terroriste kurdes et autres menace la stabilité du pays. Vos gouvernements foutent la merde à chaque coin de cette terre avec leur armée et sa ose critiquer que la Turquie se préoccupe de ce qui se passe à un pays frontalier.


    • @Ali

      Je ne veux pas polémiquer mais tu ne me laisses pas le choix de te remettre en place face à la réalité. La Turquie colonise militairement une Nation Européenne, alors les leçons, il peut se les garder.

      J’étais présent quand l’armée à tirer sur des civils à Chypre, ils ne respectent rien, ils colonisent tout comme Israel colonise la Palestine. Erdogan ne vaut pas mieux, c’est juste un dirigeant qui est allé trop loin envers tous ces voisins et qui a des tendances néo Ottomanes et c’est très grave.


    • Pas mal le coup de la nation européenne avec Chypre, on sort la carte pro Europe quand on veut, bref.Chypre est à 25 mn en avion du Liban, à 75km des côtes Sud de la Turquie,à 1h30 par contre, d’avion, de la Grèce elle est plus proche du Moyen Orient que de l’occident passons...
      Etiez vous également sur place quand les colons grecs ont tués pillés violés les colons turcophones de l’île pour les chasser de leurs terres ?



      J’étais présent quand l’armée à tirer sur des civils à Chypre, ils ne respectent rien, ils colonisent tout comme Israel colonise la Palestine. Erdogan ne vaut pas mieux, c’est juste un dirigeant qui est allé trop loin envers tous ces voisins



      Comparer Chypre du nord avec Gaza c’est très petit et creux.
      Vous parlez des colonies, vous êtes extrêmement sérieux là ? TURQUIE/EUROPE " c’est comparer une mouche avec un éléphant "
      Les européens et américains peuvent jacasser autant qu’ils veulent, ça ne changera rien !!
      Vous avez pas les arguments pour remettre une personne en place.
      Essayer d’analyser la situation en étant plus neutre sur la question, ça aide.
      Je minimise pas le rôle de la Turquie sur les conflits, je dis juste que les européens et les américains sont très très mal placé pour lancer une once de critique sur la Turquie. Les européens et américains favorisent la déstabilisation de la Turquie, PKK GUNELISTE, DAESH, ils trouvent leurs soutiens ou déjà ?


    • @ali

      "Il a plus son mot à dire que vos dirigeants européens ou la Russie sur ce dossier."

      Tu devrais faire profil bas, avec tes "vos" "vous" j’ai pas vu des nués de partisans français soutenir les actions au proche orient de Hollande, comme les partisans de Erdogan, je te rappelle d’ailleurs que ton coton de tige turc n’a changé son fusil d’épaule uniquement parce qu’il sent la fumée monter et qu’il s’est fait mettre échec et mat diplomatiquement par la Russie, c’est d’ailleurs son seul espoir.

      As tu oublié comment vous osiez défier la Russie en bombant le torse après avoir abattu lâchement l’avion, ça clamé haut et fort pouvoir se payer la Russie, risible !
      Si j’étais méchant je dirais que j’aurais aimé que Poutine remette en place militairement ce guignol anatolien d’un claquement de doigt.
      La russe a toute sa légitimé, sur le fait que la Syrie était juste l’étape d’avant qui aurait permis à certains de déstabiliser la Russie par la suite.

      Ce n’est pas votre pays qui a une frontière avec un pays en guerre et dont les belligérants (terroriste kurde et autres menace la stabilité du pays.

      Ça n’a pas dérangé Erdogan de traiter avec certains types d’Isis & consort de les ravitailler et de faire transférer les milliers de véhicules Toyota depuis l’Europe de l’est...disons que la merde il a sa part d’implication dedans !
      Erdogan est dans la position de l’ancien malfrat qui a balancé ses anciens acolytes et que ces derniers vont lui faire payer son retournement de veste.
      Tôt ou tard ça sera la chute, un mec qui se construit un palais énorme et qui sur la scène diplomatique est gauche ça n’augure rien de bon, ça va pas être jojo !


    • @Ali
      Tu as sans doute raison, je ne connais pas assez le "dossier" pour la ramener là-dessus. J’ai juste une question, par acquis de conscience, tu habites où ?


