Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sondages français contre sondages antifrançais

La manipulation de l’opinion est un art

Pour les instituts de sondages « nationaux » du lundi 10 avril 2017, dont l’AFP a sorti une moyenne, Macron est au coude à coude avec Le Pen, Fillon est toujours troisième et Mélenchon juste derrière. Et ce mercredi, on apprenait dans Le Figaro que Fillon était « passé » par Mélenchon. Pour l’institut canadien Filteris [1], le tiercé n’est pas le même...

 

Le dernier tableau de bord mensuel sur la popularité des politiques montre que la popularité de Jean-Luc Mélenchon grimpe en flèche, à 68% d’opinions favorables (+22 points en un mois), d’après un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio à paraître aujourd’hui. Jean-Luc Mélenchon passe ainsi de la 9e à la première place de ce baromètre d’avril 2017, remplaçant Alain Juppé qui prend la seconde place tout en restant à 60% de bonnes opinions.

Contre Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon est préféré par 51% des sondés contre 46% pour le candidat d’En marche ! Contre François Fillon, il l’emporte encore à 68% contre 29% pour l’ancien Premier ministre. Enfin contre Marine le Pen, c’est toujours Jean-Luc Mélenchon que les Français préfèrent à 68% contre 27% pour la candidate du Front national.

Une montée de Mélenchon qui était en germe dans ce sondage IFOP-Opinion Way :

 

 

Cependant, l’analyse Big Data de Filteris Canada qui évalue le poids numérique des candidats nous donne un autre instantané de l’opinion, avec un Mélenchon qui monte, certes, mais qui grignote Macron, et non Fillon :

 

 

Le Pen est devant, talonnée par Fillon, Macron est troisième et talonné par Mélenchon. Dans les deux cas il apparaît qu’une union Hamon-Mélenchon au premier tour propulserait le candidat de la gauche plus ou moins socialiste au second tour face à Marine Le Pen ou François Fillon.

Sachant que la majorité des sondages nationaux sont commandés par l’état-major le plus soutenu médiatiquement et financièrement – celui de Macron – on peut penser qu’il y a suspicion de manipulation pour le sondage dans lequel Macron fait jeu égal avec Le Pen.
Dans tous les cas de figure chez Filteris, qui n’a théoriquement pas d’intérêt politique direct en France autre que son intérêt économique à produire du sondage (dont les Français sont friands), Macron n’a jamais été qualifié pour le second tour. Et même, il se fait rattraper par Mélenchon, qui a commencé assez bas au début de l’année 2017, dans les 11-14%. Aujourd’hui, le candidat de la France insoumise (sauf à l’oligarchie mondialiste mais ça n’est pas le débat) n’est qu’à un point du candidat de la Banque et du Média. Ce qui est assez savoureux : ils ont le même employeur, au fond ! Sauf que le premier le cache, l’autre non.

 

JPEG - 38.5 ko
No comment...

 

Au-delà de ces calculs qui influencent légèrement le corps électoral – un candidat « battu » artificiellement dans les sondages peut être dépassé par un candidat bénéficiant d’un vote utile au 1er tour – il reste deux inconnues : la moitié des Français qui iront voter n’ont pas fait leur choix, et la peur du vote Le Pen joue encore chez les indécis, grâce au battage médiatique permanent qui a fabriqué un interdit mental. Si Marine Le Pen était traitée médiatiquement à l’égal de Macron, plus personne ne douterait de sa victoire finale. Les médias parlent d’elle pour la faire baisser (voir la fabrication du scandale Vel d’Hiv) tandis qu’ils parlent de Macron – et désormais de Mélenchon – pour le faire monter.

 

 

On peut donc penser que le brouillage par le système médiatico-politique de la campagne est destiné à désorienter les votes des indécis qui penchent pour Marine Le Pen, afin qu’un réflexe de peur de dernière minute – la théorie du « moindre mal » – joue dans l’isoloir contre la candidate du FN. Pourtant, le peuple français a l’occasion historique de changer son destin, un tant soit peu ; s’il ne le fait pas, il sait à quoi s’attendre : la dévaluation définitive de la France. C’est la responsabilité de ce changement qui fait peur, au peuple français et à ses élites. Mais il ne s’agit pas de la même peur : peur de gagner pour le premier, peur de perdre pour les seconds. Pourtant, par le passé (1981), le peuple français a montré qu’il était capable de prendre la responsabilité d’un changement.

Notes

[1] FILTERIS est une société canadienne créée en 2002, spécialisée depuis son origine dans l’analyse d’image, la surveillance, la gestion et la sécurisation de l’identité numérique des entreprises, institutions ou personnalités.

Contre une élite qui tient sur le mensonge, lire sur Kontre Kulture

 

L’analyse poussée de la recomposition politique française, sur E&R :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1700261
    Le 12 avril à 11:35 par Bastinio
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Intéressant, cependant il faut quand même prendre en compte le fait que Filteris est une compagnie fondée par des sarthois, avec un VP ami de longue date de Pierre Fillon. De plus, leur méthodologie est floue, big data c’est le mot à la mode mais ça veut tout et rien dire ... A prendre donc avec des pincettes, on est sûrement dans une manipulation de l’opinion, tout comme les sondages "classiques".

     

    Répondre à ce message

  • #1700311
    Le 12 avril à 12:30 par Palgo
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Filteris tient compte du poids numérique des candidats.
    Mais leur analyses est biaisée car Mélanchon, par exemple et ce n’est pas le seul, paie ses followers et autres "likes". Une étude porte à +70% les faux followers et likers de Méluche. Je ferai un édit avec la source aussi vite que possible

     

    Répondre à ce message

  • #1700331
    Le 12 avril à 12:48 par Martin
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Article intéressant où on apprend que la majorité des sondages sont commandés ET DONC PAYES par les ventriloques milliardaires de la marionnette Macron . Pas étonnant qu’il soit en tête ! Qui paie commande...

