Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Soral, Zemmour, Le Pen... France Inter s’interroge sur la répression de la liberté d’expression

Ce sont tous des habitués de la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. C’est dans cette salle d’audience que sont jugées les affaires de presse, et notamment les dérapages de ces personnalités.

 

Ce sont les juges de cette chambre qui ont condamné mercredi Jean-Marie Le Pen à 30 000 euros d’amende. L’ancien président du Front national avait répété, à la télévision en avril 2015, que les chambres à gaz de la Seconde Guerre mondiale sont, selon lui, « un détail de l’histoire ». Ces propos, prononcés pour la première fois en 1987, lui avaient déjà valu une condamnation au civil.

C’est aussi dans la 17ème chambre qu’a été jugé mercredi, le même jour, Alain Soral, accusé d’avoir publié sur sa page Facebook une photo des époux Klarsfeld, connus pour leur traque des criminels nazis, avec cette légende : « Voilà ce qui arrive quand on ne finit pas le boulot ». Le jugement a été mis en délibéré. Il sera rendu le 14 juin 2016.

Quant à Éric Zemmour, son procès en appel doit avoir lieu le 4 mai. Le chroniqueur est poursuivi pour avoir dénoncé, lors d’une chronique radio en mai 2014, les « bandes de Tchétchènes, de Roms, de Maghrébins, d’Africains, qui violentent, dévalisent et dépouillent » les Français.

Pour l’avocat de Jean-Marie Le Pen, maître François Wagner, ces procès ne sont pas toujours justifiés. Il dénonce le politiquement correct et s’en prend aux associations qui poursuivent à tort et à travers :

« Il y a une masse d’associations qui déclenchent des poursuites. Le résultat c’est la restriction de la liberté d’expression. Il est évident que désormais toute personnalité qui sort un peu de la norme se voit poursuivie. Les polémistes du XIXème siècle ne tiendraient pas deux minutes dans notre société. »

[...]

Pour maître Lahcène Drici, avocat d’Alain Soral, poursuivre, comme le font les associations, c’est une mauvaise stratégie :

« Alain Soral n’a jamais eu autant d’audience que depuis qu’on lui fait un procès par mois. Il préfèrerait ne pas avoir de procès mais le fait est que, quand on l’assigne en justice, il utilise cela comme un moyen de communication. Je pense que si on veut combattre des idées, le meilleur endroit ce n’est pas le tribunal, c’est le débat d’idées. Il faut leur apporter la contradiction. »

Lire l’article entier sur franceinter.fr

Procès en rafale contre Soral, Zemmour et Le Pen, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Posté à l instant sur le site de France Inter

    "Des peines symboliques vous dites ? Fichtre ! Rien pour pour Alain Soral, c’est un montant supérieur à 500 000€ de condamnations divers et variées. Vous maniez l’euphémisme avec autant de tact et de bienséance que vos "animateurs" dignes héritiers de Fouquier Tinville et Torquemada, de telles sommes pour rien d autres de des commentaires de réseau sociaux ou vidéo dont aucun n appellent aux lynchages ni ou pogrom...Combien de temps encore allez vous, sous couver d objectivité et de sérieux journaliste continuer à vous payer la tête de vos auditeurs et lecteurs en plaçant à ce point le diable dans les détails du parti pris (mais peut être que le mot détails va devenir avec vous une incitation à la haine aussi, pffff) "

     

  • Évidemment quand ces couillus, dont Jean Marie le Pen, font face à des associations anti racistes paranoïaques qui mériteraient plutôt un long séjour a St anne, il faut en avoir dans le froc.., bravo encore à eux


  • Mon commentaire sur l’article, au cas ou il ne passe pas :



    "[...] les associations sont évidemment dans leur bon droit. En France, la liberté d’expression est encadrée par la loi."

    Ben oui, msieur dame, c’est la faute à ceux qui parlent mal.

    Mais ils pensent mal aussi, ils risquent de repeter leurs propos. Alors faut les dresser à penser bien. Les amendes "symboliques" de 30000 euros, les injures en public, les articles demontrant par A+B que notre bon système veille au grain, tout ça c’est pour être sur que plus jamais quelqu’un ne pense à mal dans notre bon pays où il fait si bon vivre ensemble.
    L’étape suivante : stage de rééducation des mauvais parlants dans la "jungle de Calais", où ils apprendront les vertus de la pensée positive dans le travail et la bonne humeur.



  • Toutes les associations de la pleurniche vivent avec les cadeaux d’État et les ponctions directes dans la poche de ceux qui s’offusquent de leurs. prédations.
    C’est un peu comme si l’assassin le voleur, le kleptomane portait plainte contre le témoin pour l’avoir signalé.... Si tu es témoin d’une agression, ferme ta gueule si l’agresseur porte kippa.... Et détourne le regard.... Si la victime porte kippa, déclanche une alerte générale, jusqu’à Jérusalem s’il le faut.....ils sauront internationaliser ce crime.


  • Les commentaires précédents attestent de l’hypocrisie ou/et du mensonge de ces "journalopes". En effet ils auraient minimisé le montant des amendes de façon éhontée.
    Je serais enclin à aller dans le sens de mes camarades ici, mais j’ai un terrible doute. Et s’ils étaient ("les journalopes") de bonne foi ? Aprés tout l’éducation nationale ayant remplacé l’instruction publique - su’ ôo moinss d0eux-cat’e jénérassions-, il ne s’agit alors plus de mensonge ou d’hypocrisie, mais bien d’ignorance crasse. Si c’est le cas :
    Pardonnons-leur, car ils ne savent pas compter.