Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

SOS Fantômes – Colombey-les-Deux-Mosquées

L’édito du directeur adjoint de la publication d’E&R

Photo : le député Olivier Falorni à la maison centrale
de Saint-Martin-de-Ré en octobre 2015

 

 

C’est certain, poussés à cela par leur absence de responsabilités au sein de leur parti et l’incapacité commune à tous les politiciens à trouver des solutions à des problèmes qui en plus, pour la plupart, sont le résultat de leur incompétence professionnelle, et surtout d’une gestion des fonds publics visant exclusivement à s’octroyer à eux-mêmes toujours plus d’avantages, les politiciens français en mal de notoriété sont passés maîtres dans l’art de générer une tempête dans un verre d’eau.

Et certains vont même au-delà. Ils inventent carrément le fait qu’ils montent en épingle de la sorte et à cette fin, et cela en sachant pertinemment, que leur mensonge aura pour effet d’aggraver le problème auquel leur affirmation fallacieuse fait référence, à savoir soit en occultant les véritables causes du problème, et lieux et modes de son implantation, soit en amenant, par ce biais tordu, les autorités à gaspiller les ressources publiques humaines et budgétaires concernées, utilisées alors à cette fin inutile ou contre-productive, à la place d’être affectées à la résolution du problème.

Tel est le cas d’Olivier Falorni, député de Charente-Maritime.

Le 14 novembre 2015, il est venu, en tant que membre de la Commission d’enquête parlementaire sur les filières djihadistes, visiter la prison de Saint-Martin-de-Ré. Et là, ô miracle, il a « découvert », dans un des espaces couverts aménagés dans la cour de promenade des détenus, ce qu’il a appelé, je cite, « une mosquée clandestine ». Voilà. Et à partir de là, ATTENTION ! Branle-bas de combat ! Tout le monde sur le pont ! Arrivée à l’Assemblée nationale, cette soi-disant « mosquée clandestine » est devenue, lorsqu’il a en interpellé le ministre de la Justice, je cite à nouveau le va-t-en-guerre bonimenteur susnommé, « un centre de formation pour apprentis djihadistes », et avec la précision suivante : « à l’attention de détenus condamnés à de très lourdes peines ».

Ah merde !

Non parce que, bon, d’accord, c’est la vérité, la crainte du Général de Gaulle, opposée pour justifier les Accords d’Évian, et dont je vous ai reproduit la chute en sous-titre de cet édito, c’est la vérité, sa crainte est en passe de devenir effective : du fait d’une natalité « gauloise » quasiment en berne, comparée à celle « lapinesque » des populations venues d’Afrique du Nord, toutes de confession musulmane, son village, au Grand Charles, Colombey-les-Deux-Églises, est bel et bien en passe, inéluctablement en passe de s’appeler un jour Colombey-les-Deux-Mosquées. Amen.

Mais il faut être un fieffé menteur, un manipulateur d’opinion de première, et un arriviste viscéral, un extrémiste de l’arrivisme, et en cela extrêmement dangereux, pour avoir ainsi balancé à la tribune cette bombe médiatique artisanale de destruction massive.

En effet, sa soi-disant « mosquée clandestine », est en réalité constituée uniquement d’un exemplaire du Coran, qu’un détenu avait oublié dans un de ces espaces couverts. Oui, c’est ça et uniquement ça qu’il a « découvert », en réalité, le père Olivier Falorni.

Alors, OK, il est exact que placé dans des mains mal intentionnées, le Coran, comme d’ailleurs la Bible, la Torah ou Mein Kampf, peut s’avérer un outil hautement dévastateur, et faire office de manuel d’instruction dans « un centre de formation pour apprentis djihadistes », notamment auprès « de détenus condamnés à de très lourdes peines ». Car il est également rigoureusement exact qu’en prison, et tout particulièrement quand on purge une longue peine, on a du temps à tuer. Toutefois, ça fait quand même très peu, trop peu, juste un exemplaire du Coran, d’abord pour suffire à constituer « une mosquée clandestine », et pire encore pour considérer qu’il se suffit à lui-même, cet exemplaire du Coran, pour constituer « un centre de formation pour apprentis djihadistes », même entre les mains de détenus très vilains. À moins, bien sûr, qu’il s’agisse d’une édition spéciale, un tirage limité, et qui comporte, mon Capitaine, des instructions « Ad Hoc » en ce sens.

