Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Qui a protégé Klaus Barbie après la guerre, et pourquoi ?

Le nazisme réhabilité par les services américains

Klaus Barbie ne fut pas n’importe quel capitaine SS, un grade peu élevé dans la hiérarchie de « l’ordre noir ». La raison de sa sinistre renommée ? Le « boucher de Lyon » fit régner la terreur avec un zèle particulier, et parvint, grâce à de multiples complicités, à vivre en Bolivie dans une certaine opulence jusqu’en 1983.

Or, c’est justement la deuxième partie de l’existence de Barbie que l’historien allemand Peter Hammerschmidt a étudiée de près. Les états de service du jeune nazi, des rafles à Amsterdam au probable assassinat de Jean Moulin, sont en effet connus. A l’inverse, le flou entourait le recrutement du criminel par le renseignement militaire américain, et son action en Amérique du Sud.

 

Un nazi idéaliste

À l’aube de la guerre froide, le commandement militaire américain est prêt à tout pour contrer les Soviétiques, quitte, comme le préconisait le général Patton, à frayer avec des nazis. C’est dans cette logique que Barbie, spécialiste de la traque anticommuniste, commença à travailler dès 1946 pour le Counter Intelligence Corps (le service de renseignement de l’US Army), qui l’appointa le 14 avril 1947 sous le matricule X-3054. Le tout à l’insu de la hiérarchie du CIC, néanmoins prête à cautionner, deux mois plus tard, le peu d’entrain manifesté par ses hommes à éplucher les antécédents du nouvel agent.

Car, contrairement à la version officielle, le CIC n’attendra pas 1949 avant de connaître le passif de son protégé, au demeurant bourré d’atouts : « Un officier de renseignement qualifié, farouchement anticommuniste », assure son recruteur. Pour lui, Barbie est « un homme honnête, [… ] un anticommuniste revendiqué et un nazi idéaliste, qui s’estime trahi, lui et ses convictions, par les nazis ».

 

JPEG - 101.2 ko
Nikolaus Barbie, officier SS et chef de la sûreté (SD) aux Pays-Bas, en Russie puis en France pendant la Seconde Guerre mondiale

 

Tous les rapports sur les activités de Barbie ont disparu. On sait néanmoins qu’il est bien payé et dispose, en cette période de pénurie, d’avantages en nature synonymes de privilèges. Mieux, il fait passer au service du CIC des individus recherchés, comme les généraux SS Emil Augsburg et Fritz Arlt, l’un des acteurs clés de la Shoah en Pologne. Quand un cadre du CIC demande à enquêter sur Barbie, ses supérieurs prétextent, à raison, que l’arrêter saperait la confiance des autres recrues. Surtout, ils le défendent pour ses « renseignements exceptionnels » : en mai 1948, Klaus Barbie, alias Becker, alias Behrends, alias Mertens, reçoit ainsi pour mission d’infiltrer le Parti communiste allemand. Au regard de son expertise de la France, il est de surcroît nommé coordinateur de l’ensemble des opérations contre les services de renseignement français.

Encore plus étonnant : Hammerschmidt souligne que, côté français, on sait depuis décembre 1948 où se trouve le responsable de la rafle des enfants d’Izieu et d’une liste interminable d’atrocités, qui lui vaudront, en 1952 et 1954, la peine de mort par contumace : « Il est ainsi permis de penser qu’il a été décidé de laisser Barbie en liberté », estime le chercheur. Un juge réclamant son extradition aux autorités américaines, et le scandale national qui s’ensuit, ont tôt fait de rebattre les cartes. Mais Barbie, toujours précieux, en sait beaucoup sur les méthodes de travail du CIC, qui l’a exfiltré avec sa famille en mars 1951 via la « Rat Line », cette filière d’évasion qui permit à tant d’anciens de l’Abwehr et de la SS de trouver refuge en Amérique du Sud, avec la complicité du Vatican et, semble-t-il, de la CIA – dont les dossiers sur l’affaire ont été ouverts en 2006.

Devenu Klaus Altmann, le tortionnaire est aiguillé vers Buenos Aires où ses employeurs « ont prévu de faire profiter le gouvernement argentin de son expérience du renseignement ». Installé à La Paz, Barbie tire parti de la solidarité des anciens SS. Citoyen bolivien en 1957, il s’enrichit et « fait acte de loyauté militaire en mettant son savoir-faire répressif au service des dictateurs boliviens ». Bardé du titre de « conseiller militaire officiel pour la lutte anti-insurrectionnelle », lié aux généraux putschistes qui se succèdent, il dispose de bureaux au ministère de l’Intérieur, et modèle une véritable « Gestapo bolivienne » qui massacre les opposants.

Lire la suite de l’article sur bibliobs.nouvelobs.com

 

L’Allemagne des années 30 sur Kontre Kulture

Barbie, la guerre, le renseignement US, la France et le procès, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1584583

    A voir l’excellent documentaire de Kevin Macdonald "Mon meilleur ennemi" afin de compléter l’article.


  • C’est dans son "Mémoire" rédigé en prison que Barbie révèle cette broutille : c’est le Juif Raymond "Aubrac" (en fait Samuel) qui a lui a balancé Moulin . Vergès le savait bien . Ce n’est pas demain que cet intéressant "Mémoire" sera publié - s’il n’a pas été détruit depuis longtemps . Samuel-Aubrac a été enterré aux Invalides . "...un moment donné de décadence les pires frelons tournent drôlement rois !..." (Céline) .

     

  • Barbie recruté par les Américains pour contrer les communistes : c’est ce que voulait H.Himmler, soit proposer le potentiel SS pour aider les "Alliés" dans le même but. Mais il a choisi le mauvais cheval en se rendant aux Britanniques qui n’ont rien voulu savoir et l’ont obligé à se suicider puis en l’inhumant dans un lieu strictement anonyme (encore aujourd’hui). Les Américains sont des gens beaucoup plus pragmatiques que les Anglais...On le voit tous les jours : ils n’ont pas ces états d’âme moralisateurs et emploient volontiers leurs ennemis d’hier si l’efficacité à leur service est au rendez-vous.


  • Qu’importe que le chat soit noir ou blanc pourvu qu’il attrape la souris.


  • Rien d’étonnant, il faut juste se souvenir de l’opération paperclip !

    À l’époque je me suis toujours posé la question de savoir comment on pouvait avoir, en Amérique du sud, enorde nom à consonnance germanique, surtout en Argentine.

    J’ai eu ma réponse quelques années après dès que j’ai commencé à me réveiller et ouvrir les yeux !