Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Remettre la laïcité à sa place

La question de la laïcité revient avec force dans le débat politique actuel à l’occasion des polémiques sur le « burkini ». J’en veux comme preuve le fait que sur le carnet RussEurope il y a eu, du 15 au 18 août, correspondant à la publications de notes sur le « burkini » et la laïcité, plus de 76 000 connexions, soit en 4 jours le tiers de la moyenne mensuelle.

 

Pourtant, la notion de laïcité est elle-même mal comprise et en découlent confusions et erreurs, qui ne font qu’obscurcir le débat. Les interventions intempestives d’une partie de la « gauche », tenant un discours du genre « libéral-libertaire », ne font que rajouter à la confusion. Il faut rappeler un certain nombre de principes, qui avaient été élaborés dans un ouvrage que j’ai publié au début de cette année [1], pour permettre une discussion au fond.

 

La laïcité principe d’organisation politique

Ce qui fonde la laïcité, c’est la nécessité de dégager l’espace public de thèmes sur lesquels aucune discussion raisonnable c’est-à-dire fondée sur la raison ne peut avoir lieu. La laïcité est donc un principe d’organisation de l’espace politique, et par extension de l’espace public. C’est l’une des leçons chèrement apprise par la France (et une partie de l’Europe) lors des guerres de religion du XVIe siècle. La laïcité ne se comprend que pour qui conçoit le « peuple » comme une assemblée politique et non ethnique ou religieuse, et elle apparaît comme le pendant de la souveraineté. En effet, la souveraineté, en faisant entrer la question du pouvoir dans le monde profane, impose en réalité le principe de laïcité. Tel est l’enseignement d’auteurs comme Bodin, Hobbes et Spinoza.

Ce qui permet la laïcité, c’est la distinction entre sphère publique et sphère privée. Tant que cette distinction n’existe pas, on ne saurait parler de laïcité. De ce point de vue la laïcité est le contraire du totalitarisme qui, lui, prétend asseoir une vision totale en niant la distinction entre ces deux sphères. La laïcité et la démocratie partagent donc les mêmes préalables. Mais la distinction entre ces sphères est mouvante, historiquement déterminée. Cela impose de reformuler constamment les matérialisations de ce principe.

Certaines de ces matérialisations sont contenues dans la loi. On parle beaucoup et trop de la loi de 1905. Mais cette loi n’est pas à proprement parler une loi de laïcité ; elle n’est qu’une loi de séparation de l’église et de l’État, de plus édictée dans un contexte particulier, qui vise à une forme de pacification de la question religieuse. De ce point de vue, les rappels, à la loi de 1905 sont inopérants car ils identifient et cantonnent la laïcité à des règles juridiques particulières alors que la laïcité est un principe politique qui peut, selon les sociétés et les époques, prendre des formes juridiques différentes.

 

Un principe n’est pas une valeur

Une autre confusion vient de l’assimilation de la laïcité avec une valeur individuelle, comme l’est la tolérance. Or, la question de la tolérance ne fixe que les limites qu’un individu s’impose à lui-même, mais non des principes.

Un principe politique organise un espace et se matérialise en règles spécifiques. Certaines de ses règles peuvent être des règles de liberté (la liberté de culte par exemple) mais d’autres sont des interdictions. Un des problèmes majeurs que rencontre aujourd’hui le principe de laïcité vient justement de l’incapacité de nombreuses personnes à se représenter la société autrement qu’à travers le rapport qu’elles ont directement avec cette dite société. D’où, bien évidemment, l’idéologie « libéral-libertaire », qui ne fait que donner forme à l’individualisme le plus crasse. Or, dans le même temps que les sociétés capitalistes modernes « produisent » l’individualisme (au sens vulgaire du terme) de la manière la plus brutale, elles imposent – à travers la réalité de la densité sociale [2] – la nécessité de penser la société à travers une vision holiste.

Il convient alors de ne pas la transformer en une nouvelle religion, comme l’a tenté, après d’autres, Vincent Peillon [3]. Ces termes recouvrent la tentative de sacraliser un certain nombre de principes. Ils oublient que la laïcité est un principe politique et non une position philosophique [4], même si il y a une philosophie qui peut s’inspirer de ce principe.

