Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Suisse : votation pour expulser les criminels étrangers

Sauf les riches clients des banques

Les citoyens suisses sont appelés aux urnes ce dimanche 28 février 2016, pour un scrutin aux conséquences majeures. Une multitude de projets de révision constitutionnelle sont soumis à la votation, comme le veut le système de démocratie directe en Suisse. Parmi les initiatives en débat, c’est surtout l’expulsion des étrangers criminels qui retient l’attention.

 

La proposition émane des milieux nationalistes, qui enfourchent une nouvelle fois leur « cheval de bataille » favori, à savoir la surpopulation étrangère et l’immigration. L’Union démocratique du centre (UDC), première formation politique du pays, suggère d’inscrire dans la Constitution le renvoi automatique aux frontières des condamnés non titulaires du passeport national.

Lors d’un premier référendum en 2010, le principe en avait été acquis, mais la droite extrémiste n’a pas aimé la façon peu empressée dont l’exécutif a mis en pratique la volonté des citoyens. Alors, elle en « remet une couche ». Les tenants de cette ligne dure sont repartis au combat en dressant la liste des crimes et délits devant entraîner selon eux l’expulsion immédiate de leurs auteurs. Le renvoi s’imposerait sans même qu’un juge soit appelé à statuer.

Que des actes d’une gravité extrême, comme les meurtres, les viols et les prises d’otages, entraînent une telle sanction, passe encore. Mais envisager de l’appliquer en cas de simple dénonciation calomnieuse, de menace à l’encontre d’un fonctionnaire voire d’un responsable d’incendie, c’est pour le moins excessif, contraire au droit et aux conventions internationales auxquelles adhère la Suisse.

 

Le débat agite comme jamais la classe politique et la société suisse

Pour prendre l’exacte mesure du projet, un étranger condamné à une peine pécuniaire et qui récidiverait 10 ans plus tard serait aussitôt banni. Deux millions d’étrangers résident en Suisse, sur une population totale de quelque 8 millions d’habitants. Tous sont visés par le projet. Qu’ils soient installés dans le pays depuis récemment, ou qu’ils y vivent depuis 10, 20 ou 30 ans, n’y change rien.

Lire la suite de l’article sur rfi.fr

 

Dernière minute

Les Suisses ont voté contre (à 59%) l’expulsion des criminels étrangers.

La résistance nationale de la Suisse, qui lui vaut les foudres de l’Empire, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Suisse lambda gagne deux fois plus que le Français moyen : la raison ? Ce sont des gens qui n’ont pas perdu tout bon sens, et qui travaillent .

     

    • #1407582

      Euh, non, c’est juste que la vie est 2 fois plus chère en Suisse qu’en France. Cela n’enlève rien au bon sens et à l’esprit travailleur des Suisses, mais il n’y a pas de lien.


    • #1407595

      Je dirais plutôt que les suisses n’ont pas eu une élite qui a joué à brader les fleuron de l’industrie de leur pays, n’ont pas a subir les directive Bolkenstein et autres.

      Le chômage a été organisé en France pour mettre la population a genoux.


    • #1407820

      Merci à Smuth_Smuth pour ce début de réponse. Pour préciser :
      Je comprends que la comparaison des salaires bruts fasse rêver les Français, et le niveau de vie est probablement in fine plus élevé en Suisse en règle générale. Toutefois, cette comparaison est simpliste. Il y a plusieurs facteurs dont il faut absolument tenir compte pour une comparaison valable :
      1) Le logement. Le territoire suisse habitable étant exigu et la population ne cessant d’augmenter, le terrain est hors de prix et cela se répercute sur les prix du logement. Par exemple, dans une ville de moyenne importance, Fribourg, un appartement en location avec un salon et deux chambres à coucher, dans une barre d’immeuble : CHF 1300 par mois (1190 euros).
      2) Les frais d’assurance maladie. Ici, pas de sécurité sociale, mais l’obligation de contracter une assurance privée dont les primes augmentent inexorablement d’année en année. Il arrive fréquemment qu’une famille de la classe moyenne paie CHF 1000 (920 euros) PAR MOIS de primes d’assurance maladie ! Et cela n’inclut pas les soins dentaires, qui ne sont tout simplement pas remboursés du tout, à moins de contracter une assurance complémentaire hors de prix !
      3) La vie chère. On décrit souvent la Suisse comme un "îlot de chèreté". Tout est beaucoup plus cher ici, des médicaments à la nourriture, des vêtements aux livres, tout.
      Alors une fois que vous tenez compte de tous les points ci-dessus, vous verrez que le salaire qui semble mirobolant ne l’est plus tant que ça.
      Il reste vrai que la qualité de vie est élevée en Suisse, en particulier parce que nous avons des infrastructures bien entretenues, des services qui fonctionnent, des produits et des constructions de qualité, etc. – et ça, c’est vrai que ça rend la vie bien agréable !


    • #1407867

      et le suisse lambda viens vite s’installer en France dès qu’il trouve une maison où un appartement, il vient aussi très vite écumer les grandes surfaces française.


    • Vous parlez d’infrastructures ? Allez faire un tour voir les autoroutes suisses , des bosses de partout une catastrophe , même les belges sont meilleures et elles sont gratuites en belgique , allez faire un tour dans les prisons suisses prison de Lausanne l’une des pires d’Europe , allez faire un tour du côté de biel bienne , Neuchâtel , basel , allez donc faire un tour sur les routes nationales suisses même les routs cantonales françaises sont meilleurs et nos routes nationales me font pensé a vos autoroutes , en suisse ils ont les montres de luxes , le chocolat , et le secret bancaire une voiture de marque suisse svp ? Un avion ?


  • C’est vrai que, par un souci d’équité, il vaut mieux garder les délinquants d’en haut et d’en bas !
    En tout cas, la Suisse me semble être le dernier pays avec un brin de démocratie en Europe (voire plus)...


  • #1407468

    Expulser les moutons noirs qui ont les mains sales ? Zut, voter blanc ne vaut rien.


  • #1407515

    Ce qui me paraît incroyable, c’est que l’expulsion des criminels et délinquants étrangers ne soit pas un acquis de longue date et qu’il faille attendre 2016 pour espérer la voir mise en œuvre.

     

    • Cette votation ne concerne pas tant l’expulsion d’étranger. Ces lois existes en Suisse et depuis très longtemps et elles sont mise en application. Cette nouvelle votation est une manoeuvre politique du parti politique suisse UDC. Un parti de bourgeois qui se cache derrière une apparence de parti populaire. D’ailleurs, le peuple suisse qui est très mature vient de refuser cette votation.


  • il faut rappeler que le droit du sol n’existe pas en Suisse : que l’on y vit depuis 1 an ou 30 ne change rien au fait que vous demeurez un étranger...mais d’après les dernières tendances, le non l’emporterait !

     

    • #1411742

      Alerte désinformation !

      Le droit scandaleux du sol existe évidemment en Suisse ! En moins de 5 ans, un immigré peut devenir suisse. Ses enfants le deviennent automatiquement.
      La nationalité suisse bradée pour les profiteurs immigrés !


  • En tant que citoyen suisse, je suis heureux que cette initiative honteuse a été rejetée ! Les renvois d’étrangers criminels existent déjà. Cette initiative aurait exclu le principe de proportionnalité des jugements rendus ! Comme souvent le peuple suisse a été sage, bravo à lui !