Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

Le capitalisme n’est pas seulement un système économique, il est la matrice qui a engendré le monde moderne et aussi un type humain, que certains ont appelé Homo Oeconomicus, fruit d’une véritable transformation anthropologique. Il a réalisé ce que les régimes totalitaires du XX° siècle avaient rêvé de faire sans pouvoir le réaliser : donner naissance à un homme nouveau et cela à l’échelle mondiale. Armé de sa technique et de son dieu unique, l’Argent, il a conquis le monde, c’est-à-dire qu’il l’a transformé en désert. Désert autour des hommes mais désert aussi en l’homme. Pour comprendre ce nouveau monde et ce nouvel homme, pour savoir comment une telle chose a pu se produire, il faut revenir à un concept fondamental mis en lumière par Karl Marx dans son analyse du capitalisme : l’aliénation.

 

L’aliénation comme une dépossession

La définition que l’on trouve dans le dictionnaire du mot aliénation nous dit que c’est « l’état de l’individu qui, par suite des conditions extérieures (économiques, politiques, religieuses) cesse de s’appartenir, est traité comme une chose, devient esclave des choses et des conquêtes même de l’humanité qui se retournent contre lui ». Le seul mot français aliénation traduit deux termes allemands utilisés par Marx : Entäusserung (v. entäussern : se défaire de ; adj. äusser : extérieur, externe) et Entfremdung (v. entfremden : éloigner, détacher, détourner ; adj. fremd : étranger). Ce terme traduit donc un sentiment d’extériorisation, de dépossession de soi et d’étrangeté face au monde et à soi-même. Mais pour Marx il ne peut se comprendre qu’au sein du processus de domination du capital qui passe par l’exploitation, l’aliénation, la réification.

Car cette dépossession est le résultat de l’exploitation capitaliste, c’est-à-dire du fait que dans l’entreprise capitaliste les salariés produisent une valeur équivalente à celle de la force de travail (travail concret qui leur est versé sous forme de salaire) mais aussi une valeur additionnelle (travail abstrait qui donne la plus-value, la valeur, que gardent les capitalistes). Le travail vivant (concret) est transformé en abstraction (la valeur), c’est-à-dire en argent. Dans le monde capitaliste l’immense majorité des individus ne possèdent pas leur outil de travail, ils sont obligés de rejoindre des entreprises qui leur fournissent les moyens de travailler. Ils en sont réduits à vendre leur seul bien, leur force de travail, c’est-à-dire eux-mêmes, pour fabriquer des marchandises. Dés lors leur travail n’est plus qu’une marchandise parmi d’autres et ils doivent agir comme des capitalistes : pour survivre ils doivent impérativement vendre leur marchandise-force de travail sur un marché du travail où les salariés du monde entier sont mis en concurrence. Le salarié est celui qui extériorise sa propre puissance subjective (sa force de travail) en lui donnant, sous la forme d’une marchandise, une existence objective et cela dans le but de gagner un salaire lui permettant d’acquérir d’autres marchandises.

 

 

Elle n’est pas une fatalité

Ce que Marx a critiqué ce n’est pas le travail en lui-même mais la forme spécifique qu’il a pris dans le monde capitaliste, la forme-marchandise. Le travail n’était pas aliéné, il l’est devenu à la suite d’une transformation sociale dont on peut faire l’histoire (ce que Marx a fait dans le livre I du Capital). Cette forme d’aliénation n’est pas une conséquence inéluctable de l’histoire humaine et elle n’a pas toujours existé comme voudraient nous le faire croire les idéologues du système. Alors que le travail avait permis à l’individu de s’affirmer en tant qu’homme, de dépasser l’animalité, la seule nécessité, pour agir sur son milieu et le maîtriser, il est devenu une forme de servitude. Il n’est plus un but en lui-même, il est devenu un moyen de satisfaire des besoins en dehors du travail. Ce qui devrait permettre l’affirmation de soi est devenu l’instrument de la négation de soi. Le travail qui était liberté et indépendance devient servitude et enfermement dans un processus abstrait et technique que personne ne maîtrise plus. L’individu aliéné perd toute conscience de sa force, de son pouvoir d’agir et de transformer le monde. Il est dépossédé de la maîtrise du monde qu’il habite et de son destin. De la naissance à la mort, en passant par l’enfance, l’école, le travail, la sexualité, la politique, les loisirs, la vieillesse, tout est laissé aux mains des experts, des techniciens, des gestionnaires. Tout ce qui reste à l’homme, c’est vendre et acheter, c’est se vendre et consommer. La loi du commerce a remplacé les valeurs du travail. Et cette servitude est appelée à ne pas connaître de fin car dans le système capitaliste la production, rebaptisée croissance, est un moyen qui n’a d’autre fin qu’elle même.