Cependant, cette spécificité n’apparaissant pas dans votre invective, cette possibilité doit être écartée.

Mais allez , soyons fous ! Faisons plaisir à ce Monsieur Falorni. Considérons qu’il fait bien partie d’une édition spéciale de cet acabit, cet exemplaire du Coran qu’il a miraculeusement « découvert », le plus haut fait d’arme, sans aucun doute, depuis Poitiers en 732, et c’était également un jeudi.

Pour que ce manuel du parfait terroriste puisse être, non pas nécessairement, allez, juste enclin à transformer un espace de détente, en « un centre de formation pour apprentis djihadistes », encore faudrait-il que les « détenus condamnés à de très lourdes peines » entre les mains desquelles il peut s’y retrouver, premièrement, soient tous des musulmans, et deuxièmement des candidats déclarés au Djihad.

Or, tel n’est nullement le cas en l’espèce, bien au contraire. Et cela, je le dis avec force !

Et si je suis recevable, et surtout bien fondé à vous dire avec force, que tel n’est nullement le cas, qu’en réalité aucun des détenus musulmans qui fréquentent cet espace de détente, tous condamnés, c’est vrai, à de très lourdes peines, n’est candidat au Djihad, si je peux vous dire cela, et avec force, c’est parce que, Monsieur Falorni tout court, moi, Germain Gaiffe-Cohen, époux Dati et Stranieri, veuf Dursus et Érignac, je figure au nombre des détenus qui fréquentent cet espace de détente.

Alors certes, la bande compte 93,5 % de musulmans, dont 74,8 % affirment n’être que très rarement en retard dans leurs prières, 5,5 % d’athées, dont certains sombrent parfois dans un catholicisme peu orthodoxe (il leur arrive de prier saint Haschisch), et 1% de juif, un juif déclaré, votre serviteur.

Et bien que, donc, seul et unique juif officiel de la bande, je peux vous certifier, « mon » rabbin (Éric-Meyer Aziza) à témoin, que mieux encore que le font ces enfoirés de mi-chrétiens, mi-athées pourtant « Gaulois » comme moi, bordel, tous ces très très méchants et très très vilains musulmans ont à mon égard, et sans exception, un comportement fraternel, 100 % dans l’esprit du Coran.

Bon d’accord, idéologiquement peu au fait que tout est bon dans le cochon, de la queue au menton, ils ne mangent pas de « Alouf », ni encore moins de porc, mais ça a un avantage « groin-anmoins » : ça en fait plus pour moi !

Blague à part, et hormis le fait qu’il a peut-être un intérêt personnel pécuniaire, ce Monsieur Falorni, à ce que ces espaces de détente (les fameux « casinos ») soient détruits et remplacés par un gymnase ou je ne sais quelle autre construction. Et on saura si pareil intérêt il a, si l’entreprise à qui le marché de cette nouvelle construction sera attribué, appartient à un copain à lui ou un membre de sa famille, ou si un pot de vin est « découvert » le moment venu. Hormis cette éventualité tout à fait possible, donc, puisque je le rappelle, dans cette sombre affaire, comme d’ailleurs dans tant et tant d’autres, le principal suspect est un politicien ; au-delà de cet intérêt personnel pécuniaire envisageable, quel est, au principal, l’effet éminemment néfaste du mensonge public, dont l’Olivier en question s’est rendu coupable ; des faits qu’il a commis sur le territoire national et à une date non couverte par la prescription, mais des faits qui hélas ne se sont pas qualifiés crime par la loi, ni même délit, excepté par une lecture de l’article 35 de la Constitution du 24 juin 1793 (d’application avec valeur de loi car non expressément abrogé), une lecture assimilant, à juste titre selon moi, tout élu national, au « Gouvernement » qui est visé par ce texte :

« Quand le Gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Veuillez excuser cette petite parenthèse : elle s’imposait s’agissant de rappeler aux « Y en a marre », qu’à la place de se contenter de râler, de simplement maugréer les politiciens, et de se satisfaire de dire qu’il faut les dégager, ils seraient bien inspirés de le faire, et en débutant par le député Falorni.

