Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

"Il n’y a plus de pilote politique dans l’avion Europe"

Le sommet de vendredi à Bratislava, censé redonner un souffle à l’Union européenne pour reprendre les objectifs annoncés par le leadership européen, ne s’est avéré pourtant être qu’une perte de temps. Constance Le Grip, députée LR au Parlement européen, en explique les raisons à Sputnik.

 

Vendredi, la capitale slovaque Bratislava a accueilli le premier sommet européen post-Brexit. Peu avant, le président de la République française François Hollande avait mis en garde ses homologues : « Soit c’est la dislocation, soit c’est la dilution, soit c’est au contraire la volonté commune de donner un projet à l’Europe ».

Quoi qu’on ait dit avant, le sommet, destiné à initier les discussions sur l’avenir de l’Union européenne, s’est révélé une « occasion de perdue » comme l’a fait pertinemment remarquer le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

Mais pourquoi ça ? Car les dirigeants venus en Slovaquie ne faisaient que tourner en rond et le résultat n’est guère étonnant, estime Constance Le Grip, députée Les Républicains au Parlement européen, vice-présidente de la délégation française du groupe Parti populaire européen (PPE).

« Les chefs d’État et de gouvernement réunis à Bratislava n’ont fait que tourner en rond, ont émis un document qui est vraiment un enfilage de perles – d’une platitude infinie – où ils ne font que dire, redire et re-redire des choses qui ont déjà été dites et écrites maintes et maintes fois : il n’y a pas d’idée, il n’y a pas de véritable relance, il n’y a pas de créativité, il n’y a pas d’audace, c’est un sommet pour rien », affirme-t-elle.

Et puis, les quatre du groupe de Višegrad se lèvent avec une annonce qu’ils entendaient apposer leur véto à tout accord de sorti entre l’UE et l’Angleterre qui limiterait les droits de leurs ressortissants à travailler au Royaume-Uni. Ainsi, on voit un ensemble de pays faire une sorte de déroutement par rapport aux autres du groupe de Višegrad, ce qui atteste des problèmes plus profonds qu’on a pu croire initialement.

« On voit un ensemble de pays, que l’on qualifie du groupe de Višegrad, aller dans une toute autre direction et afficher une position qui est la leur, qui n’est pas du tout celle qui a été discutée autour de la table à Bratislava », précise Mme Le Grip.

« Cela prouve bien que les choses partent dans tous les sens, je dirais à hue et à dia et qu’il n’y a pas de leadership, qu’il n’y a pas de pilotage politique, il n’y a plus de pilote politique dans l’avion "Europe" et cela est fort dommageable », résume la députée.

À quoi sert l’Union européenne ? Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1561348
    Le 20 septembre à 13:06 par Pépé le Moko
    Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

    Pendant ce temps , les abeilles crèvent la gueule ouverte ....

    Et ça ... ça me dérange vachement !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1561397
    Le 20 septembre à 14:22 par Ivan Durak
    Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

    Ben c’est fait pour ça l’UE. Ca permet aux USA de venir en sauveur et montrer la voie à suivre.
    Et puis pendant que les députés passent leurs journées en palabres inutiles, les commissaires européens ont le temps de monter leurs combines.
    Tout marche comme prévu.

     

    Répondre à ce message

  • #1561414

    Si ils se regardaient moins le nombril ils s’apercevraient que personne en veut de leur Europe et qu’elle n’a jamais existé .Cette bouillie Européenne est à jeter aux orties et eux avec.Il n’y a plus de pilote et plus de passagers non plus .
    L’URSS a était démantelée et ils récidivent avec l’Europe ,ils ont vraiment envie de prendre le peuple pour des esclaves.

     

    Répondre à ce message

  • #1561434
    Le 20 septembre à 15:33 par dégage
    Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

    " Il n’y a plus de pilote politique dans l’avion Europe " il n’y en a jamais eu -
    c’est le pôle emploi au niveau international -

     

    Répondre à ce message

  • #1561447
    Le 20 septembre à 15:53 par Pamfli
    Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

    Etat d’angoisse post-Brexit généralisé : ils l’ont bien cherché.

     

    Répondre à ce message

  • #1561477
    Le 20 septembre à 17:05 par flic ou voyou
    Premier sommet européen post-Brexit : un enfilage de perles

    Et puis, les quatre du groupe de Višegrad se lèvent avec une annonce qu’ils entendaient apposer leur véto à tout accord de sorti entre l’UE et l’Angleterre qui limiterait les droits de leurs ressortissants à travailler au Royaume-Uni. Ainsi, on voit un ensemble de pays faire une sorte de déroutement par rapport aux autres du groupe de Višegrad, ce qui atteste des problèmes plus profonds qu’on a pu croire initialement.

    « On voit un ensemble de pays, que l’on qualifie du groupe de Višegrad, aller dans une toute autre direction et afficher une position qui est la leur, qui n’est pas du tout celle qui a été discutée autour de la table à Bratislava », précise Mme Le Grip.



    Ceci est extrêmement positif, cela signifie que les anglais vont pouvoir faire du chantage aux européistes : "Si vous ne nous accordez pas ceci, on va diminuer les droits des travailleurs polonais en Angleterre et les négociations seront alors bloquées de vote côté par les polonais."

    Qu’importe si vous êtes moins nombreux, si vous faites face dans les négociations à plusieurs adversaires qui tirent chacun dans leur direction, au lieu d’un seul camp uni, vous pouvez très aisément diviser le camp d’en face en proposant des choses à certains et pas à d’autres et ainsi augmenter vos gains tout en diminuant vos pertes.

    Les rosbif ont bien fait d’attendre que le fruit ne murisse pour le cueillir, de retarder le brexit juste le temps que l’UE ne se fragmente un peu plus.
    Ils font ce que nous aurions dû faire depuis belle lurette.

    Merkel a bien du soucis à se faire. Elle pourra se consoler en continuant d’accabler le peuple grec, mais c’est un fait que son europe s’est prise une méchante volée dont on a pas encore finit de mesurer toutes les conséquences.

     

    Répondre à ce message

  • #1561550

    Un sommet de bourgeois gris, ennuyeux et n’inspirant rien de bon... Les enfants de la Réforme. - le plus déroutant c’est d’y trouver des latins plus européens, qu’un calviniste ou un luthérien. Le cas Barroso illustre cela. L’idéal antique inversé. Tout ce que l’on tenait à l’écart auparavant, avec l’exclu de Judée, a pris le dessus : une capitale qui n’a rien de pharaonique ou grecque. Mais près de Waterloo...

     

    Répondre à ce message