Sur le principe, la reconnaissance des deux sphères de la vie des individus et l’appartenance de la religion à la sphère privée, par contre il n’y a pas à transiger. C’est bien dans une exclusion de la place publique des revendications religieuses et identitaires que pourra se construire la paix civile.

 

De la séparation entre sphère publique et sphère privée

Cette séparation, pourtant, ne saurait être stricte. D’une part en raison de la contribution de nos valeurs individuelles à notre vie en société, et d’autre part en raison des habitudes, coutumes, et comportements, qui constituent de ce point de vue le soubassement historique de TOUTE société, mais aussi les bases de leurs différences. Cela explique – en partie – la spécificité « française » du débat, mais aussi la sensibilité légitime de la société française à la question du « burkini ».

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture

 

Notes

[1] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Michalon, 2016.

[2] E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, PUF, coll. Quadriges, Paris, 1999 (première édition, Paris, 1937)

[3] Ce terme fut utilisé par Vincent Peillon, qui fut Ministre de l’Éducation Nationale de 2012 à 2014. Peillon V., Une religion pour la République, Seuil, La Librairie du XXIe siècle, janvier 2010.

[4] Bodin J., Colloque entre sept savants qui sont de différents sentiments des secrets cachés des choses relevées, traduction anonyme du Colloquium Heptaplomeres de Jean Bodin, texte présenté et établi par François Berriot, avec la collaboration de K. Davies, J. Larmat et J. Roger, Genève, Droz, 1984, LXVIII-591. Il sera fait dans cet ouvrage référence à ce texte comme Heptaplomeres.

Retrouvez Jacques Sapir sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1539352
    le 22/08/2016 par daniel
    Remettre la laïcité à sa place

    tant qu’on continuera à voter pour des escrocs , des incapables et des criminels ( Syrie et Lybie ) , on ne pourra rien changer chez nous -
    dehors les crapules et Parasites qui squattent notre système politique en créant des lois toujours pour se protéger de leurs saloperies !!!!


  • #1539358
    le 22/08/2016 par Pépé le Moko
    Remettre la laïcité à sa place

    La laîcité se situe dans l’œil de celui qui regarde. !!!

     

    • #1540219
      le 23/08/2016 par Drago
      Remettre la laïcité à sa place

      (J’annonce la couleur, je ne suis pas pratiquant... mais pas athée non plus.)
      Les uns promettent le paradis au Ciel...
      d’autres promettent le paradis sur Terre....
      Qu’elle est alors la différence ?
      Surtout que personne n’a jamais vu ... ni l’un ni l’autre.


  • #1539373
    le 22/08/2016 par Ouioui
    Remettre la laïcité à sa place

    ER est laiciste maintenant ? Il ne faut plus mettre le catholicisme religion d’état ?
    On ne comprend plus rien de votre doctrine...

     

    • #1539376
      le 22/08/2016 par Titus
      Remettre la laïcité à sa place

      Il n’y a pas de doctrine ER. Il y a les textes d’Alain Soral et une charte associative. ER n’est pas un parti politique.


    • #1539431
      le 22/08/2016 par abc
      Remettre la laïcité à sa place

      Apparemment vous n’avez pas saisi ce qu’est ER.
      Il s’agit d’un site de réinformation. Les articles mentionnés ici n’ont pas pour but de vous dicter quoi penser, mais au contraire de vous laisser, sans influence de la rédaction, vous laisser y réfléchir et vous positionner en toute objectivité.


    • #1539459
      le 22/08/2016 par Melda
      Remettre la laïcité à sa place

      Je suis ER depuis les débuts et je n’ai jamais entendu quiconque envisager de remettre le catholicisme comme religion d’ état.

      On a souvent parlé de l’influence de l’Église en France, influence souvent positive ; on a souvent parlé des dérives laicardes de nos zelites. Mais je crois qu’il n’a jamais été question de mettre dieu sur le fronton des mairies et de remettre des crucifix dans les écoles. Je ne sais pas où vous avez été chercher ca.


