Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

En toile de fond : le rapport de force Pékin-Washington

Le président Obama avait prévenu son successeur, Donald Trump : le dossier nord-coréen sera le plus « épineux » à gérer au cours des quatre prochaines années. Et pour les responsables militaires américains, en particulier ceux en poste dans la région Asie-Pacifique, la probabilité d’un conflit dans la péninsule coréenne est la plus probable.

 

Pour le moment, aucune des solutions avancées pour dissuader Pyongyang de continuer son programme nucléaire et le développement de missiles balistiques n’a donné de résultats tangibles.

Ainsi, en mars 2016, après un nouvel essai nucléaire et le lancement d’une fusée, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté de nouvelles sanctions à l’égard de la Corée du Nord. Sanctions qui promettaient d’être d’une « ampleur inédite ». Résultat : Pyongyang a multiplié les tirs de missiles, dont certains sont allés s’abîmer dans la zone économique exclusive japonaise, et mené son cinquième test d’une arme nucléaire.

Le problème est que tout le monde ne joue pas le jeu, ce qui permet à Pyongyang de contourner les sanctions. Proche alliée de la Corée du Nord, Pékin fait mine de froncer les sourcils à chaque provocation. Puis, quand vient le moment de voter des résolutions coercitives, la Chine cherche à en atténuer la portée… quand elle ne les contourne pas : des banques chinoises, ainsi que le géant des télécommunications ZTE ont été accusés de les avoir violées. En outre, le régime nord-coréen n’est pas si isolé que ça : les câbles diplomatiques américains, révélés par WikiLeaks en 2010, évoquaient des relations avec l’Iran et la Syrie.

Quoi qu’il en soit, la voie diplomatique est toujours privilégiée par Washington. Le secrétaire d’État, Rex Tillerson, doit entamer une tournée en Asie du Sud-Est, le 15 mars, pour évoque le cas nord-coréen avec les responsables chinois, sud-coréens et japonais.

Lire la suite de l’article sur opex360.com

Rappel :

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1684096
    Le 15 mars à 11:24 par stereden
    Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

    Si Saddam Hussein avait vraiment détenu des armes de destruction massive il serait toujours vivant et toujours à la tête de son pays.

    Kim jong un dispose vraiment d’armes de destruction massive. Il restera donc longtemps à la tête de son pays et mourra dans son lit craint et respecté par toutes les lopettes qui ne s’attaquent qu’aux gens qui ne sont pas en mesure de leur botter les fesses.
    Fort avec les faibles, faible avec les forts... les américains, l’OTAN, les hommes politiques français partagent fort bien cette devise

     

    Répondre à ce message

    • #1684135
      Le 15 mars à 12:46 par VIVACHAVEZ
      Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

      @stereden

      Idem pour Kadhafi. Et avoir l’arme nucléaire pour la Syrie aurait aussi économisé des dizaines de milliers de vies. Excellente définition des occidentaux sur le thème : Fort avec les faibles et faible avec les forts"........

       
    • #1684165
      Le 15 mars à 13:32 par kledd
      Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

      Tu m enleves les mots de la bouche ! Israel et ses sbires en occidents ont fait de ce monde une veritable jungle ou regne la loi du plus fort !
      Que demande t on a ce pays ? de baisser son froc pour se faire degommer comme la syrie. la lybie, l’irak, le Yemen ?
      Prennent t ils les dirigeants nord-correns pour des cruches ? la solutionq qu’on leur propose c’est de faire tete basse ...et apres avoir rendu les armes que ce passe t il ? les USA demantele leur armada dans la region et vont gentillement a la maison ?
      Voyons ...Kim est sur la bonne voie. Quand des milliers de missiles pointeront leur nez sur les USA et leur allies dans la region. Quand une capacite credible de secondes frappes depuis les fonds de l’ocean sera assuree ...les yankees rentreront a la maison ..ou continueront leur simagree ...ad vitam eternam

       
  • #1684172
    Le 15 mars à 13:49 par kio
    Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

    Si l’on regarde une carte, il est aisé de constater qui est à sa place et qui ne l’est pas. Les gouvernements des Etats-Unis poursuivent l’occupation d’un pays d’Extrême-Orient depuis 1953 ; ils ont poussé à la division en deux états de cette nation. Depuis, leurs troupes et armements stationnent-là, créant une tension perpétuelle dans une région située à des milliers de kilomètres de chez eux. Quand on constate ce qui s’est produit en Europe et dans l’ex-URSS ces dernières années, il semble évident que l’évolution d’une Corée unifiée, même par les pro-chinois de 1950, aurait été comparable à celui de ces pays si les Etats-Unis n’avaient pas perpétré un climat de guerre permanente au milieu d’un Continent où ils n’ont rien à faire militairement. Bref, ce n’est pas la Corée du Nord qui a historiquement créée cette tension d’aujourd’hui, c’est la présence du même intrus indésiré qui génère ces tensions comme partout ailleurs dans le monde (Amérique Latine, Proche et Moyen Orient). Le comble, l’occupant reproche à l’occupé de troubler son occupation.

     

    Répondre à ce message

    • #1684306
      Le 15 mars à 19:15 par VORONINE
      Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

      Bon résumé de la situation ...La guerre de Corée a failli se transformer en désastre militaire pour les USA , chez les anciens du bataillon français de Corée , on aimait à dire que les américains avaient oublié que la baionette ne servait pas qu’à ouvrir les boites de corned beef . Depuis 1953 , ils ont été incapables de terminer ce conflit que ce soit par les armes ou par la négociation .Cette situation leur permet d’entretenir une guerre froide et un abcès en Asie , comme ils l’ont fait en Europe .Piètres soldats , en dépit de moyens colossaux , ils n’excellent que dans le pourrissement .

       
    • #1687365
      Le 20 mars à 20:00 par jojo l’affreux
      Retour sur le "casse-tête nord-coréen"

      En Corée il s’est passé le même truc qu’en Allemagne à la fin de la guerre : les Soviétiques ont occupé un bout du territoire, les Américains l’autre. La seule différence c’est que la tension a dégénéré en conflit ouvert (c’est limitrophe des frontières russes extrême-orientale et de la capitale de la Chine).
      La guerre de Corée à un moment les Américains étaient sur le point de la gagné, mais la 1 million de "volontaires" Chinois ont été mobilisé et sont entrés militairement, et comme il en venait toujours plus malgré l’utilisation d’arme chimique et biologique, et comme le gouvernement US a refusé d’autorisé les généraux à aller plus "loin", on a finit par convenir d’une trêve et d’un retour au statut-quo.
      C’est justement parce que la guerre de Corée s’est passé comme ça, que la Corée du nord n’est toujours pas désarmé malgré un programme avéré. Les états riverains (Corée du Sud, Japon, Taiwan) aimerait bien que les Américains s’en chargent parce qu’ils ont peur de la Chine. Seulement pour désarmer la Corée du nord (dont l’arme nucléaire ne représente pour le moment aucune menace extra-régionale), il faudra s’y prendre "comme en Irak" : d’abord une campagne de bombardement massif puis une invasion pour démanteler les complexes d’armement et inspecter les sites nucléaires nord-Coréen. L’inconnu qui dissuade les USA est : qu’elle va-t-être la réaction de la Chine si ils envahissent ce territoire ? Comme dans les années 50 ?
      Aujourd’hui la Corée du Nord continue de tenir par la volonté Chinoise. La population nord-Coréenne par contre fuit chez ses voisins.