    • Pourquoi quand des types comme Yasin et Ali, qui à l’évidence sont tout sauf des "musulmans patriotes", viennent et tiennent des propos comme ceux qu’ils tiennent, il ne se trouve jamais personne pour leur rétorquer la désormais traditionnelle et automatique réponse "dissidente" qui consiste à dire qu’ils font le "jeu de la guerre civile" alors qu’à l’évidence ils sont clairement, puisqu’on utilise ici cette appellation très souvent, des "identitaires" musulmans qui prennent immédiatement le parti de l’étranger (avec , très clairement, un discours victimaire à la SOS Racisme).
      Pourquoi quand ce sont des types "identitaires" d’extrême droite qui lèchent le cul à Israël c’est "pas bien", pourquoi quand ce sont des sionistes qui ont leur coeur plus à Tel Aviv qu’à Paris c’est "pas bien" et pourquoi quand ce sont des identitaires musulmans avec une opinion particulièrement partiale il faudrait à tout prix laisser passer leurs messages belliqueux, leur narcissisme identitaire et leur soumission à l’étranger ?
      J’avoue que je comprends absolument pas mais que ça m’agace prodigieusement...et je ne dois pas être le seul.

      P.S : vu que les gens sont un peu cons, souvent, je précise que je ne suis pas pour la "guerre civile" (même si je suis sûr et certain qu’elle n’arrivera jamais) et que je n’ai rien contre les musulmans ni pour les sionistes...non, je dis ça parce que visiblement ne pas s’extasier devant Erdogan revient pour certains à adorer BHL et Hollande...


    • @Kamino, Franck : Tu veux savoir où j’habite ? En tout cas pas en France. Et jamais jamais j’y habiterais. Si tu veux savoir je suis de père turc et de mère suissesse. Donc si dans ta tête d’identitaire, tu crois que je vis grâce à ton pays, tu peux toujours fantasmer.C’est plutôt les tiens (françias) qui viennent travailler chez moi en Suisse par dizaines de milliers. Bienvenue sur internet.a


    • Franck
      Bonjour à vous.
      Chaque personne à un avis différent, il y’en a qui sont pro Poutine, Erdogan, Chavez, Dieudonné si avec cela vous estimez que tel ou tel n’est pas un patriote musulman ou pas vous vous fichez le doigt dans l’oeil. Soral fait bien les louanges de Poutine il est un fervent défenseur de la France.
      Qui de vous ou de moi se pose en posture victimaire ?



      qui consiste à dire qu’ils font le "jeu de la guerre civile"qui consiste à dire qu’ils font le "jeu de la guerre civile"




      Franck, êtes vous aveugle ? qui se trouve du mauvais côté du manche là ?
      L’Occident veut détruire la Turquie, Poutine pactise avec Erdogan, ou est votre problème ?
      J’arrive pas à comprendre et ça m’agace, ça m’agace tellement et j’arrive pas à comprendre.
      Vous êtes le genre de personne qui s’offusque quand une personne soutien un président " muslim" et fait l’impasse quand les patriotes français font les louanges d’un autre président.
      J’adore et j’aime la France, au même titre que la Turquie, on peut aimer deux cultures, ça fait pas de nous de faux patriotes ou des moins patriotes que les autres !!! Vous jouez également le jeu du système quand on pose se genre de question à géométrie variable.



      Pourquoi quand ce sont des types "identitaires" d’extrême droite qui lèchent le cul à Israël c’est "pas bien", pourquoi quand ce sont des sionistes qui ont leur coeur plus à Tel Aviv qu’à Paris c’est "pas bien" et pourquoi quand ce sont des identitaires musulmans avec une opinion particulièrement partiale il faudrait à tout prix laisser passer leurs messages




      Les sionistes sont dans toutes les tribunes, leurs messages sont sur toutes les chaines publiques, Zemmours est autorisé dans les médias et on ferme les yeux sur Camel Bechikh.
      On m’analyse et proclame que je fais un discourt victimaire, ça me fait doucement rire, encore une fois on fait l’impasse sur la réponse que j’ai apporté à joojojmmmf, vous êtes aveugle Franck volontairement...


  • "notre partenaire"

    Ok, il n’a donc pas du tout retourner sa veste et fait toujours le boulot des US. Il joue double, voir triple jeu, peut être pour garder la main mais la seule finalité possible pour lui, c’est finir comme tous les autres.


  • Cette intervention d’erdogan est pitoyable,après avoir fait le sale boulot pour ses maîtres, il vient pleurer de leur manque de soutient.De plus il refuse les ingérences dans les affaires de son pays mais s’ingère gravement dans les affaires de la syrie ,Qu’il arrête de soutenir les terroristes et qu’il reste dans son palais il devrait s’inspirer des interventions de bachar al assad ,c’est autre chose quand même !

     

  • Erdogan dérange les sionistes dans leur projet de création d’un Kurdistan. Ce coup d’état manqué ne sera pas le seul, il est sur la sellette.

     

  • Au delà des déclarations d’Erdogan liées à l’actualité, il faut bien admettre que la Turquie ne fait pas partie du "monde occidental", malgré son appartenance à l’OTAN. Même si nombre de turques sont parfaitement intégrés en France, en Allemagne, etc...Son intégration à l’Europe est une hérésie, qui n’a pour but que l’extension du marché, et le dumping social.


