Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Slovaquie : 200 miliciens font régner l’ordre... et la terreur

Sursaut sécuritaire ou danger fasciste ?

En tenue de camouflage, ils s’entraînent, une mitraillette non létale à la main, dans les forêts de Slovaquie. Techniques de survie, parachutage, entraînement à la guérilla, maniement des armes : les jeunes recrues ne sont pourtant pas des soldats de l’armée slovaque, loin de là.

 

Peter Švrcek, par exemple, est étudiant en archéologie à l’université. C’est lui qui dirige la principale milice du pays, Slovenskí Branci (SB, « les recrues slovaques »), un groupuscule de 200 membres actifs qui se veut apolitique mais que les services secrets surveillent étroitement et que les autorités considèrent comme étant affilié à l’extrême droite. « Nous sommes de vrais patriotes. Nous suivons un entraînement sophistiqué et nous sommes prêts à aider nos soldats et notre patrie », assure-t-il.

 

Supplétif de la police

Une jeune fille se fait embêter au début d’août par un Arabe à Piešt’any, ville thermale très prisée des touristes du Golfe ? Peter et ses sbires déboulent aussitôt. « Avec la police, nous avons rétabli l’ordre dans les rues de la ville, afin que les citoyens se sentent à nouveau en sécurité. Nous avons pu montrer aux gens que nous sommes opérationnels, déterminés et forts », assure Peter Švrcek.

Une femme se fait agresser dans un train par un garçon rom en avril ? Cette fois, c’est Marian Kotleba, le chef du parti néonazi L’SNS, qui envoie ses troupes pour patrouiller dans les trains et arrêter d’éventuels suspects, avant de les livrer à la police.

« Slovenskí Branci et les organisations similaires tentent d’accroître leur popularité auprès des locaux en menant de telles actions », explique Daniel Milo, expert en extrémisme. Kotleba, fraîchement élu député, n’en fait pas mystère : il veut utiliser 5 des 5,2 millions d’euros versés par l’État à la suite de son succès électoral du mois de mars pour créer des milices chargées de « faire régner l’ordre là où la police n’y parvient pas ».

Lire la suite de l’article sur 24heures.ch

 

Réfléchir au lien entre nationalisme et sécurité
avec Kontre Kulture

Fascisme, populisme et globalisme en Europe, sur E&R :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1544674

    Je suis toujours amusé de voir des Slaves néo nazis. Dans l’idéologie nazie, les Slaves sont des sous-hommes. Je pense que ce fait échappe un peu à tous ces gens d’Europe de l’Est qui se réclament du nazisme. Dans une Europe nazie, ils n’auraient été que les esclaves de la race aryenne, exploités et réduits à l’état de main d’oeuvre, qu’on laisse à peine survivre dans l’esclavage. Leurs terres auraient été distribuées à des colons aryens etc...
    Je pense que ces gens-là (Polonais, Tchèques, Slovaques, Ukrainiens, Serbes, Russes etc...) devraient bien lire ou relire les thèses racistes des nazis pour vérifier la place qui leur est réservée dans la hiérarchie des races..

     

    Répondre à ce message

    • #1544709
      Le 29 août à 13:18 par Alain Décrottagre
      Slovaquie : 200 miliciens font régner l’ordre... et la terreur

      Hors sujet, aucun ne se réclame nazi. Le terme "ces gens là" donne le niveau.

       
    • #1544756

      @Paul
      Et les peuples d’origine latines, aussi, par la même occasion.
      Mais pour arriver à faire gober l’idéologie du mondialisme sans frontière et adepte du métissage des peuples chère à nos européistes convaincus, l’histoire n’a retenu du national-socialisme que le mot nationalisme, en oubliant volontairement que le nazisme était basé sur la suprématie de la race aryenne (doctrine raciste) et pas sur le nationalisme qui est une idéologie basée sur la nation avant tout.
      On ne peut retenir que ce que l’on nous enseigne.

