Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Que signifie la multipolarisation du monde ?

La Russie s’est adaptée à ce que l’on appelle le monde « multipolaire ». Mais, s’il semble bien que la Russie ait tiré, de gré ou de force, toutes les conclusions qui s’imposaient du fait de la multipolarisation du monde tel n’a pas été le cas de l’Union européenne. C’est ce qui explique la montée des désaccords entre l’UE et la Russie, une montée qui date de bien avant la « crise ukrainienne » et les dramatiques événement de 2014-2015 et qui peut se constater dès les années 2003-2005.

 

Le monde multipolaire fut, pendant des décennies un objectif pour la politique étrangère de la France gaulliste puis Mitterrandienne. Mais il n’est devenu une réalité que depuis le début des années 2000, avec le constat d’échec de ce qui aurait pu être le « siècle américain » [1] et qui sera, probablement, le siècle chinois. Nous avons vécu l’avortement du siècle de l’hyperpuissance américaine. Non que les États-Unis ne soient aujourd’hui une puissance majeure, que ce soit dans le domaine militaire, dans le domaine économique ou encore dans le domaine culturel. Les différentes « théories » sur un effondrement des États-Unis qui circulent de-ci de-là reflètent bien plus les illusions et parfois les délires de leurs auteurs qu’un état de la réalité. Les dirigeants de la Russie actuelle en ont parfaitement conscience. Mais, les États-Unis n’ont plus la capacité d’agir comme « l’hyperpuissance » qu’ils étaient devenus au moment de la dissolution de l’URSS. Le déclin des États-Unis est aujourd’hui un fait. Il constitue un des éléments du contexte du monde actuel.

Ce fait a été analysé, et compris, par les responsables de la Russie. Et, sur ce point, il est frappant de constater les similitudes entre la politique russe et la politique étrangère gaullienne. Mais ce fait semble avoir largement échappé aux responsables des institutions européennes. Aujourd’hui, il est clair que, face au monde, la Russie et l’UE ne parlent plus le même langage.

 

Les conséquences de la fin de l’Hyperpuissance

La notion d’hyperpuissance a marqué les années 1990 [2]. Elle reflétait l’hégémonie des États-Unis et fut mise en valeur dans ce que l’on appelle la « Première guerre d’Irak », c’est-à-dire les opérations de la coalition internationale visant à forcer Saddam Hussein à évacuer le Koweït. Le général Lucien Poirier, un des pères de la pensée stratégique française moderne, dressait un étonnant parallèle entre la « guerre du Golfe » et la victoire de Rome sur Carthage à Zama : « Après Zama, les vieux sénateurs romains répugnaient encore à reconnaître le destin de la Ville. Le désordre, dans une Grèce trop proche pour qu’il y fût tolérable, les contraignit nolens volens à étendre l’horizon ouvert par la victoire sur Carthage. Ils étaient embarqués. L’empire était en marche. Les analogies historiques sont toujours douteuses. Mais, après la fin du monde bipolaire, comment l’accident que fut la guerre du Golfe, nécessaire à la fois pour décoder le sens du passé et indiquer celui de l’avenir, ne porterait-il pas à imaginer cet avenir sous les traits d’un imperium américain… [3] ? »

Les États-Unis semblaient ainsi disposer, en ce début de la dernière décennie du XXe siècle, d’une totale suprématie, tant militaire qu’économique, tant politique que culturelle [4]. La puissance américaine rassemblait alors la totalité des caractéristiques du « pouvoir dominant », capable d’influencer l’ensemble des acteurs sans avoir à user directement de sa force (ce que l’on appelle le « soft power ») après la démonstration qu’elle venait de fournir. Elle était surtout capable d’établir son hégémonie sur l’espace politique international, en particulier en imposant ses représentations explicites et implicites ainsi que son discours [5]. Le fait que la coalition ait pu opérer avec la neutralité passive ou active de l’URSS et de la Chine, montrait bien que ces puissances, à l’époque, reconnaissaient le fait de l’hyperpuissance.