  • Ce Erdogan ne paraît pas fiable du tout , il soutien les islamistes
    plutôt radical , il soutient les frères musulmans , il joue avec tout le
    monde le double jeu , ce type est un traître en puissance pour
    l’Europe , son but islamiser l’Europe et voire pire, aucune confiance
    en ce type , lui aussi voulait faire tomber Assad , c’est un profiteur
    qui veut vivre à tous les râteliers .


  • Pour ce qui est des réfugiés de guerre Syriens et Irakiens, légalement il est obligé de les prendre au titre de la convention de Genève sur les réfugiés de guerre. Parce que la Turquie est le premier pays traversé par ces réfugiés, ce qui n’est pas le cas des états Européens qui n’ont par conséquent aucune obligation envers ces gens.
    J’insiste sur le fait que ces réfugiés en Turquie sont parqués dans des camps ouvert spécialement pour l’occasion, qu’on leur fourni une tente par famille, la nourriture nécessaire à leur survie, un accès aux soins médicaux et à l’éducation pour les enfants, et que c’est le haut commissariat aux réfugiés de l’ONU qui paye sur la dotation versé par la communauté internationale, la vrai. Les Turcs ne déboursent donc pas un centime de plus que ce qu’ils versent comme tout le monde à l’ONU à cette fin, exactement comme le prévoit la convention sur les réfugiés de guerre.

    La situation est donc totalement différente de celle qui prévaut en Europe avec la "crise humanitaire" où la plupart des "réfugiés" sont de provenance douteuse, se dispersent sur tout l’ensemble des territoires et restent à la seule et unique charge des états accueillant. Aucun dispositif international n’impose cela aux nations, ce sont des immigrés clandestins qu’on tente de déguiser par le discours en immigrés légaux.

    Quant au droit d’asile est encore un principe différent hérité d’une ancienne pratique de l’Église catholique : il s’agit du droit pour un état d’offrir asile et protection à un individu menacé dans son pays d’origine pour ses actes ou ses opinions. Il se pratique sur une base individuelle et uniquement sur le bon vouloir de l’état qui le procure. Un droit d’offrir l’asile, pas de le recevoir !

    Pour ce qui est des reproches au soutient pour les bons ou les mauvais terroristes, on est la face à un monument d’hypocrisie, tout comme pour les lamentations sur le bilan syrien.

     

    • @jojo l’affreux
      C’est bien mignon votre discours, sauf que la réalité n’a que faire du droit. Si les migrants ou réfugiés peuvent servir Erdogan pour mettre une tension en Europe, il le fera, ce que dit ou ne dit pas le droit international, il s’en tape, comme bien d’autres avant lui.


  • Pour Erdogan ce coup d’état manqué, est l’occasion, de se sortir des mâchoires "Otanesques" qui l’ont entraînées trop loin, dans un conflit régional où faire le boulot des Yankees, ne lui a amené que des déboires avec les différentes communautés Turques il sait et s’est rendu compte qu’en sous mains certains voulurent attiser la division avec les Kurdes, ce qui l’aurait au final affaibli et amputé de 40% de son territoire, tout ça pour une hypothétique entrée dans l’UE, en crise économique et s’allier avec des démocraties déclinantes et économiquement soumises, qui essaient d’imposer leur point de vue par le chaos et l’anarchie.
    Ce n’est pas Erdogan qui a voulut la guerre en Syrie, même si au bout il y avait la promesse d’une bout du fromage Syrien en échange d’une perte de territoire des confins Turco/ Kurde et même si des contentieux existent entre la Syrie et la Turquie et même si son action, par la suite s’est révélée, très dommageable pour la Syrie. il comprend qu’il faut refermer le couvercle de la cuisine du diable, et revenir à des décisions plus pragmatiques.
    Le partenariat avec les Russes et la Chine, pèse plus lourd dans la balance, qu’une entrée dans l’UE, et c’est prendre une décision logique et bénéfique.
    Enfin, c’est ce que les apparences dévoilent, pour le reste rien n’est encore joué ni gagné, la Turquie est un pivot qui peut faire basculer tout le continent vers un partenariat est / ouest.
    De plus de vastes territoires turcophones, représentent un grand marché pour la Turquie.
    De toutes manières la réalité économique, veut que la Turquie se dégage de ce carcan, et applique des décisions qui vont dans le sens des intérêts commerciaux du peuple Turc, la Turquie pourra t’elle se dégager totalement des occidentaux, c’est peut être pas tellement souhaitable, mais prendre une certaine autonomie c’est son problème du moment.
    Elle est un pion stratégique pour maintenir les tensions et les rivalités sur le continent Asiatique, sans la Turquie ça paraît compliqué, une fenêtre est ouverte, il y a les primaires aux US, il faut jouer la montre, affaire à suivre.

