Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Sassou-Nguesso subit les foudres de l’Occident à cause de sa proximité avec la Chine et les BRICS

Les ennuis de Jacob Zuma, le président le plus puissant d’Afrique au plan économique, ont les mêmes causes. Nous ne pouvons ignorer le cynisme de Sarkozy vis-à-vis de Laurent Gbagbo et de Kadhafi, dirigeants africains épris d’indépendance et de liberté.

 

En effet, on va faire payer à Sassou son audace patriotique de vouloir installer une banque chinoise au Congo, celle qui sera érigée sur les cendres de l’ancienne piscine caïman au centre-ville à Brazzaville.

Cette banque permettra des échanges directs, ainsi, des fonds chinois pourront parvenir au Congo sans passer par la Banque de France. Ceci aura l’avantage de nous affranchir des contrôles et de la domination de l’Occident, qui n’aura plus tous les moyens pour bloquer certains projets auxquels les entreprises européennes n’auront pas accès.

De même, le mode avantageux de compensation pourra être mis en exergue pour équilibrer ou rembourser les préfinancements et financements chinois.

Ce qui est différent des dettes gagées et autres conditionnalités contraignantes d’accès aux crédits, qui asphyxient les économies de nos pays qui ploient sous le poids de la dette, dont le meilleur moyen d’asservissement est le rééchelonnement, cycle infernal dont on ne sort pas depuis les années 1980.

Avec cette forme de coopération et de négociations, le Congo a, sur fonds propres et prêts chinois, entrepris depuis une dizaine d’années de vastes travaux d’infrastructures de base devant sous-tendre son développement.

Dans un pays sorti exsangue des différentes guerres qui l’ont terriblement handicapé, l’on peut en être fier.

En effet de 2000 à 2016, le Congo a construit plus d’infrastructures de base que cela n’a été le cas en 40 ans de coopération privilégiée avec l’Europe occidentale et particulièrement avec la France. Avec cette nouvelle vision de partenariat gagnant-gagnant, le Congo pourra librement choisir ses partenaires, ses bailleurs.

Or ce qui précède n’arrange pas les affaires de l’ancienne puissance coloniale et de ses partenaires qui possèdent pourtant l’essentiel des contrats pétroliers.

C’est pourquoi, Jean-Marie Michel Mokoko, l’habitué des basses besognes non accomplies, est dressé pour déstabiliser le pouvoir de Brazzaville, entraînant ainsi la chute de Sassou par voie d’insurrection populaire suite à la contestation des résultats des élections.

Lire la suite de l’article sur gobrazzza.com

La difficile indépendance des deux Congo, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • vu l’humiliation de la France et de l’occident en Syrie , Sassou-Nguesso risque de demander de l’aide à Poutine , pour se débarrasser de ces petits dictateurs qui pillent l’Afrique depuis des décennies sans rien donner en échange , à part utiliser des pantins et de fausses élections contre le peuple -

     

    • Sassou c’est 32 ans au pouvoir avec l’aval complet des autorités françaises et même leur accord pour modifier la constitution et pouvoir se représenter aux élections de 2016. Mokoko est effectivement très populaire au Congo et surtout à Pointe Noire. Qu’il y ait des manipulations est un fait, qu’elles viennent de l’occident chacun s’en accorde au Congo. Mais il faut faire attention à ne pas s’enflammer non plus pour l’un ou l’autre des partis. La population a toujours été perdante au Congo et l’arrivée des chinois n’y a rien changé. Le parallèle avec Zuma en Afrique du Sud est d’autant plus maladroit qu’une majorité de noirs s’accordent aujourd’hui à dire qu’il a trahi la cause pour son gain personnel et est en train de plonger l’Afrique du Sud dans une misère bien pire que celle du temps de l’apartheid. Tout ça au profit de quelques familles et d’élites blanches internationales qui se sont régalées depuis 20 ans. L’ANC est sur le point de changer de dirigeants pour éviter un nouveau mandat Zuma. Je vis dans ses pays depuis plus de 15 ans et je suis très méfiant sur cet article tiré directement d’un outil militant pro Sassou.


    • @ Bertrand
      Merci pour votre commentaire. Je sens une vraie connaissance du sujet. Puisque mon commentaire, qui va pourtant dans le même sens, ne passe pas, je fais mien le vôtre.