Or, dans les dix ans qui suivirent, les États-Unis vont gaspiller le capital acquis et être dans le même temps confrontés à la montée en puissance de la Chine et au retour de la Russie sur la scène internationale [6]. La stratégie américaine fut touchée au plus profond de ses fondements par les conséquences économiques, financières, politiques et idéologiques de la première crise financière du monde globalisé, celles de 1997-1999, puis par la crise de 2007-2009, crise dont le monde n’est d’ailleurs toujours pas sorti. La mise à nu des limites de la puissance des États-Unis et l’émergence (ou la réémergence) d’acteurs concurrents (Chine, puis Russie) ont été la partie visible du choc induit par ces événements. La crise de 1997-1998 a conduit de nombreux pays à modifier leurs stratégies économiques, et à adopter des politiques commerciales très agressives dont l’addition provoque aujourd’hui une fragilisation générale de l’économie mondiale. La partie invisible a peut-être été encore plus importante. Le discours néolibéral qui s’est trouvé brutalement dévalorisé, dans les représentations populaires comme au sein des cercles responsables voire au sein du Fond Monétaire International [7]. Si des notions telles que la politique économique nationale, la politique industrielle, la réglementation des flux financiers internationaux ou le protectionnisme sont redevenues légitimes, et ce alors que s’amplifie l’importance de la notion de démondialisation [8], c’est dans une large mesure à cette crise et au débat qu’elle suscita qu’on le doit.

Mais, le début du déclin des États-Unis s’est accompagné par une radicalisation de la politique de ce pays. Ce basculement a favorisé l’accès au pouvoir de ceux que l’on appelle les « néoconservateurs » ou neocons. La politique des neocons, a été construite sur une série de raccourcis idéologiques [9]. Elle allait à contresens de ce qu’aurait dû être le pouvoir d’une réelle hyperpuissance et a abouti aux désastres politiques, diplomatiques, mais aussi militaires que l’on a pu observer en Irak et en Afghanistan (et dont les conséquences ne sont pas épuisées car le soi-disant « État Islamique » découle de ces échecs) et aujourd’hui en Libye et en Syrie. Ces désastres ont déjà produit leurs effets. Sans le tournant de la politique américaine et l’échec de ce dernier, il y avait peu de chances que les liens entre la Russie, la Chine et les pays d’Asie centrale se cristallisent dans l’Organisation de Sécurité de Shanghai, première organisation de sécurité internationale post-guerre froide. On ne verrait certainement pas se développer de la manière dont il le fait, le triangle entre la Chine, l’Inde et la Russie ou une concurrence entre ces trois puissances (en particulier en Afrique) n’exclut nullement une réelle coopération stratégique.

 

Le choix de la Russie

La Russie a aussi fait un choix raisonné, et l’on pourrait dire aussi raisonnable, de se tourner vers l’Asie. Ce choix est important et marque une rupture importante dans la politique étrangère russe depuis 1750. La Russie se définissait comme une puissance européenne. Mais, ce choix n’est pas exclusif d’une priorité qui reste donnée à l’Europe et plus globalement au bassin de l’Atlantique. Ce choix est d’une importance capitale, tant en économie, alors que l’on voit l’Europe s’enfoncer dans la stagnation et dans la crise, mais aussi politique. Ce choix est la manifestation de la multipolarité du monde. Dans cette situation, il nous faut constater que l’Union européenne s’empêtre toujours plus dans la gestion au jour le jour, sans aucun recul, du problème des réfugiés et des migrants.

Les pays qui furent à la base de l’Union européenne avaient pourtant fait face à une autre crise des réfugiés, appelés alors « personnes déplacées » de 1945 à 1950, et ce alors qu’ils étaient dans des conditions économiques autrement plus mauvaises, la reconstruction des dommages de la seconde guerre mondiale étant loin d’être achevée, qu’aujourd’hui. Il peut donc sembler étrange qu’aujourd’hui, ces pays étant incommensurablement plus riches que dans l’immédiat après-guerre, ils soient dans l’incapacité de gérer cette crise. De fait, les pays de l’Union européenne oscillent entre des accords de court terme qui ressemble bien plus à une réaction face au chantage d’une autre puissance (la Turquie en l’occurrence) et la négation de règles auxquelles ils se prétendent attachés (comme les accords de Schengen).

