Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Survivre à l’effondrement économique

En 400 pages extrêmement bien documentées, Piero San Giorgio expose les raisons pour lesquelles il faut se préparer à un véritable effondrement des bases matérielles de notre monde contemporain, quels sont les scénarios possibles de cet effondrement, et surtout comment s’y préparer.

Reprenant le concept de Base Autonome Durable, l’auteur propose ici un récapitulatif de ce qu’il faut faire pour être réellement autonome, et de manière durable. De l’alimentation à la sécurité en passant par la constitution d’un lien social pérenne en situation d’effondrement, tous les aspects pratiques d’un plan de sauvegarde personnelle sont abordés.

Une lecture indispensable.

 

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

 
 

Livres de Piero San Giorgio (3)




Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #60405

    Extrait de http://www.piero.com/

    “On peut être d’accord ou pas avec Piero. Mais on est bien obligé de constater que s’il a tort et qu’on a tort avec lui, on s’est fatigué pour rien ; alors que s’il a raison et qu’on lui a donné tort, on est mort. Dans ces conditions, on est un peu obligé de lui donner raison, dès lors que son scénario apparaît plausible. Or, plausible, il l’est. Et donc...”

    Michel Drac, essayiste français, auteur de “Crise économique ou crise du sens ?”

    — -
    l’Avis de Gégé : parallèlement la peur c’est également une affaire de business, n’est ce pas ? Si cet ouvrage était également disponible sous licence Commons Creative il me semble que la qualité d’altruiste revendiqué par l’auteur n’en serait que renforcée...

     

    • #61103
      le 04/11/2011 par Puca Laumier
      Survivre à l’effondrement économique

      Piero San Giorgio a passé des années à bosser pour compiler cet énorme bouquin. Tout travail mérite salaire.
      Putain les mecs veulent qu’on s’occupe de tout pour eux. V’la la dissidence ! Non seulement faut sacrifier du temps à faire le boulot de recherche à leur place mais en plus faudrait leur filer les résultats gratos comme un dû ! La blague.


  • #140358
    le 23/04/2012 par Charles
    Survivre à l’effondrement économique

    Je partage une bonne partie de leurs analyses, tout comme j’adhère à leurs principes de survivance depuis longtemps. J’ai des remarques :
    1) Une BAD m’apparait comme une petite communauté. Je ne sais pas exactement ce que vous pensez du communautarisme. Je crains que pour ne pas que les BAD, avec le temps, reproduisent certains des problèmes générés (en terme de cohésion sociale) par les comportements communautaristes actuels, il faille dès à présent veiller autant à promouvoir une vocation culturelle commune en leur sein qu’une vocation de survie matérielle. D’ailleurs la question culturelle paraît au centre du discours.
    2) Comme l’expliquait "Piero S.G.", il est possible de monter son réseau BAD en parallèlle à une vie active normale. Pour ma part je pense que c’est même une recommandation indispensable, nécessaire.
    Un gage d’authenticité qui, malgré le nécessaire abandon de l’idée d’égalité et de justice sociale, offrira de l’espoir ainsi que , au pire, de la compréhension. Or, en termes de valeurs sociales et chrétiennes, ces notions sont selon moi indispensables à tout projet de société. Car participatives d’une acceptation de la mort (ce que certains manipulateurs avaient malheureusement aussi compris).
    3) L’idéal serait de créer simultanément de petites entreprises à capitaux propres qui ne seraient ni en raison sociale ni en réseautage ni en montage économique, contraires aux intérêts de la communauté tout en étant également en dehors du système que les auteurs décrient.
    4) Enfin, les propos des auteurs sont très pertinents mais ils ne peuvent plus s’arrêter là et retourner à présent chacun bien tranquilles dans leurs BAD respectifs. Leur pensée est tellement minoritaire dans le paysage médiatique français actuel que je vois mal comment les quelques personnes qui, au hasard d’un click, seront tombées dessus sur internet, pourront-ils facilement trouver des gens à côté de chez eux pour en parler. Or, justement du fait de l’isolement (certes relatif) dont il est question concernant la "pensée survivaliste", ces "potentiels nouveaux interpellés" vont avoir besoin de davantage d’éclaircissements. Sans quoi, leurs questions sans réponses donneront lieu à de mauvaises interprétations, ce qui, au final, pourrait justement se retourner contre ce mouvement. ...Je pense aux rétractions possibles d"u" pouvoir à l’égard des BAD, s’il n’y a pas une coordination minimale des intentions du mouvement.
    => Géog./Représentativité ?


  • #150256
    le 11/05/2012 par ISLAMPATRIOT
    Survivre à l’effondrement économique

    L’ Athéisme a vraiment détruit la civilisation européenne au point qu’elle n’est même plus capable d’accepter a MORT.
    La mort est un commencement ; Merveilleux pour les bienfaisant et Atroce pour les suppots de Satan.
    Voila !posez vous la question survivre jusqu’a quand et pourquoi ?
    Rester dans un monde anéanti pour quoi faire !
    Vous perdez votre temps !
    Si la Mort doit vous prendre elle viendra jusqu’àu plus profond des bunker !
    homme sans religion =P.C sans O.S


  • #171730

    la Corse me semble idéale pour une BAD, on risque pas d’’être envahi par des hordes de citadins affamés. Faut avoir les moyens, mais il paraîtrait que la misère y serait moins pénible...