    • Regardez les faits : Poutine n’intervient que dans sa périphérie, et pour protéger des intérêts russes ou au moins russophones


  • Pour sortir de sa misère et de son effroyable exploitation par l’occident l’Afrique n’a d’autre solution que de se tourner vers les pays du "BRICS" et cela dans tous les domaines ! La misère qui se développe de façon exponentielle sur ce continent sous emprise coloniale après des indépendances de façades mais toujours sous le joug du Franc CFA , des armées impérialo-sionistes et de leurs mercenaires terroristes qui entretiennent le chaos voulut par l’empire du mal et ses valets locaux ! Les quelques dirigeants non corrompus (heureusement il en existe ) doivent dans un premier temps agir comme l’a fait le Président Assad, élu démocratiquement par son valeureux peuple et signer des accords de défenses avec les puissances nucléaires des"BRICS" ce qui calmera l’ardeur criminelle des Sarkozy ,des Hollande, des Saouds , des Clinton et autres Stanyahou à renverser les patriotes de ces pays livrés à la prédation et aux coups d’états des rapaces impunies qui ont détruit le Moyen-Orient ! Ce que n’avait pas compris Kaddafi,Saddam Hussen pour le plus grand malheur de leurs peuples ,mais que le président Syrien a lui bien compris ce qui sans doute sauvera son pays meurtris par les hordes barbares venus de l’ouest et des pays soit disant civilisés et droit de l’hommiste !!


  • Denis Sassou-Nguesso est arrivé au pouvoir en 1997 suite à un coup d’état et une guerre civile aidé par Jacques Chirac.
    La françafrique chiraquienne et gaulliste est en passe d’être liquidée par la gauche qui tente de structurer des réseaux autours du Qatar et de l’Arabie-Saoudit. Le but est d’affaiblir les financements de la droite. C’est en tout cas l’analyse de Boris le Lay qui je penses est une partie de la vérité :
    https://www.youtube.com/watch?v=N_x...

    https://www.youtube.com/watch?v=1Ws...


  • J’ai une humble et modeste experience de 6 ans d’expatriation en Afrique avec un court sejour au Congo dans les annees 90, c’est a dire juste avant les massacres et donc avant que Sessou ne reprennent le pouvoir (Lissouba, le President marionnette de la France ayant un peu trop flirte avec les US, la France a voulu changer de marionnette) et je peux affirmer que c’est surement un des plus sanguinaire tueur au pouvoir en Afrique, ami de la France bien sur mais tant qu’il defend le peu de pouvoir qu’il nous reste, ses massacres n’ont aucune importance


  • En quoi implanter une banque chinoise dans un pays tiers est-il un acte patriote ?! A la base, une banque privée n’est en rien patriote, qui plus est étrangère ! Et Sassou n’est qu’un autre profiteur qui vit sur le dos de son peuple, comme tous les dirigeants. Une démocratie à la française ne signifie pas que le peuple ai son mot à dire. On est bien placé pour le savoir.


  • Denis Sassou Nguesso cumule 32 ans à la tête du Congo, soit de 1979 à 1992 et de 1997 à aujourd’hui. En 1979 il arrive au pouvoir après avoir renversé Yombi Opangault. Yombi assurait une sorte de transition après l’assassinat de Marien Ngouabi en 1977, par Sassou Nguesso. En 1992, grâce à la "conférence nationale souveraine" que Sassou est forcé d’organisé en 1991, à cause de la pression populaire, le Congo, après une période de transition de 1991 à 1992 (transition assurée par André Milongo, à la suite de son élection pendant ladite conférence nationale) organise des élections présidentielles. Sassou termine troisième derrière Pascal Lissouba et Bernard Kolélas. Lissouba tente de présider le Congo de 1992 à 1997. Je dis tente, car Lissouba en intellectuel qu’il est (il est professeur en génétique des populations et a occupé de très hautes fonctions à l’UNESCO pendant de très nombreuses années) fait un audit sur les contrats pétroliers signés par Sassou, notamment avec Total Efl. Il réussi à revoir à la hausse la part qui doit revenir au Congo, car Sassou avait littéralement bradé le pétrole congolais pour quelques miettes, au bénéfice de son enrichissement personnel, et pour servir les intérêts français. Avec l’aide du gouvernement français, en 1997 Sassou renverse Lissouba à la suite d’une guerre civile particulièrement atroce.
    Je fais un saut pour parler d’aujourd’hui. Le 20 mars 2016 Sassou organise les élections présidentielles, après avoir modifié la constitution pour lui permettre de briguer un n-ième mandat. La veille des élections toutes les communications sont coupées (téléphones, Internet, même l’électricité dans plusieurs quartiers). Trois jours plus tard, Sassou est déclaré vainqueur au premier tour avec plus de 60% des voix. Or l’opposition, sur la base des procès verbaux, présente des résultats différents. Sassou est 4ème derrière Mokoko, Kolélas et Okombi.
    En ce moment l’opposition tente d’arracher par tous les moyens le vote qui lui a été volé. Le pouvoir de Sassou ne se laisse pas faire, en faisant publier des articles de ce type dans plusieurs médias tel que Jeune Afrique, grâce aux milliards d’euros que Sassou et son clan ont accumulés pendant plus de 32 ans de règne.