La question de la répartition des réfugiés sur le territoire de l’UE a soulevé d’énormes difficultés, qui ne sont d’ailleurs pas résolues. Cette crise actuelle des réfugiés est donc un symbole : elle montre que la construction européenne a épuisé ses effets et qu’elle constitue désormais un obstacle à la capacité de réaction des pays qui composent l’Union. La Grande-Bretagne pourrait bien, en juin 2016, en tirer toutes les conséquences en votant pour le « Brexit ». L’union européenne a été incapable de tirer les leçons du monde multipolaire et, de ce fait, elle est en train de sortir de l’histoire.

 

Que signifie la multipolarisation du monde ?

Un monde multipolaire implique des règles qui soient acceptées par l’ensemble des participants. Mais, dire cela, ne revient pas remettre en question la souveraineté des États. Et ceci pour une très simple, et très bonne raison : le droit international, qui est nécessaire, est par nature un droit de coordination. Cela veut dire qu’une décision ne peut être prise qu’à l’unanimité des participants. Bien entendu, une telle situation peut permettre à l’un de ces participants de « bloquer » une décision si il considère que cette décision provoquerait un empiètement dramatique sur ses intérêts vitaux. Mais c’est justement à cela que sert ce système de l’unanimité : donner la garantie à chaque État que ses intérêts vitaux seront respectés.

Il faut donc ici revenir aux principes même droit international. La thèse de la « mondialisation » de l’économie, et plus généralement l’émergence de problèmes globaux, a été fréquemment évoquée pour justifier une réduction des pouvoirs des États au profit d’une montée en puissance d’organisations supranationales et des abandons progressifs de souveraineté.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

 

À ne pas manquer, la conférence d’Alain Soral à Moscou :

 

Notes

[1] Sapir J., Le nouveau XXI siècle, Paris, le Seuil, 2008.

[2] Richardot, P. Les États-Unis, hyperpuissance militaire à l’aube du XXIe siècle. Economica, 2005. Collection : Hautes études stratégiques (ISC)

[3] Lucien Poirier, La guerre du Golfe dans la généalogie de la stratégie, Stratégique, n° 51/52, 3e et 4e trimestres 1991, p. 69-70

[4] Védrine H., « Les États-Unis : hyperpuissance ou empire ? » in Cités, 2004/4 (n° 20), pp. 139-151.

[5] Robert A. Dahl, The concept of power, Behavioral Science, vol. 2, n° 3, 1957, p. 201-215.

[6] Védrine H., Que reste-t-il de l’hyperpuissance ?, in Géoéconomie, août – septembre – octobre 2013.

[7] Ostry J.D., Loungani P., et Furceri D., Neoliberalism : Oversold ?, in Finance & Development, Juin 2016, Vol. 53, No. 2.

[8] Sapir J., La Démondialisation, Paris, le Seuil, 2010 ; De Kerdrel, Y., « Et maintenant la démondialisation », in Le Figaro, 27 mai 2016,

[9] Voir Fukuyama F., After the Neocons. America at the Crossroads, New Haven, Conn., Yale University Press, 2006 ; trad. fr. de Denis-Armand Canal, D’où viennent les néoconservateurs ?, Paris, Grasset, 2006.

Retrouvez Jacques Sapir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1481017
    le 05/06/2016 par internaute77
    Que signifie la multipolarisation du monde ?

    Dans l’histoire combien ceux qui ont suivi un chemin croyant que c’est le chemin du "bien" alors que c’était celui du mal ? Il n’est pas écrit dans Ézéchiel que les Perses et les Russes seront les alliés de Gog et Magog à la fin des temps ?

