Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ?

Regard sur les nouveaux nomades

Ils sont jeunes, en rupture familiale le plus souvent, venus de villages où l’on s’ennuie, où les perspectives d’avenir ne sont pas folichonnes. Pour eux, le camion est le vecteur de la liberté, le trou dans le mur de leur prison. Ils partent à l’aventure sur les routes, découvrent le monde, ou plutôt la France, parfois l’Europe, se rencontrent entre routards, font des bandes, des petits collectifs. Ils recréent une micro-société.

 

Pour rien au monde ils ne rentreront dans le Système, qui de toute façon ne leur laisse pas de place. Mais pour vivre, enfin, pour manger et mettre du gazoile dans leur véhicule, il leur fait un peu de monnaie. Alors ils bossent, en saisonniers, ils font les boulots dont plus grand monde ne veut. Et peu leur suffit. Dans les villes, on les appelle les punks à chiens. Ceux du reportage ne sont pas trop atteints pas la drogue ou l’alcool, ces deux fléaux de la rue. La drogue c’est les ecstas, l’alcool c’est la bière. Les ecstas, certains en revendent sur les concerts, les rassemblements, les festivals techno. D’autres touchent le RSA, mais on n’en parle pas dans le doc, assez pudique sur les sujets borderline.

Ces nomades sont prêts à beaucoup de sacrifices pour leur liberté, ou leur sentiment de liberté. En restant sur place, quelque part, c’est peut-être ça qu’ils n’arrivent pas à ressentir. Alors ils bougent, tout le temps. Ils passent de la France à l’Espagne, montent jusqu’en Scandinavie où les jobs sont plus rémunérateurs, mais beaucoup parlent de l’Afrique, où l’on vit avec rien, ou si peu. Pourtant, les deux jeunes filles de 21 ans qui parlent beaucoup de l’Afrique en reviendront vite, et on ne saura pas pourquoi. Deux mois au Maroc, pour deux jeunes filles, même aguerries, c’est peut-être pas si facile...

Politiquement, on pourrait s’attendre à des discours de gauche, voire d’extrême gauche, mais ces routards-là n’ont pas l’air concernés par la politique du Système. Leur politique est d’abord une politique de survie, avec la solidarité qui lui est nécessaire. Ils sont débrouillards, ils ont l’esprit pratique, ils récupèrent plus qu’ils ne jettent, c’est une forme d’écologie.

 

 

Le désir d’une autre vie et la nécessaire solidarité, à lire sur Kontre Kulture

 

Survivalisme et sociologie, sur E&R :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1685283

    Ceux qui possèdent la vérité définitive vis à vis de ces jeunes-là, sont les mêmes qui possèdent la vérité définitive sur la société, la politique ou la spiritualité ou tout autre sujet. En fait, c’est le café du commerce déguisé, l’alcool en moins (et ce n’est même pas si sûr), à coups d’engueulades ou de jugements à l’emporte-pièce.
    Ce dont je suis intimement sûr c’est que ces gens-là sont dangereux car ils ne vivent pas mais vieillissent aigris. J’écoute ceux qui vivent, ceux qui aiment la vie, les autres et le démontrent au quotidien.
    Ces jeunes-là, comme bien d’autres avant eux, font leurs expériences et remettent en cause nos vieux schémas de penser. Nous avons à apprendre d’eux comme ils ont à apprendre de nous, si nous les acceptons et pas si nous les jugeons.

     

    Répondre à ce message

  • #1685375

    ’’Il y a du Rimbaud dans leur volonté de fuir la médiocrité ambiante’’ Après les éclairs de génie, Rimbaud est devenu trafiquant d’armes !

     

    Répondre à ce message

  • #1685508
    Le 17 mars à 22:17 par Jasmin Indien
    Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ?

    Camion chichon saisons a remplacé metro boulot dodo.
    Ce sont les mêmes esclaves mendiants, accro. au pétrole.
    sauf que d’un coté ils ont des locks et puent le fauve
    et vivent en marge de leur propre richesse patrimoniale.

