Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

Dans la tradition européenne, solstices et équinoxes définissent le début des saisons, notamment à l’équinoxe de septembre (le 23 environ) pour l’automne et au solstice de décembre (le 21 environ) pour l’hiver.

 

 

À l’arrivée de ces saisons, beaucoup ressentent de la fatigue, physique comme mentale. Avec la fin de l’été, en particulier, les effets du soleil commencent à s’estomper, le manque de luminosité accentue nos envies de sommeil, notre métabolisme se met progressivement au ralenti.

Le stress, combiné le plus souvent à une mauvaise alimentation, décuple encore l’affaiblissement de l’organisme et la baisse des défenses immunitaires.

Si la nature est bien faite, notre corps étant conçu pour se détoxifier par divers processus naturels (digestion, transpiration, urines, etc.), un petit coup de pouce est souvent nécessaire pour lui permettre de repartir de zéro pour affronter une nouvelle saison.

 

L’alimentation, un levier fondamental

 

Une mauvaise santé peut trouver son origine dans un déséquilibre dont la cause est, bien souvent, notre exposition régulière à un facteur négatif, comme par exemple les pesticides.

L’alimentation, nécessité quotidienne, peut se révéler notre amie autant que notre ennemie selon la rigueur avec laquelle nous choisissons nos aliments. La qualité de l’alimentation est donc considérée comme un facteur déterminant pour la santé.

« Que ton alimentation soit ta première médecine », disait Hippocrate (v. 460 - 377 av. J.-C.).

 

Consommez des légumes, beaucoup de légumes...

 

 

L’automne offre une palette variée de légumes, qui apportent vitamines, minéraux, oligo-éléments dont notre organisme a besoin.

Par exemple, potirons, courges et autres cucurbitacées, riches en potassium, sont sources de vitamine A (bêta-carotène), connue pour son effet antioxydant.

Les crucifères, choux-fleurs, choux de Bruxelles, brocolis, etc., sont riches en vitamine C et E, en potassium et magnésium, cet anti-stress naturel qui stimule également le système immunitaire. Sans oublier les épinards, le fenouil, le poireau, la carotte, le navet…

Bref, crus ou cuits, en salade, à la vapeur, en soupe, variez les préparations et les plaisirs. L’excès de légumes n’est pas à craindre ! L’essentiel étant de les choisir issus de l’agriculture biologique.

 

... mais pas seulement : les légumes ne font pas tout

 

La nourriture est une fonction vitale qui apporte les éléments nutritionnels indispensables à une bonne santé physique, psychologique et affective. Une alimentation saine et équilibrée exige donc également un apport suffisant en féculents, sucres naturels et acides gras essentiels.

Les féculents (pâtes, riz, pois chiches, fèves, lentilles,…) se caractérisent par une forte concentration en glucides complexes (amidon) qui constituent la principale source d’énergie de notre alimentation.
Attention cependant à privilégier des aliments complets ou semi-complets pour le riz et les pâtes.

Les sucres naturels, sucre de canne, sirop d’agave, miel, apportent de la douceur dans nos assiettes sans nuire à notre métabolisme car non-raffinés.

Les oléagineux (noisettes, noix, amandes,…) sont d’excellents partenaires santé, car riches en omégas 3 et 6. Ces acides gras essentiels améliorent notamment le niveau d’énergie, l’humeur, et contribuent à adoucir la peau.

A cette période de l’année où les jours raccourcissent, le manque de luminosité peut jouer sur le moral. Aussi, un carré de chocolat sera le bienvenu. Le magnésium qu’il contient permet de combattre la fatigue, le stress et l’anxiété.

La saison froide peut également être l’occasion de découvrir les graines germées, exceptionnelles pour leurs qualités nutritionnelles car riches en vitamines, enzymes et acides aminés.

 

Les produits Au Bon Sens à découvrir :
- les pâtes en spirale semi-complètes
- le sucre de canne non-raffiné
- les amandes décortiquées bio
- le chocolat de François Pralus
- les graines à germer bio

 

Bien s’hydrater... la peau !

 

 

La peau est notre première barrière naturelle, elle contribue à la protection de notre organisme face aux agressions extérieures.

Sa qualité en souplesse et en élasticité, son intégrité et son épaisseur sont autant de facteurs qui influent sur notre résistance et notre adaptation à l’environnement, notamment lors des saisons les plus rudes comme l’automne et l’hiver.

Corps, visage, mains, lèvres, aucune partie n’est épargnée par le froid.

Ainsi, le beurre de karité est un allié de choix. Naturellement riche en vitamines A, D, E et F, il répare, hydrate et assouplit la peau.

Accordez une attention toute particulière aux lèvres et aux mains, qui sont des parties vulnérables.
Pour les lèvres, optez pour un soin nourrissant et protecteur. Nourrissez également vos mains avec une crème à base d’argile blanche et d’huiles végétales. L’argile blanche apaise, adoucit et protège l’épiderme. Les huiles végétales, quant à elles, permettent de lutter contre l’altération du film hydrolipidique. La peau est ainsi intensément hydratée.

