Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quel bilan pour Barack Obama ?

Les actes ne correspondent pas aux discours

Au moment de quitter la Maison-Blanche, Barack Obama peut se targuer d’une cote de popularité de 53 %, selon le baromêtre quotidien de l’institut Gallup, lundi 7 novembre.

 

[...]

Pourtant, certaines de ses promesses sont restées lettre morte. Selon le site Politifact (en anglais), Barack Obama a mené à bien seulement 45 % de son programme. Dans 26 % des cas, il a dû se soumettre au compromis. Et parfois renoncer ou se renier : 22 % de ses promesses n’ont pas du tout été tenues, tandis que 1 % d’entre elles sont au point mort, et 5 %, toujours en cours de réalisation. Avec un tel bilan, nourrit-il quelques regrets ? Franceinfo revient sur les espoirs déçus d’un président qui pensait que tout était possible.

 

Guantanamo : un boulet au pied d’Obama (pour l’instant)

Ce qu’il a promis. L’engagement de Barack Obama était clair : « Fermer le centre de détention de Guantanamo Bay ». Lancée à l’initiative de son prédécesseur George W. Bush et motivée par « la guerre contre le terrorisme », cette base américaine installée sur le sol cubain et reconvertie a compté jusqu’à 775 prisonniers, tous suspectés d’activités terroristes ou de soutiens à des groupes terroristes. « C’est devenu un outil de recrutement pour nos ennemis, peut-on lire dans un document de campagne de 2008 (PDF en anglais). Le cadre légal derrière Guantanamo est un échec complet, avec seulement une condamnation ».

Ce qu’il a fait. Quand Barack Obama arrive au pouvoir, ils sont encore 242 prisonniers à Guantanamo. Dès son deuxième jour dans le bureau ovale, le 22 janvier 2009, Barack Obama en profite pour prononcer un décret, demandant la fermeture du centre de détention d’ici la fin de l’année, relate le New Yorker (en anglais). En novembre 2016, huit ans plus tard, il est toujours ouvert et accueille encore 76 prisonniers, poursuit le site de l’hebdomadaire. Chaque année, le président a annoncé sa volonté de fermer l’établissement, sans jamais y parvenir.

« Négociations tendues avec des dignitaires étrangers, prises de bec dans la "Situation Room" de la Maison-Blanche et une longue bataille avec le Pentagone [qui abrite le ministère de la Défense] » ont sans cesse repoussé l’échéance, explique le New Yorker. Décidé à vider la prison, à défaut de la fermer – ce qui reviendrait sensiblement au même pour Barack Obama –, le président s’est heurté au Congrès républicain, vivement opposé au transfert des prisonniers sur le sol américain, rappelle Politifact (en anglais). Tout n’est pas terminé pour autant, précise le New Yorker : il pourrait profiter des semaines qui séparent l’élection de son successeur et son investiture en janvier pour prendre d’ultimes mesures en dehors du cadre législatif.

 

Le contrôle des armes à feu : une ambition entravée par le Congrès

Ce qu’il a promis. Le 14 décembre 2012, un jeune collectionneur d’armes, Adam Lanza, pénètre dans l’école primaire Sandy Hook, à Newtown, une petite ville du Connecticut. Il tue vingt-six personnes : vingt enfants, tous âgés de 6 et 7 ans, et six adultes, avant de retourner l’arme contre lui. Barack Obama, tout juste réélu au moment des faits, évoquera plus tard cette date comme le pire jour de sa présidence. Quelques heures après le drame, il s’adresse aux Américains à la télévision, dans un discours historique pendant lequel il ne parvient pas à retenir ses larmes. « Nous ne pouvons plus tolérer cela, et pour mettre un terme à ces tragédies nous devons changer », lance-t-il.

Ce qu’il a fait. En dépit de l’émotion générale, le Congrès, dominé par les républicains, rejette, à peine quatre mois plus tard, une série de propositions (listées par le New York Times) visant à limiter le port d’armes aux États-Unis, via davantage de contrôles et l’interdiction des armes d’assaut. Les années passent, les fusillades se succèdent, avec notamment celles de Charleston, en juin 2015, et d’Orlando, un an plus tard.