    Mais surtout, en ce printemps électoral décisif
    c’est propager l’idée que la liberté et le bonheur
    sont incompatibles avec l’ordre et la société
    traités ici de "médiocrité ambiante" par la journaliste
    repris dans le " Metro Boulot Dodo " par le 1er routard.

    Alors comment faire pour vivre ce nomadisme idéalisé
    Avoir une belle vie libre faite de jouissances continuelles
    Et pas une vie morose à cause du travail et des lois ?
    Choisis la fiction Disney ou prends rendez-vous chez Cousin.
    Arnaque politique subversive du documentaire sournois.
    comme d’hab.
    satan travaille jour et nuit, le pauvre.
    A nous persuader d’abandonner par une inversion des valeurs
    ce qu’il chérit le plus : le travail et le pouvoir sur sa vie.

     

    Répondre à ce message

    • #1686050
      Le 18 mars à 21:55 par Marie Biscotte
      Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ?

      "Camion chichon saisons a remplacé metro boulot dodo.
      Ce sont les mêmes esclaves mendiants, accro. au pétrole.
      sauf que d’un coté ils ont des locks et puent le fauve
      et vivent en marge de leur propre richesse patrimoniale."

      J’ai failli jouir sans sextoy à la lecture de ton jet de vérité. Tout est dit. Je rajouterai, en marge, qu’ils sont quasiment tous borderlines au sens psychiatrique du terme. Et ceci explique souvent cela. Ils ont de GRAVES problèmes identitaires d’ou leur nécessité de former un groupe pour se nourrir des identités provisoires... de leurs semblables. Si quelqu’un pense différemment d’eux, et qu’ils sont sous produit, ils tolèrent. S’ils son soft, leur psychisme débloque, et ils entrent dans une transe sanguinaire à grand coup de contre-sens... Alors tu comprends que leur psychisme est en manque... En manque d’un Surmoi structurant. Raison pour laquelle ils vont piocher chez autrui la sève de leur Moi fragile... Jusque là, t’as envie d’être tendre avec eux. Mais quand ça se retourne contre toi, c’est pareil au démon. C’est capable de retourner les propos, de nier ceux qu’ils ont tenu... Bref, poubelle.

       
  • #1685576

    Moi j’appelle ça des demi-bêtes, punk et chien tout à la fois, ils vivent des miettes qui tombent de la table.

     

    Répondre à ce message

  • #1685665

    Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ? la réponse ce trouve dans les fondations saines du christianisme et musulman , pour certain c’est impossible pour la simple raison qu’on leur a bourré le mou sur le thème la religion c’est de l’obscurantisme , en gros cet obscurantisme signifie : poussez-vous il n’y a rien a voir ( d’où peut-être cette volonté de destruction de ces religions a la fois de l’intérieur et de l’extérieur ).

     

    Répondre à ce message

  • #1685775
    Le 18 mars à 13:16 par Chevalier Lefebvriste
    Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ?

