Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Sykes-Picot : l’accord secret qui remodela le Proche-Orient

Un siècle plus tard, la Turquie rêve de son Empire ottoman

L’accord Sykes-Picot du 16 mai 1916 entre Londres et Paris préfigure les frontières en vigueur cent ans après au Proche-Orient et sème les germes du conflit israélo-arabe.

 

 

Fin 1915, en pleine Première Guerre mondiale, la France et la Grande-Bretagne discutent d’un partage des provinces arabes de l’Empire ottoman.

Parallèlement, pour créer un nouveau front et contrer l’appel au jihad du sultan-calife soutenu par l’Allemagne, le Haut commissaire britannique en Égypte Henry McMahon négocie avec le chérif Hussein de La Mecque, lui faisant miroiter l’indépendance arabe.

Les deux grandes puissances coloniales de l’époque sont déjà présentes dans la région : la France par son influence économique et culturelle dans ce qu’on appelait alors le Levant, et la Grande-Bretagne en Égypte, qu’elle occupe depuis 1882.

Elles désignent deux diplomates, le Français François Georges-Picot (grand-oncle de l’ex-président Valéry Giscard d’Estaing) et le Britannique Mark Sykes (qui mourra trois ans après à Paris de la grippe espagnole), pour négocier un arrangement secret, passé à la postérité sous leurs noms.

À l’époque, c’est l’« accord Cambon-Grey », entériné dans un échange de lettres les 9, 15 et 16 mai par l’ambassadeur français à Londres Paul Cambon et le chef de la diplomatie britannique Edward Grey. La Russie puis l’Italie s’y rallieront.

Sykes disait vouloir « tracer une ligne allant du "e" d’Acre au dernier "k" de Kirkouk », raconte l’auteur britannique James Barr dans A line in the sand (2011).

Ce trait noir barre le Proche-Orient par le milieu sur les cartes de l’accord, au mépris des ethnies ou distinctions religieuses : la « Syrie » des Français au nord, l’« Arabie » des Britanniques au sud. Le tout divisé en cinq zones.

Lire la suite de l’article sur fr.news.yahoo.com

 


 

Un petit résumé en images de cet « accord » aux conséquences incalculables :

 

Le récit de Philippe Prévost interrogé par Kontre Kulture en juillet 2013 :

 


 

Un siècle après, la Turquie bataille contre l’héritage de Sykes-Picot

JPEG - 28.6 ko
Des étudiantes attendant le discours du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu le 7 octobre 2015 à Bayrampasa

 

Un siècle après les accords Sykes-Picot, le ressentiment d’Ankara envers ce pacte par lequel Britanniques et Français se sont partagé l’Empire ottoman reste un important moteur de sa politique étrangère sous la présidence de Recep Tayyip Erdogan.

 

Signés le 16 mai 1916 par les diplomates Sir Mark Sykes et François Georges-Picot alors que la défaite de l’Allemagne et de son allié ottoman se profilait, ces accords ont délimité des sphères de contrôle et d’influence françaises et britanniques qui ont largement façonné les frontières actuelles au Moyen-Orient.

Après la fondation d’une république laïque par Mustafa Kemal en 1923, l’État turc a tourné le dos à son passé impérial, qui a vu la Sublime Porte régner à son apogée sur un territoire s’étirant des portes de Vienne au golfe d’Aden, pour bâtir une nation moderne à l’intérieur de ses propres frontières.

Mais depuis l’arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) de M. Erdogan, la Turquie mène une politique étrangère ambitieuse, cherchant à renforcer son influence dans les territoires de l’ex-empire, de la Bosnie à l’Arabie saoudite.

Signe de son ambition transfrontalière, Ankara avait pour projet de créer une zone de libre-échange incluant la Syrie, le Liban, la Jordanie, puis, dans un second temps, l’Irak. L’accord a été signé en 2010, mais s’est noyé dans les Printemps arabes.

 

 

Les dirigeants turcs actuels, accusés de néo-ottomanisme par leurs détracteurs, n’ont jamais dissimulé leur mépris pour les accords Sykes-Picot qui ont, selon eux, dressé des barrières entre peuples musulmans et privé la Turquie de son influence naturelle dans la région.

À ce titre, M. Erdogan ne rate pas une occasion de dénoncer le « marchandage » qui a conduit Paris et Londres à « tracer des frontières avec une règle ».

« Nous nous sommes toujours opposés à Sykes-Picot, parce que Sykes-Picot a divisé notre région et a éloigné nos villes les unes des autres », a déclaré le Premier ministre Ahmet Davutoglu en mars.