Lire la suite de l’article sur francetvinfo.fr

Barack Obama, outil de l’oligarchie, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1595372
    le 07/11/2016 par nemo
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    Espérons que le sans-papiers se retrouve en taule un de ces jours avec son Mike ou sa Michelle.
    Ce qu’il a fait : usurper la place d’un président légitime. Obéir en tout point à la CIA, la laisser faire ses guerres et ses crimes. Jouer au golf, se prélasser sur les pelouses de la maison Blanche, lire des discours sur le prompteur et devoir emprunter la sortie des artistes lors de sa visite au président chinois.
    Ce qu’il n’a pas fait : démissionner, demander pardon au peuple américain de lui avoir infligé une telle "présidence" rabaissant les US, dire où il est né vraiment, et de qui, ce qu’il fout dans le bureau ovale avec son pedigree de bon à rien. Et envoyer bouler les hommes gris de la CIA.
    Quant à Sandy Hook, prétexte à désarmer le peuple américain, c’est de la blague. Le père supposé d’une des victimes alléguées riait comme une baleine juste avant l’interview émotionnelle, pris à son insu par une caméra.
    Et le "criminel" autiste avait une mère agent de la CIA. Personne n’a jamais vu son cadavre.
    Comédie !

     

    • #1595590
      le 08/11/2016 par archimède
      Quel bilan pour Barack Obama ?

      ""démissionner, demander pardon au peuple américain de lui avoir infligé une telle "présidence" rabaissant les US, dire où il est né vraiment, et de qui, ce qu’il fout dans le bureau ovale avec son pedigree de bon à rien.""

      C’est ce qu’on appel de l’anti Obama primaire ! ""Barack Obama entre en politique en 1996, il est élu au Sénat de l’Illinois où il effectue trois mandats, de 1997 à 2004, Élu au Sénat fédéral en novembre 2004, il déclare sa candidature à l’investiture démocrate pour la présidence des États-Unis le 10 février 2007 à Springfield dans l’Illinois. Il remporte les primaires face à Hillary Rodham Clinton et est officiellement désigné candidat lors de la convention de son parti à Denver, le 27 août 2008.""

      Déja ton argument de "pedigree de bon à rien est Nul, ..Quant aux assertions sur la CIA, le golf et autres, ca prouve juste que tu suis rien de la politique interne aux USA, sauf peut etre sur les médias alternatif dissident francaiset encore...J’ai vécu 3 ans à Washington entre 2010 et 2013 et rien de ce que tu dis n’est vrai, juste des raccourcis poncifs ,tout juste sorti d’un discours de Trump

      Bilan d’Obama : Obama a déjà sauvé les Etats-Unis de la dépression. Le déficit est réduit, neuf-cent-mille emplois ont été créés, l’industrie automobile va bien. Quand il est arrivé au pouvoir, les maisons ne se vendaient plus, les gens étaient mis à la rue, il y avait des dizaines de milliers de chômeurs en plus chaque semaine. Le système bancaire a failli exploser, l’industrie automobile a failli être rayée de la carte. Aujourd’hui, le président a un vrai bilan économique positif, nié par les républicains et par les médias. C’est d’ailleurs pour cela que son taux d’approbation est très faible. Le président n’a pas pu faire adopter une loi sur la politique d’immigration, puisque les républicains ont refusé. Mais il a agi par décret, ce qu’il a le droit de faire, de façon à empêcher la déportation d’un certain nombre de d’immigrants. Le problème est que ces décrets ne sont pas tous en application, parce que les républicains les ont contestés devant les tribunaux. Quant au Obama care , il est allé au bout malgrès des blocages évident du congrés..sans même parler de son charisme bienveillant qui contrastait avec le cynisme de Bush ..Et ceci n’est pas exhaustif


    • #1598946
      le 11/11/2016 par Mikael
      Quel bilan pour Barack Obama ?