Car le voici, l’effet éminemment néfaste principal, du mensonge public dont il s’est rendu coupable.

En criant « Au loup ! », là où en réalité, prison de Saint-Martin-de-Ré, il n’y a nulle blanche colombe, c’est vrai, mais uniquement des brebis égarées, le député Olivier Falorni a de fait « mis le voile » sur les « mosquées clandestines » et les « centres de formation pour apprentis djihadistes », qui eux existent bel et bien en milieu carcéral, et dans des établissements pénitentiaires qui sont parfaitement connus comme abritant des mosquées et centres de « recrutement », plus exactement, de candidats au djihad. Et ces établissements pénitentiaires sont connus en tant que tels, tant par le ministre de la Justice et son collègue de l’Intérieur, que par le Premier ministre et le Président de la République.

Oui, du fait de ce mensonge public, qui a pour seul et unique objectif d’apporter un éclairage médiatique sur sa petite personne, minuscule mais avec une grande gueule, et l’appétit démagogique qui va avec, du fait de ce mensonge public du député Falorni, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur, le Premier ministre et le Président de la République vont pouvoir continuer à laisser ces « fermes » à terroristes servir leurs noirs desseins, à eux, les politiciens au pouvoir : fournir à l’État islamique les soldats qui viendront répandre « la terreur » sur le territoire de la République.

En effet, seule une France « terrorisée » peut permettre à François Hollande et Cie de se maintenir au pouvoir en 2017, en endossant à nouveau le costume du sauveur, comme le 13 novembre 2015.

Et cela va même plus loin ! Je les ai taquinés plus haut, mais les Français qui « en ont marre » d’être exploités et d’être pris pour des cons par les politiciens, ces Français, qui représentent bien 75 % de la population, ces Français sont en fait de plus en plus nombreux à vouloir le mettre en application, l’article 35 de la Constitution du 24 juin 1793. Et cela, les politiciens Français le savent.

Du coup, comme ils savent également, l’Histoire l’a prouvé à maintes et maintes reprises, que quand sentiment de terreur il y a au niveau national, le peuple a ce réflexe stupide, de faire corps et bloc derrière les gens qui sont au pouvoir, une France « terrorisée » est le seul et unique cas de figure dans lequel les politiciens, tous, de droite comme de gauche, ces gens qui sont au pouvoir depuis plus de 30 ans maintenant, peuvent s’y maintenir encore pendant un temps plus ou moins substantiel, et éviter ainsi la Révolution armée, qui sinon va les en chasser inéluctablement, une occurrence en laquelle ils paieraient de leurs vies d’avoir « tué » le pays, cela davantage par leur bêtise abyssale que par leur malhonnêteté intrinsèque ; et c’est bien là la partie la plus triste de ce triste constat.

Aussi, et bien qu’il mériterait pleinement que je le fisse, je vais terminer cet édito, non pas en disant à Olivier Falorni, qu’il peut aller se faire couper les cheveux, plutôt par un serment, un serment qui, ma foi, correspond parfaitement, pour illustrer l’absence démontrée de toute crédibilité qu’on peut donc accorder aux dires du terroriste du discours politique tronqué qu’est cet obscur parlementaire, pourvoyeur de fausses données sur la prison, et qu’on devrait dès lors mettre « à l’ombre ».