Lire la suite de l’article sur courrierinternational.com

Sykes-Picot d’hier et d’aujourd’hui, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Du point de vue du Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes les Accords Sykes-Picot sont préférables à l’ancienne domination ottomane, même si ce sont des accords impérialistes : la preuve en est que l’Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie, sont devenus finalement indépendants .

     

    • Foutaise, depuis quand les européens pensent à la libertés des peuples ? être sous domination ottomane ou européenne c’est la même chose, Syrie, Irak indépendant ? Le Hezbollah à l’époque était contre un effondrement de l’empire turc dans la région.



      Du point de vue du Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes les Accords Sykes-Picot sont préférables à l’ancienne domination ottomane, même si ce sont des accords impérialistes : la preuve en est que l’Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie, sont devenus finalement indépendants .




      C’est une blague ?

      Qu’est ce qu’on peut pas entendre comme connerie, sachant qu’ils n’ya jamais eu autant de mort au Moyen-Orient sous les mandats européens que sous le joug Ottoman.
      Le titre « Un siècle après, la Turquie bataille contre l’héritage de Sykes-Picot »
      Qui sont Sykes-Picot si ce n’est des menteurs, des pilleurs, des négociateurs sur des populations, il joue au Poker sur des villages, c’est ça votre liberté ?


    • N’importe quoi !!! Ce que tu oublies c’est que ces pays que tu cites sont principalement arabe de la même religion et parle tous l’arabe. Ce n’est pas uniquement sous l’empire ottoman que c’était ainsi mais depuis toujours. Comment vouloir justifier ce que son pays a fait n’est-ce pas ? . Moi aussi je trouve que Saint-Empire romain germanique était préférable à ce qui devenu aujourd’hui.


    • Vous avez une notion singulière de "l’indépendance" !!!


    • @yacin

      arrêtez de dire n’importe quoi ! les turcs n’ont pas à avoir la main-mise sur des peuples comme les kurkdes (qu’il massacrent), les araméens (qu’ils ont massacrés) ou les arabes (avec qui il n’ont rien à voir et ne parlent même pas la même langue !!!!


  • Sykes-Picot : aux Français la caillasse (Liban, Syrie) aux Anglais le pétrole (Irak, Koweit) .

     

    • C’est tout a fait cela.

      Les anglais, ont toujours utilisé les français comme une sorte de caution morale à leurs saloperies, tout en ne leur donnant au final que la portion congrue, quant ce n’était pas la spoliation totale, après usage.

      2 livres de poche très agréables à lire, compléterons l’éclairage sur le sujet , de Gilbert Sinoué :

      - Inch Allah le souffle du Jasmin ;

      - Inch Allah, le cri des pierres.

      Notre sentiment : les anglais ont toujours pris les français pour des imbéciles, et par extension tous les autres peuples sous leur férule, avant de passer le relais à "nos amis américains" qui sont tout sauf nos amis, mais nos colonisateurs.


    • #1467055

      Vous exagérez, il y a de bonnes dates en Syrie.


  • Super le nouvel empire ottoman. Inféodé à Washington. Quelle fierté ! Laissez moi rire...

     

    • Laissez l’empire Ottoman tranquille, surtout quand on aperçoit que l’empire Français est bien plus grand, plus large est plus influent, donc bon...


    • C’est sur que de vendre la Palestine, que dire même pas vendre donné gratuitement aux Anglais donc aux juifs c’est un signe de fierté ? On peut critiquer les turcs sur bien des points mais la création d’Israel et les massacres palestiniens on le doit surtout aux accords de Sykes-Picot.
      Qu’est ce qui est pire entre l’empire Ottoman ou cet accord, rassembler toutes les régions musulmanes sous l’empire Ottoman ou diviser toutes ses régions sous Sykes-Picot ?
      à méditer...


    • #1467058

      @Yasin

      L’empire Ottoman, fut chrétien et le redeviendra, comme toute la méditerranée d’ailleurs.


  • Lourds de conséquences, avec comme dirait Commynes :’une longue queue’. Lire ou relire Lawrence, acteur décisif des prémices (qui s’est trompé de ’cheval’ en éludant les Saoud) et qui a épaulé l’offensive en direction de la Palestine en gommant la présence Turque, avec les conséquences terribles qu’on connait dorénavant ; cet abcès purulent à l’inflammation exponentielle. Au fond, rien d’autre que tout ce que provoque toujours de marasmes dramatiques à court, moyen, et long terme : l’Ingérence.

