Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Prix du livre politique à Minc pour "Un Français de tant de souches"

La dominance récompense la dominance

Le suspense était intenable, et les résultats viennent de tomber : le 25ème prix du Livre Politique a été attribué à... Alain Minc, pour son ouvrage Un Français de tant de souches, sorti chez l’éditeur de BHL (Grasset).

 

Le jury était présidé par le cinéaste franco-grec Konstantin Costa Gavras. Le bouquin de Minc a battu Le Mauvais génie d’Ariane Chemin et Vanessa Schneider, la jolie journaliste politique qui avait avoué son « émotion » de femme lors du discours de Nicolas Sarkozy avant sa victoire aux présidentielles 2007, et Gilles Finchelstein (ex-Monsieur Opinion de DSK, membre du Siècle, plume de Hollande et directeur chez Havas Worldwide) pour Piège d’identité – Réflexions (inquiètes) sur la gauche, la droite et la démocratie. C’est pas cette année qu’on va y trouver un ouvrage Kontre Kulture. Mais sait-on jamais, les temps peuvent changer.

Le tweet humoristique et bon perdant de Finchelstein :

Voici les lauréats des 21 premières années, listés par Wikipédia :

- 1995 - Le passé d’une illusion, François Furet (Robert Laffont)
- 1996 - Les blessures de la vérité, Laurent Fabius (Flammarion)
- 1997 - Le voleur dans la maison, Jean-François Revel (Plon)
- 1998 - Par l’amour de l’art, Régis Debray (Gallimard)
- 1999 - Une ambition française, Alain Duhamel (Plon)
- 2000 - Libération, la biographie, Jean Guisnel (La Découverte)
- 2001 - L’abolition, Robert Badinter (Fayard)
- 2002 - Le gouvernement invisible, Laurent Joffrin (Arléa)
- 2003 - J’ai vu finir le monde ancien, Alexandre Adler (Grasset)
- 2004 - Ni putes ni soumises, Fadela Amara (La Découverte)
- 2005 - Le venin de la mélancolie, Denis Tillinac (la Table ronde)
- 2006 - La tentation obscurantiste, Caroline Fourest (Grasset)
- 2007 - Qu’est-ce que l’intégration ?, Dominique Schnapper (Gallimard)
- 2008 - La Reine du monde : essai sur la démocratie d’opinion, Jacques Julliard (Flammarion)
- 2009 - Cahiers secrets de la Ve République : Tome 2, 1977-1986, Michèle Cotta (Fayard)
- 2010 - Le sorcier de l’Élysée, l’histoire secrète de Jacques Pilhan, François Bazin (Plon)
- 2011 - La France est-elle finie ?, Jean-Pierre Chevènement (Fayard)
- 2012 - Populisme : la pente fatale, Dominique Reynié (Plon)
- 2013 - Jours de pouvoir, Bruno Le Maire (Gallimard)
- 2014 - La récréation, Frédéric Mitterrand (Robert Laffont)
- 2015 - Les Chirac - Les secrets du clan, Béatrice Gurrey (Robert Laffont)

On remarque une forte proportion de gros éditeurs, qui font les prix littéraires et qui les trustent. Il ressort aussi de tout cela un fort fumet de ligne politique très atlantiste, avec tous les Joffrin, Fourest, Furet, Badinter, Adler, Duhamel, Reynié, Revel. C’est très pro-américain, très pro-sioniste, très libéral.

C’est pas que Minc ne mérite pas son prix – cet homme est un génie (des affaires) – mais il s’est déjà fait gauler plusieurs fois la main dans le sac de plagiats, et on serait le jury, on se serait méfié à plus d’un titre d’un gars qui n’écrit pas ses livres et qui les pompe parfois. Moralement, cela aurait été mieux de refiler le prix à un vrai travailleur de l’écrit. Mais bon, l’élite française a ses raisons que le peuple ignore, et l’éditeur Grasset a dû être très gentil avec le jury pour que son poulain touche le gros lot.

Malgré tous ces efforts, ce genre de livre n’est pas lu. On n’a jamais rencontré une créature terrestre répondant du nom de « Français » qui lise du Minc, si on peut appeler ça du Minc, ou du BHL, ou qui en dise du bien. Ces livres font des fours à chaque fois qu’ils sortent, et ils ne restent en salles que grâce à une campagne médiatique aussi intense qu’artificielle. Disons-le tout net, la soupe bien-pensante, ça ne marche plus, en édition. Les gens veulent du vrai, de la viande, du saignant. Le catéchisme libéral américano-sioniste, c’est devenu aussi rébarbatif qu’un hachis parmentier fabriqué avec de vieux restes moisis de hachis parmentier de cantoche. Un goût de réchauffé écœurant dangereux à avaler (étouffement), dont le public ne veut plus, même gratuit. Alors payant...