Il s’agit du serment que prêtent, à l’ouverture et à la fermeture de chacune de leurs séances curatives, d’ex-moines cisterciens, alcooliques repentis et convertis à l’islam, serment par lequel ils affirment haut et fort, dieu et une ex-maîtresse commune à eux tous à témoins, et à qui veut bien les croire, qu’ils ont renoncé à la bibine :

Wou’ Allah la Dîme, sur la tête à Nadine : je ne bois que de la grenadine !

Germain Gaiffe-Cohen, directeur adjoint de la publication d’E&R

Voir aussi, sur E&R :

 

Les directeurs de la publication d’E&R prennent la plume :

Le djihadisme contrôlé par le pouvoir, chez Kontre Kulture :

Pour soutenir Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1460193

    Pardon de le dire, ce n’est pas parce qu’un edito est long et qu’il comporte deux trois vannes qu’il est bon...

    Les phrases sont noyées

     

    • #1460217
      le 07/05/2016 par Gerard J. Schaefer
      SOS Fantômes – Colombey-les-Deux-Mosquées

      Bin justement, parfois, ’faut développer...
      Ce que ton commentaire ne fait pas.

      Cet édito est de toute première bourre, merci, Germain !
      Ensuite, la prison, c’est pas "dehors", le lecteur doit le comprendre, pour apprécier.


    • #1460303

      Euh...oui en effet...il manque une petite partie de ce que j’avais écrit, un bug quelque part o_O

      Ma foi, tant pis. Cependant j’ai bien compris qu’il y a bien un message à passer mais à tenter d’associer une vanne à chaque phrase ou un commentaire législatif ou factuel (le fond du message en fin de compte) finalement ca part dans tous les sens et parfois devient illisible à la limite qu’il faille s’y reprendre à 5 ou 6 fois avant de comprendre enfin la phrase car il manque des éléments.

      Oui bizarrement quand je lis parfois je m’interroge sur la structure d’une phrase, et pas uniquement sur "sujet +verbe+complément" et surtout quand une phrase fait plus de 3 lignes et enchaine les virgules et point-virgules. C’est souvent là où finalement dans l’esprit de vouloir faire plus de construction on fait un phrase totalement vide de sens (non pas forcément vide d’idée).

      C’est en ce sens que je disais que les phrases étaient noyées. Ok il y a des choses à faire passer mais par-ci par-là les blagues en moins aurait été je pense plus efficace. Après ce n’est que mon avis.

      Je ne suis pas prof de français loin de là, après si, nos commentaires sont uniquement là pour faire amende honorable, vœu d’abnégation et d’allégeance sans remise en question ni réflexion personnelle pour dire systématiquement "bravo", aucun commentaire n’a intérêt car il est forcément preuve de "soumission".

      S’il m’est permis toutefois de complimenter (cela je pense que oui), il est certain que je vient 50 fois plus souvent lire ici que sur les autres médias, déjà pour la les infos mais également pour la qualité orthographique.

      Allez lire msn, orange etc. , bon sang, les fautes et coquilles se relèvent par dizaines parfois désormais.

      Bon je termine mon développement en vous souhaitant un bon week end ! ^^


    • #1460441

      Si tes lectures se limitent aux 140 caractères des tweets que tu lis , je peux comprendre ton agacement .


    • #1460717

      @Soralien

      Voilà comment aussi vous pouvez avoir un reflexe pavlovien : une personne critique la longueur d’une phrase qui peut rendre la compréhension d’une phrase compliquée voire vide de sens, ce que l’on apprend normalement en collège désolé, le reflexe est de dire que la personne ne lirait que des tweets de 140 signes.

      Mal tombé pour vous non, je n’ai pas de compte twitter, et oui car justement je ne sais pas faire de messages de moins de 140 signes, et j’ai tout de suite eu en horreur ce média dès qu’on a tenté de m’y faire inscrire. Par conséquent non je ne lis pas "que" des messages de 140 signes.