       
    • #1544775

      Pour Paul... qui a l’air de s’intéresser aux théories nazis... Sachez que ces théories avaient surtout pour but de nier d’abord l’aspect culturel de ces nations (que vous nommez ces gens-là). Car point de culture = point de nation ( et bien sur vice versa)...Pour l’aspect purement racial, sachez que le type racial de "ces gens là", correspond, sinon plus, au type racial défini par leur théorie... Cela, les nazis l’avaient très bien compris, et c’est pour cela qu’il y eut une politique d’assimilation forcée...d’enfants volés...et de ’malgré nous’ qui se chiffrèrent en centaines de millier, voir plus...sans oublier l’émargement forcé à la Deutsche volk list (DVL) pour des millions de citoyens Polonais qui avaient du mettre en sommeil leur citoyenneté Polonaise pendant l’occupation de leur pays.

       
    • #1545041

      Sauf qu’il n’a été question de nazisme nulle part dans cette article... Hors sujet magnifique Paul, en plus ton point Godwin te permet de te ranger dans la catégorie des gens bien complètement lobotomisé par le gauchisme.

      En plus tu ne connais pas grand de la doctrine nazi, parce que selon les nazis les slaves et les latins étaient considérés comme inférieur aux germaniques, qui étaient sensés être des aryens pure race contrairement aux slaves et aux latins qui sont des peuples dégénérés.

      Il faut savoir que tout les peuples d’Europe étaient qualifiés d’aryens( c’est ainsi que l’on nommait les indos européens à l’époque) mais que selon la doctrine nazi seuls les allemands étaient encore purement aryens.

      Mais le problème c’est qu’Hitler était allié à Mussolini et Franco qui étaient pourtant des latins.... Et c’est sans compter les SS baltes et ukrainiens.

      En plus comme cela a été rappelé dans un autre commentaire, ces gens là correspondaient en tout point à la définition de l’homme aryen selon le parti nazi... C’est la raison pour laquelle des enfants slaves étaient """placés""" dans des familles allemandes, et que les nazi avaient éliminés les élites polonaises et tchèques histoire de détruire leurs conscience nationale et les assimiler aux allemands.

       
    • #1545133

      Il faut aussi prendre en compte que la doctrine raciale nazie évolue pendant la guerre.
      Il est vrai que Hitler considère les Slaves comme "Untermenschen" quand on lit Mein Kampf dans les années 20. Cela n’empêchera pas Himmler lui-même, d’intégrer des divisions slaves dans les Waffen-SS dès 1942.

       
  • #1544688

    J’approuve ce genre d’intitiatives , mais est-ce que ces milices se déplacent lorsqu’une fille se fait emmerder dans un train ou dans la rue , par un slovaque blanc alcoolisé ?

     

    Répondre à ce message

    • #1544787

      Force est de constater que le gauchisme est profondemment installé en France, même sur ER. Va dans les pays de l´Est et tu comprendras. Évidemment si ca arrive, le Slovaque prendra sa raclée, mais voilà, là-bas c´est ici, pas un seul parisien blanc ne traite une fille " T¨es bonne mdame, tu viens me parler salope. "
      Le gauchisme est un poison profond, endormissant l´être dans son intégralité. Ah la gentillesse, la démocratie, les droits de l´homme, sans t´en rendre forcement compte, tu fais l´éloge de tout ca. Je me fous de toi, mais j´étais pareil avant.