     

  • Un monde PAISIBLE et HUMAIN ne doit pas être fondé sur le mensonge, le vol des territoires, la violence et l’injustice. Si vraiment 1+1 = 2 alors l’avenir que nous réserve ce système sera horrible. Barbarie humaine quand tu nous tiens !

    Bonjour à tous.


  • Dejà à 1:49 première erreur qui augure mal du reste : en 1914 l’Empire ottoman aurait choisi l’Allemagne, mais l’alliance industrielle et militaire avec le Reich date de bien avant (alliance traditionnelle) ! Bien bien bien avant 1908 qui a vu la chute du Sultan et son remplacement par les Jeunes Turcs au terme d’une des premières révolutions colorées que le Cercle des Nations civilisées ait connu... vu que les francs-maçons dômne Jeunes Turcs originaires de Salonique étaient nourris par deux puissantes mamelles allemande (business must go on) et anglaise (accord sur la Palestine), et quelques autres françaises, américaines, toutes d’accord sur un point : virer l’ami Sultan qui fait obstacle (pour tous !!!), dont on se rappellait opportunément et depuis quelques temps déjà....qu’il était décidément trop sanguinaire, trop anti-constitutionnaliste, trop rétrograde. Bref pas assez utile aux amis et plus tout à fait assez menaçants pour les ennemis. Lol. Donc rapporter que l’Empire ottoman choisit l’All en 1914, c’est vraiment prendre les gens pour des abrutis. Dans quel but ? Je ne le saurait pas car j’arrête là. Ciao Prévost.

     

    • Il y eu 13 guerres entre la Russie et l’Empire Ottoman, ce dernier s’est allié aux Empires Centraux car ils étaient anti-russes .


    • Abd-Ul-Hamid a été déposé en 1909 car il avait refusé de vendre la Palestine aux sionistes . La cause occulte de la 1GM : les sionistes ont décidé de détruire l’Empire Ottoman, de le démembrer pour y prélever la Palestine, ils n’ont pas hésité à mettre le feu à l’Europe pour atteindre leur but ( Un peu de respect pour Philippe Prévost : ce n’est pas le premier venu ).


    • il faut aussi se rappeler que le sultan avait été approché par les sionistes pour lui acheter la Palestine. ils avaient essuyé un refus :
      je ne peux pas vous vendre une terre habitée par un de mes peuples car je suis responsable du bien être de tous les peuples qui sont sous mon autorité


  • #1465865

    Un jour tous les pays vont gagner leur bataille contre cet empire satanique occidental (y compris la France)


  • Mr.Erdogan rêve , c’est pas avec sa politique de boniche qu’il fera de la Turquie un nouvel Empire Ottoman . C’est pas en mangeant à tout les ratelier qu’il fera quelques choses de cohérents et durables car tôt ou tard tu es rattrapé par tes contradictions . De plus tu peux pas bâtir un empire avec une politique économique d’argent dette . L’argent dette detruit les empires la preuve le puissant empire Américain est entrain de succomber . Vous donnez un peu trop d’importance à cet homme qui n’est rien d’autre qu’un habile politicien . C’est juste du blabla politique il fait rêver le vaillant peuple Turc avec ces histoires de néo Ottoman . Le peuple Turc est très travailleur c’est l’une de ses grandes qualités par contre il est très naif face à ses dirigeants. Ils croient à tout est n’importe quoi .


  • Depuis plus d’un siècle,les dés de l’histoire sont pipés,les sionistes ont toujours été prêt a tout pour avoir "leur terre promise"(y compris la mort d’innocents et des guerres mondiales)et jusqu’à maintenant ils y ont plutôt bien réussis...Même si beaucoup de monde mettent en doute "le bien fondé de ces agissements",pour l’instant,le système,les gouvernants,le monde leur donne raison... ;loi gaysot,« critiquer israel,c’est de l’antisémitisme »,antisioniste=antisémite...


  • Merci Mr PREVOST pour "la piqure de rappel"...nos élites en auraient bien besoin !!


  • Les anglais ont toujours pris les français pour des imbéciles qu’ont peut voler spolier et arnaquer !Le Canada ou la France était là avant les anglais, est revenu dans sa totalité à la couronne britannique et ce n’est la seule fois.Pendant la Révolution les bijoux de la couronne de France ont été pillés et envoyés en Angleterre avec le plus gros diamant du monde ,maintenant dans un musée américain !Comme l’anneau de Jeanne d’Arc volé aux français !Les anglais ont toujours été jaloux des français depuis Guillaume le Conquérant en 1090 ou il a envahi l’Angleterre !


Commentaires suivants