 

Voici la conduite à adopter en cas d’étouffement. Il s’agit de réussir à faire recracher le Minc coincé dans la gorge du pauvre Français innocent qui a cru à la propagande :

 

 

Encore une grosse boulette de l’entre-soi médiatico-politique, qui ne se rend toujours pas compte de l’exaspération que les Français ressentent devant de tels arrangements... sur le dos de la Vérité.

Il aurait été beaucoup plus judicieux de couronner un auteur moins connu, moins puissant ou moins mauvais (les médiocres courent en général après les médailles, afin de se redorer le blason, sali par leurs magouilles réseautaires), sur un sujet beaucoup plus politique, au fond. C’est-à-dire moins propagandiste. Là, on se serait dit « oh ben merde alors, l’esprit français est de retour », fait de fronde, de finesse et de culture. Mais là, rien. Rien que la soupe claire habituelle, allégée des meilleurs morceaux (restés en cuisine), ce brouet infâme où flottent quelques morceaux de rave, la saloperie insipide qu’on fait avaler aux Français en leur disant que c’est « très bon ». Non, c’est de la merde. Appelons un chat un chat. C’est de la merde et on n’en veut plus. Et l’assiette de soupe de merde, elle va finir dans votre gueule si ça continue.

Qu’Alain (Minc) se rassure, ce ne sont qu’images et métaphores, celles d’un peuple de tant de souches légèrement en colère qu’on se moque de lui, qu’on le nourrisse avec ce doux poison qu’on appelle Ignorance. Et si Alain a gagné ce prix bidon, c’est que, quelque part, il le méritait.

Alain Minc, le petit tireur de ficelles de la République, voir sur E&R :

Sur l’oligarchie française qui concentre pouvoirs et récompenses,
lire sur Kontre Kulture :

Pour une édition indépendante, lire sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quand en lisant l’article je suis tombé sur " ...sur une ligne très atlantiste... avec les ... Caroline Fourest"

    J’ai stopé la lecture, parcouru la liste jusqu’à sa ligne et "Bon OK c’est bon j’ai compris merci au revoir"

    Nouvelle preuve que les gens qu’on a aux manettes sont vraiment des médiocres, filer un prix à quelqu’un comme Fourest sans se dire qu’un jour on va finir par tout comprendre ne serait-ce que grâce à ça ... faut vraiment qu’ils soient cons quand même.

    Remarquez.... on se laisse bien dominer par ça .... lol ^_^


  • Je parie que ce Minc n’a jamais rencontré un autochtone français
    Il dit sur Fr5 au français de faire leur introspection... en effet faites vos arbres généalogiques et vous verrez toute la propagande tomber comme un fétu de paille documents à l’appui.
    (en France toutes personnes de souche peut remonter aisément fin XVIe siècle ses racines, le jeu en vaut la chandelle)


  • Après la liste de Cohen (le pauvre a mis quinze ans pour aligner quatre noms)
    nous avons clé-en-main des listes toutes faites que nous sortirons à la Libération :

    - 1995 - Le passé d’une illusion, François Furet (Robert Laffont)
    - 1996 - Les blessures de la vérité, Laurent Fabius (Flammarion)
    - 1997 - Le voleur dans la maison, Jean-François Revel (Plon)
    - 1998 - Par l’amour de l’art, Régis Debray (Gallimard)
    - 1999 - Une ambition française, Alain Duhamel (Plon)
    - 2000 - Libération, la biographie, Jean Guisnel (La Découverte)
    - 2001 - L’abolition, Robert Badinter (Fayard)
    - 2002 - Le gouvernement invisible, Laurent Joffrin (Arléa)
    - 2003 - J’ai vu finir le monde ancien, Alexandre Adler (Grasset)
    - 2004 - Ni putes ni soumises, Fadela Amara (La Découverte)
    - 2005 - Le venin de la mélancolie, Denis Tillinac (la Table ronde)
    - 2006 - La tentation obscurantiste, Caroline Fourest (Grasset)
    - 2007 - Qu’est-ce que l’intégration ?, Dominique Schnapper (Gallimard)
    - 2008 - La Reine du monde : essai sur la démocratie d’opinion, Jacques Julliard (Flammarion)
    - 2009 - Cahiers secrets de la Ve République : Tome 2, 1977-1986, Michèle Cotta (Fayard)
    - 2010 - Le sorcier de l’Élysée, l’histoire secrète de Jacques Pilhan, François Bazin (Plon)
    - 2011 - La France est-elle finie ?, Jean-Pierre Chevènement (Fayard)
    - 2012 - Populisme : la pente fatale, Dominique Reynié (Plon)
    - 2013 - Jours de pouvoir, Bruno Le Maire (Gallimard)
    - 2014 - La récréation, Frédéric Mitterrand (Robert Laffont)
    - 2015 - Les Chirac - Les secrets du clan, Béatrice Gurrey (Robert Laffont)