       
  • #1544707

    On peut essayer d’analyser la création de ces milices dans les anciens pays de l’Est. (Le cas est également connu en Pologne). Il faut voir qu’entre 1945 (1948 dans le cas de l’ancienne Tchécoslavaquie) et 1989 ces états ont été des dictatures communistes, l’euphémisme officiel était "démocratie populaire", une forme de "démocratie" où une minorité, le parti communiste, ou plutôt ses dirigeants, disait à la majorité quelle devait être sa volonté "démocratique". En 1989 le régime communiste s’est effondré. Cependant le souvenir de la démocratie et de ses idéaux n’avait jamais disparu. C’est notamment vrai en Tchécoslovaquie qui avait été démocratique dans l’entre-deux-guerres entre 1919 et 1938. La population slovaque est donc sensibilisée aux dangers d’atteinte aux droits démocratiques.
    Parallèllement au communisme en Europe de l’Est s’était installée en Europe de l’Ouest une corruption du principe démocratique qui prescrit que la minorité doit respecter la volonté de la majorité. Cette corruption est le résultat de l’immigration et des législations antiracistes qui en découlent, ainsi que de l’esprit de mai 1968. La démocratie viciée à l’Ouest criminalise donc toute expression d’une critique de conduites antisociales de minorités (il peut s’agir de délinquants, de gauchistes, de politiciens véreux, de groupes comme les homosexuels, ou de minorités réligieuses comme les Juifs ou les Musulmans) (ou plutôt des associations prétendant les représenter). Contrairement au principe démocratique, c’est à la majorité de cèder face aux droits de ces minorités. Les droits des "minorités" sont donc supérieurs aux droits de la majorité démocratique ! Les "minorités" sont donc les instruments de mise en place d’un nouveau totalitarisme.
    L’intégration de l’Europe de l’ Est à l’union européenne fait que désormais ces pays sont mis sous pression d’adapter leur démocratie retrouvée au modèle occidental. Les Slovaques devraient donc, comme à l’Ouest accepter qu’une jeune Slovaque se fasse agresser par un Arabe, ou une femme par un Rom comme ces minorités ont un statut supérieur à la majorité traitée comme une humanité inférieure !
    Du fait de leur expérience de quarante ans de totalitarisme, les Slovaques ne l’entendent pas ainsi. Ils ont déjà donné et n’ont pas du tout l’intention de se laisser prendre une seconde fois à la gorge et se laisser dépossèder de leurs droits.
    Cet exemple devait amener la population à l’Ouest à réfléchir à l’état de la démocratie chez nous !

     

    Répondre à ce message

  • #1544724

    Et les milices des colonies illégales israéliennes qui humilient, blessent, tuent chaque jours en Palestine ? Pire que ces "néos nazis" ?

     

    Répondre à ce message

  • #1544735

    Pure héritage du systeme sovietique... On pourrait demander aux russes de nous envoyer quelques sotnias de cosaques qui pourront patrouiller à cheval dans nos rues, comme cela ce fait en Russie.

     

    Répondre à ce message

  • #1544769

    Il y a toujours des dangers de dérapage , mais qui ne comprendrait pas leur motivation et leur réaction , tant que ce n’est pas la haine de l’autre sous tendue par un racisme primaire , vouloir protéger son pays , son peuple , sa culture , sa religion etc , est normal et sain , surtout quand ce sont les manigances du diable , qui amènent les maux et les souffrances !

     

    Répondre à ce message

  • Les républiques bananières .

     

    Répondre à ce message

  • Alors les Francais, qu’est-ce qu’ on attend pour ramener l’Ordre au pays ?! Corps Francs, voila ce dont nous avons besoin contre la turpitude republicaine et democratique.

     

    Répondre à ce message

  • #1544993

    Evidement je vais me faire traiter de gauchiste mais il faut le dire : ça n’existe pas les preux chevaliers qui volent au secours de la veuve et de l’orphelin. Vous aurez de la chance si ces gens là ne créent pas plus de problèmes qu’ils n’en résolvent.

     

    Répondre à ce message

  • #1545165
    Le 30 août à 01:08 par L’étrangère
    Slovaquie : 200 miliciens font régner l’ordre... et la terreur

    Il y’a exactement le même phénomène en Russie, les médias belges et Écossais en ont parlé. Je m’étonne de ne pas voir cette info dans les médias français.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents