Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Printemps arabe

En 2010-2011, la Tunisie, l’Égypte et la Libye connurent des événements spécifiques, hâtivement baptisés « Printemps arabe » par des journalistes voulant y voir autant d’avancées démocratiques. L’échec de cette tragique illusion est à la hauteur des emballements émotionnels qu’elle suscita :

- La Tunisie est en faillite économique et le climat politique y est devenu explosif. Les Frères musulmans au pouvoir veulent faire adopter une Constitution ayant la charia pour norme, ce que refusent des foules de plus en plus nombreuses. La radicalisation des positions est illustrée par l’assassinat de leaders de l’opposition et par la naissance d’une insurrection armée islamiste qui pose de sérieux problèmes à l’armée tunisienne.

- En Égypte, ceux qui ne supportaient plus leur vieux chef militaire se sont finalement donnés à de jeunes chefs militaires pour échapper aux « fous de Dieu », ce qui n’empêcha pas le pays de basculer insensiblement dans ce qui risque de devenir une guerre civile.

- En Libye, l’État n’existe plus. Le Nord du pays est partagé entre des milices tribales ou religieuses, cependant que tout le Sud est devenu un « Libystan » aux mains des djihadistes.

Ce livre, illustré de cartes en couleur et qui n’a pas d’équivalent fait, au jour le jour, l’histoire du prétendu « Printemps arabe » en Afrique du Nord. Il met également en évidence ses conséquences géopolitiques nationales, et régionales. Il explique enfin pourquoi le Maroc et l’Algérie ne furent pas concernés par ces événements.