     

    • #1481053

      Les enjeux spirituels sont toujours masques par le Sub-Kultur-Marxisme de notre epoque. Pratiquement quelques soient les pseudos analyses faites. C’est seulement par une approche de la Geopolitique de Haushoffer par exemple que l’on peut desenchevetrer la chose. Mais vu que cela des 1933 fut le casus belli des USA...qui ne veulent pas devoiler ce qu’ils font, a savoir du Cromwellisme a la sauce Baco-Verulam... Les chances ne sont pas grandes pour un reequilibre au plan du MENTAL de l’Europe entre l’Amerique et l’Asie. Pour cela il faut reviser Versailles, Trianon et Yalta en passant par Nuremberg et Tokio. Peut etre que Trump prendra ce taureau par les cornes. La on verra bien ce que Poutine vaut en realite. Mais vus les commentaires de Lawrof sur la question dernierement...


    • #1481130

      @fd

      Je rejoins votre analyse sur l’actuelle posture Russe actuelle quant à Nuremberg, qui montre que les choses sont loin d’être réglées.
      Cependant, n’oublions pas que les Russes ont laissé tomber la carte de Katyn en 1990. Peut-être tout cela fait-il partie d’une stratégie plus globale où chaque chose vient en son temps.
      Pour ma part, je suis surtout inquiet vis-à-vis du pays qui se trouve derrière la Russie : la Chine. La disparition à peu près complète de son exotérisme laisse préfigurer des plus grandes catastrophes.


  • #1481043

    On n’a pu parler "d’hyperpuissance" US que du temps de l’effondrement de l’ex-URSS . Ce temps est révolu grâce à Poutine et à son équipe .


  • #1481058
    le 05/06/2016 par révi-sioniste
    Que signifie la multipolarisation du monde ?

    Ne soyons pas naif,ils trouveront bien un moyen pour contourner la volonté populaire anglaise de sortir de l’UE,néanmoins la pression devient de plus en plus forte année après année et il y a fort à parier que l’UE ne se maintienne beaucoup moins longtemps que sa prédécesseur soviétique,sauf bien sur à exercer une répression digne de feue l’URSS


  • #1481073

    Contre toute logique, une politique unipolaire, devient un joug de plus en plus lourd et insupportable.
    Un glissement vers un durcissement des libertés individuelles, l’absence de perspectives, un chômage endémique, le bien commun privatisé, une pauvreté qui ne cesse d’augmenter, une dette qui enrichit certains rentiers.
    Les néos libéraux en dignes héritiers de Mr Guizot et consorts rejouent une partition, dont on a vu les désastres historiques.
    Du Guizot même à la trique, même en augmentant les taxes à tire larigot (spécialité libérale revoir l’histoire), même du Guizot à la sauce nihiliste ou cybernétique, le peuple ne pourra pas le supporter.
    Hurler contre le populisme, c’est un peu court, cela ne modifie en rien la réalité concrète.
    Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets, dont ils chérissent les causes.


  • #1481308

    Attention ! N’allez surtout pas croire que Jacques Sapir est un démocrate ! Pour lui la démocratie c’est le gouvernement représentatif, autrement dit, la dictature de quelques centaines d’oligarques qui volent la souveraineté de 45 millions de Français majeurs. M. Sapir est un républicain et comme tous les républicains il déteste la démocratie et adore les partis politiques, ces fabriques d’oligarques.

     

    • #1481391
      le 05/06/2016 par Démocratisme
      Que signifie la multipolarisation du monde ?

      Bon peut être, mais il est plutôt question de gouvernance, et la gouvernance voudrait bien se passer des peuples et surtout des peuples enracinés comme les Russes par exemple, elle passe son temps d’ailleurs à le nier le peuple, et ça ne plaît pas du tout à la gouvernance globale l’enracinement, ensuite je ne vois pas bien ce que tu veux dire par démocratie,à l’heure ou le peuple en est presque totalement dépossédé, ou si peu représenté ledit peuple, par la mascarade électorale, hein camarde ?