     

    Répondre à ce message

    • #1700611
      Le 12 avril à 18:18 par Maxence
      Sondages français contre sondages antifrançais

      Sans les sondages bidons payés par Drahi, Macron serait à 1 ou 2% ! Comme De Villiers et son "Mouvement pour la France" avant qu’il ne rencontre son mécène Goldsmith qui lui achète 5% de TFI et lui PAYE des sondages qui l’ont propulsé en deux semaines à 10% d’intentions de vote !

       
  • #1700457
    Le 12 avril à 15:05 par Stavrolus
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Les sondages influencent le vote des électeurs. Ils sont réalisés dans ce seul but. Dans une saine démocratie, cela devrait suffire à justifier l’interdiction de les publier, ce qui donnerait d’ailleurs une meilleure chance aux "petits" candidats. Mais de plus, les sondages sont truqués sans vergogne par leurs commanditaires, ce qui est proprement scandaleux. Les Français n’étant pas plus sots que les Britanniques ou que les Américains, on doit pouvoir compter sur un effet Brexit ou sur un effet Trump, avec Macron troisième ou quatrième au premier tour. Le problème, c’est que les "élites" qui font régner la dictature chez nous (droite du travail, gauche des valeurs, et à coups de trique) comptent sur Macron pour se maintenir. Elles aimeront mieux la guerre civile, plutôt que d’abandonner le pouvoir qu’elles usurpent depuis des lustres. Les mois qui viennent s’annoncent chaotiques.

     

    Répondre à ce message

  • #1700537
    Le 12 avril à 17:02 par ursus
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Mélenchon est devenu le nouveau pion de l’oligarchie après l’éclatement de la bulle Macron. Cela devrait être de plus en plus évident médiatiquement dans les jours à venir...
    Mélenchon a toujours eu un traitement de faveur dans les médias au regard de son poids politique ces dernières années.
    Quitte à ne pas voir MLP aux commandes, je préférerai Mélenchon... pour pouvoir définitivement mettre l’extrême-gauche au placard !

     

    Répondre à ce message

  • #1700549
    Le 12 avril à 17:23 par dixi
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Les sondages ,ou la boite à mensonges . Le jour où il n’y aura plus de sondages ,il y aura de l’inquiétude dans le système. Il n’y aurait surtout plus de manipulation ,car tout le monde a compris que les sondages y servaient. Dans pratiquement toutes les élections ,les sondages se sont trompés .C’est une mise en scène pour influencer l’électeur et en plus c’est un commerce qui rapporte . Deux effets pour un même prix .Et après ,ils nous diront qu’ils ne nous prennent pas pour des cons.

     

    Répondre à ce message

  • #1700656
    Le 12 avril à 19:26 par Jorong
    Sondages français contre sondages antifrançais

    L’auteur, ou les auteurs de l’article, de par l’utilisation de l’exemple Clinton-Trump, et de la légende "no comment" manifeste son manque de connaissance du système de vote américain…qui n’a rien mais alors rien à voir avec le système français. Hillary a eu 2 millions de votes de plus que son adversaire républicain. L’élection de Trump n’est pas du à un vote populaire mais au système de grands électeurs qui favorisent ceux qui habitent la cambrousse au détriment de ceux qui habitent dans les Etats très peuplés.
    Contrairement à la France, celui qui a le plus de voix n’est pas sur de gagner.

     

    Répondre à ce message

    • #1700899
      Le 12 avril à 21:48 par JP
      Sondages français contre sondages antifrançais

      Vous avez raison techniquement. L’article aurait du montrer la courbe de la répartition des grands électeurs qui se déduisait des sondages. Et non pas les pourcentages d’intention de vote.

      Mais sur le fond, l’article a raison. A partir des sondages, les courbes de répartition des grands électeurs étaient publiées ( aux USA, en tout cas), et elles prétendaient que Clinton en avait tellement plus que Trump.

       
  • #1700871
    Le 12 avril à 21:33 par JP
    Sondages français contre sondages antifrançais

    J’avais annoncé, il y a presque un mois, que le Macron-système essayait de pousser Mélenchon à la place de Le Pen au second tour. Il y avait déjà quelques indices significatifs.

    C’était dans mon commentaire #1686628 Le 19 mars à 19:52 par JP de l’article d’E&R Jean Lassalle aux journalistes médusés de France Info : "On y revient, à ce régime vichyste" Publié le : samedi 18 mars

     

    Répondre à ce message

  • #1701462
    Le 13 avril à 13:20 par paskl
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Fillon sera-t-il a surprise du second tour ? Si oui les élections sont gagnées pour lui.

     

    Répondre à ce message

  • #1701476
    Le 13 avril à 13:43 par tatayoyo
    Sondages français contre sondages antifrançais

    Il y a encore des gens qui croient les sondages mis en avant dans les merdias ? Moi non, tout ce cirque en ce qui me concerne ne prend plus du tout. J’attends de voir le résultat des urnes même si je ne me fais aucune illusion sur l’avenir tragique qui nous attend. Parce que à part marine Lepen et le Front National, j’ai beau chercher, je vois pas ce qui pourrait nous protéger des vautours mondialistes qui vont tous nous mettre en mode esclavagiste en mode 2.0 ...

     

    Répondre à ce message