    Quelle bande de nazes !!
    Dans moins de 10 ans avec tous les produits qu’ils doivent s’envoyer dans les veines, les poumons et dans le nez...ils seront bien dans la merde sans complémentaire et sous dialyse !
    Ah la liberté... quelle belle utopie, mais la redescente dans la réalité sous un pont par -10, dans un squatt au milieu des excréments des punks et de leurs clébards, des seringues de toxicos, des putes et de leurs clients ça va être dur !
    A 20 ans on arrive à voir ça comme une aventure (ouai enfin faut pas être très éveille... mais sous LSD même faire la manche c’est une aventure ) mais à 45 ou 50 ans !
    C’est autre chose !
    Mais je leur laisse leur délire bétaillère et piercing (un peu comme des porcs qui partent à l’abattoir avec un anneau dans le groin) d’ailleurs moi j’appelle ça la sélection naturelle !
    Apres quand maman a une belle propriété, des chevaux et un beau compte en banque ,se faire sauter par un toxico avec une crête ça doit être transgressif... mais là évidemment, je ne peux pas juger !
    Faut du vécu et moi je ne suis qu’un gueux... l’aventure c’est trop cher pour moi...
    Mes gosses, ma femme et moi, on reste dans notre Gascogne comme les beaufs franchouillards, que l’on est !
    Je sais.... on sait pas ce qu’on loupe...
    Mais qu’est-ce que vous voulez …on est triste !!
    Ça doit être cool de manger dans des poubelles au milieu de Bézier, jouer de la guitare devant un carrefour market, être en transe dans un champs sous datura ou une OD et se retrouver en souvenir sous les aisselles puantes d’un clochebouille en tant que parent vraiment je souhaite ça à mes enfants ! (la médaille à titre posthume)
    Mais nous on a juste les Pyrénées sous les fenêtres de notre ferme , des champs, des bois, des collines à perte de vue, des chevrettes et des sangliers, des écureuils et des blaireaux, des ruisseaux et des lacs, des tracteurs et des vieux vous savez l’aventure !
    Les anciens chez moi ils disent, si tu pars en vacance c’est que tu n’es pas bien chez toi ,moi ,répètent-ils, je suis né ici et j’y crèverais et je ne veux pas vivre ni mourir ailleurs !
    C’est ça mon aventure à moi !
    Ma famille, ma terre, mes amis, mes traditions et ma foi !
    Ni l’air ,ni l’herbe ne me semblent meilleure que chez moi !

     

    Répondre à ce message

    • #1685892
      Le 18 mars à 16:24 par ananas en tranche
      Qu’est-ce que la liberté ? Quel est le prix de la liberté ?

      Oui, pour moi, ils sont comme les touristes, qui l’été débarquent sur ma cote charentaise et nous les brisent. Ici, on les appellent les chicoufs. Chic ils arrivent, ouf ils repartent. Ils se ressemblent beaucoup et se suivent : les uns bossent pendant que les autres profitent, et inversement après les vacances. Ils ont besoin les uns des autres mais se crachent dessus..étonnant. Marre de ce tourisme de masse.

       
    • #1686313

      Vous avez entièrement raison sur ce que vous dites.
      Moi aussi j’ai la chance de posséder une maison dans un cadre agréable, cela n’empêche pas que j’aime voyager et de temps en temps voir autre choses sa fait du bien, j’appelle ça partir pour mieux revenir.....
      Après j’imagine que ces jeunes là ne possèdent pas forcément un héritage à défendre, ou s’en foutent tout simplement.

      Pour moi ils ne sont que le produits d’une société malade qui les a créer, comme tout un tas de choses comme les terroristes d’ailleurs.

       
  • #1685973

    Qu’ est-ce que n’ est pas la liberté ?

    "La liberté, ce n’ est pas un renard dans un poulailler".

    À méditer, non ?
    Depuis ce funeste 7 janvier 2015.
    D’ autres funestes suivront, mais nous le savions pas.

     

    Répondre à ce message

  • #1686820

    La liberté, c’est être véritablement soi-même, au plus près de sa vérité personnelle et collective. Quant au prix de la liberté, dans un système comme le nôtre, inversé, le prix à payer peut être sa propre vie, plutôt que de se renier soi-même et donc cesser d’être, dans un Monde normal, la liberté n’a aucune contrepartie, c’est un don dont il convient de faire bon usage, un don qui en cache tant d’autres.
    Le don de soi est la meilleure façon d’être libre.

     

    Répondre à ce message

  • #1686982

    Faire les poubelles du supermarché, sachant qu’il jette énormément de nourriture, est un acte très révolutionnaire, et les intellectuels qui délibèrent sur la maturité ou non de ces " groupes marginaux" ne prennent pas le temps de faire les poubelles car il est sûrement pus confortable d’acheter et d’avoir ce que l’on souhaite rapidement et facilement. Tout autant que faire les choses par soi même, aide à ouvrir son esprit dans les simples détails, tout autant que les grandes lignes de la vie.

     

    Répondre à ce message

  • #1687022

    Il y a des voies un peu plus "viriles" pour vivre en marge de la société, et heureusement.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents