Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Réédition Kontre Kulture : Mein Kampf – Mon combat, d’Adolf Hitler

Adolf Hitler, né le 20 avril 1889 à Braunau am Inn, ville autrichienne frontière avec l’Allemagne, est un homme politique allemand, fondateur du national-socialisme et chancelier d’Allemagne de 1933 à 1945.

 

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, blessé au combat, il est anéanti par l’abdication de Guillaume II et la capitulation de l’Allemagne. Il adhère en 1919 au DAP, le parti ouvrier allemand, où il se fait rapidement remarquer pour ses talents d’orateur. En 1920 il en devient le président, le transforme en NSDAP, parti national-socialiste ouvrier allemand, lui fait adopter un programme et le dote d’une organisation paramilitaire, les SA. En 1923, à la suite d’un coup d’État manqué, le parti est interdit et Adolf Hitler arrêté et incarcéré dans la prison de Lansberg am Lech. C’est là qu’il écrit Mein Kampf où, après un retour sur son enfance et les difficiles années de sa jeunesse, il livre ses réflexions sur la situation politique et économique de son pays, sa vision d’une organisation saine de la société et les raisons qui l’ont poussé au combat.

Sa courte tentative de troisième voie politique, qui en quelques années a redressé une Allemagne mise à genoux par les conséquences du traité de Versailles et par les suites du krach de 1929, a profondément changé le monde, non pas pour ce qu’elle fut, mais pour la réaction qu’elle a suscitée et suscite encore, interdisant toute expérience nationaliste et toute référence à un socialisme protecteur à l’intérieur de frontières assumées. Du fond de sa prison, celui qui était encore presque un inconnu savait que la mission qu’il s’était donnée, en empruntant désormais les voies légales, prendrait les allures d’une lutte sans merci. Conscient de l’état de déliquescence dans lequel se trouvaient les institutions politiques de son pays, il écrivait alors ces mots : « Seule la dure réalité doit déterminer la voie vers le but  ; vouloir éviter des chemins désagréables, c’est bien souvent, en ce monde, renoncer au but  ; qu’on le veuille ou non ».

 

Précisions de Kontre Kulture :

Comme nous en avons l’habitude, nous choisissons un format et une taille de police qui permettent, tout en gardant un bon confort de lecture, d’offrir à nos lecteurs des ouvrages abordables. Ce qui explique que notre édition comporte moins de pages que l’édition originale, tout en étant complète.

C’est une réédition du texte brut, mais d’une traduction différente de celle des Éditions latines. Nous y avons ajouté quelques notes de bas de page, une courte note au début expliquant l’histoire du livre lors de son édition en France en 1934, et nous avons remis dans le texte le mot original völkisch, qui avait été traduit – et c’est la même chose dans la version des Éditions latines –, par « raciste », ce qui est une traduction très biaisée.

Avec, bien sûr, l’avertissement obligatoire.

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

83 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Magnifique couverture !

     

    • Tout à fait . Elle montre bien l’Allemagne coupée en deux et séparée de son berceau historique : la Prusse . C’est pour avoir voulu effacer cette injustice (volontaire ?) du Traité de Versailles qu’Hitler déclencha la 2GM .


    • @clio :

      Ce n’est pas lui qui la déclencha...

      Par contre il avait complètement banni l’usure en Allemagne et avait sorti son pays du système monétaire fiduciaire de Wall Street et de la City...

      Vous commencez à comprendre.... ?


    • @ clio

      Faux !! Hitler n’a pas déclenché la 2° guerre mondiale, mais les banquiers juifs et cela depuis New York . Pour vous et pour tous ceux qui ne savent pas cela : la première page du journal " Daily Express" en 1933 : " Judea Declares War on Germany "

      http://images.google.fr/imgres?imgu...


    • Chaban ce n’est pas bien avoir compris hitler, en particulier dans mein kampf, que de dire que hitler n a pas déclenché la guerre. Il voulait en découdre et en particulier se venger de la france. Hitler est parfaitement responsable de toutes ses actions. Il connaissait parfaitement les conséquences de son anschluss, de l’annexion des sudetes ou du dépeçage de la Pologne vu les alliances diplomatiques en place. Il a été trop bête pour ne pas comprendre que les anglais voulaient un suicide complet du continent et que les francais par contre ne lui voulaient pas de mal...il n a pas su lire les intentions de ses ennemis et au niveau dun chef d etat cela ne pardonne pas. Mais tout le fond de commerce de Hitler etait de reprendre les choses tel qu en 1918.

      Qu il ait remis l allemagne sur pied en s attaquant à l’usure et à la mainmise d’une communauté sur les secteurs clé est une autre histoire. Même si elle a motivé ses ennemis.


  • Pour apaiser ces Messieurs peut-être faudrait-il publier également le Talmud, bien évidemment non expurgé .


  • Que peut faire la Communauté ? Elle est mise en échec, Mein Kampf étant déjà publié par une autre maison . Pauvre Communauté, il ne te reste plus que les yeux pour pleurer sur le destin tragique d’Edith Frolla... Sniff .

     

  • Bravo à KK pour cette initiative, cela permettra aux gens intéressés d’acquérir cet ouvrage avec toutes les garanties de qualité et d’honnêteté souhaitables !!!


  • Le précepteur de Victor Hugo disait " il n’y a pas de livre en soi mauvais à lire" .
    C’est parfait j’ai tjr voulu le lire après visionnage du film (scolaire obligatoire) De nurenberg à nuremberg, où il ne voit qu’une quantité de fautes et d’injures...


  • Belle quenelle !!


  • Est-ce bien reichsonnable ?


  • #1498578

    36,00 € aux Nouvelles Editions Latines

    25 € chez Kontre Kulture

    Bravo !
    Je vais le racheter en version Kontre Kulture, pour saluer la quenelle !
    Et j’attends la vidéo de présentation d’Alain !


  • Bonne initiative ! Ca m’embêtait de claquer 36€ pour ce livre, qui est super intéressant, mais assez indigeste quand même...

     

    • Non, il n’est pas indigeste à partir du moment où il est bien traduit... ce que les maisons d’édition ont évité avec soin ces 70 dernières années...

      Traductions littérales de dictons, paragraphes entiers sucrés, mélanges de phrases, mauvaises ponctuations, etc. Tout ça avec l’objectif de le rendre indigeste.

      L’original, et des traductions récentes en anglais, sont limpides...


    • Si vous trouvez certaines traductions agréables à lire, je m inquieterais si j étais vous de la fidélité de cette traduction car l original en allemand est parfaitement insipide, littéralement parlant.


  • Oh : un document historique à lire dans un lieu public ! J’aurais aimé qu’il soit dans la collection "les Infrékentables" mais bon qu’il soit réédité est en soi un exploit ! On verra si la Licra a plus besoin de voir KK éditer ce livre que la "Controverse de Sion"


  • Ils l’ont fait je le crois pas :)


  • Hahaha, du grand Art, mes respects, chapeau bas KK ! C’est une performance artistique digne de celle de Dieudo faisant monter Faurisson sur la scène de la Main d’Or...

    À cet instant rien encore aux actus relatif aux zheureslesplussombres qui sont de facto de retour. Mais il est aisément imaginable que certaines élites ont d’ores et déjà attrapé une migraine carabinée ou de l’herpès :)


  • Le livre des vacances... le livre de l’été... éviter cependant les plages de Deauville et de Juan les Pins... plages où les "gonos", de ci de là, vont se dorant.

     

  • La question à se poser :
    Est elle la version originale ou la version qui a subi des modifications par la communauté ?
    Merci


  • Un réel objet d’histoire, ne serait-ce que pour la description politique de l’Allemagne de l’époque (qui n’est pas sans rappeler une situation plus contemporaine !....)


  • En voilà une belle surprise...beau travail


  • Le Crif et la Licra doivent se demander comment réagir à cette "insupportable provocation" . Les ventriloques sionistes se préparent à faire monter leur marionnette Valls au créneau .


  • #1498752

    Sans entrer dans l’idéologie, essayons de reconstituer la chronologie des évènements majeurs en évitant les erreurs, les contradictions usuelles et les mythes afin d’affiner le texte d’introduction et de présentation de la réédition de "Mein Kampf".

    Chronologie :

    - 5 janvier 1919 : Le Deutsche Arbeiter Partei (Parti Ouvrier Allemand) désigné par l’acronyme DAP est créé par Anton Drexler, Karl Harrer et Gottfried Feder

    - 12 septembre 1919 : Première visite du caporal Adolf Hitler en civil au DAP dans l’ancienne brasserie Sternecker à Munich, ceci sur ordre du capitaine Karl Mayr

    - 19 octobre 1919 : Le caporal Adolf Hitler sollicite son adhésion au DAP après en avoir reçu l’autorisation de ses supérieurs

    - 1 janvier 1920 : Adhésion officielle du caporal Adolf Hitler au DAP en tant que 55ème membre (et non pas 7ème)

    - 24 février 1920 : Le programme en 25 points du Parti ouvrier allemand national-socialiste (das 25-Punkte-Programm der Nationalsozialistischen Deutschen Arbeitpertei) du caporal Adolf Hitler est adopté en tant que programme politique du DAP lors d’un meeting à la brasserie Hofbraühaus de Munich

    - 31 mars 1920 : démobilisation officielle du caporal Adolf Hitler

    - 8 août 1920 : le DAP change officiellement son nom en NSDAP, acronyme de Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (Parti national-socialiste des travailleurs allemands)

    - 29 juillet 1921 : Adolf Hitler évince Anton Drexler et devient président du NSDAP

    - 6 novembre 1921 : Le titre de Führer, utilisé occasionnellement depuis février, s’impose et devient statutaire

    Éléments marqueurs et fondamentaux :

    Le caporal Adolf Hitler rejoint sur ordre un parti nationaliste, anti-capitaliste et anti-libéral, anti-communiste et anti-bolchévique, le DAP, proche des ses convictions.

    Il transforme le DAP peu à peu en fonction de sa propre idéologie jusqu’à sa mutation en NSDAP puis en prend le contrôle.

    On pourrait donc dire que le NSDAP résulte de l’idéologie du DAP, modifiée et augmentée par l’hitlérisme.

    Principale source : "Le nazisme en dates (novembre 1918 - novembre 1945)" par Thierry Feral - Éditions Harmattan.


  • Ce livre est avant tout un ouvrage anti Français comme quoi nous les patriotes on n’est ouvert d’esprit et on laisse les gens juger eux même ce livre.

     

    • Citez moi moi les passages anti-Français ?


    • #1498890

      On essaye de comprendre et de respecter son ennemi normalement.

      A partir de 1919, que pouvaient bien penser les allemands des français et des anglo-saxons devant tant de réparations exigées et non adaptées à la capacité de payement de l’Allemagne ?
      Exsangue et ne pouvant plus payer malgré ses suppliques, l’Allemagne verra la Ruhr envahie par les troupes françaises en mesure de représailles.
      Ceci n’est qu’un simple exemple de ce qui expliquera les causes de la deuxième mi-temps : la deuxième guerre mondiale.
      Aujourd’hui, toutefois on sais que la France était plus modérée que les anglais sur le sort à faire subir à l’Allemagne. Elle voulais un état allemand démocratique et restant suffisamment fort afin de pouvoir développer des échanges commerciaux et surtout pour faire rempart au bolchevisme.

      Bref, j’aurais été allemand dans les années 20 j’aurais sans doute également détesté la France..à tort ou à raison c’est un autre débat que l’on peut mener à froid, bien des années après.


    • Chaban il suffit d ouvrir le livre...l as tu seulement fait ?. Première page. Le premier ennemi déclaré et le seul est la france et les francais. Et le dernier ennemi cité dans le livre, à l avant dernière page, c’est encore là france et les francais . Dans les analyses de textes à l’école on apprend en tirer la conclusion des intentions de l’auteur. ..

      Au commentateur qui suit, C est encore une fois typiquement français que de prendre la défense de Hitler dans sa haine des français. ..les francais en 39 eux n etaient pas dans la haine antiallemande malgré les millions de morts. on voit le travail de haine de soi et le côté gnangnan de la france actuelle...Et bien non, on il est inquietant pour un français de lire des intentions belliqueuses contre notre nation par un politicien étranger. .. et un français ne devrait JAMAIS trouver cela normal.

      On s’en fout d ailleurs des justifications. La thèse centrale de mein kampf est d’enumerer les problèmes de l’Allemagne et de citer la france comme l’ennemi primaire. Ce qui prouve que hitler etait un imbécile car la france était le pays qui ne voulait pas de mal à l’Allemagne.il serait très bon que les francais lisent mein kampf, ne serait ce que la première page...Et pas les notes de commentateurs qui dans les éditions francaises ou anglaises diront que c’était justifié. ..curieusement quand il parle des juifs, (et la il ny a pourtant pas d appel a la guerre et au meurtre,) la les notes de bas de pages lui donnent tort...2 poids 2 mesures...


    • #1498948

      @ Chaban

      T. I, chap 2 :
      "Ce que nous appelons, par exemple, l’éducation chauvine du peuple français n’est que l’exaltation excessive de la grandeur de la France dans tous les domaines de la culture ou, comme disent les Français, de la "civilisation".

      "Ce qui, de plus, me donnait sur les nerfs, c’était le culte répugnant que la grande presse avait alors pour la France."

      TII, chap 10 :
      "reprise d’une résistance active contre la France" (qui impliquait une réorganisation des SA)

      "Je les tenais et les tiens encore aujourd’hui pour des traîtres à la solde de la France" (les séparatistes rhénans)

      TII, chap 13 :
      "Pour éviter que la puissance de la France ne devienne trop prépondérante, l’Angleterre n’avait plus à sa disposition qu’une seule façon d’agir : s’associer à ses brigandages.

      "...l’objectif de la diplomatie anglaise doit être de plus en plus, à mesure que les années s’écoulent, de mettre un frein à l’instinct d’impérialisme démesuré dont est animée la France."

      "Car il faut qu’on se rende enfin clairement compte de ce fait : l’ennemi mortel, l’ennemi impitoyable du peuple Allemand est et reste la France."

      "...comme le bon Dieu a pour principe de ne pas affranchir les peuples sans courage, même les peuples qui n’ont aucun intérêt direct à notre complet anéantissement n’ont rien d’autre à faire que de prendre part aux raids de brigandage des Français..."

      "C’est uniquement en France que l’on remarque aujourd’hui un accord secret, plus parfait qu’il n’a jamais été, entre les intentions des boursiers, intentions dont les Juifs sont les représentants, et les vœux d’une politique nationale inspirée par le chauvinisme."

      "C’est pour cette raison que la France est, et reste, l’ennemi que nous avons le plus à craindre." (l’accord secret)

      "Le rôle que la France, aiguillonnée par sa soif de vengeance et systématiquement guidée par les Juifs, joue aujourd’hui en Europe, est un péché contre l’existence de l’humanité blanche..."

      etc etc c’est bon, c’est assez comme preuves que "Mein Kampf" n’est pas vraiment francophile ?


    • @Zuleya :

      C’est faux, archi-faux !

      Oui, j’ai lu le livre : version originale en Allemand, très bonne traduction récente en anglais (aucune véritable traduction dans cette langue ne fut disponible jusqu’à 2008) et une "traduction" immonde en français.

      Hitler avait pas mal d’admiration pour la culture française en fait. Mais il critiquait beaucoup ceux qui contrôlaient la république française et ce qu’ils faisaient subir à la France, comme un certain Ferdinand Céline par exemple...

      Le livre est, avant tout, une analyse sociologique, et une réflexion philosophique et politique sur la finance internationale.

      Pourquoi ont-ils tout fait pour que les gens ne lisent pas ce bouquin, hein ?

      Chaque visiteur de ce site devrait aller sur Kontre Kulture pour acheter le livre... et ensuite le lire.


    • #1499008

      @ zuleya
      Le « commentateur qui suit » va te répondre sur tes sur-interprétations non justifiées, ni par ce que j’ai écrit, ni par le fond de ma pensée.

      Premièrement je ne défends par Hitler, je parle du peuple allemand dans son ensemble (Hitler non cité). Il faudrait depuis le temps savoir faire la part entre un peuple manipulé qui n’a généralement pas demandé à partir en guerre et ses élites qui l’y poussent pour leurs intérêts. Il faudrait aussi comprendre que la défaite de l’Allemagne a eu comme conséquences, à la fois une montée des bolcheviques et des nationalistes, les premiers pourchassés par les seconds (corps francs allant grossir ultérieurement les rangs des Sturmabteilung). Ceci en dit long sur la mentalité tourmentée des allemands dans les années 20.

      Deuxièmement je ne défends pas plus le peuple allemand dans sa « haine anti français », je la mets en perspective : « comprendre et respecter son ennemi » (il suffisait de lire et comprendre).

      Troisièmement, je te laisse la responsabilité de prétendre qu’il n’y avait pas en 39 de haine anti-allemands chez les français. Ce n’est pas ce que j’ai vécu et entendu dans ma tendre enfance dans les années 60. Les anciens de ma famille avaient encore à cette période une certaine aversion pour les boches et ce depuis belle lurette. Je les comprends : un mort au champ d’horreur durant la Drôle de Guerre et un déporté à Mauthausen pour cause de résistance sans compter les victimes de la Première Guerre Mondiale dont hélas, à la faveur de la perspective du temps, les patronymes sont sortis de ma mémoire (je m’en veux pour cela mais ils sont sans doute une part de ce que je suis aujourd’hui et je leur rends grâce).
      De toutes manières on ne peut mettre sur un même plan les français et les allemands des années 20. Les premiers furent victorieux et siégeaient à la Commission des Réparations, les seconds furent vaincus et saignés aux quatre veines. Cela engendre des réactions bien humaines, qu’on les accepte ou pas.

      Et enfin je souffrirais d’une forme gnangnante de haine de soi. Tiens, cette expression me rappelle quelque chose..
      Avant ton intervention j’ai répondu à Chaban en listant plusieurs passages antifrançais de Mein Kampf (11 pour être précis) et de conclure que cet ouvrage n’avait rien de francophile. Je ne sais pas si la modération va le faire passer mais, si tu crois au moins en ma bonne foi, tu constateras que tes procès d’intention font plouff plouff et que tu te prends tout seul la tête pour rien.


    • Pour Zuleya : ça peut se comprendre qu ’il désigne comme ennemie la France (et non le peuple français ) les élites françaises étant anglophiles et anti-allemandes en 1914 et en 39 (et obstinément pour la guerre contre l ’Allemagne dans les deux cas ) .Ecouter a ce propos les vidéos très éclairantes du Professeur Caron .


    • OK insoumis. Fondamentalement on pense la même chose donc pas de quoi fouetter un chat.
      Chaban pareil j’ai lu tes messages sur cette page et on pense pas loin de la même chose


    • Le racisme et la haine des allemands vis à vis des français ne datent pas de la 1ere GM. Cela a démarré lors de la défaite d’Iéna en 1806 et à duré tout le XIXème, entretenus par la presse et la littérature. Pour ceux qui "comprennent" les raisons de cette haine par la défaite de 14-18 et les réparations, sachez que la défaite française en 1814-1815 oblige la France à payer une indemnité de guerre qui restera, en proportion du produit national brut, la sanction financière la plus lourde payée par un pays vaincu jusqu’à nos jours – et que la France paiera intégralement. Que la défaire de la guerre de 1870 lui coutera 5 milliards de francs-or, l’Alsace-Lorraine et une petite quenelle à la Galerie des Glaces du château de Versailles.
      Hitler ne détestait pas les français mais leurs dirigeants. Dans tout les cas, ils les considérait comme étant inférieurs aux germains, scandinaves et anglais.
      .