L’aliénation capitaliste ne touche pas seulement ceux qui travaillent, elle s’est étendue à tous les humains et au monde entier à travers la domination absolue de l’argent. L’argent est la marchandise-reine, celle qui permet d’avoir toutes les marchandises, celle qui est là pour remplacer tous les liens traditionnels que le développement du capitalisme et l’atomisation des individus ont détruits. L’argent, comme le travail dans le système capitaliste, réduit l’individu à n’être qu’une abstraction. On ne travaille que pour en gagner car il est le signe de la puissance, qui s’appelle aujourd’hui « le pouvoir d’achat ». Celui qui en possède n’a aucun pouvoir mais il offre tous les moyens d’en obtenir. L’argent est l’objet absolu de tous désirs, le Désir objectivé, matérialisé. En posséder permet de consommer, d’acquérir tous les objets techniques qui s’offrent comme le moyen d’échapper à cette solitude, à cette angoisse face à un mode devenu étranger et incompréhensible. Mais le sentiment de puissance que procurent ces objets n’est qu’éphémère et, tout comme la production de marchandises, il ne peut avoir de fin car il renforce ce qu’il est censé combattre : l’aliénation et la réification. Ce qui se présente comme un remède n’est que le renforcement du mal et ceux qui le possèdent sont tout autant aliénés que ceux qui n’en ont pas.

 

 

Une marchandisation de l’humain

Ainsi la particularité de l’aliénation et de la réification capitalistes ne peuvent se comprendre qu’au sein de l’exploitation. D’un travail qui dans les sociétés traditionnelles était intégré dans la vie, le capitalisme a fait quelque chose d’extérieur, une marchandise comme une autre. L’individu aliéné en arrive à considérer le monde, les choses, les autres comme il considère son travail : un moyen pour autre chose. Le monde, la nature ne sont plus que « l’environnement », le décor plus ou moins naturel dans lequel il évolue ; les choses ont acquis une vie propre : les objets techniques et les machines qui devaient le servir et l’aider l’emprisonnent toujours davantage en se transformant en prothèses indispensables entre lui et la réalité ; les autres sont au mieux des amis virtuels avec qui on n’a de lien que par écran ou téléphone portable interposés mais le plus souvent ils ne sont que des objets vivants mais insignifiants pour lesquels on ne ressent ni haine, ni amour, ni aucune sorte d’empathie, juste de l’indifférence. Enfin « libéré » des devoirs et des obligations traditionnels perçus comme des liens entravant sa liberté, persuadé de n’avoir aucun pouvoir sur ce monde où de toute façon il se sent étranger et qu’il accepte passivement tel qu’il est, il ne reste à l’individu aliéné que lui, que cet ego que la publicité flatte pour mieux l’exploiter. Il cultive sa différence et son originalité, qui ne sont rien d’autre que le produit de l’aliénation. Il ne se préoccupe que de son « développement personnel » en exploitant de son mieux son entreprise : lui-même. Il considère son corps, ses capacités, ses sentiments, ses relations comme des investissements qu’il pense pouvoir gérer rationnellement, en bon manager. Il n’est plus soumis à la dictature de la marchandise, il est devenu marchandise. Il a fait siennes les lois du système capitaliste dont il n’est que le produit et il reproduit à son échelle, envers lui-même et les autres, les mécanismes de domination : exploitation, aliénation, réification. Dés lors le monde ne peut avoir comme seul sens que celui d’un grand marché où tout se vend, où tout s’achète, où tout le monde est en concurrence avec tout le monde, où rien n’est vrai et où tout est permis.

 

Retour à l’essentiel

On rejoint alors la deuxième définition du mot aliénation donnée par le dictionnaire : « trouble mental passager ou permanent qui rend l’individu comme étranger à lui-même et à la société où il est incapable de se conduire normalement ».

Dans le système capitaliste les hommes ne contrôlent pas leur propre activité productive mais sont dominés par les résultats de cette activité. Cette forme de domination prend l’aspect d’une opposition entre les individus et la société, qui se constitue en tant que structure abstraite. Cette domination abstraite est exercée sur les individus par des structures de rapports sociaux quasiment indépendantes, médiatisées par le travail déterminé par la marchandise. Le système capitaliste c’est cette société individualiste où se sont constitués des rapports sociaux tellement objectivés qu’ils ont pris une indépendance complète à l’égard des individus. C’est cette domination abstraite qui amène à la domination de classe et non le contraire. Dénoncer les banques et les oligarchies financières, prendre l’argent aux riches pour le donner aux pauvres, ne changeront en rien les structures du système de domination capitaliste et ne mettront donc pas fin à l’aliénation. Comprendre l’aliénation ce n’est pas en sortir car personne n’est en dehors de ce système et ne peut s’en faire le critique en prenant une position extérieure. Mais la comprendre c’est déjà faire un effort pour en prendre conscience, comprendre que cette domination a une histoire et chercher les voies permettant de la dépasser. Car il ne s’agit pas de revenir à « un bon vieux temps » d’avant l’aliénation, il s’agit de s’approprier ou de se réapproprier ce qui s’est constitué sous une forme aliénée.

