Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Surveillance : pour Edward Snowden, l’Union européenne a "capitulé" face aux États-Unis

Mardi, la Commission européenne a annoncé qu’un nouvel accord avec les États-Unis sur le transfert de données avait été conclu. Les nouvelles règles sont censées mieux protéger la vie privée des Européens des agences de renseignement américaines.

« Nous avons négocié un mécanisme solide qui comporte de nombreuses améliorations par rapport au régime précédent » a déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Strasbourg, le vice-président de la Commission européenne, Andrus Ansip, également responsable des questions liées au marché numérique. Ce nouvel accord prend la suite de « Safe harbour » directive entrée en vigueur en 1998 et abrogée par la Cour de Justice de l’Union européenne (CJCE) en octobre dernier car jugée obsolète. En 2013, celle-ci avait été mise à mal par les révélations d’Edward Snowden concernant le programme de surveillance massive PRISM de la NSA, l’agence de sécurité américaine.

 

 

La Commission européenne estime désormais que ce nouvel accord respectera les exigences de la CJCE pour assurer la protection des données personnelles des Européens. L’institution assure que des entreprises américaines comme Facebook ou encore Google se plieront à ces nouvelles exigences qui seront mises en place en trois mois. « Nous avons pour la première fois reçu des assurances écrites et détaillées des États-Unis sur les garanties et les limites applicables aux programmes de surveillance des États-Unis », a précisé à ce sujet M. Ansip.

 

Un nouvel accord décrié

Si le commissaire européen à la Justice, Věra Jourová, a assuré que « les États-Unis mettront un terme à la surveillance de masse dans le cadre de cet accord », des dispositions continuent de faire des vagues. La nomination d’un « médiateur spécial », rattaché au département d’État américain, pour traiter les plaintes éventuelles de citoyens européens ou encore la mission confiée au département américain du commerce de contrôler si les entreprises remplissent bien leurs obligations, font grincer les dents de nombreux détracteurs. Et pour cause, aucun mécanisme ne prévoit un droit de regard de l’Union européenne sur ces aspects.

Si des dispositions sont critiquées, les bases de l’accord le sont également. Lundi soir, devant les eurodéputés de la commission des libertés civiles du Parlement européen, Mme Jourová avait indiqué qu’il ne s’agirait pas d’un « accord international », mais uniquement d’un « échange de lettres ». Une déclaration qui n’a fait que renforcer le septicisme de certains députés européens. Pour l’ Allemand Jan Philipp Albrecht, ce nouvel accord ressemble à une « portion réchauffée de la directive Safe Harbour ».

« La proposition ne prévoit aucune amélioration juridiquement contraignante. Au lieu de cela, elle repose uniquement sur une déclaration par les autorités américaines de leur interprétation de la situation juridique. »

 

 

Le célèbre informatien et dénonciateur de la NSA, Edward Snowden, a également critiqué ce nouvel accord. Pour lui, l’Union européenne s’est tout simplement soumise à une « capitulation ».

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vous je sais pas, mais moi, Snowden et Assange, j’y crois pas. J’ai beau me forcer, je trouve ça louche. Des dissidents en bonne santé, qui voyagent, qui n’ont pas de problèmes de fins de mois... Vous je sais pas, mais moi je doute. Je suis peut-être paranoïaque. J’arrive plus à croire à la pureté.

     

    • Poutine sait qui est Edward Snowden sinon il n’aurait jamais pris le risque de le protéger sur le territoire Russe contre son ennemi américain ! Assange planqué chez les cousins des US, effectivement là tu peux douter !


    • Julien Assange est séquestré à l’ambassade de l’Équateur depuis 3 ou 4, il vit dans un studio car c’est une toute petite ambassade. Mais c’est mieux que rien, Rafael Correa en grand ami des Américains l’a sauvé : il encourt la peine de mort si il est extradé aux USA. Quand il a eu des soucis de santé, les Anglais ont même refusé de lui accorder une trêve pour qu’il puisse se rendre dans un hôpital londonien passer un scanner sans être inquiété.
      Au titre de ce qu’il a fait, de rendre publique près de 10 ans de communications entre le département d’état Américain et les ambassades Américaines et entre le pentagone et ses officiers, les Américains sont bien plus vindicatifs à son égard qu’à celui de Snowden.
      Dites vous bien une chose, la façon dont les Américain ont rattrapé le coup après l’affaire Wikileaks est très simple : ils ont ordonné à leurs vassaux et aux pressetitués qu’ils contrôlent de ne pas populariser ces câbles diplomatiques. En France, aucun des grands journaux ne les a relayé, vous ne savez donc pas l’ampleur de la tuile pour les Américains si vous n’avez pas fait l’effort de regarder vous même.


  • L’union européenne c’est les états unis.


  • Ils ne respectent jamais le moindre traité, les Natifs Américain en savent quelques choses


  • Je ne vois pas comment une création américaine peut capituler face à l’amérique, elle suit ses ordre ou non.