     

    • Sans oublier un acteur majeur dans la région, qu’est l’Arabie Saoudite, ne serait-ce que par ses ressources financières énormes, qui lui permettent de peser au sein du théâtre moyen-oriental et occidental.


    • Suite et fin
      N’oublions pas que derrière le conflit Syrien, il y certainement des intérêts économico-pétroliers.
      Faire passer un pipe-line dans son territoire expose comme contre partie de se mettre à dos les pays qui dépendent du transport maritime via supertankers.
      Erdogan en acceptant de faire aboutir aux portes de l’Europe le pipeline Russe, ne peut le faire qu’en se mettant sous le parapluie Russe.
      La Russie ne peut faire passer sa tuyauterie Pétro-gazière par L’Ukraine, c’est à mon avis une des causes de la pagaille en Ukraine et en Syrie.
      Si le coup réussi c’est (un coup du génie) de génie.
      Il faut aller à la cause des causes en régime capitaliste, soit l’ARGENT.


  • Disons que quand on fait du billard à huit bandes, à savoir que la position géographique nous l’impose, faut être performant, je ne lui reprocherai pas de ne pas l’être, d’ailleurs Assad l’est bcp plus que lui, devoir fricoter un jour avec les US, un autre jour se rabibocher avec Israel, ensuite refaire copain avec a Russie, se faire donner des tune par l’UE, acceillir généreusement 3millions de réfugier faut avouer, prendre ensuite ses distances avec les USA,c’est du délire


  • J’avoue ne plus savoir quoi penser de Erdogan et de son gouvernement. On entend ici et là des choses positives à son sujet (y compris d’amis turques de la vie quotidienne) et il y a des faits pour le démontrer, puis on entend des choses épouvantables avec elles aussi leur part de vérité (comme ses accointances avec ISIS). Bien sur la politique a une façade de Potemkine avec des coulisses pas très catholiques mais quand même, là c’est du délire. A quoi joue t-il ? Cela lui échappe t-il ? Ou ça nous échappe à nous profane plutôt.


  • Si la Turquie n’avait pas rejoint les alliés en février 1945, juste avant la fin de la seconde guerre mondiale et si la Turquie n’avait pas massacré 1 million d’arméniens sans jamais le reconnaître, franchement, franchement hein, je crois que j’aurais pleuré en écoutant Erdogan.
    On peut avoir des prisonniers politiques, pratiquer la torture, fournir des bombes chimiques aux rebelles, coloniser des îles comme Chypre, et être quand même une nation de paix qui a besoin de soutien quand sa politique se retourne contre soi, merde.


  • Un putsh des US, si ce sont les initiateurs, ne restera pas sans suite. Cette ingérence parait même manquer d’enthousiasme, de préparation, quand on repense aux interventions US des dernières années, c’est un coup foireux, alors que le savoir US a du extraordinairement s’accroître avec la technologie. Manquer un coup d’Etat porterait atteinte à la confiance de cette Nation (American vertigo comme dirait BHL).
    Il pourrait s’agir, je précise que je ne suis pas expert en politique internationale, d’un putsh Volontairement raté, permettant à Erdogan de reprendre de l’autorité et gagner en crédibilité avec de nouveaux (et fictifs) partenaires comme Iran et Russie, jouer la taupe. Le jeu de la Turquie est trouble (comme tous les pays), on se demande à qui Daesh vend son pétrole, si les dirigeants turques ont pu résister au putsh qui serait une forfanterie US, comment ne parviennent-ils pas à contrôler le commerce pétrolier de Daesh qui passerait par chez eux ?


  • Pourtant membres actifs de la politique américano-sioniste en Europe, et au Moyen-Orient, la Turquie d’Erdogan n’a pas échappé à la trahison de ces derniers.
    C’est la leçon que l’on peut retenir de cette histoire de Putch et en l’occurrence de l’amertume justifiée de son dirigeant.

    Dans son virage à 180° de sa politique pour rejoindre la Russie, le message subliminal qu’envoi Erdogan, à ces anciens homologues européens est assez simple, pouvant se traduire comme suit :

    « Si vous ne rejoignez pas la Russie, tôt ou tard, vous, et les pays dont vous avez la charge subirez le même sort que la Turquie ! »

     

    • Erdogan, recommence le chantage visas contre migrants, de deux choses l’une, ou c’est un moyen d’ouvrir une brèche, en semant la pagaille au sein de l’alliance Atlantique, en créant des tensions via migrants interposés et obliger les pays de l’UE, a reconsidérer leur politique.
      Ou le double voire le triple jeu continue, ce qui veut dire que la Russie aussi navigue à vue dans ce rapprochement, cette deuxième supposition paraît tout de même relativement compliquée car Erdogan mène une purge conséquente dans son pays et le passage du pipeline, est un casus belli vis à vis des Saoudiens allié number one de nos bons amis.


Commentaires suivants