    • #1539497
      le 22/08/2016 par réGénération
      Remettre la laïcité à sa place

      Ouioui : se coller une étiquette "catholique" ou autre, c’est faire le jeu de l’ennemi qui a tous les moyens pour vous manipuler, infiltrer, discréditer etc.

      Passer l’info, faire les choses raisonnablement, intelligemment, qui apporte du sens critique, c’est déjà pas mal.

      Mais je vous déconseille à vous-même de vous considérer "comme", restez libre, critique sur ce que vous observez, lisez, comprenez, vivez, échangez.

      Aujourd’hui on peut tout juste se dire "Français", et encore, c’est de plus en plus difficile à définir avec les codes actuels ! Donc vous voyez : tout change, les définitions évoluent, les moeurs etc., tout çà est politique, le tout c’est de savoir quelle est votre politique à vous, votre intérêt, celui des vôtres, de votre pays. S’arroger une étiquette et se focaliser dessus n’a pas vraiment d’importance - en fait, çà serait même néfaste, une bonne occasion de s’assoupir, l’illusion d’avoir trouver sa place en se rangeant dans une case.

      Soyez du côté du Bien et de la Raison (donc du Réel), çà ira bien. Et efficace si possible.


    • #1539562
      le 22/08/2016 par Fernand
      Remettre la laïcité à sa place

      @titus @abc @ melda ....

      Si depuis la nuit des temps les étoiles ont toujours fasciné les hommes, les comètes avaient plutôt tendance à les effrayer . En effet, ne sachant expliquer ce phénomène, on disait qu’une comète était un signe annonciateur de malheurs. Ainsi, chacun "tirait des plans sur la comète", c’est-à-dire qu’il essayait de prédire quel allait être le prochain malheur à s’abattre. De nos jours, l’expression signifie qu’une personne s’imagine des choses (négatives en général) dans une situation donnée, mais qui n’arriveront probablement pas.


    • #1539579
      le 22/08/2016 par Fernand
      Remettre la laïcité à sa place

      @ titus @melda @ abc @.......
      "Le sort de l’état dépend du culte que l’on rend à Dieu "
      Léon XIII !
      Je ne vois rien d’autre qui pourrait sauver la France à part le retour du catholicisme originel libéré de l’imposture Vatican II, comme religion d’état. ...rien d’autre. ...
      À moins d’accepter la France comme étant juste un "concept "......ce qu’elle est actuellement !

      Société plurielle multiculturelle avec une centaine d’ethnies différentes plongée dans un américanisme profond et la religion humanitaire à toutes les sauces....

      Le subtratum de la France c’est le catholicisme
      "GESTA DEÏ PER FRANCOS".
      SINON CE N’EST PAS LA FRANCE C’EST UN ERSATZ !
      Mais peut être que, sans lui faire offense, qu’il n’y a que des adeptes de Francis Cousin sur ce site.... !
      Lisez Mgr Delassus cela vous changera...

      Bien à vous !
      Ps : je ne suis pas catholique !


    • #1539608
      le 22/08/2016 par seb
      Remettre la laïcité à sa place

      @ceux qui ont répondu à Ouioui

      C’est une blague ? Site de "réinformation" pourquoi pas mais n’oublions pas qu’E&R prend ses sources quelque part, sur des blogs ou autres médias non-alignés, donc E&R dispose de toute façon d’un agenda bien clair. De plus, le titre et SURTOUT le sous-titre des articles sont souvent différents de la source et laissent clairement voir la pensée du rédacteur.


    • #1539750
      le 22/08/2016 par Eric
      Remettre la laïcité à sa place

      Ouinouin, il y a une différence entre religion d’état et état religieux. Là réside peut-être le coeur de votre incompréhension. Par ailleurs, je crois qu’il est préférable de ne pas utiliser le pronom " on ", impersonnel et malhonnête puisque ne désignant que celui qui l’emploie. Enfin, E&R n’a pas une doctrine mais une sorte de charte de principe. Cordialement.