    • @baladin
      D’accord avec Chaban, l’avez-vous lu ?
      Il y avait, à cette époque, autant de défiance du côté français que du côté allemand, ou anglais.
      C’est comme ceux qui réduisent le livre à un pamphlet antisémite...
      Par provocation, il m’arrive de me présenter, politiquement, pour un socialisme national donc un brin national-socialiste ! Il y en a qui ont encore du chemin à faire pour se dire "libre d’esprit" !
      Un conseil, lisez-le en oubliant que vous êtes français et en essayant de s’imprégner de l’air du temps d’alors...


    • @zuleya
      Si vous réunissez tous les passages "anti-français" comme vous dites, cela doit faire en tout et pour tout 5 pages... sur plus de 500 !
      Si vous réunissez les pages mettant en cause les agissements des juifs, cela doit faire environ 50 pages... toujours sur plus de 500 !
      On peut donc en conclure qu’Hitler était plus antisémite qu’anti-français. Il me semble même me rappeler qu’il reprochait aux Français d’être trop favorables aux intérêts juifs, me trompe-je ?


    • #1499604

      Ursus, je pense que tu as globalement raison.

      Juste un bémol : ce n’est pas au nombre de pages cumulées d’un sujet ou d’une opinion que l’on peut juger le ton d’un ouvrage. Je me trompe peut-être mais un total de 5 pages anti françaises montre simplement que le Führer n’en a pas fait des caisses. Loin d’être un brulot anti français le message reste toutefois clair.

      Concernant l’antisémitisme (terrain miné !) je suis également d’accord avec tes observations. Mein Kampf n’était pas un ouvrage majoritairement antisémite. Mais quand on voit les réactions de certains aujourd’hui hurlant à la haine pour une simple phrase diluée dans tout un corpus...on peut remettre les choses à leur juste place.

      Quant à l’antisémitisme du Führer, il est bien présent et à la lumière de l’histoire, la vraie j’aurais envie de dire qu’il est de deux types, les deux étant une réaction.

      1 l’antisémitisme initial ou de base qui était dans l’air du temps à l’époque de Mein Kampf et particulièrement marqué dans les milieux nationalistes (pas qu’allemands mais la rancœur s’exprime surtout chez les vaincus). C’est la réaction au bolchévisme (déclenché par les biiiiip) et au libéralisme financier majoritairement entre les mains des biiiip.
      Humiliation, défaitisme, dégradation du Reich...

      2 puis je pense qu’ultérieurement il y en a eu un second qui s’est amalgamé et surajouté suite aux mesures de rétorsion et "déclarations" de guerre symboliques des biiip pendant les années 30.

      Oui si tu remonte le fil de cette discussion tu verras effectivement les passages que j’ai compilés et montrant que tu ne te trompe-je pas :)


    • Ursus fondamentalement, c’était le sens de mon message initial, Si on dit à plusieurs reprise que l enemi primaire est la france, que l’on commence son exposé en désignant la france et que l’on finit en désignant la france, cela veut dire que l’on est focalisé (pour ne pas dire obsédé ) par l’idée de vengeance sur la france, et que cela dépasse tout le reste. Il ne fallait pas expliciter beaucoup plus aux allemands et le nombre de mots n est pas nécessairement important ici.
      Et d’ailleurs en effet quand l allemagne à occupé la france, hitler a mis en place une politique spécifique pour affamer la population française, pour dire quel genre de personne était hitler face à notre peuple dans son ensemble...
      L ethnocentrisme juif fait que la 2ème guerre mondiale ne se réduit plus aujourd’hui qu au martyre juif, que mein kampf n était que antisemite...etc...il se trouve qu une simple lecture critique de mein kampf nous montre à quel point notre propre histoire ne nous appartient plus.


    • @insoumis de la dissidence
      La "déclaration de guerre" juive par presse interposée (Daily Express) en 1933, aurait-elle eu un impact sur la détermination antisémite d’Hitler et de son régime ?
      La une du Journal Daily Express du 24 Mars 1933 :
      "La Juiverie déclare la guerre à l’Allemagne.
      Les Juifs du monde s’unissent pour passer à l’action."


    • #1499754

      @ ursus

      Comme je tente de l’expliquer plus haut cette "déclaration de guerre" s’est ajoutée et amalgamée à son antisémitisme nationaliste anti-bolchevique et anti-libéral initial.

