Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Puy du Fou : Philippe de Villiers explique le don en 2015 de 50 000 euros à la Fondation Lejeune

Il y a un an, le 8 juillet 2015, le parc vendéen du Puy du Fou remettait un don de 50 000 euros à la Fondation Jérôme Lejeune au cours d’une cérémonie protocolaire, d’après le quotidien Ouest-France.

 

 

Reconnue d’utilité publique depuis 1996, cette association doit son nom au professeur de médecine à qui l’on attribue la découverte de l’anomalie chromosomique responsable de la trisomie 21, en 1959. La fondation Jérôme Lejeune investit dans la recherche médicale sur les maladies génétiques de l’intelligence et l’aide aux familles.

[...]

Au cours de la cérémonie, le fondateur du Puy du Fou Philippe de Villiers a souligné les liens entre le Puy du Fou et la Fondation Lejeune, dont celui «  du mystère de la civilisation : le refus commun de l’innommable, la destruction de la vie, du beau : la laideur », rapporte l’association.

Lire l’article entier sur ladepeche.fr

 


 

Le fondateur du Puy-du-Fou a ensuite expliqué son geste dans une interview à la Fondation Jérôme Lejeune.

- La rédaction d’E&R -

 


 

La Fondation Puy-du-Fou Espérance vient de doter la Fondation Jérôme-Lejeune d’un chèque de 50 000 euros, au cours d’une cérémonie qui a eu lieu dans le cadre du Grand Parc du Puy-du-Fou. Pourquoi avez-vous choisi la Fondation Jérôme-Lejeune ?
Pour deux raisons. La première : c’est par fidélité à un homme qui connaissait bien le Puy-du-Fou, et qui l’aimait, et qui m’a profondément marqué personnellement, le professeur Jérôme Lejeune. La deuxième raison, c’est que la Fondation Lejeune, magistralement emmenée par Jean-Marie Le Méné, son président, fait un travail considérable et qui mérite d’être encouragé, pour protéger les enfants trisomiques qui sont souvent abandonnés par la société médiatique, et qui trouvent face à eux une difficulté nouvelle : la tentation de la société de fabriquer un modèle d’enfant sur catalogue.

 

En effet, lorsque les petits trisomiques sont dépistés avant leur naissance – on sait que 96 % d’entre eux sont éliminés. Spontanément, j’ai fait le lien entre le rappel que fait le Puy-du-Fou du génocide des Vendéens avec ce nouveau génocide des imparfaits. Le faites-vous aussi ?
Au moment de la remise du chèque de la Fondation Puy-du-Fou Espérance à la Fondation Jérôme-Lejeune, j’ai souligné la communauté d’esprit et de démarche du Puy-du Fou et de la Fondation Lejeune, et le lien entre le beau que nous cultivons ici, et le bien que cultive la Fondation Lejeune. J’ai ajouté une évidence : il y a une communauté d’attitude dans ce que j’ai appelé « le refus de l’innommable ». La laideur qui défigure le beau et l’atteinte au principe même de la vie qui défigure la civilisation…

 

Les photos vous montrent, à l’occasion de la remise de ce chèque, entouré d’enfants atteint de trisomie. J’imagine qu’il y a un bonheur tout particulier à leur faire découvrir le Puy-du-Fou ? — C’était un moment d’émerveillement contagieux. Émerveillement des enfants trisomiques, et émerveillement d’autres enfants devant l’émerveillement des enfants trisomiques. Ce qui m’a aussi beaucoup touché, ce sont les larmes de joie des parents qui voyaient enfin – c’est rare – que leurs enfants étaient non pas à la périphérie d’un grand événement qui réunissait là tous les adultes, mais au cœur même d’un événement qui était une sorte d’avènement. La vraie beauté est celle du cœur et de l’âme.

[...]

Le Puy-du-Fou, je l’ai conçu comme une dette morale. J’ai voulu faire un hymne pour rembourser ma dette à mon père et à ma mère, et à la Vendée, pour une enfance heureuse. Donc, ne parlons pas de notre générosité à nous. Parlons des mille ans d’héritage, des pauvres qui nous ont précédés, qui se sont dépouillés du meilleur d’eux-mêmes pour nous donner quelque chose, la plus grande de toutes les richesses : un patrimoine spirituel. Les bâtisseurs de cathédrales étaient tellement pauvres qu’on n’a même pas retenu leurs noms… Être Français, c’est garder intacte cette richesse-là, qui est la pauvreté même : se comporter comme un maillon dans la chaîne, comme un sculpteur de cathédrale qui laisse son œuvre sans laisser son nom.