Paru initialement dans le numéro 54 de la revue Rébellion

 

 

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion, abonnez-vous sur Kontre Kulture

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture

 

En lien, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1544747
    le 29/08/2016 par TaTaYoYo-Qu’est-ce qui se cache sous ton grand chapeau ?
    Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

    Moi je pense qu’on est tous aliénés, à différents degrés :)

     

  • #1544754
    le 29/08/2016 par redsniper06
    Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

    L’aliénation capitaliste a engendré l’aliénation gauchiste.....une vilaine bête ou le ventre est encore fécond de futurs zombies !!!...


  • #1544811

    Mouais franchement, c’est bien écrit mais c’est à côté de la plaque. Ils inversent les causes ! L’aliénation c’est de ne plus être soi parce qu’on est totalement immergé dans le système de production de la MARCHANDISE, que ce système soit l’esclavage, le servage, ou le capitalisme bourgeois ou mondialiste... On n’est plus soi parce que l’on devient sa fonction sociale.

    Cette "organisation révolutionnaire socialiste européenne" (ben voyons...) fait l’erreur typique de tout les gauchistes : voir le capitalisme comme la cause, une oppression extérieure qui nous serait imposée, alors qu’il n’est que le résultat de ce que nous créons collectivement. Le salarié-esclave aliéné veut consommer lui aussi, et il y tient à son système capitaliste ! Comprendre l’aliénation permet d’évoluer dans les rapports humains et d’espérer un jour s’en défaire, à petits pas et dans longtemps, et alors seulement le capitalisme et la marchandise disparaitront parce qu’il n’y en aura plus besoin dans les rapports humains. C’est un travail spirituel qui prendra des siècles !
    La seule chose qu’il y a à "combattre", c’est le CAPITAL et c’est concrètement au jour le jour ! Il faut bien survivre et faire vivre des sociétés en attendant de "s’émanciper".
    Ce combat politique obligatoire, nos gauchistes révolutionnaires l’ont oublié ou abandonné, et préfèrent se tourner vers "une nouvelle société", soit un alter-mondialisme bio-recyclable (et un brin branché) tout en laissant le Grand Capital liquider les masses de beaufs en trop pour ce nouveau monde si propre et gai. Bref ils ne sont pas sortis de l’aliénation, ils en sont juste l’avant-garde...

    Pas étonnant que l’on ne retrouve que des bourgeois dans ces mouvements !

     

  • #1544852

    Très bon résumé !


  • #1544900
    le 29/08/2016 par Nicolas Cuchet
    Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

    Il est bien gentil Marx. Mais, quand on voit dans le monde où les gens ont été les plus exploités, c’était souvent des pays communistes.

     

  • #1544913

    Moui, pas vraiment d’accord. Beaucoup se sentent en dehors de la société (je dis bien de la société, et non du système) parce qu’ils ne se retrouvent pas, ça ne veut pas pour autant dire qu’ils sont aliénés ni qu’ils sont soumis à leur hypothétique égocentrisme. Et puis, il vaut mieux balayer devant sa porte en premier : il vaut mieux se concentrer sur ses défauts pour mieux les corriger que de critiquer sans arrêt les autres non ?
    Bref, un texte beaucoup trop simplificateur.


  • #1545862

    L’aliénation capitaliste est la possession par le veau d’or de l’esprit des hommes. Une fois que vous êtes possédé, le veau d’or se sert de vous pour se reproduire (comme dans Alien, le huitième passager) en effectuant des échanges marchants et monétaires.
    L’argent, ou le capitalisme, agit comme une drogue : une fois posséder par le veau d’or, on veut toujours plus d’argent, c’est l’hybris de l’argent, la dépendance à l’argent. Et comme une drogue, il existe des effets positifs et négatifs. Avec la drogue, vous avez le good trip et le bad trip. Avec l’argent, vous avez la richesse mais aussi l’usure, le matérialisme, la profanation du sacré et la crise économique.


  • #1545951
    le 31/08/2016 par Patriote syndiqué
    Qu’est-ce que l’aliénation capitaliste ?

    Article intéressant mais ne peut on pas dire les choses plus simplement ? Le capitalisme c’est détruire tout ce qui ethniquement, culturellement, religieusement empêche ou freine la marchandisation de l’homme. Ce qui bien compris éclaire parfaitement le rôle destructeur des auxiliaires gauchistes de 68. Non ?!
    Vive le socialisme européen !


  • #1550652

    il s’agit de s’approprier ou de se réapproprier ce qui s’est constitué sous une forme aliénée.



    Mais comment, c’est tout le problème ?