      Impact est un bien grand mot mais les représailles concertées du monde biiip contre le IIIème Reich ont bien fait monter la mayonnaise (boycott des marchandises allemandes, manœuvres sur les emprunts de l’Allemagne à l’étranger, menaces sur le trafic maritime allemand, pressions politiques directes et indirectes...).

      Psychologiquement parlant cela ne pouvait pas avoir comme effet de radoucir l’antisémitisme du Führer, loin s’en faut.
      Mais concrètement cela n’a entrainé alors que la fermeture des commerces biiiip et uniquement le 1er avril 1933 (poissonniers y compris lol !)... et en plus c’était un jour de Sabbat !
      Ah la belle affaire !
      Où sont les vraies victimes ? Hum hum :)


  • Voila qui va mettre fin à mon hésitation concernant le prochain livre de KK à lire.

     

  • Traduction officielle ? ou traduction réelle ? Ont-ils remplacé "anéantir" par "exterminer" ? (entre autres) Parce que le livre change de sens ...


  • Bravo à tous les compères de KK et de E&R, Nous avons affaire là, à une Quenelle "MUSKATNUSSS" !!!!

     

  • Les passages sur la politique raciste sont très intéressants pour comprendre cette époque.

    Le peuple Allemand était devenu un Krankenvolk et il est toujours un Krankenvolk.
    C’est un peuple qui a souvent tendance a sombré dans l’hybris, l’illimitation. La politique Raciste hier, la politique Migratoire de nos jours, tout a changé, et pourtant c’est toujours la même fièvre, la même folie qui habite ce Krankenvolk.

    Seul un Dieu peut sauver ce peuple.


  • #1499204

    Les allemands nous aiment-ils ou pas ?

    Mauvaise question car elle implique une homogénéité dans les opinions hors le vivant, que cela soit son comportement, ses pensées ou ses caractères morphologiques, suit toujours une loi Normale ou assimilée et/ou testée comme telle.
    Cette variabilité s’oppose donc à un réflexe de simplification à outrance à la mode : l’amalgame.

    Lors de ma première visite en groupe en Allemagne en 1973 (carrément à Berchtesgaden ci cela dit quelque chose à quelqu’un lol !), à l’arrivée à la gare de Salzburg un vieux nous a menacé de sa canne et nous a attribué tout un tas de noms de Vogeln. A Berchtesgaden on nous regardait de travers et l’ambiance était très pesante surtout lorsqu’il y avait dans les parages un pauvre gars agité de la danse de Saint Guy et qui n’avait plus toute sa tête des suites d’une blessure de guerre à la tête. Ceci est une borne de la courbe de Gauss.

    Pour l’autre borne opposée : les deux derniers mails que j’ai envoyés cette semaine étaient destinés à deux excellents amis allemands, un bavarois et un de Basse-Saxe. Aucuns problèmes avec les français, le temps (et l’intelligence) aidant probablement.

    Krankenvolk ? Pas si malade dans sa totalité malgré ce qu’ils ont subit et ce que certains tentent encore aujourd’hui de leur faire subir (suivez mon regard...).
    Quand on emmerde quelqu’un avec assiduité, il ne faut pas s’étonner puis venir pleurnicher après avoir pris une mandale dans la tronche en juste retour des choses.


  • Quel courage Kontre Kulture.
    Bravo !


  • Quand j’ai su que ce livre allait tomber dans le domaine public, je me suis demandé dans combien de temps KK allait le rééditer... Eh bien voilà c’est fait :)

     

  • En ce qui me concerne, et pour continuer sur certains commentaires sur les relations avec les Teutons, j’habite dans le massif Vosgien, et par mon travail je côtoie pas mal de gens d’outre-Rhin. Mon verdict ? polis, droits, respectueux. Idem quand j’ai affaire à des Hollandais, les "Germains" sont, en général, appréciables. A condition de bien se tenir soi-même. En revanche, avec les peuples du sud de l’Europe... ça n’a rien à voir. Je dirais que le Français est entre les deux.


