Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Qui a intérêt à la déstabilisation du Gabon ?

La tectonique des afriques n’est pas terminée

Une semaine après l’annonce de la victoire d’Ali Bongo lors de l’élection présidentielle au Gabon, les images venant des villes de provinces commencent à émerger, grâce au rétablissement progressif d’Internet. Dans la ville de Lambaréné, à 200 kilomètres au sud-est de la capitale Libreville, les dégâts attestent de la colère des électeurs.

 

Dans les premières heures des manifestations post-électorales, plusieurs de nos Observateurs à Port-Gentil nous avaient signifiés de violents heurts dans une petite ville de province d’environ 27 000 habitants, Lambaréné. C’est la septième ville la plus peuplée du Gabon. Depuis mercredi soir, avec le rétablissement progressif d’Internet, des Observateurs ont réussi à nous faire parvenir des images témoignant de dégâts très impressionnants, compte tenu de la taille de la ville.

« Je connais bien Lambaréné, je n’avais jamais vu ma ville défigurée à ce point »

Notre Observateur, Yannick (pseudonyme) revient sur ces trois jours de tensions dans sa ville d’origine, images à l’appui. Il a participé aux manifestations mais a refusé de prendre part aux violences.

À l’annonce des résultats mardi 30 août, les habitants du quartier Adouma, d’où partent souvent les manifestations de ces dernières années à Lambaréné, se sont massivement déplacés en direction du pont permettant de rejoindre la route nationale. Leur objectif était de bloquer cette artère principale qui relie Port-Gentil à l’est du pays pour faire entendre leur mécontentement.

 

 

Très vite, des policiers leur ont bloqué le passage, et après une tentative de négociation infructueuse, des affrontements ont éclaté. Du côté des manifestants, des jets de pierre, de celui des policiers, des gaz lacrymogènes.

[...]

« Il n’y a plus d’aéroport fonctionnel à Lambaréné, il est en ruines »

JPEG - 30.6 ko
L’aéroport de Lambaréné avant les événements

 

JPEG - 42.8 ko
Le même aéroport après

 

Le lendemain [vendredi, NDLR], on nous a appris que l’aéroport de Lambaréné, situé près du centre-ville, avait été incendié dans la soirée. Il ne reste plus rien des bureaux administratifs et plus rien dans la tour de contrôle là-bas. La piste d’atterrissage n’a pas été endommagée, mais seuls des hélicoptères de l’armée ont pu atterrir ces derniers jours pour livrer des munitions. Aucun avion ne peut pour l’instant s’y poser [d’autres témoins à Lambaréné nous ont expliqué que les policiers avaient avant tout protégé le gouvernorat et des stations-essence, NDLR].

Lire le reportage dans son intégralité sur observers.france24.com

 

L’Afrique par elle-même sur Kontre Kulture

Un Gabon victime de la « démocratie » ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1553398

    C’est une révolution de couleur, troisième phase si elle ne réussit pas dans les urnes, c’est le chaos.
    Pourquoi le Gabon ?
    Effet de domino, c’est toujours la question des Grands lacs qui est en jeu.
    2014 conférences des jougs leaders aux États-Unis, et jute à 15 km Obama décident de quels présides africains doit dégager.
    Je vous laisse à le deviner quels présides africains "devait" dégager

     

    • #1553488

      Peut-être que les choses sont plus simple que ce que l’on croit, les gens en ont peut-être tout simplement assez du régime des Bongo.
      Nous même en France, nous en avons assez du régime maçonnique.

      Le danger est de voir des révolutions de couleur partout, même lorsqu’elles n’existent pas.


  • #1553451

    Si cela allait vraiment mal au Gabon, le cours de Total Gabon se serait effondré, or depuis le début des évènements il est remarquablement stable .


  • #1553467

    La crise post-électorale au Gabon... Comme un effluve de Côte d’Ivoire en 2011.


  • #1553514

    Entre l’ancien candidat de la France et le nouveau candidat de l’Empire, il semble que les gabonais soient destinés à subir. Courage.


  • #1553604

    " Qui a intérêt à la déstabilisation du Gabon ?"

    Réponse simple, les mêmes que ceux qui veulent contrôler les réserves d’hydrocarbures !

    Remember, Irak, Libye, Syrie (pas achevé ) ...Le Gabon est producteur, et il me semble avoir lu il y a quelques années, qu’il y aurait de grosses grosses réserves "off shore" dans les eaux térritoriales...

    Et en plus, c’est un pays francophone, forte influence de la France, qu’il faut réduire à néant, comme nous le savons ici !

    Adishatz

    H/


  • #1553696

    Il s’agit d’un conflit entre la France et la Chine.
    Ali Bongo trop proche des Chinois embarrasse la France.


  • #1553708

    Selon la presse sénégalaise, Total Gabon menace Ali Bongo à travers RFI sur un sujet en rapport avec l’audit pétrolier et le redressement fiscal :
    http://senego.com/gabon-total-gabon...


  • #1553733

    Si les US parviennent à faire renverser Bongo, son successeur chassera les Français au profit des US, et Total Gabon sera racheté par une major US (son cours s’est effondré depuis trois ans, passant de 440 euros à ... 130)


  • #1553923

    En 2013 l’action Total Gabon tournait autour de 440 euros : son cours s’est effondré, aujourd’hui il tourne autour de 130 euros . -72% ! Et le sacro-saint dividende divisé par... 3 ! L’actionnaire pleure à chaudes larmes... On incrimine la chute du cours du pétrole mais la maison-mère, Total, n’en a pas été affectée, le cours de son action est en pleine forme . Il y a sans doute autre chose : Ali Bongo se montrerait plus gourmand que son papa Omar, et il serait question d’un redressement fiscal de 800 milliards de francs CFA . S’appuyant sur les US il pourrait agiter la menace d’une nationalisation, Total possédant 58% de Total Gabon, et l’Etat gabonais seulement 25%... Les 450 soldats français de notre base du Gabon doivent être en état d’alerte...


  • #1553928

    La capitalisation boursière de Total Gabon, c’est un demi milliard d’euros, c’est à dire environ 0,5% de la capitalisation de Total, qui en est l’actionnaire majoritaire avec 58% . La nationalisation de Total Gabon ne serait pas une grande perte pour la France .


  • #1554244

    Lisez les annalistes de Stratford, la géopolitique américaines a une vision sur l’ Afrique et celle-ci a comme but de scinder l’Afrique.Et cela se passe aussi a se débarrasser des présidents qui "gènes", d’ou la pseudo-opposition issue de la Corète, Balai citoyen.

    https://www.youtube.com/watch?v=j0e...


Commentaires suivants