 

Prendre soin de sa peau avec Au Bon Sens :
- le beurre de karité bio
- le soin à lèvres bio
- la crème bio pour les mains

 

Stimuler ses défenses immunitaires

 

Suggestion d’Au Bon Sens : pour donner un bon coup de fouet à votre système immunitaire en plus d’une alimentation biologique et équilibrée, tentez une cure d’automne de revitalisation à base de gelée royale et de spiruline.

Exemple de posologie pour la gelée royale : 1 à 2 cuillerées par jour, le matin et le soir lors du repas, pendant 15 jours.

Exemple de posologie pour la spiruline : 2 à 4 comprimés par jour, le matin et le soir lors du repas, pendant 21 jours.

 

A découvrir sur Au Bon Sens :
- la gelée royale bio
- les comprimés de spiruline
- tout ce qu’il faut savoir sur l’accompagnement du changement de saison

 

L’automne est le messager de l’hiver

 

 

L’automne nous prévient à la fois des déséquilibres à venir lors de cette période rude pour l’organisme, mais aussi et surtout des diverses carences qui en sont la cause...

Alors anticipons avec Au Bon Sens !

Prendre soin de sa santé avec les produits sains et enracinés
d’Au Bon Sens :

 

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1602079
    Le 15 novembre à 12:44 par nico
    Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

    petit rectificatif :
    si les oméga 3 sont bon pour la santé, l’excès d’oméga 6 est lui mauvais.
    le bon ratio est de 5 oméga 6 pour 1 oméga 3.
    alors qu’il est en général en france de 18 oméga 6 pour 1 oméga 3.
    éviter l’huile de tournesol, au profit de l’huile d’olive et de colza, est un bon début...

     

    Répondre à ce message

  • #1602123
    Le 15 novembre à 13:29 par Joël
    Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

    Imaginez-vous que vous ne citez pas une fois le mot "pain" dans votre article ? pourtant l’apport de féculent de référence dans nos contrées est bien constitué de céréales transformées en pain : seigle, épeautre, froment, engrain ! Sans oublier la fermentation sur levain naturel, pur c’est à dire sans levure dite "de boulanger".
    Les pâtes alimentaires sont faites de farine de blé dur. Le blé dur est plutôt cultivé en l’Europe du sud (Italie) ou en l’Afrique du nord (où on le transforme en couscous).
    Cordialement

     

    Répondre à ce message

    • #1602340
      Le 15 novembre à 20:57 par locke
      Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

      Et ce gavage de glucide est la cause de bien des problemes de sante. Nous avons un alimentation bien trop largement constituees de glucide, qu ils soient complexes ou simple. Tout cela a cause de lobby des cerealiers qui ont diabolise le gras ...
      Le corps fonctionne egalement tres bien en brulant le gras plutot que les glucides.

       
    • #1602510
      Le 16 novembre à 10:02 par nico
      Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

      Le pain au niveau santé n’est pas irréprochable, en effet :
      - très forte glycémie (fait augmenter rapidement le taux de sucre dans le sang), à tel point qu’on peut le comparer à un sucre rapide.
      - forte teneur en gluten (responsable d’une augmentation de la porosité des intestins), pour le pain au blé notamment.
      - forte teneur en pesticides (et donc augmentation du risque de cancer).
      Il est donc bon de préciser qu’il faut privilégier le pain bio (sans pesticides), fabriqué à base de céréales à faible teneur en gluten et de levain (qui atténue la glycémie).

       
    • #1603045
      Le 16 novembre à 23:19 par Joël
      Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

      Ce qui dans le pain peut être comparé à des sucres rapides concerne le pain blanc, la baguette et toute la boulangerie conventionnelle. Ce n’est pas "le" pain, il y en a de bons, surtout ceux faits à la maison ou chez des boulangers qui sortent des sentiers battus.
      Le levain n’atténue en rien la glycémie mais il déstructure le gluten (entre autres). La glycémie est diminuée par l’usage de farine complète, sur meule de pierre (pierre véritable et non reconstituée tant qu’on y est).
      Naturellement pas de pesticide et surtout pas dans les farine complètes car ils restent sur l’enveloppe du grain.
      Comme céréales à faible teneur en gluten : blé ancien, épeautre (très proche du précédent), seigle ou engrain.
      Le problème du gluten de blé est lié à la sur-sélection qui a visé à mécaniser le travail de la pâte. Le gluten à été dénaturé et est devenu une monstruosité à la fois indigeste mais indispensable pour faire du pain "baguette" avec les exigences des consommateurs d’aujourd’hui (aéré, léger, alvéolé etc.). Mais reste encore de vieilles variétés de blé chez des passionnés et toutes une biodiversité cultivée à refaire grandir. Ne balayez pas d’un revers de la main des milliers d’année de sélection paysannes. Nous avions au début du 20ème siècle plus de 30 000 variétés de blé à travers la France. Il doit en rester un ou deux milliers. Pas de problème de gluten avec ceux-là. Ils poussent sans pesticide, sans engrais de synthèse et demandent peu d’eau. Avis au amateurs, il y a un monde à reconstruire...

       
  • #1602208
    Le 15 novembre à 15:58 par Pamfli
    Se préparer à l’hiver avec Au Bon Sens

    Et puis il y a eu le 14 novembre dernier l’élection de Donald Trump !

     

    Répondre à ce message