Lire l’entretien complet sur fondationlejeune.org

Les derniers coups d’éclat du vicomte, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci pour tout ces bébés sauvés ! Que Mr de Villiers soit béni, Amen !.


  • Superbe geste ! voilà le véritable esprit français à mon sens (redistribution des richesses, empathie...)


  • Rassurez-vous, les youtubeurs indépendants (rémunérés par des agences publicitaires ou autre ... donc pas si indépendants que ça) s’assurent de propager la bonne pensée auprès de nos chers enfants.
    Voir la vidéo de Salut Les Geeks (SLG) sur l’IVG. Total désastre ...

     

  • le véritable esprit français qui montre sa solidarité envers les familles dans le besoin -
    autre chose que Ségolène Royal qui tentait d’expliquer à un journaliste anglais : sa vision de la Démocratie ....


  • Décidément, Mr De Villiers, seigneur de l’anneau d’un agneau, porte à merveille sa particule nobiliaire (de Noblesse !). Dommage qu’il ait quitté l’estrade politique, dans le contexte actuel il pourrait en faire un piédestal...

     

    • "qu’il ait quitté l’estrade politique"

      Ne t’en fais pas. Il y en aura encore bien d’autres qui comme lui, après avoir bien manger à la gamelle, retourneront leurs vestes au moment opportun en faisant de grandes révélations et en balançant tout le monde. Le contexte actuel s’y prête de plus en plus. D’aucuns appellerait cela de la lâcheté, d’autres parlent de courage.


    • @gelindo
      Vous n’avez pas été le premier a dénoncé la société actuelle et nos zélites et donc pour un "résistant de la première heure", vous pouvez passer pour un opportuniste, non ?

      Toutes les bonnes volontés, mêmes tardives, sont les bienvenues car plus nous serons nombreux plus notre pouvoir sera grand afin de changer les choses !

      De Villiers a mangé à la gamelle mais a fini par cracher dedans (selon ses déclarations, il pensait pouvoir changer les choses de l’intérieur). Tous les autres continuent à lécher... les couverts !


    • Tout à fait d’accord avec Ursus ! Chaque fois que quelqu’un parle ou agit Vrai on ne peut que se réjouir, peu importe si c’est à la suite d’un changement d’attitude, d’une prise de conscience tardive ou quoi que ce soit. Jeune, j’étais soixante-huitard, aujourd’hui me voilà Réac assumé, Royaliste dans l’âme, Guénonien, etc. Il n’est jamais trop tard pour ouvrir les yeux et pour aider les autres à y voir clair...


  • @henri onze

    En effet, la clique aux manettes n’a pas de poigne mais des gants de crin. Elle prohibe tout contact avec le manant, dont je suis, et m’en réjouis.
    Rêvons de concert d’une élite fière et courageuse, d’une élite au cœur noble qui aura troqué l’épée de la noblesse d’antan -si tant est qu’elle le fut- par un sens aigu de la parole donnée. Et JAMAIS reprise.


  • Certes, le geste est beau, mais ce n’est pas sous le bistouri que l’on comprendra les anomalies génétiques, il faut remonter un peu plus haut...le facteur spirituel entrant indubitablement en ligne de compte.

     

  • Que Dieu bénisse Monsieur De Villiers


  • On sait maintenant qu’en 1969, l’hôpital universitaire de Créteil devait s’appeler Gérôme Lejeune...Ce qui était un hommage logique sauf qu’une fronde anti-catho a fait avorter celui-ci et c’est le nom d’Henri Mondor qui a été donné finalement !


  • La liberté de chacun est aussi de décider pour soit. Un couple peut décider de ne pas vouloir un enfant atteint d’un fort handicap futur. La loi reconnaît ce droit, la loi considère l’enfant comme étant vivant à sa naissance, et non au fœtus. C’est la loi, et la loi est l’expression du peuple Français. C’est valable chez nous comme dans les plus grandes démocraties de la planète.