  • #1539380
    le 22/08/2016 par dixi
    Remettre la laïcité à sa place

    C’est de la provocation permanente ,attenta ,vol ,agression ,immigration,burkini ,tout est fait pour que çà explose .Faut que les Français se prennent en main et évitent de se renfermer sur eux mêmes ,parce qu’ils prendrons tôt ou tard le boomerang dans la gueule .

     

    • #1539704
      le 22/08/2016 par Grande gueule
      Remettre la laïcité à sa place

      Le boomerang dans la gueule tout le monde se l’est déjà mangé à son propre degrés, après chacun sa propre capacité de digestion de l’indigestible , de l ’alienation totale au spectacle menteur tout en se pensant bien vivant et bien portant, à la clochardisation des esprits puis des modes de vie, cette dernière part dans le processus de digestion est peut être celle qui oblige le mieux à vivre dans le réel tout en faisant certainement preuve d’humilité par la main quemendeuse au prochain, voir même avoir enfin accés à transcender les causes secondes vécues pour trouver enfin un but plus noble à la réalité de sa propre existance.

      Bref de quoi dire merci à ce boomerang appelé choc des civilations qui fait si peur, mais qu’on peut aussi penser en choc du reveil salvateur d’un grand ensemble vers la verité après le sommeil des ténébres de notre propre aveuglement. Il faut peut être réaliser à quel point nous sommes ignobles dans notre orgueil de penser qu’on ne mériterait pas ça.


    • #1540019
      le 23/08/2016 par dixi
      Remettre la laïcité à sa place

      Quand je parle de "boomerang dans la gueule" je ne parle pas de ceux qu’ils l’ont déjà pris ,je parle de ceux qui pensent qu’ils ne le prendront jamais ,ou qui ne s’en soucie pas ,ils ne se sentent pas concerné .Et c’est de ceux la que je parle .


    • #1540113
      le 23/08/2016 par listener
      Remettre la laïcité à sa place

      Mais l’islam et une religion extériorisée au maximum, qu’on "déclare", qu’on manifeste par n’importe quel moyen (tenue vestimentaire et autres moyens) ! Ce n’est pas une religion qu’on pratique en secret et en rasant les murs où qu’on réserve à des gens de sang pur (judaïsme) ou à des initiés (franc maçonnerie - car celle-ci est en fait bien une religion qui ne veut pas passer pour telle et qui veut même éliminer habilement toutes les autres). C’est cela le problème.

      Normalement, les coutumes de la société française traumatisée par des guerres religieuses imposeraient qu’on fît le ramadan discrètement et en famille. Mais tous ceux qui font le ramadan le proclament à grand bruit : "je fais le ramadan ! Je fais le ramadan !" On ne peut vraiment pas le leur reprocher puisque c’est l’essence de l’islam : ne pas se cacher et être fier de sa religion et le montrer.

      Curieusement, les croisés du moyen-âge avaient constaté le tintouin musulman, en avaient été excédés et en avaient tiré un mot : "ramdam". Ce que nous vivons est donc un grand "ramdam". Pas si grave.


  • #1540059
    le 23/08/2016 par listener
    Remettre la laïcité à sa place

    "Les rappels, à la loi de 1905 sont inopérants car ils identifient et cantonnent la laïcité à des règles juridiques particulières alors que la laïcité est un principe politique qui peut, selon les sociétés et les époques, prendre des formes juridiques différentes".

    L’article de Jacques Sapir soulève toute sorte de problématiques, historiques et politiques. Ce qui est sûr, c’est que le pouvoir actuel "déconne" sur le sujet, et "grave" comme disent les jeunes. Mais comme tous les pouvoirs ont déconné ! Absence de culture historique, car la question des rapports entre l’état et la hiérarchie sacerdotale remontent au haut moyen âge (querelle des investitures", le pape ou l’empereur .. etc.. ) et politiquement absence de distance critique, car la loi de 1905 marque en fait l’échec du concordat comme le concordat marquait l’échec du roi-prêtre. Tout cela aboutit à un salmigondis logomachique grotesque, pouvant se résumer à : "la franc maçonnerie pour les nuls".