    Debray et Chevènement seront graciés par le Taulier qui aura ce pouvoir régalien.
    Nous pourrions avoir une rubrique "Listes toutes prêtes" (Légion d’honneur, Palme d’or, dîner du CRIF, goncourisables...) ansi qu’une rubrique "L’éternel retour du concret" (Louison, pal, crochet à finance, chambre à air, chaise AC/DC ; cigue...)

    J’ai remarqué que, souvent, lorsqu’une ampoule électrique va claquer elle se met à briller cent fois plus qu’en son état normal.

    Pour ce qui est d’Alain Minc j’ai du lire le rapport Nora/Minc "L’informatisation de la,société" lorsque j’ai participé à l’expérience des 3V (Versaille, Vélizy, Villacoublay) pour tester Télétel (qui est devenu le Minitel pour le grand public). Et bien Minc... C’est Minc ! On dirait que quelque soit le dossier, en tout lieu, en tout temps on y trouve de vrais morceaux de Minc dedans.

     

    • Concernant Régis Debray ce n’est pas la première fois qu’un pouvoir régalien lui sauve la mise. Déjà en Bolivie le Grand Charles avait trouvé cela mal qu’on lui zigouille un de nos petits normaliens.

      "Tout le monde a été, est ou sera gaulliste". Régis (est un con ?) l’a été somewhere along the way

      A présent qu’il devient élogieux çoncernant nos borders (j’ai pas dit borderline) la gauchiasse fait courrir. le bruit que c’est lui qui aurait balancé le Che. Pas le chat, le Che ; on est pas en Iran, Reza Sha Kabir (RSK) était bien un sillo à grain ; pas un machin nuclèaire et le général Audran était VRP chez Moulinex.

      Donc Régis Debray et action directe... pas même combat. Debray jouait au billard (à l’accadémie de billard près de la Place Clichy, là où le Voyage commence) tandis que Rouillan faisait un flipper Porte de Saint Mandé pour frimer devant des filles un peu paumées prètes à confondre un bâton de rouge à lèvres avec un flingue. Pour la petite histoire ils se sont reproduit, ça a donné Rey-Maupin. Anyway.

      Therefore Régis Debray est inoncent et c’est lui le gentil.


  • on ne va pas dire qu’ils sont surreprésentés bien sur...c’est juste un heureux hazard comme gagner le gros lot au Loto.

     

  • " Alain a fait tant de choses pour la Communauté ! Puisse-t-il avoir relu, cette fois, le travail de son nègre, pour éviter les accusations de plagiat, vociférées par les fascistes ! "


  • Tout n’est plus que copinage avant-gardiste...C’est facile d’empocher les distinctions mais cela n’a aucune valeur car non démocratique.


  • Lui aussi , faudra s’en souvenir ! Il a toute sa place dans ma liste !


  • Petit minc n’a jamais été français et il ne sera jamais français. Mais au moins il avoue lui-même être abâtardi.


  • Toute la soupe gaucho-mondialiste en somme.


  • Gilad disait que le seul et unique talent de ces gens les BHL ,Minc Attali . . était de savoir se vendre , dit autrement , le marketing ; mais le fait est qu ’ils sont maintenant prisés leur juste prix et ne se vendent plus , même en se décernant entre eux des prix faisandés : c ’est bon signe comme dirait Alain .


  • Pour eux, la démocratie c’est comme une chanson de Bruel, ils trouvent ça très bien pour les autres mais eux préfèrent le classique !


  • Mais qu’est ce qui fout avec ses mains dans l’assiette ?


  • Horrible spectacle décadent que ces oligarches qui se félicitent de leurs racines pourries tout en se caressant les uns les autres.

    Beaucoup de souches mais jamais de fruits !


Commentaires suivants