      Je persiste donc, ce n’est pas parce qu’un texte est écrit en y attachant une vanne, un élément factuel, en enchaînant les éléments de structure et en faisant d’une soit disant phrase un paragraphe de 15 lignes que cela est forcément intelligible et/ou intelligent.
      Je persiste tout autant à dire que ce n’est pas pour ces mêmes raisons que forcément le lecteur qui en aurait fait la remarque ou tout simplement n’aurait jamais pensé à soulever le coin de nappe serait forcément un analphabète notoire ou serait dans l’incapacité de déchiffrer un texte de plus de cinq mots.

      Encore une fois milles excuses, on reste sur un site d’échanges la vérité ne vient pas QUE d’"en haut" si j’ose dire. La remise en question doit être universelle, moi le premier. Je n’ai exprimé que mon opinion personnelle qui je pense est valide car il y a des arguments.

      Je pense encore E&R comme un site de réinformation plutôt destiné à tous...ou disons média-alternatif pour d’autres puristes.
      Mais j’ignorais donc qu’il fallait que j’apprenne à parler et lire, le "Germain Gaiffe Cohen", le "Soral", le "Guyénot", le "Sapir" etc avant de pouvoir "comprendre", je pensais en fait que tout était écrit en français avec des règles de construction générale certes avec un niveau de maîtrise tous différent mais néanmoins (désolé Mr Gaiffe Cohen, je voulais dire groin-anmoins) globalement les mêmes.

      Bon tout cela je l’écris sous humour autant que vous mettiez votre commentaire en oubliant que ça ne vous rendrait pas plus intelligent car un argument facile et irrecevable. On peux se prétendre "Soralien" jusqu’à en prendre le pseudo mais ne pas en avoir le niveau non plus.

      Je ne vous en veux pas, l’internet et l’interface informatique débrident les comportements et la réflexion. Le pardon vient de tous et je fais un premier pas vers vous, allez en paix....


    • #1460724

      Un prisonnier au passé lourd, juif, marié à son co-prisonnier sous la protection de Dieudo, qui écrit des éditos, ça relève de la performance artistique pure. Même si le fond était criticable (supposons), on apprécie la performance et on en redemande.


  • #1460215
    le 07/05/2016 par Gerard J. Schaefer
    SOS Fantômes – Colombey-les-Deux-Mosquées

    « un centre de formation pour apprentis djihadistes », et avec la précision suivante : « à l’attention de détenus condamnés à de très lourdes peines ».
    Il faut effectivement être "un extrémiste de l’arrivisme" pour tenir de tels propos, et pire, profiter d’une abyssale incompétence généralisée, pour qu’ils soient considérés.

    Hélas, dans ce brouillard d’abrutissement, "on" sait toujours tirer l’épingle du jeu de la botte de foin enfumée, et nous sortir opportunément un "Coulibaly & Cie"...

    Germain prend le temps de nous faire marrer, mais est-ce vraiment tout ce qui nous reste, mon Dieu ?

     

    • #1460325
      le 07/05/2016 par Les Mâtons
      SOS Fantômes – Colombey-les-Deux-Mosquées

      "Germain prend le temps de nous faire marrer, mais est-ce vraiment tout ce qui nous reste, mon Dieu  ? "

      Dans l’univers carcéral, on ne peut que purger sa peine... Déjà c’est beau de rire et de faire marrer les autres. Ça détend.

      C’est évident que s’il voyait le mec qu’a la clef de sa taule la lui refiler il la prendrait.

      Faut quand même pas exiger d’un mec plus qu’il peut donner. Quelle exigeance, quelle ingratitude !


  • #1460252

    Oui germain, je pense que tu devrais te mettre plutôt à la cuisine ou au tricot pour le coup. Range ta plume un temps et prépare nous pour tes voisins de fraternité un tajine poulet/abricot (attention aux noyaux, on les voit jamais arriver et au final on est plus maitre de son propre plat) !
    Tu peux aussi leur tricoter un slip étanche aux jus littéraires pour le moins inconsistants et faussement humoristiques.
    Ceci dit, on a bien compris ton message : d’un coté il y a...et de l’autre, y a les autres...
    Le niveau monte indéniablement et la situation se clarifie c’est sûr. Merci Germain !