    Les pouvoirs publics français depuis la révolution sont allés d’échecs en échecs en matière de religion. L’état a sa vie et la religion la sienne. Le système concordataire destiné à marionnettiser les prêtres et à faire du contrôle social a été un échec puisqu’on est revenu dessus. Les églises étaient plus fortes. Et maintenant, la "séparation des églises et de l’état" est en échec car le catholicisme s’est tellement écroulé que le contrôle social ne se fait plus. Et dès lors surtout qu’une religion expansionniste arrive (l’islam), fait tout péter. La loi de séparation a créé un vide religieux. Il n’est pas étonnant que ce vide se remplisse brutalement.La religion comme la nature a horreur du vide.

    Mais à côté du "principe de laïcité" se trouve un principe bien plus ambiguë et mal compris par les clowns qui nous gouvernent : le "principe de tolérance". Ce principe ne dit nullement que les "religions" sont "bien". Il suggère nettement le contraire : toute religion est un mal ! Il faut attendre patiemment leur mort, et contrôler seulement leurs "cultes". (la loi de 1905 ne prononce pas le mot de "religion")

    Or l’islam sort totalement de ce schéma : c’est une religion en pleine forme ! Tolérer une telle religion expansionniste est impossible pour un laïc qui se trouve en porte-à-faux non avec le principe de laïcité mais avec celui de tolérance. Les loges maçonniques voyaient l’islam comme une sorte de"religion laïque" gentille sans dogme et sans clergé. Elles sont servies !


  • #1540717
    le 24/08/2016 par yobird
    Remettre la laïcité à sa place

    Beaucoup a redire sur cette article mais voici quelques observations :

    "Ce qui fonde la laïcité, c’est la nécessité de dégager l’espace public de thèmes sur lesquels aucune discussion raisonnable c’est-à-dire fondée sur la raison ne peut avoir lieu."
    On peut connaître Dieu par la raison n’en déplaise à certains : des arguments raisonnables peuvent prouver l’existence de Dieu. Nous ne sommes pas déraisonnable par ce que nous croyons. De plus l’existence ou la non-existence Dieu est un débat tout à fait nécessaire car les conséquences sur les individus et la société sont très grandes. Le monde, la vie, les relation aux autres ne sont pas perçus pareillement par un croyant et un non croyant.
    " De ce point de vue la laïcité est le contraire du totalitarisme"
    Pourtant que de dictatures et de gouvernement totalitaire depuis que la laïcité est en place partout. Les plus grands massacres et l’asservissement des peuples n’ont pas pour cause la religion comme on l’entend souvent, mais bien les idéologie athées (communisme, nazisme, fascisme libéralisme,...)
    " Sur le principe, la reconnaissance des deux sphères de la vie des individus et l’appartenance de la religion à la sphère privée, par contre il n’y a pas à transiger"
    Pendant des siècle la Foi fut publique et cela sans troubler la société. Cette intransigeance de la laïcité est une violence faites aux croyants .La religion ne peut pas être que privé cela va à l’encontre de sa nature même.
    "C’est bien dans une exclusion de la place publique des revendications religieuses et identitaires que pourra se construire la paix civile." Partiellement faux, il faut refuser les revendications identitaires et religieuses qui sont ne sont pas celle de notre pays.C’est justement en mettant tout au même niveau en niant son identité, son histoire et sa Foi qu’un peuple sombre dans le chaos.
    Il y a un besoin nécessaire de connaitre ses origines et de se relier les uns les autres par ce qui fait une identité nationale (une langue, des coutumes,...) La Religion fut le ciment de la société pendant des siècles,c’est à partir du moment où une identité étrangère ou une croyance étrangère commençait à changer la société que les sociétés chancelaient. La laïcité finira par disparaitre car elle n’a rien à offrir aux hommes qui cherchent la Vérité. Une liberté dont on sait pas quoi faire et qui appauvrit plus qu’elle n’enrichit.