      Tout à fait d’accord avec Archimède.
      Obama a limité la casse dans de nombreux domaines compte tenu du fait que ce n’est jamais le Président qui dirige réellement ce pays et qu’il a fait face à des oppositions internes (les républicains, voire son propre camp). Dire qu’il a été nul c’est vraiment parler sans savoir.


  • #1595389
    le 07/11/2016 par spiritof76
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    Ronald Reagan a quitté la Maison Blanche avec 67 % d’opinion favorable, le chômage était à la baisse, l’inflation était jugulée et la croissance forte. Au delà, il avait conclu un accord sur le désarmement nucléaire (missiles à portées intermédiaires) et en visite sur la Place Rouge avait reconnu qu’il ne dirait plus que l’URSS était l’empire du mal...

    Sans doute, son parcours et ses actions étaient critiquables, mais nombre d’américains regrettent - à raison - cet époque où leur pays était surpuissant et en paix ! Et c’est là que réside la vraie puissance : la capacité à préparer la guerre, sans jamais la déclarer.

    Reagan, l’ex sans dent, l’ex acteur, c’était autre chose.Comprenne qui voudra...

     

    • #1595599
      le 08/11/2016 par Roulot
      Quel bilan pour Barack Obama ?

      T’es au courant des guerres et des escadrons de la mort en Amérique Latine dans les années 80 ? Les Delta Force tu connais pas ? Reagan il a du sang sur les mains et Trump/Clinton en auront aussi...


    • #1595682
      le 08/11/2016 par nono
      Quel bilan pour Barack Obama ?

      Reagan c’est aussi la dérégulation financière, la fin de la séparation entre banque d’affaire et de dépôt créant le bordel financier généralisé.


    • #1595705
      le 08/11/2016 par Aruna
      Quel bilan pour Barack Obama ?

      spiritof76 Va te renseigner correctement sur ce qu’à fait Reagan en Amérique latine ( financement des dictatures au Salvador, Guatemala, Honduras, Chili, Uruguay, Nicaragua ), l’invasion de Grenade, le bombardement de la Libye en 1986 avec la mort de dizaine de personnes dont la fille adoptive de Kadhafi, l’affaire Iran-Contra et sans oublier qu’il état l’un des plus farouche opposant à l’union soviétique armant et finançant tous les groupes anti-communistes de part le monde. Ignorant !


  • #1595404
    le 07/11/2016 par tam
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    je n’ai pas lu le reste de l’article, mais à la volée pour obama c’est :

    - crise mondiale majeure (irak, daesh, Afghanistan, Yemen, boko haram, destabilisation amérique latine sans parler de la russie)
    - crise économique majeure (subprime, QE, vols de la bnp, volkswagen, ingérence dans notre industrie militaires naval et terrestre pour récupérer du pognon)
    - Aveux de la mise sur écoute du monde entier
    - Crise immobilière aux usa
    - Chomage, misère (voir le blog de jovanovic)
    - début de guerre civile, approbation de mouvements politiques basés sur la race

    Mais bon en face de Clinton c’est un raciste mysogyne donc ca c’est bien plus grave que ce bilan...


  • #1595534
    le 08/11/2016 par anonyme
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    Le jumelage Tel Aviv-Los Angeles permet la formation de nouvelles generations de professionnels du cinema et de la television.
    http://www.jewishla.org/pages/tel-a...

    Il y a actuellement 111 projets de remakes en cours a Hollywood.
    http://www.denofgeek.com/uk/movies/...


  • #1595738
    le 08/11/2016 par yaya
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    Peut-on parler du "bilan" d’une marionnette ?


  • #1596004
    le 08/11/2016 par Druide
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    En tout cas, Trump a répété plusieurs fois dans ses discours, dont un récent au cours de la semaine dernière, qu’ "Obama a fait très mal à Israël". C’est quand même mieux que rien. Combien de politiciens -combien de présidents américains même !- ont eu cet insigne honneur d’être attaqué ainsi publiquement pour avoir fait très mal à Israël ?


  • #1596389
    le 09/11/2016 par Marlon
    Quel bilan pour Barack Obama ?

    Barak Obama frère de lait de François Hollande,ces deux là ont été nourris à la mamelle sioniste !