  • #1460330

    Quand un prisonnier lui-même commence à comprendre, à dénoncer la manip... c’est rassurant mais pas totalement car malheureusement, il y aura toujours quelques paumés vulnérables manipulables en prison ou pas...
    J’ai beaucoup rigolé mais la conclusion reste un mystère, j’essaie de la relire pour en saisir le sens... néanmoins, merci à l’auteur.
    Courage !


  • #1460385

    Wou’ Allah la Dîme, sur la tête à Nadine : excellent article ! A relire à tête reposée, il y a tant entre les lignes.


  • #1460857

    @Seb

    Mais c’est là où justement vous vous plantez et magistralement.

    D’une, sur un site qui dénonce le chantage à la shoah, le commerce de la victimisation il est mal venu justement d’invoquer les mêmes motifs pour essayer de déclencher les même réflexes .
    C’est ainsi que l’on pourrait alors tout faire parce que justement on est ceci ou cela, ou que l’on cumulerait le tout ?
    Peu m’importe que Germain Gaiffe Cohen soit homo, juif et s’il s’est marié avec son compagnon de cellule, tant mieux je lui souhaite beaucoup de bonheur.
    Cependant si le clou est planté de travers il est planté de travers. Que l’on soit homo, que l’on soit allé en prison ou pas ne change rien, le clou est planté de travers.

    Dans 50 ans si on relit cet édito, (ou si on regarde le clou planté de travers), il sera toujours pareil. Le passif du rédacteur ne fera pas gage d’excuses.

    De deux, ce n’est justement pas le fond que je discutais mais la forme.
    Et là j’argumenterais aussi. Tant mieux pour lui aussi qu’il ait été remarqué par Dieudo. Mais bien qu’il ait été cité souvent dans les vidéos de Dieudo et qu’il ait fait de Germain Gaiffe Cohen son "protégé", cela n’en fait pas forcément un artiste de premier choix.
    J’ai beau adorer Dieudo, je ne suis pas censé non plus prendre pour vérité toute parole qu’il prononce ou comme acte sacré toute disposition qu’il prend. Ce n’est pas parce qu’il va rire d’un truc que je suis obligé de rire.

    Cela s’appelle le libre arbitre.

    Et donc je rebondirais sur une dernière chose, si effectivement la vocation de Germain Gaiffe Cohen est d’être une performance artistique, l’une des qualités d’un artiste c’est aussi de pouvoir s’améliorer avec les impressions de son public. Dieudo malheureusement ne sera pas toujours là pour lever le doigt et montrer à quel moment il faut rire. A moins qu’il ait créé le label "protégé par Dieudo" qui fait que tout le monde rigolera tout le temps mais bon...

    Si l’edito devait faire rire, à dire franchement, je n’ai pas rit, car comme je l’ai dit il a fallu relire plusieurs fois ce qui est loin d’être agréable, donc n’incite pas à rire.
    Notez encore une fois : je discute LA FORME et non le fond.

    Bref n’oubliez pas qu’apporter une critique n’est pas systématiquement négatif ou contre productif. Ne voyez pas parce que quelqu’un dit gris que tout de suite vite il faut dézinguer le mec en trouvant des excuses ou en tentant de le tourner au ridicule .

    Bonne fin de week end à tous.

     

    • #1461254

      Entièrement d’accord avec vous , cet article ne m’a pas fait rire et sa lecture est pénible .
      La clarté et la concision me semblent être deux qualités que , de toute évidence Mr Germain Gaiffe Cohen ne possède pas !


  • #1461057
    le 08/05/2016 par Mo’Truckin’
    SOS Fantômes – Colombey-les-Deux-Mosquées

    Drôle et pertinent ...
    Merci, Germain.


  • #1462105

    Dommage , l’article ne dit pas si Falorni a visité la prison avec son rouge à lèvres ???