  • @insoumis de la dissidence
    Le français de base, à l’époque, était anti-allemand et anti-anglais. L’allemand, anti-français et anti-anglais. L’anglais, anti-français et anti-allemand...
    La notion "d’anti" reflète, selon moi, uniquement "contraire à ses intérêts" mais aucunement "il faut tous les tuer" !
    A propos de l’antisémitisme "congénital" d’Hitler, il faut noter qu’il décrit son père plutôt admiratif des juifs et lui-même, enfant, n’avait apparemment aucun avis sur la question sauf celui de son père (comme tout garçon)... c’est lors de son "voyage" à Vienne qu’il prend conscience de certaines choses et pas uniquement à propos des juifs.
    Heureux de converser avec quelqu’un de non-formaté...

     

    • #1499737

      Moi de même l’ami :)

      Je n’ai rien à ajouter à ce que tu viens d’écrire hormis le fait que l’antisémitisme d’Hitler n’était pour moi, comme je tente de l’expliquer plus haut, qu’un ensemble de réactions à ce que vivaient l’Allemagne et une partie du monde, tout du moins ce qu’il en percevait et les souffrances qu’il en retirait.

      Quant à son antisémitisme "congénital’ cela me fait plus penser à cette histoire d’ascendance biiiip possible pour le Führer, ce qui en ferait un Mischling. Pour ceux qui l’ignoreraient un Mischling était un allemand dont un des grand-parents était biiiip et qui de fait le faisait tomber sous le coup des mesures anti biiiip.
      Est-ce que cette histoire est vraie ou non, à vrai dire je m’en fiche et c’est pour cette raison que je n’ai jamais creusé le sujet et que de fait je n’ai aucun avis sur la question.
      Tout ce que j’ai constaté est que "certains" utilisent cela comme preuve d’une origine psychiatrique à son antisémitisme afin de faire l’impasse sur ses composantes politiques réelles (voir par exemple le bouquin "Psychanalyse d’Adolf Hitler" de Walter Charles Langer).

      Une anecdote rigolote et significative dans le film "Her ist wieder da" : alors que le peuple allemand montré dans les parties reportage semble très décomplexé vis-à-vis du Führer, la seule réaction hystérique à son endroit est celle d’une vieille biiiipe (biiiip au féminin).


  • Rien que pour faire chier les cons ( suivez mon regard... ), je souhaite que ce soit une grosse vente de KKulture.


  • voilà un problème cornélien pour les anti-soraliens . Ils auraient envie de dénoncer sur la place publique , ce nazi qui édite Mein Kampf, mais en même temps, cela va faire de la pub pour Kontre Kulture et doper les ventes de cet ouvrage


  • Quoi ? Un immigré autrichien (donc étranger) fait une tentative de coup d’état en Allemagne (ce n’est pas son pays), et aucune disposition de la loi ne lui interdit de résider dans le pays ? Il a aussi le soutien de la presse du grand capital, et il peut même se présenter aux élections.

    Mais le peuple allemand s’était déjà fait laver le cerveau en 1933 !

    Bref , la politique pro-migrant et pro-Daesh de frau Merkel n’a vraiment rien de nouveau.

     

    • Oui mais le ville de naissance d’Hitler est juste à la frontière avec l’Allemagne, sa ville est au bord d’une fleuve et de l’autre coté c’est l’Allemagne. De plus, la vision allemande n’est pas la même que la nôtre : l’Autriche est un peuplement germanique comme l’Allemagne.


  • En complément de ce livre ou mieux, avant sa lecture, je recommande vivement aux lecteurs de voir les vidéos de Vincent Reynouard sur les raisons de l’antisémitisme d’Hitler. C’est très instructif car on y voit des aspects de la société allemande de l’époque qui nous sont cachés dans les livres d’histoires politiquement corrects.


  • Quand on voit tous ceux que les sionistes deversent comme haine de vocabulaire contre les Arabes et en particulier les Palestiniens… Et ils ne sont ni inquiter par la justice ni censurer par les médias et encore moins par les "intellectuelles" et les "politiques…


Commentaires suivants