Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Quand l’armée lance son opération séduction

Pour la guerre ou la paix future ?

Les attaques terroristes de 2015 ont relancé les embauches de la Défense et suscité des vocations. Avec 26 000 postes supplémentaires attendus cette année, c’est tout un mode de recrutement qu’il a fallu repenser.

 

Dans le classement 2016 des plus gros recruteurs de France, c’est le lauréat que l’on n’attendait pas. Et pourtant : avec 26 000 recrutements prévus cette année, le ministère de la Défense figure sur la troisième marche du podium, à quelques encablures des « usual suspects », Carrefour et McDonald’s. Forte des arbitrages post-attentats de François Hollande (17 500 suppressions de postes annulées), la pompe à embauches est repartie de plus belle : l’armée de terre prévoit 16 500 recrutements en 2016, la marine 3 600, et l’armée de l’air 2 300, chiffres auxquels il faut ajouter 3 000 personnels civils. « La moyenne de recrutements annuels de la Défense depuis 2008 tournait autour de 16 500 personnes, rappelle le vice-amiral Philippe Hello, directeur adjoint des ressources humaines du ministère de la Défense. Atteindre 26 000 recrutements cette année est un défi, pour lequel il faut se mettre en ordre de bataille. »

Certes, les armées peuvent compter sur un « effet Charlie », qui s’est confirmé après les attentats du 13 novembre. « À côté des motivations traditionnelles des jeunes, comme l’émancipation économique ou la perspective d’un changement de vie, on a vu apparaître un besoin de donner un sens à sa vie, au service de la collectivité », détaille le général Thierry Marchand, directeur du recrutement de l’armée de terre, « le sergent recruteur », comme il se présente lui-même dans un sourire. De 200 à 300 candidatures par jour, le site Internet de recrutement de l’armée de terre, Sengager.fr, a ainsi connu des pointes à 1 500 par jour après le 13 novembre. « La tendance se poursuit, souligne le général Marchand. Contrairement à ce que j’entends trop souvent, nous avons une belle jeunesse, volontaire, généreuse, engagée. »

Mais mener à bien ces recrutements n’a rien d’une sinécure. L’armée recrute sur plus de 400 métiers – du cuistot à l’atomicien sur sous-marin nucléaire en passant par les météorologues, les pompiers et les crypto-mathématiciens pour la DGSE. La palette étant ultra-large, quelques profils sont difficiles à dénicher. « Certaines spécialités sont sous tension, comme la maintenance aéronautique ou la mécanique, où la concurrence est rude avec les entreprises du privé », souligne le capitaine de vaisseau Xavier de Véricourt, chef du service de recrutement de la marine.

 

Opération séduction

La quête des bons profils n’est guère plus facile du côté des militaires du rang, qui représentent 14 000 des 16 500 recrutements prévus dans l’armée de terre. Sur son « vivier » prioritaire, les jeunes hommes d’une vingtaine d’années qui ne poursuivent pas leurs études, celle-ci se retrouve en concurrence avec l’intérim, les emplois aidés, mais aussi avec d’autres recruteurs de l’État (police, gendarmerie, administration pénitentiaire)… et les autres armées.

Lire la suite de l’article sur challenges.fr

Revue d’effectifs de l’armée française, en plein renouvellement, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1457442

    Jeunes pleins d illusions. Pensant défendre les interets frrancais. Ils récureront les chiottes au service de L OTAN.
    Généreux mais mal orienté. Ils pourrait servir dans une oeuvre caritative avec un impact direct sur leur concitoyen.
    Au lieu de ca , ils veulent prendre les armes au service des instigateurs de ces attentats.
    La plupart voudront quitter l armée avant les 5 ans. Une fois retombé sur terre.


  • #1457450

    L’avenir, c’est bel et bien la Marine, pas l’armée de terre...les futures ressources se trouvent sous la flotte. Je me dis que certaines puissances ont intérêt à nous occuper sur le sol ferme tandis qu’elles iront investir massivement dans la recherche sous- marine...

     

  • #1457556

    En "Opex" sur le territoire national ... ...


  • #1457707

    ils ont besoin de main d’oeuvre pour la prochaine déstabilisation du Mahgreb ( Maroc et Algérie ) qui a commencé avec l’arrivée de BHL en kabylie !!!!!!!

     

  • #1458063

    Se battre et risquer de se faire tuer pour Israël ? JAMAIS .